Altars of Fab' Death

Thulcandra : Fallen Angels Dominion

Thulcandra : Fallen Angels DominionDepuis l’essor de Necrophagist, Stefen Kümmerer avec son groupe Obscura avait créé la surprise au sein d’une scène deathmetal allemande particulièrement riche et intéressante ces dernières années. Parallèlement, le leader du jeune groupe tenait à rendre un hommage sincère à la scène blackdeath suédoise des années 90, formant dès 2003 le groupe Thulcandra avec les frères Tobias et Sebastian Ludwig, respectivement bassiste et second guitariste.

Après plusieurs années d’effort, le trio rejoint les Woodshed Studios sous la houlette de V.Santura, pour les sessions de son premier album Fallen Angels Dominion. Le groupe décroche parallèlement un contrat discographique avec la prestigieuse écurie autrichienne Napalmrecords, et parvient également à s’octroyer les services de Kristian Wahlin (alias Necrolord), reputé pour ses magnifiques illustrations d’Emperor, Sacramentum ou du regretté Dissection.

Comme l’annonce son leader, Fallen Angels Dominion s’inscrit dans la droite lignée des réalisations blackdeath cultes de Dissection ou Unanimated, tel un album résurrecteur d’une scène que l’on croyait pourtant défunte il y a encore quelques années. Ainsi, dès l’intro Thousand Deaths et le magnifique titre Night Eternal, la couleur et le ton général de l’album sont données, véritables hymnes aux mélodies si noires et si fines à l’origine de la notorité et de la noblesse incontestées du style.

Sur des rythmes souvent rapides, les guitares agressives de Ludwig et Kümmerer saisissent dès les premiers accords, soutenant les vocaux rageurs du leader. S’embarquant régulièrement dans des mélodies accrocheuses, des parties acoustiques et des soli de toute beauté, Fallen Angels Dominion fascine par sa présence et une telle maturité.

Et que dire du fabuleux titre éponyme, du superbe middle tempo Spirit of the Night, ou encore du furieux Eternally Sleep, chargés d’une noirceur et d’une force émotionnelle peu communes, laissant éclater tout le talent de Kümmerer et l’incroyable variété de son jeu, aussi à l’aise dans Obscura que dans son groupe parallèle. En 45 minutes, le temps de deux instrumentaux, six titres chantés et d’un très bel hommage à Dissection sur la reprise éponyme de l’album The Somberlain, Thulcandra charme l’auditeur grâce à des morceaux intenses et divinement calibrés.

Etonnante surprise de Stefen Kümmerer dans un style ou on ne l’attendait pas, Fallen Angels Dominion s’annonce parmi les réalisations de qualité du cru 2010, montrant toute l’excellence et le renouveau du style depuis les remarquables albums de Necrophobic et Unanimated parus une année auparavant. On peut bien sûr reprocher une réalisation parfois trop scolaire et quelques copier-coller évidents, mais légitiment le but premier de Thulcandra, n’est-il pas de rendre le plus brillant hommage à une scène blackdeath en tout point mémorable ? Le pari est en ce sens largement réussi.

Fabien.

> - Les chroniques -, Thulcandra — admin @ 2:00

24 août 2010