Chroniques de Julien

Toute l'actualité metal par Julien

Archive for the 'Nu Metal' Category

Ill Nino – Bataclan 2007

Ill Nino - Bataclan 2007   Ill Nino - Bataclan 2007   Ill Nino - Bataclan 2007   Ill Nino - Bataclan 2007   Ill Nino - Bataclan 2007  
No comments

Stone Sour + Ill Niño – Bataclan 2007

interview Ill Nino

Voila il aura fallu attendre presque 1 an avant qu je retourne voir Stone Sour en concert. Même endroit, même ferveur et surtout cette fois en headline afin de ne pas faire d’ombre a qui que ce soit. Le groupe se retrouve donc dans le Bataclan en compagnie d’une horde de fans qui ne reconnaît même pas Roy Mayorga lorsqu’il passe devant et qui n’a même pas remarqué que le groupe mange quelque 10 mètres plus loin. Enfin ce n’est pas la seule aberration de la soirée. Pour scander « Corey, Corey » en lieu et place de « Stone Sour, Stone Sour » enfin on y reviendra. En attendant nous voilà en compagnie de Ill Niño qui a la lourde tache d’ouvrir les hostilités.

Je dis lourde car le groupe c’est fait avoir cette fois. Après avoir privé Zuul Fx d’un son correcte lors de leur date a l’Elysée Montmartre, il se retrouve avec un son d’une assez mauvaise qualité. Si bien que certains morceaux sont vite passés à la trappe. Pas forcement très fan de leur métal latinos le temps se passe sans grande conviction. Le public se montre plus ou moins réceptif mais le son montre ses limites et les petits plus donnés par le percussionniste ne sont que très peu palpables. Venu sans actualités le groupe puise dans ses trois albums avec plus ou moins de réussite mais au final les titres essentiels sont là. Allez vite, vite on change le plateau et on envoie Stone Sour.

interview Stone Sour

Voila donc les maîtres de la soirée. Déjà électrisant sans être sur scène, le groupe déchaîne un raz-de-marée lors de son entré. Corey Taylor et sa nouvelle coupe de cheveux sont a bloc et la salle quasi comble donne sa pleine mesure des les premières notes de « 30/30-150 ». Le groupe n’a pas plus d’actu que Ill Niño mais il se passe clairement quelque chose entre l’audience et le groupe en pleine forme. Le son est bien meilleur que pour la première partie et l’on en a pour son argent. Corey Taylor est en super forme et il se donnera jusqu’à l’épuisement. La dernière fois le groupe été venu pour nous présenter en avant première son nouvel album et certains titre comme « Reborn » manquait d’une foule un liesse. Cette fois ça envoie de le gras et autant le groupe que la foule s’en donne a c?ur joie. Ca hurle REBORN a tous bouts de champs. Excellent. Le fameux moment ou Corey prend sa gratte tout seul pour les balades est unique. Il joue avec le public qui ne chante pas assez fort pour lui sur « Bother ». Le set se déroule sans peine (mise a part la gratte de Corey qui a lâché) et vient le grand moment, le rappel. Alors pourquoi scander Corey au lieux ce Stone Sour (nous y revoilà). Lui-même s’en amuse ne intercalant entre deux Corey un grand SUCKS. Il n’est pas le seul a jouer dans Slipknot et il n’est pas tout seul sur scène?. Enfin à la demande général le groupe fini sur l’excellent « Get Inside ».

Le groupe sortira pour rejoindre le tour bus devant une horde de fans réclamant photos et dédicaces. Le groupe se prêta au jeu bien que le pauvre Corey soit a bout de force. Merci a Stone Sour pour ce super show et on se revoit au Graspop !!!!!!!!!!!!!!

No comments

Slipknot : Voliminal: Inside the 9

Inside the 9Le voila ce nouveau DVD de Slipknot. Seulement 1 an apres le moyen 9.0 Live, voici donc que débarque dans nos bacs ce Voluminal : inside the nine. Rien qu’en regardant le contenu de ce disque, on ne peut que faire qu’une reflexion : ce DVD est fait pour les fans point à la ligne. Alors sommes nous vraiment dans l’intimité du groupe ou est-ce un pur plan marketing afin de maintenir la machine a flot pendant cette morne période ou les rumeurs de slit vont bon train??.

La première chose que l’on peut dire avant d’insérer le DVD dans sa platine c’est que le packaging a été très largement soigné. Le digipack est d’excellente qualité (mais on pourrait dire comme a chaque fois) ce qui constistue une bonne entrée en matière. Mais le plus important n’est il pas le contenu même des deux DVDs.

Ce coffret se divise donc en deux parties très distinctses. Une bonne et une moins bonne. Commençons pas la moins bonne qui révèle être le « Movie » comme il est mentionné au dos. Le reportage sur le groupe n’est pas à la hauteur de ce que l’on pouvait attendre. Et ce vide contraste avec l’évident soin apporté à la réalisation. Shawn Craham n’y est pas allé de main morte afin de nous proposer une ambiance psyché a souhait. Pas de grosse connerie ou de réflexion, juste un documentaire formaté qui ne fait passer en surface au lieu de nous révéler des petits secrets croustillants. Enfin?? vous pourrez toujours rigoler en voyant le « floutage » des visages alors que tout le monde connaît le visage de nos lascars. Bref ce documentaire est clairement destiné aux trues fans.

Le second DVD se révèle bien mieux et heureusement. On y retrouve l’intégralité des clips du troisième opus ainsi qu’un certain nombre de titre live tiré de la dernière tournée. Etant d’une assez bonne qualité bien que le son soit très « live ». J’avoue que ces versions assez roots (et donc plus proche de la réalité du live) m’a bien convaincu.

Voilà un DVD en demi teinte donc car l’on sent bien que le groupe n’a pas cherché a nous montrer plus que ça. Même si la forme est excellente, le fond n’est pas la hauteur. Heureusement que le deuxième DVD est là pour sauver l’ensemble.

Pour les fans uniquement. Si vous chercher du pur Slipknot live, mieux vaut se matter un bon coup de Disaster Pieces.

No comments

Helmet : Monochrome

Helmet : MonochromeLe voila ce second opus après la reformation du groupe. Si le premier album signant leur retour était une forme d’échauffement (dixit Page Hamilton, leader du groupe), ce second album semble être plus dense et de ce fait plus palpitant aussi. Alors info ou intox ?

La réponse viendra assez rapidement. Cette fois c’est la bonne, nous ne sommes pas là pour rigoler. Pour l’essai précédent la production était maison et donc plus roots, cette fois elle est très professionnelle et elle donne un bon gros coté bien puissant à l’ensemble. Sèche et limpide, elle laisse transparaître tout ce que ressent notre ami Page.

En ce qui concerne la musique en elle-même, elle a de quoi divisé les gens. C’est le genre d’expérience ou si l’on accroche pas d’entrer c’est foutu. Mélodique assez lancinant le groupe ne se révèle à la lumière du jour qu’a la lueur des solos de guitares assez géniaux qui parsèment tout ce disque. Oui les rythmique peuvent se révélées un peu morne mais ce n’est pas pour autant que le disque s’en retrouve mauvais. Cadencées, elles vous martèleront la tête à la manière d’un rouleau compresseur. Oui c’est du mainstram mais ce disque ce révèle a fil des écoutes d’une grande qualité. Pour en revenir aux solos, ils sont assez dissonants mais dans le bon sens du terme. On y retrouve une véritable recherche musicale qui finalement tranche de façon certaine avec les rythmiques assez simples.

Le chant de notre bon vieux Page est toujours aussi particulier et en même temps inimitable. C’est ce genre de chanteur qui cloue le bec aux conventions. Pas particulièrement mélodique on pourrait faire un parallélisme avec des gens comme Tom Wait par exemple. Vraiment surprenant si il s’agit de votre première écoute.

Un vrai bon deuxième album qui a de quoi rassurez. Si vous ne connaissez pas le groupe écoutez avant d’acheter. Si vous accrochez, foncez ce disque vaut vraiment la peine d’être écouté en détails………

No comments

Zuul Fx + Ill Nino – Paris 2006

interview Zuul FX

Voila un concert qui commençait plutôt mal. Une manif, un brocante bouffant toute la place pour se garer enfin le bonheur quoi. Mais rien ni personne ne pourra se mettre entre moi et un concert de Zuul Fx, personne !!!!!!!

En arrivant Karine m’annonce que le groupe ne jouera que 30 minutes du fait d’une soirée techno a 22h donc bon ça s’annonçait encore plus mal. Pour enfoncer le clou Brice me disait qu’il avait eu a Strasbourg la veille un set d’une durée normal mais bon. De toute façon toute la colère allait se dissiper quand le concert commença.

Le concert commença donc bien à l’heure, mais la salle était loin d’être plein comme un oeuf (environ 800 pré ventes pour une salle de 1300 personnes). Comparativement à Bodom par exemple c’est incomparable enfin revenons a nos moutons.

Le concert s’ouvre donc avec Zuul Fx et on voit tout de suite que le groupe est bien remonté, Steeve et consort se donnant a 200% dans ce set amputé de 3 à 4 morceaux. Le public n’a pas eu besoin d’être conquis, il était déjà tout acquis à la cause des régionaux. Il faut dire que leur dernier concert dans notre belle capitale remonte au mois de décembre. J’y ai d’ailleurs retrouvé mes amis de pogos. Donc dès les premières notes, la fury est lancée. Le son est cette fois impeccable. Que se soit la gratte, la basse ou la batterie on entend tous très distinctement. Et que dire de la voix du frontman qui a réussi à placer ses passages clairs avec beaucoup d’aisance.

Zuul Fx n’est pas que violence et les refrains clairs de « Cabal » ont pu faire mouche, voila c’est le bon réglage, c’est le bon souffle on ne change plus !!!!!!

Preuve que le show n’est pas stéréotypé, Steeve n’a pas aguiché le public avant « I 8 U », peut être pas manque de temps, mais en tout cas le public s’en est encore donné a c?ur joie. En revanche le groupe nous laissa chanter plus longtemps à la fin du titre ce qui est aussi bien.

Le set passa a une vitesse folle, même pas le temps de transpirer, le groupe étant contraint de jouer sans light (ils sont passés a deux doigt de jouer sans son aussi) pour le dernier titre, étant viré comme des malpropres de la scène (Aurel ayant failli décapité un fan en laçant sa baguette). Dure l’organisation quand même (en plus ils nous ont saoulé avec les photos mais pas de polémiques?.).

Reste que cette prestation est l’une des meilleurs du groupe, Zuul fx s’assoie vraiment comme la référence du genre en France !!!!!

interview Ill Nino

Passons maintenant à la grosse pointure de la soirée Ill Nino !!!!!

C’est une première pour moi j’avoue être assez impatient de voir ce que donne le combos sur scène. Premier constat la scène est assez dépouillé, Ill Nino n’ayant disposé qu’un simple drapeau en fond mais nous ne sommes pas là pour faire une comédie musicale, mais nous sommes là pour un concert de métal. L’association batterie/percus dans le fons de la scène rend extrêmement bien, Dave étant plus qu’imposant derrière ses fûts. Dany n’est pas mal non plus aux commandes des percus. D’ailleurs on entendra distinctement les deux compères?..

Une fois tous le monde en place on verra arrivé Cristian, paré d’un gilet pare-balle qui,il faut le reconnaître, donne un petit coté sympa.

Les autres instruments ne seront pas en reste et chacun disposera d’un son plus que correcte. Mention spéciale qund même qu chant qui, comme pour Zuul fx, sera très bien balancé rendant ainsi hommage aux magnifiques voix claires de Cristian.

Un constat qui a vraiment frappé, c’est la la grande différence entre les compos du groupe. Car si je connaissais le dernier album sur le bout des doigts je me souviens pourquoi le deuxième opus ne m’avait fait aucun effet. C’est beaucoup trop néo, mais le public en redemandait et c’est bien là l’essentiel (désolé j’ai fait mon papi encore une fois).

Le public justement fut un allier de tous les instants, ne lachant aucuns refrains (et même les couplets). Pas plus nombreux qu’à Zuul Fx, il se resserra quand même vers l’avant donnant un effet plus compact.

Tous les classiques seront passés en revu mais je maintient que la mention spéciale reste pour les titres du dernier opus. Les refrains clairs étant entonnés par l’assemblé toute entière.

Comme pour Zuul Fx le set passera trop rapidement même si personne ne se sentira lésé tant la prestation de Ill Nino fut impeccable. Je m’éclipse durant le dernier morceau du rappel, une poignée de main à Brice et je rentre un poids en moins sur la conscience, toute la colère étant parti?.

Vivement le prochain concert !!!!!!!!!!!

No comments

Ill Nino – Paris 2006

Ill Nino - Paris 2006   Ill Nino - Paris 2006   Ill Nino - Paris 2006   Ill Nino - Paris 2006   Ill Nino - Paris 2006  
No comments

American Head Charge : The Feeding

American Head Charge : The FeedingBon bon voilà un CD qui me semble bien étrange. Mais que se cache t’il derrière un pochette aussi étrange. Et bien non ce n’est pas un CD étrange malheureusement?

Fort d’un premier CD assez réussi dans le monde du néo métal, je m’attendais à une continuité. Mais au lieu de ça nous avons le droit un sous pale copie de Korn. Et c’est bien dommage car même si ce n’était pas très original ça avait au moine le mérite d’être efficace. Dans le CD qui nous intéresse ici tout est prévisible et surtout très stéréotypé. Toute l’efficacité est partie dans d’autre sphères et il ne nous reste que les clichés : gros riffs pas originaux et refrains mélodiques entendus mille fois. Quand le groupe s’aventure dans des passages lents (en théorie), on se retrouve toujours dans ce qui se passe dans Korn. Alors même si les américains sont la référence du genre, on peut tout de même se trouver un genre qui nous est propre, non ?

En terme de qualité c’est sur que la prod est de qualité et que le son est énorme. Les mixages sont parfaits mais étant donné de manque de riffs c’est du gâchis.

En un mot comme en cent, restez sur Korn et oubliez ce nouvel opus qui est une déception, vraiment dommage

No comments

Ill Niño : Confession

Ill Niño : ConfessionAprès un premier album prométeur et un deuxième album plus que moyen (pour ne pas dire mauvais), Ill Nino revient avec un troisième opus des plus prometteurs.

Alors pour l’instant c’est toujours exit les solos de guitares mais en revanche on peut saluer le retour du gros riff qui fait plaisir. Le tout mélange avec des percus sympa non, Ill Nino signe son retour de bien belle façon en délaissant le coté commercial de la seconde galette qui était il faut le reconnaître de bien mauvais goût. Donc comme je vous l’ai dit retour du gros riff et surtout retour de l’espagnol. Le son est typique du groupe ce qui ne dépaysera pas les fans et grâce à ses rythmiques plus thrash pourra même ralier de nouveau metalhead a sa cause. Je dit cause car les paroles sont toujours engagé bien que parfois ça frôle la parodie?.

Une chose que j’ai vraiment trouvé sympa c’est l’alternance de structure entre les morceaux. Ils ne sont pas réglé comme du papier a musique c’est le cas de le dire. Le chant claire n’arrivant pas au bout de 1 minutes a coup sur. Bien ecrit tout ça?..

Voilà sans être un retour aux sources total, Ill Nino nous propose un bon album de métal se détachant même de la trop pesante ombre de Soulfy.

No comments