Chroniques de Julien

Toute l'actualité metal par Julien

Zimmers Hole : When You Were Shouting at the Devil…We Were in League with Satan

Zimmers Hole : When You Were Shouting at the Devil...We Were in League with SatanJed ? Présent !!! Byron ? Présent !!! Gene ? Présent !!! Devin ? Absent (enfin pas tout a fait). Oui Zimmers Hole est l’antichambre de Strapping Young Lad et alors ? Il faut reconnaître que coté déconne et gros riffs ce disque se pose là en ce début d’année 2008. Il aura falu attendre plus de 6 ans avant d’avoir un successeur de Legion Of Flames. Mais quel successeur. Récit du moment de rigolade et de headbangeage en règle.

Il n’y a qu’a lire les titres qui jonchent cet album pour comprendre que l’humour et la dérision sont nécessaire pour apprécier When You Were Shouting At The Devil … We Were In League With Satan (rien que de l’écrire c’est fatiguant). Remarquez c’est annoncer avec un titre aussi long et marrant on ne pouvait qu’avoir un disque de déconneurs. C’est effectivement le cas. Lorsque l’on prend « Devil’s Mouth », ode alcoolique et bluesy, il faut encaisser le festival de grognements a peine compréhensible, de pets et de rot. Mais c’est fun et perso j’en ris encore. Mais même si le groupe se joue de certains clichés de par des samples particulièrement amusant, Zimmers Hole est aussi la pur vous en mettre une bonne. Ainsi on retrouve l’ami Jed Simon qui nous assène de bon gros riff power métal qui raviront les fans du genre. Plus que ça les mélodies se retiennent facilement et elles vous martèleront longtemps. Hymne de stade, pas loin. Les petits barjos se permettent même de plagier certains riffs bien connus au milieu de leur propre titre, amusant concept non ?

Le groupe sait aussi se faire plus « sérieux » avec des titres comme « The Flight Of The Knight Bat » (je sais le nom n’est pas sérieux). Plus lourd, plus puissant ce titre est l’un des plus punchy de l’album. Gros riffs, grosse marade. J’aime bien aussi le tout dernier titre qui en impose également par son riff principal et son refrain simple mais toujours efficace.

Le disque sonne bien gros car l’on voit le nez de Devin Townsend pointer. Quand on connaît se qualité de producteur, on ne peut qu’avoir confiance. C’est effectivement le cas, le son castagne comme il se doit.

Un disque qui ne se prend pas au sérieux mais qui envoie bien le boulet. C’est bien d’avoir ce genre de disque dans la ligné de Tankard pour la déconne alcoolique. Cet état d’esprit me convient surtout si il est couplé a de bon gros riffs et des refrains cinglants.

No comments

No comments yet. Be the first.

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

Mexico