Love Lies Bleeding : Clinamen

Love Lies Bleeding : ClinamenOh, mes aïeux…

Mon Dieu, par où commencer ?

Bon, le nom de Love Lies Bleeding ne vous dira sans doute pas grand chose, seuls les acharnés de l’underground doivent probablement se dire : “Bah, encore une bouse signée sur CCP, on a l’habitude, allez hop, poubelle !” sans même avoir daigné jeter une oreille sur ce petit bijou…

Eh bien, détrompez-vous mes enfants.

Le Cd qui tourne en ce moment sur ma platine et qui m’enivre plus qu’un bon verre d’absinthe est une pure merveille, ni plus ni moins, impressionnante de noirceur et de mélodies.

Imaginez un black racé et froid, que dis-je, glacial, mais pas ce genre de black furibard et brouillon qui explose dans tous les sens, non, une sorte d’agression contenue et contrôlée, progressive, qui vous envahit au fur et à mesure, s’insinuant insidieusement en vous, rampante et sournoise, jusqu’à vous hypnotiser complètement.

Car cette musique violente et désespérée est avant tout d’une beauté à couper le souffle, les orchestrations sont magnifiques et les différents samples (il faut souligner ici le mariage audacieux mais très réussi de l’électro et du black pur et dur) contribuent à renforcer ce climat de noirceur étouffant, ce côté presque mécanique et clinique de la musique qui contraste étonnamment avec certaines envolées lyriques ébouriffantes où chant écorché, guitares hurlantes et véloces et boîte à rythmes épileptique copulent en un magma sonore orgasmique.

C’est tour à tour furieux, rapide et intense, ou bien lent, majestueux et mélancolique, mais toujours profond et envoûtant, toujours racé et mélodique.

Les guitares sont tranchantes et crachent des riffs hypnotiques, la boîte à rythme est variée et bien programmée, les parties électro voire carrément techno sont très bien assimilées au reste de la musique, se mariant merveilleusement au travail d’orchestration pour créer une ambiance unique et baroque.

Si vous n’avez pas peur de l’originalité (bien rare dans le black, il faut bien l’avouer !) et d’égarer votre âme dans les tréfonds de cette sorte d’opéra black baroque virtuose, osez l’expérience Love Lies Bleeding. Vous ne serez pas déçus.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.