Altars of Fab' Death

Testament : The Legacy

Testament : The LegacyFondé en 1983 en Californie, Legacy compte parmi les acteurs essentiels du thrashmetal de la côte ouest états-unienne (la fameuse Bay Area), emboitant tout juste le pas aux incontournables Slayer, Metallica et Exodus. La formation compte rapidement Alex Scholnick & Eric Peterson aux guitares, Greg Christian & Louis Clemente au couple basse batterie, puis Steve Souza au micro. En 1986, alors que le groupe recrute Chuck Billy en replacement son chanteur parti chez Exodus, il change dans la foulée son patronyme en Testament, faute à un copyright déjà déposé.

Bénéficiant déjà d’une forte notoriété, le quinquet signe d’entrée avec le couple Zazula, patron de l’écurie Megaforce, qui compte dans ses rangs les thrashers d’Overkill, Anthrax ou Stormtroopers Of Death. Testament rejoint ainsi Alex Perialas, ingénieur du son sur les célèbres Taking Over, Spreading the Disease & Speak English or Die des trois formations new-yorkaises précitées, ressortant en cette année 1987 avec son premier album The Legacy, clin d’oeil à ses premières années sous son ancien patronyme.

The Legacy attaque d’emblée avec des tueries telles Over the Wall, The Haunting & Burnt Offerings, qui s’imposent directement parmi les classiques de la formation nord américaine. L’assise précise de Greg et Louis offre une base solide aux guitares d’Alex et Eric, ayant chacun l’art du riffing mémorable et percutant. Les deux guitaristes se complètent à merveille, entre d’un côté la rigueur rythmique d’Eric et de l’autre le jeu aérien d’Alex et ses soli éclatants.

De l’incision riffesque des explosifs First Strike Is Deadly et Do or Die, jusqu’aux soli démentiels d’Alex sur Over the Wall et Raging Waters, en passant par les mélodies imparables d’Alone in the Dark et Apocalyptic City, The Legacy possède ainsi un équilibre remarquable, tout en dégageant une grande fraicheur. Enfin, l’arme Fatale de Testament se nomme Chuck Billy, le chanteur possédant un timbre de voix unique et un coffre incroyable, qui éclairent et boostent impeccablement chaque composition.

Malgré sa production quelque peu confuse, toutefois largement compensée par la fougue et le talent de ses interprètes, The Legacy est ainsi un parfait dosage entre une agressivité thrash toute particulière et des mélodies accrocheuses. L’album s’impose dès lors directement parmi les étalons de l’école thrash Bay Area des années 80’s, influençant des tonnes de formations, comme D.A.M., Defiance ou Xentrix, pour ne citer que trois groupes parmi les plus proches musicalement.

Jouissant d’une identité fortement marquée grâce à la complémentarité de la paire Scholnick / Peterson et au charisme de son frontman Chuck Billy, Testament se dresse ainsi aux côtés d’Exodus & Suicidal Tendencies parmi les outsiders les plus sérieux du “Big Four” désigné au milieu des années 80, le fameux quadriumvirat SlayerMetallicaMegadethAnthrax.

Fabien.

> - Les chroniques -, Testament — admin @ 2:00

21 novembre 2009