Altars of Fab' Death

Unleashed (SWE) : As Yggdrasil Trembles

Unleashed (SWE) : As Yggdrasil TremblesRetrouvant un deathmetal rageur et inspiré depuis les bons Midvinterblot et Hammer Battalion, Unleashed a progressivement reconquis ses fans autrefois perdus durant un milieu discographique d’une technique et d’une qualité contestables. Porté par un accueil enthousiaste, fort d’un line up inchangé depuis 1995, et bénéficiant désormais d’un soutien solide de la part de son nouveau label Nuclearblast Records, ce pionnier du deathmetal suédois enchaine en ce mois de mars 2010 son dixième album en un peu plus de vingt ans de carrière.

Une nouvelle fois capturé à Stockholm au Chrome Studio de Fredrik Folkare, le bien nommé As Yggdrasil Trembles s’inscrit dans la lignée des ses deux prédécesseurs. Unleashed retrouve ce deathmetal direct et spontané, majoritairement basé sur des structures en couplet–refrain-break, qui pourraient certes paraître datées, mais conviennent idéalement au groupe et à l’impact frontal choisi par ses interprètes, tels les bons Courage Today, So It Begins ou le poignant titre éponyme de ce nouvel album.

A l’image de son titre et de son illustration montrant l’arbre monde de la mythologie nordique en peine, As Yggdrasil Trembles se veut toutefois plus sombre que ces prédécesseurs. Le ton est souvent grave, à l’image des introductions placées lors des débuts de This Time We Fight et Master of the Ancient Art, ou encore du riffing et des soli intenses de Wir Kapitulieren Niemals et Chief Einherjar. Unleashed retrouve en revanche rapidement ses rythmiques et refrains habituels, sur la batterie entrainante d’Anders, les guitares tranchantes de Tomas & Fredrik, et le guttural rageur de Johnny.

Laissant de côté le ton guilleret et parfois agaçant symbolisé par l’hymne Death Metal Victory de son cinquième album, Unleashed renoue ainsi en partie avec un deathmetal sombre, proche de sa première oeuvre. Sans toutefois innover de manière significative, il reprend plus ou moins là où il s’était arrêté deux ans auparavant sur le bon Hammer Battalion, la force du riff du fameux prédécesseur quelque peu en retrait cette fois-ci, au profit d’une mise en place soignée des atmosphères.

Ainsi, sans révolution, le quatuor emmené par l’infatigable Johnny Hedlund revient en cette année 2010 avec un dixième album convaincant, montrant encore une vraie force après une si longue carrière. Exploitant habilement la fibre de la mythologie nordique, Unleashed montre combien sa place est loin d’être usurpée à ce jour, à l’heure où les formations suédoises de revival old school deathmetal de qualité variable se multiplient à une vitesse inquiétante.

Fabien.

> - Les chroniques -, Unleashed — admin @ 2:00

5 avril 2010