Altars of Fab' Death

Unmerciful : Unmercifully Beaten

Unmerciful : Unmercifully BeatenLa carrière d’Unmerciful reste intrinsèquement liée à celle d’Origin, ayant de nombreux échanges de membres avec son voisin, depuis sa création en 2001 jusqu’à son premier album Unmercifully Beaten. Le groupe se forme autour du batteur James King & du guitariste Clint Appelhanz, mais est rapidement mis entre parenthèse lors de l’intégration de ses deux fondateurs chez Origin, participant tous deux à l’enregistrement du troisième album du leader nord américain.

De retour chez Unmerciful, accompagnés du guitariste Jeremy Turner (lui aussi transfuge d’Origin), King & Appelhanz enchainent plusieurs démos, notamment Unmercifully Beaten en été 2005 avec le growleur Tony Reust, les deux guitaristes se chargeant conjointement des lignes de basse. Le groupe décroche alors un contrat avec le spécialiste Unique Leader, qui commercialise l’enregistrement sous forme d’album en août 2006, accompagné d’une superbe pochette de Par Olofsson.

A l’image de son titre sans équivoque, Unmercifully Beaten balance un death brutal et sans concession, dominé par la puissance des blast beats de King, qui soutiennent les riffs dévastateurs du duo Appelhanz / Turner, et le guttural pur de Reust. Le groupe s’offre parallèlement les services d’Alex Webster (Cannibal Corpse) sur Shotgun Sodomy, qui gratifie le titre de ses lignes basses sophistiquées.

Depuis Masochistic Rampage jusqu’à Seething Darkness, Unmerciful garde ainsi le pied au plancher durant la quasi intégralité de son album, conservant un niveau technique et une intensité considérables. La dévastation ne dure toutefois que 21 minutes, et les trois titres live ajoutés en fin d’album (dont Catatonia, reprise de Suffocation), rallongeant la durée de 10 minutes, ne suffisent pas à ôter ce sentiment fâcheux d’inachevé.

Déboitant avec une brutalité et une précision manifestes, Unmercifully Beaten impressionne ainsi par sa débauche d’énergie pure, mais aussi par la technique et la dextérité de ses interprètes, faisant oublier partiellement sa courte durée. En revanche, avec trois musiciens à cheval entre les deux formations, les rapprochements entre Origin & Unmerciful sont inévitables, privant ce dernier d’une pleine personnalité. Le potentiel du groupe est toutefois considérable, lui autorisant une sacrée marge de progression, qui lui permettra sans l’ombre d’un doute l’affranchissement de ses influences actuelles et la forge d’une parfaite identité.

Fabien.

> - Les chroniques -, Unmerciful — admin @ 2:00

17 juin 2008