Altars of Fab' Death

Sorrow (USA) : Forgotten Sunrise

Sorrow (USA) : Forgotten SunriseParu à l’automne 1991 chez Roadrunner, lors d’une rentrée particulièrement chargée chez le label qui sortait à quelques semaines d’intervalle les albums d’Immolation, Pestilence, Gorguts, Suffocation et Death, Forgotten Sunrise aurait dû initialement être le premier full-lenght de Sorrow. Pour information, ce groupe précurseur calé entre doom & deathmetal s’est initialement formé à New-York en 1988 sous le nom d’Apparition, a notamment enregistré en 1990 un vinyle 45t pour le compte de Relapse Records (qui sortait alors une de ses toutes premières productions), avant d’opter pour son patronyme actuel. Bref, la bande sous forme de trio (autour d’Andy Marchione, Mike Hymson & Brett Clarin) décroche le fameux contrat avec Roadrunner et planifie les sessions de son premier album Forgotten Sunrise, titre formé tout simplement à partir de ses morceaux Eternally Forgotten et Curse the Sunrise.

Le sort en décide autrement puisque durant ce laps de temps, Andy Marchione est victime d’un accident de la route qui l’immobilise plusieurs semaines, sa passagère Lisa Thompsen n’ayant pas eu autant de chance. L’enregistrement est donc brutalement interrompu alors que le trio avait finalisé quatre morceaux et, d’un commun accord avec son label, ce dernier décide de sortir le tout en un simple mini-album de 22 minutes, plutôt qu’un report à une date ultérieure & incertaine. Avec un riffing deathmetal & un chant guttural, des rythmes majoritairement en low & middle tempo, une saveur doom, on peut globalement comparer notre trio à des formations comme Winter ou Decomposed, des groupes misant volontiers sur la densité et lourdeur d’un climat. Les quatre titres sont assez proches de l’album Hatred and Disgust qui suivra dès l’année suivante, d’une construction et d’une qualité sensiblement équivalentes, les deux œuvres se complétant idéalement.

Fabien.

> - Les commentaires -, Sorrow — admin @ 19:46

17 décembre 2012

Sorrow (USA) : Hatred And Disgust

Sorrow (USA) : Hatred And Disgust

Formé en 1988 autour d’Andy Marchione et Brett Clarin, Apparition attire l’attention des labels en 1990, lors de la sortie de son EP Eternally Forgotten pour le compte de Relapse. Changeant entre temps son nom en Sorrow, le groupe signe alors avec Monte Connor, boss de Roadrunner US, rejoignant ainsi ses confrères new yorkais d’Immolation, Suffocation et Gorguts fraichement accueillis au sein de l’écurie.

Dès 1991, la formation enregistre ainsi Forgotten Sunrise, qui ne voit malheureusement le jour qu’en format mini CD faute à ses sessions écourtées par l’accident d’Andy, immobilisé au plus mauvais moment. Sorrow remet alors le couvert l’année suivante, se dirigeant au Speed Of Sound Recording sous la houlette de Steve Koslowski, pour déboucher enfin sur la sortie de son premier (et unique) album courant 1992.

Hatred and Disgust distille un deathdoom relativement sombre, transpirant les atmosphères pesantes de Let Us Pray (Vital Remains). L’album ne renferme en revanche ni le côté occulte de la bande de Tony Lazaro, ni l’oppression d’Into Darkness (Winter), rappelant avant tout l’appartenance de Sorrow à la scène deathmetal neyw-yorkaise.

Débutant sur les rythmiques écrasantes de Mike Hymson et les riffs massifs du duo Clarin / Marchione, Hatred and Disgust dégage de suite un climat particulièrement lourd. Les quelques accélérations sont souvent soutenues par des soli agressifs, à l’image d’Insatiable, Illusion Of Freedom ou Human Error, permettant d’apporter un relief salvateur, qui brise la monotonie des tempos majoritairement lents.

Séduisant par la densité de ses atmosphères, Hatred and Disgust s’adresse bien sûr aux fans du deathmetal sombre de Let Us Pray, ou celui plus suintant de Mental Funeral (Autopsy) mais tout aussi doomy. Brillamment mis en valeur par un son limpide et profond, l’album s’écoute ainsi sans anicroche, bien que son côté massif empêche parfois les morceaux de se détacher pleinement les uns des autres.

Fabien.

> - Les chroniques -, Sorrow — fabien @ 5:45

14 décembre 2007