Altars of Fab' Death

Spazztic Blurr : Before and After

Spazztic Blurr : Before and AfterFondés à Portland dans l’état de l’Oregon tous deux en 1985, Wehrmacht et Spazztic Blurr comptent dès le départ deux membres en commun, le chanteur Tito Matos et le guitariste Marco Zorich. Si le premier groupe se range plus facilement dans la case du crossover (thrash + hardcore punk), le second pioche plus allégrement dans de nombreux styles, ska, rock, thrash, hardcore, voire deathmetal & grindcore, un melting-pot improbable entre Mr Bungle, The Melvins, DRI, Wehrmacht et Cryptic Slaughter, le tout dans un esprit de franche déconne, de moqueries et de parodies en tout genre.

Après la seule demo-tape Bedrock Blurr capturée en 1986, le quatuor signe avec le jeune label Earache Records, qui ne compte à ce moment que quatre productions à son compteur (The Accused (sous licence), Herery / Concrete Sox, Napalm Death et Unseen Terror). Le deal débouche la même année sur la sortie de l’album Before and After (également connu sous le nom Befo Da Awbum ou simplement Spazztic Blurr).

Si le melting thrash/HC de Before and After est franchement décalé, bâti sur un style très ‘spazzticulier’ où notre quatuor s’amuse à parodier de nombreux styles du ska jusqu’au deathmetal (Def Metal), les paroles sont tout aussi déjantées. Le groupe s’y met en scène (Blur Hogs), chante l’alphabet (ABC’s), conte des séries TV comme la famille Pierrafeu (Bedrock Blurr) et se moque finalement de tout et de tout le monde (Mexicalli). Toutefois, aussi désinvolte qu’il soit, notre quatuor tient la route, faisant non seulement preuve d’une maitrise et d’une technicité sans reproche, mais étant aussi à l’aise dans tout les styles qu’il côtoie.

Décrit à sa sortie par Brian “Pushead” Schroeder dans le fameux magazine Thrasher comme un album sympathique et farfelu, Before and After est effectivement une version plus libre et déjantée des albums de Wehrmacht (quoique), mais également moins marquante et globalement moins inspirée. Le disque paru chez Earache en vinyle sous la référence MOSH5 n’a pas vraiment marché, tout comme les LP d’Unseen Terror, Heresy / Concrete Sox, OLD et Intense Degree, très nettement en retrait des ventes explosives de Napalm Death, Carcass, Morbid angel, Bolt Thrower, Godflesh et Terrorizer, qui propulsaient quant à eux Earache Records au premier plan dès la fin des années 80’s. Pour les intéressés, notons l’édition du CD en 2001 de la part du label anglais, aux ventes tout aussi anecdotiques.

Fabien.

> - Les chroniques -, Spazztic Blurr — admin @ 16:57

29 août 2013