Altars of Fab' Death

Suffering (NOR) : Sowing the Seeds of Suffering

Suffering (NOR) : Sowing the Seeds of SufferingAlors que le black metal domine la Norvège en cette année 1994, de Darkthrone à Mayhem, en passant par Emperor, Immortal, Burzum, Enslaved ou Satyricon, le death metal semble quant à lui en léthargie dans le pays nordique, depuis les Soulside Journey & In Pains de Darkthrone & Cadaver, sortis quelques années auparavant. Quelques formations obscures persistent toutefois dans le style, à l’instar de Molested, Fester ou Suffering. Ce dernier se forme autour des guitaristes compositeurs Ivar Gundersen & Ole Morten Persen, et rentre rapidement en studio, durant deux journées d’août 1994, pour la mise en boite de Sowing the Seeds of Suffering, commercialisé par le petit label d’Oslo Artic Serenades, qui sort ici son tout premier disque.

Difficilement classable, Suffering évolue sur une base death metal à dominante middle tempo, aux riffs lourds & guitares massives, comme le titre Dream of Darkness en témoigne, mais développe parallèlement une ambiance sombre, voire mélancolique, sur le chant guttural noir d’Ole Persen, froid et pratiquement narré, conférant des accents dark fortement marqués.

Lorsque Suffering lance son balayage rythmique en accords mineurs, à l’image des bons Visions & Suffering Soul, il dégage alors une noirceur peu commune, instaurant un climat d’une intensité toute particulière. Le groupe développe parallèlement de nombreux passages doom (Eternal Suffering), des soli aériens (Endless Journey), ou encore quelques riffs acérés (Dream of Darkness), qui apportent un contraste judicieux à l’ensemble.

Au-delà, Sowing the Seeds of Suffering contient plusieurs imperfections. Ses titres possèdent tout d’abord des structures et des riffs trop similaires, donnant souvent cette fâcheuse impression d’entendre les mêmes phrases musicales. Ensuite, le groupe parvient difficilement à conserver une intensité constante au fil de ses morceaux, lâchant des passages en accord majeurs bancals, jurant avec son atmosphère prenante.

D’une mise en place manquant parfois d’équilibre, et servi par un mixage un brin confus, Sowing the Seeds of Suffering montre ainsi plusieurs faiblesses. Il reste néanmoins un album au climat unique, mêlant habillement une couleur dark death avec des éléments black & doom, rappelant les ambiances froides & mélancoliques de l’invincible Soulside Journey (Darkthrone). La noirceur de ses atmosphères et son mélange de plusieurs courants extrêmes en font une réalisation poignante et originale.

Fabien.

> - Les chroniques -, Suffering — admin @ 2:00

2 octobre 2008