Chroniques de Julien

Toute l'actualité metal par Julien

Viking Skull : Doom, Gloom, Heartache and Whiskey

Viking Skull : Doom, Gloom, Heartache and WhiskeyCe Viking Skull a véritablement été mon cadeau de Noel. Non sans rire je ne connaissais pas ce groupe avant mais bien mal m’en a pris me voilà a le mettre en boucle. Il faut dire que dans le genre le groupe a de sérieux arguments a faire valoir. On ne sera jamais au niveau de Down (qui peut l’être de toute façon) mais il faut être honnête, ce disque poutre grave. A l’instar mon de réveillon raclette sur trois jour, ce disque est gras, mais vraiment très gras. On commencera par le son qui est nickel au poil comme il faut. La production est très naturel, on a l’impression que le type t’a collé son gros ampli a lampe dans la cage a miel. Le son est a la pointe de la technologie mais elle est mise au service du viscérale. C’est crade comme il se doit, la basse est ronflante a souhait et les décibels courent. Un gros son c’est bien beau mais si les compos sont a chier ca nous fait une belle jambe. Mais avec un nom comme « Doom, Gloom, Heartache and Whiskey » on ne va pas faire dans le beurre allégé. Le gros riffs bluesy et grassouillet s’entrecroise avec des breaks à la Black Sabbath tout en collant des soli en pentatonique cher a nos gros guitaristes fétiches. Le titre éponyme par exemple est une tribune au Stoner a tendance Sludge. Gros groove dans la durée, petit break qui décolle le tympan rien a redire. La bande a Ozzy refait surface comme sur l’excellent « 19 Swords ». En un rien de temps nous voici une ambiance très éthérée avec un final grandiose. Franchement les différents accents de ce morceau sont vraiment appréciable surtout en cette période de froid. Le excelle aussi dans le gros qui tache avec un accent bluesy, on pourra prendre en exemple « In Hell » ou « Shot Down ». RRRRRRRrrrrrrhhhhh c’est bon d’être grassouillet. « In For Kill » porte bien son nom. Ce titre envoie le boulet sans retenu, probablement le titre le plus rentre dedans de la galette. Seul petit bémol le titre final qui traîne. A moins d’avoir bu un max pendante les 25 premières minutes ce titre pourrait passer à la trappe une fois sur deux. A moins que ça soit moi qui ai un problème avec le piano, peut être……. Le chant de Roddy Stone n’est pas comparable a celui du maître Philou mais dans son registre il assure. Bien rocailleuse avec un sens du « non compris » total qui est fort appréciable. On a vraiment l’impression que le groupe s’est invité dans notre salon et qu’il donne tout ce qu’il a dans le ventre. J’apprécie cette débauche d’énergie a sa juste valeur. Au final c’est mon coup de cœur de cette fin d’année 2008 qui aura été chargée en émotion forte et en bon disque. Allez je vais me reprendre une petite dose de Jack Da ca ne rendra ce disque que meilleur !!!!!!!!!!

No comments

No comments yet. Be the first.

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

Mexico