Altars of Fab' Death

Wombbath : Internal Caustic Torment

Wombbath : Internal Caustic Torment

Formé initialement sous le nom de Seizure en 1990, par cinq acolytes suédois à la moyenne d’âge particulièrement jeune à en voir les photos d’époque, Wombbath adopte son patronyme définitif l’année même de sa création. Sa première demo-tape lui ouvre les portes du petit label français Thrash Records (associé à Infest Records pour l’occasion), et l’EP Several Shapes qui en découle récolte de bonnes critiques, grâce à un bon dosage entre deathmetal typiquement suédois et influences US évidentes. Le quintet rejoint rapidement un modeste studio à Eskilstuna pour la mise en boite de son premier album, paru au printemps 1993 et honnêtement illustré par les studios SV Bell (Kataklysm, Amorphis).

En 1993, le deathmetal de Wombbath n’a rien de très original, il s’agit d’un énième groupe suédois ayant de bonnes qualités (en témoigne le bon morceau Prevent Anemia en ouverture), mais insuffisantes pour sortir des sentiers battus, ne lui permettant que de ressasser avec moins de talent les codes érigés quelques années plus tôt par les ténors du style. A l’instar de ses collègues Excruciate et Epitaph plus brutaux sur leur split-LP commun que sur leur album respectif, Wombbath perd également le gras qui le caractérisait sur son EP, se retrouvant avec un son plus lisse et moins indiqué. C’est d’ailleurs hallucinant de voir la côte du pressage d’origine (comme tous ceux du catalogue Thrash Records), alors que le disque est sympathique sans être franchement indispensable ni exceptionnel. Internal Caustic Torments rencontre ainsi peu de succès à l’époque, Wombbath changeant alors de style sur son ultime MLP Lavatory paru l’année suivante, en copiant cette fois ouvertement sur le death’n roll de Furbowl & Entombed.

Fabien.

> - Les commentaires -, Wombbath — fabien @ 15:57

10 avril 2013