Altars of Fab' Death

Zyklon : Disintegrate

Zyklon : DisintegrateZyklon, fondé autour des ex-Emperor, Samoth & Trym, fait partie de ces groupes à qui l’on doit le nouveau souffle de la scène death metal de ces dernières années. Mixant à merveille des structures death très techniques avec quelques ingrédients black et industriels, la musique développée par le groupe possède un caractère très affirmé et inimitable. Ainsi, après seulement deux (excellents) albums à leur actif, les quatre norvégiens sont souvent surnommés les Morbid Angel européens.

C’est en mai 2006 que Candlelight commercialise Disintegrate, le 3ème album tant attendu du groupe. Comme d’habitude, la musique de Zyklon est très loin du bâclage, chaque titre est pensé dans ses moindres détails et forme un ensemble de grande cohérence, particulièrement recherché. Les rythmiques de Trym et les riffs de guitares de Samoth / Destructhor sont très complexes, et nécessitent alors un nombre incalculables d’écoutes, avant la compréhension toute les subtilités. De plus, l’atmosphère glaciale développée tout au long de l’album l’enrichit considérablement , lui conférant ainsi un côté unique.

Dans ces conditions, difficile ainsi de mettre un morceau en avant, puisque chacun recèle ses trésors, se dévoilant au fur et à mesure des écoutes, à l’image du break de Ways Of The World et de son solo magnifique, ou du superbe final de A Cold Grave. On a tout de même l’impression que le groupe en fait un peu trop, rendant ses titres difficilement accessibles, de par leur complexité et leur brutalité.

Parallèlement à la musique, la force de Zyklon réside aussi dans son concept ; le groupe propose toujours une couverture et un design très personnels, possédant ce côté très froid, mécanique, industriel, mais aussi emprunts d’un sens réel et d’une grande profondeur. Le visuel très soigné est d’ailleurs à l’image des paroles de Faust ; l’ancien batteur d’Emperor, reconverti en parolier, développe en effet ses pensées en montrant habilement et intelligemment les différentes failles de l’homme et de son système, invitant toujours le lecteur à une vraie réflexion, au lieu de dénigrer gratuitement et systématiquement.

Bref, Zyklon propose une nouvelle fois un album très abouti ; la musique et le concept qui l’entoure sont d’une si grande richesse que la durée de vie de l’opus est ainsi quasi infinie. Disintegrate plaira alors à coup sûr aux fans de death metal technique & alambiqué, mais déstabilisera peut être ceux qui recherchent avant tout un métal direct et accrocheur. Quoiqu’on en dise, Zyklon représente certainement le meilleur de la nouvelle génération death metal, aux côtés de Nile & Hate Eternal, de par son talent et sa créativité.

Fabien.

> - Les chroniques -, Zyklon — admin @ 2:00

6 juin 2007

Zyklon : World Ov Worms

Prenez deux célèbres musiciens d’un groupe culte en veille (j’ai nommé Samoth et Trym d’Emperor), ajoutez-y Destructhor de Myrskog et Daemon chanteur de Limbonic Art, si je vous dis en plus que l’intégralité des paroles a été écrite par Faust : vous obtenez un « all-star band » avec un cinq majeur impressionnant.

Quand des musiciens de ce calibre se réunissent, cela donne souvent un, au maximum deux albums plus ou moins réussis avant l’abandon du projet. Et bien non, nous ne sommes pas ici dans un délire éphémère entre potes mais bien dans les prémices d’un grand groupe et la suite de la carrière de Zyklon (auparavant appelé Zyklon-B) le prouvera.

D’abord au niveau de l’artwork, c’est fort bien réussi : étrange et inquiétant, collant parfaitement au concept industriel et misanthropique de Zyklon. Musicalement World Ov Worms est un savant mélange black et death mais bien différent de groupes comme Belphegor ou Angel Corpse, en effet, les norvégiens basent leur musique et leur imagerie sur la propension des humains à s’autodétruire.

Après une courte intro, Hammer Revelation nous balance un death/black carré et efficace qui n’est pas sans rappeller Myrskog avec une touche death un peu plus prononcée.
Deduced To Overkill est plus brutal et Trym s’en donne à cœur joie dans les blasts et la double pédale, à noter un break original avec un chant très oriental. Chaos Deathcult enchaîne avec des riffs qui tirent davantage vers le black metal et une fin de titre electro /indus bien venue, qui permet à l’auditeur de souffler un peu au milieu de cette tornade auditive, des parties qui reviennent de temps à autre en particulier sur Zykloned.

Arrive ensuite Storm Detonation, titre le plus abouti du CD qui lorgne plus vers ce que fera Zyklon avec l’album suivant Aeon, avec ses riffs et refrains accrocheurs, c’est un modèle de furie destructrice et maîtrisée. L’ambiance ne faillit pas et les chansons s’enchaînent sans lassitude dans une ambiance froide, apocalyptique et avec le sentiment inéluctable de filer vers les abysses.

Transcendental War – Battle Betwween Gods, long titre qui clôt l’album est un peu plus faible et manque un peu de « gnak » ce sera l’un des seuls reproches à faire à World ov Worms. Si on ajoute à cela un gros travail au niveau du son et des arrangements, comme ces superpositions de voix claires et extrêmes ou des samples bien placés, rien n’est à jeter.

Attention malgré tout : les inconditionnels du death pourront trouver le côté black trop prononcé, tandis que les amateurs de black pur jus regretterons un petit manque de haine. En fait World ov Worms est tout simplement une galette de metal extrême très fouillée et magistralement exécutée. Pour ceux qui pensent que brutalité peut aussi rimer parfois avec originalité, vous pouvez vous précipiter sur cette offrande les yeux fermés.

BG (www.spirit-of-metal.com)

Album décisif de la bande de Samoth, World Ov Worms apporte une nouvelle vision du paysage death métallique. Ses ambiances froides & sombres, son concept intelligent, ses structures complexes et son approche innovante en font un must dans sa catégorie, propulsant directement Zyklon sous les feux de la rampe, souvent cité comme le Morbid Angel européen. Difficile de mettre quelconque titre en avant, tant chacun possède une personnalité propre. J’adore notamment le climat dégagé sur les superbes Deduced et Zykloned, qui prennent véritablement aux tripes ! Du très grand art. Fabien.

> - Les guests -, Zyklon — fabien @ 1:30

1 janvier 2001