Chroniques de Julien

Toute l'actualité metal par Julien

Archive for the 'Stoner' Category

The Cursed : Room Full Of Sinners

The Cursed : Room Full Of SinnersEn attendant la sortie d’un nouvel opus d’Overkill, Bobby “Blitz” Ellsworth s’ennuie. Alors il décide de se faire plaisir en montant, The Cursed, un groupe très US qui sent bon le gras et la bière. Dans cette année 2007 où toutes les productions sont plus propres les unes que les autres ça fait du bien d’avoir un peu de saleté, et pour être sale Room Full Of Sinners l’est.

C’est bien vrai que la présence du chanteur d’Overkill est pour beaucoup dans l’intérêt porté à ce groupe. Il vrai aussi qu’il est pour beaucoup dans la « qualité » de cet album. Si je mets des guillemets c’est qu’il ne faut quand même pas se leurrer. Ce disque ressemble plus à une grosse jam entre potes qu’à un véritable disque à vocation lucrative. Pourquoi ? Réponse simple, les riffs ne cassent pas des barres. Nous sommes face à un album aux riffs lourds, puissants et gras mais pas franchement orignaux. Faut-il jeter la pierre à Bobby et ses potes, non !!!!! Lorsque que l’on aime, on ne compte pas. Pas originaux ne veut pas dire que ce disque est mauvais, c’est juste qu’il ne sera pas inoubliable. Pour les inoubliables nous avons Black Sabbath.

Mais il faut quand même rendre à Bobby ce qui appartient à Bobby. Si les riffs rocailleux ne sont pas une mine d’idées, Bobby, lui, s’en donne à cÅ“ur joie. Ce tempo finalement assez lent et lourd lui permet de faire des fantaisies impensables dans Overkill. Grave, aigu, surréaliste, crooner, Bobby sait tout faire. Bon Ok avec plus ou moins de réussite mais au final on retiendra la prestation d’un grand monsieur du métal.

Comme annoncé plus haut le son est bien crados mais c’est volontaire. Ca sonne un peu comme Pride And Glory et moi j’adore. Affaire de goût mais je suis sûr de ne pas être le seul à aimer.

Pas de grosse révolution mais ce disque pourra trouver son public auprès des fans du chanteur et des fans de heavy bien lourd. Possibilité de passer un bon moment sur scène si le groupe se lance dans des improvisations délirantes……

No comments

Earth Of Distrust : I Am Sin

Earth Of Distrust : I Am SinVoilà un disque pas banal. Le groupe annonce une multitude d’influences et j’avoue que ce mélange a de quoi me faire rêver. Du Stoner, du métal et du Hardcore, miam, miam ! Mais il faut toujours se poser la question de savoir si le groupe va bien suivre à la lettre ce qui est décrit dans la bio ou si on va avoir à faire à une bande de farfelus incapables de faire la différence entre Maria Carey et Mahyem. Allez, lançons nous dans l’écoute de cette démo 4 titres…

Déjà, le son est assez sale, à la manière par exemple de Corrosion Of Conformity, ce qui me plait bien. L’intro est assez ambiante et les quelques murmures créent une atmosphère assez sombre des plus captivantes. Mais je veux un vrai morceau ! C’est alors qu’arrive le second titre avec une intro très Stoner plaisante mais qui va hélas durer la quasi-totalité du morceau. Ce titre instrumental est lui aussi de qualité, avec un final boosté par une grosse rythmique bien métal, mais le chant brille par son absence, ce qui est bien dommageable. J’y aurais bien collé un bon chant suintant le gras. Heureusement, le troisième titre est lui un « vrai » morceau, avec du chant ! Et là je suis a 100% d’accord avec la définition du groupe. Les riffs sont Stoner, avec des passages appuyés à la Metallica et le chant est étrange. Étrange, car surprenant. Ce chant en théorie hardcore m’a clairement fait penser à celui de Dani Filth. Il s’accouple à un chant aux lignes presque lyrique, tout en restant bien grave, et à un autre chant plus classique. Ce côté Dani Filth est probablement accentué par la prod’ un peu légère et il y a fort a parier que le rendu en live est nettement meilleurs. Il faut par ailleurs rappeler que le groupe est à l’origine une formation purement Hardcore, ce qui justifie que ces mecs là maîtrisent tout de même bien leur technique de chant. La démo s’achève sur une outro de la même teneur que l’intro, agréable mais un peu courte.

Le son est plutôt pas mal et il colle bien a l’ambiance général du disque. Il faudrait par contre travailler d’avantage le chant pour éviter cette impression curieuse que j’ai expliqué plus haut.

Cette démo est au final un peu courte pour que l’on puisse se faire une véritable idée sur le groupe. On arrive tout de même a entrevoir le potentiel intéressant de cette formation. A surveiller !

No comments

Camion : Promo 2006

Camion : Promo 2006Bon je vais faire la blague comme ça, ça sera fait. « Dit Camion, Pouet Pouet !!!! », j’ai honte et je vais mourir dans mon coin. Mais il faut reconnaître que certains groupes choisissent hyper mal leur nom car cette démo n’a vraiment rien d’un rouleau compresseur. Annoncer comme du stoner ce disque est plus un petit four tout qu’autre chose. Au final on est un peu sur notre faim.

Le coté dit « stoner » doit venir de certains riffs assez rock poisseux mais pour le reste on en est bien loin. Si le coté « stoner » peu venir du fait que le son soit bien crade mais je trouve ça un peu réducteur et facile. En revanche pour le chant c’est une autre paire de manche. Ca ressemble fortement à ce qui se fait dans le métacore sauf qu’une groupe Illusoria le fait beaucoup mieux que Camion (le nom me fait rire, même un groupe de grind ne l’aurait pas fait). Le mélange chant écorché et chant clair ne fonctionne pas très bien, le cahnt écorché aurait largement suffit. C’est a se demander si certains groupes ne se sentent pas obligés de mettre ce type de chant pour faite moderne.

Pas très inspirés, les compos sont assez similaires entre elles, ce qui donne un effet pesant et pompeux à cette démo. Pire un passage fait penser à « Eye Of The Tiger » ce qui est loin d’être la meilleur référence du monde (même si ça passe dans Rocky mais c’est bien le seul moment ou ça fait !!!!!).

Espérons que la suite sera meilleure car on est bien loin d’un résultat satisfaisant. Reste que le groupe fait preuve d’engouement pour sa musique mais ça le fait tout, la preuve…….

Pouet Pouet !!!!!!!!!

No comments

Mannhai : Hellroad Caravan

Mannhai : Hellroad CaravanMannhai serait il l’anti-chambre d’Amorphis ? Pourquoi pas car pas moi de trois ex du groupe sont (ou sont passés) dans cet excellent groupe de Stoner finlandais. Drôle de reconversion mais excellente reconversion. Il faut dire que Pasi Koskinen donne de la voix et du corps a ce Hellroad Caravan qui est taillé dans le whisky avec un pic a glace.

Car d’entrer de jeu nous sommes plongés dans l’univers si cher au américain. Le bon gros rock’n roll bien gras avec des bon s gros riffs poisseux. Le chant de Pasi est lui aussi bien gras et c’est a se demander pour il n’a pas été garder par Amorphis. Peut être que cette soif de rock en acier trempé aura refroidi les ardeurs de certains….

Pour ne rien gâcher, le groupe dispose d’un son bien propre, trop propre a mon goût, mais qui permet de profiter à 200% des compos. La comparaison pourrait même se faire avec Corrosion Of Conformity dans le grain de guitare, sauf que celui des américains est plus sale, plus comme je l’aime……..

En terme de compos c’est du solide. Rythmique lourde, solos rock’n roll a souhait, poussés de fièvre avec des cris venus de nulle part. Avec la petite touche nordique inimitable, Mannhai arrive à s’approprier parfaitement le genre pour en faire un véritable rouleau compresseur. Heureusement que le nouveau Motörhead ne sort que fin août, comme ça vous allez pouvoir prendre Hellroad Caravan pour partir en vacances, il n’y a rien de mieux qu’un bon petit disque de stoner pour bien commencer un roadtrip.

Voilà simple et efficace ce disque vous donnera une banane d’enfer. A consommer sans modération !!!!!!!!

No comments

Southern Isolation : Southern Isolation

Southern Isolation : Southern IsolationVoilà un petit EP qui n’est pas a proprement parlé du métal. On pourrait même dire que du fait qu’il soit quasiment en acoustique il n’aurait pas sa place sur SOM. Mais il faut dire que le monsieur qui est derrière la guitare est un grand du métal puisque qu’il s’agit de Phil Anselmo. Au chant et à la deuxième gratte on retrouve sa gentille (ex ?) femme Opal, qui a également officié dans Viking Crown (tient tient un autre projet de Phil).

C’est donc un petit cadeau qui nous permet de rentrer dans un monde très personnel au travers de quatre titres de rock acoustique. Planante la musique de Southern Isolation correspond parfaitement au personnage de Phil. Je me dis que lors d’un lendemain difficile, cette musique est la seule à pouvoir soulager votre tête. Ambiante à souhait, on se laisse porté vers un sommeil réparateur. Non pas que la musique soit ennuyeuse, mais elle vous transporte dans un monde où rien n’est hostile. La voix d’Opal n’est pas étrangère à ce phénomène, son timbre étant d’une douceur assez unique (on a du mal à croire qu’elle évoluait dans un groupe comme Viking Crown). Mais il n’y a pas que de la gratte acoustique dans cet EP, on retrouve également de l’électrique, et un peu comme Led Zep, la magie opère. Feutré le son colle parfaitement à la gratte de Phil, donnant une atmosphère encore plus prononcé. Dommage qu’elle ne soit pas utilisée plus souvent dans le disque car le rendu est vraiment excellent.

Voilà un petit quatre titre assez dur a trouver en France mais qui vaut le détour par sa quiétude et sa beauté. Sans être incontournable, ce disque vaut vraiment le coup.

Une très bonne acquisition !!!!!!!!

No comments

Sahg : I

Sahg : ILe mIeux à faIre quand on a une vérItable passIon pour un groupe c’est de ne pas essayer de le copIer. Et pour ce « I » Il faut dIre que toute ressemblance avec un certaIns groupe des années 70 nommé Black Sabbath n’est que pure coïncIdence. EnfIn peut être pas fInalement…..

SI ce constat est évIdent c’est bIen d’entrer de jeu que l’on reconnaît l’Influence des BrItannIques. Même type de son (on vous a reconnu même avec un son plus moderne), même effets sur la voIx et même façon de chanter, même façon de composer. Après peut on leur jeter la premIère bIère. CertaIns dIront ouI d’autre non c’est purement une affaIre de goût. Faut Il encourager ce genre de plagIat ? Faut Il faIre blocus quand l’évIdence saute au yeux ? Vous êtes le seul maître !!!!

Reste que sI Black Sabbath avaIt contInué a faIre de la bonne musIque (ola le rIsque que je prend, maIs la fIn avec Ozzy est horrIble Il faut être honnête, enfIn….), avec un son actuel ça auraIt donné ça. Car Sahg nous propose des tItres de qualItés et sI son affIlIatIon vous pose un problème mIeux vaut passer son chemIn. MoI je reste car je suIs assez charmé par la le coté très qualItatIf du CD.

Alors même sI le chant est très calqué sur celuI d’Ozzy, le chanteur de Sahg a quand même un graIn bIen a luI quI même sI Il est noyé dans les effets arrIve a bIen ressortIr. MaIs les lIgnes de chant trop sImIlaIres gâchent ce quI auraIt pu faIre la dIfférence, dommage….

Les compos en elle-même rappellent elles aussI le groupe que je vaIs arrêter de cIter tout le temps. Même tempos, mêmes structures Il ne manquaIt plus que ce soIt exactement les même rIffs et nous serIons tombés dans un « trIbut ». Non les mélodIes, même sI elles rappellent Black Sabbath, n’ont rIen a envIer a leurs aînés. C’est le gros poInt fort, rappelé amIs en Innovant quelque peu. MaIs bon ça ne sera pas du goût de tout le monde je le conçoIs tout à faIt.

VoIlà un bon dIsque dans le genre pour peu que vous passIez outre le sentIment de pale copIe. Chose que n’est pas ce « I »………

No comments

President Evil : Thrash’n Roll Asshole Show

Thrash'n Roll Asshole ShowVoilà un disque qui jouera plus sur votre coté affectif que sur votre coté zicos. Car si il y a bien une chose que le groupe doit recevoir c’est toute notre sympathie. Voilà un disque qui doit faire fureur dans la voiture lors des départs en vacances. Pas de prise de tête, juste du bon temps avec les lascars de Président Evil et c’est à la limite tout ce que l’on demande?.

Rien qu’avec le nom du groupe et de l’album, on sait que l’on ne va pas se prendre au sérieux. On retrouve le même état d’esprit dans la musique prodiguée par le groupe. Un petit mélange de Stoner et de Thrash qui s’avère bougrement efficace. Le groupe puise dans le coté bien crasseux des deux styles. Donc pas de solos de gratte, snif mais des rythmique qui oscille donc entre les deux. Le mélange est frais et avec une bière et des potes sur la plage ça doit le faire !!!!!!!

Le son est a l’image du reste assez sale mais on sent que c’est la volonté du groupe, de toute façon un autre son n’aurait pas convenu, donc nous n’avons pas a nous plaindre. Reste que ça ne plaira pas à tous le monde et ça se comprend. D’où le coté sympathie qui entre en jeu. Ce disque n’est pas une foudre de guerre mais il fait passer de bon moment et fait hocher la tête que demander de plus à la limite.

En terme de chant il est assez musclé et colle lui aussi assez bien au reste. C’est un défouloir formidable même si certains refrains sont parfois un peu durs à capter (mais bon vu que le disque peut passer en boucle vous les attraperez au vol).

Voilà plus un exutoire qu’un disque technique, ce premier essai de Président Evil reste sans prétention mais où est le problème de rester humble ?

Un bon moment à passer !!!!!!!!

No comments

President Evil : The Trash

The Trash ?N Roll Asshole ShowVoilà un disque qui jouera plus sur votre coté affectif que sur votre coté zicos. Car si il y a bien une chose que le groupe doit recevoir c’est toute notre sympathie. Voilà un disque qui doit faire fureur dans la voiture lors des départs en vacances. Pas de prise de tête, juste du bon temps avec les lascars de Président Evil et c’est à la limite tout ce que l’on demande?.

Rien qu’avec le nom du groupe et de l’album, on sait que l’on ne va pas se prendre au sérieux. On retrouve le même état d’esprit dans la musique prodiguée par le groupe. Un petit mélange de Stoner et de Thrash qui s’avère bougrement efficace. Le groupe puise dans le coté bien crasseux des deux styles. Donc pas de solos de gratte, snif mais des rythmique qui oscille donc entre les deux. Le mélange est frais et avec une bière et des potes sur la plage ça doit le faire !!!!!!!

Le son est a l’image du reste assez sale mais on sent que c’est la volonté du groupe, de toute façon un autre son n’aurait pas convenu, donc nous n’avons pas a nous plaindre. Reste que ça ne plaira pas à tous le monde et ça se comprend. D’où le coté sympathie qui entre en jeu. Ce disque n’est pas une foudre de guerre mais il fait passer de bon moment et fait hocher la tête que demander de plus à la limite.

En terme de chant il est assez musclé et colle lui aussi assez bien au reste. C’est un défouloir formidable même si certains refrains sont parfois un peu durs à capter (mais bon vu que le disque peut passer en boucle vous les attraperez au vol).

Voilà plus un exutoire qu’un disque technique, ce premier essai de Président Evil reste sans prétention mais où est le problème de rester humble ?

Un bon moment à passer !!!!!!!!

No comments

President Evil : The Trash

The Trash ?N Roll Asshole ShowVoilà un disque qui jouera plus sur votre coté affectif que sur votre coté zicos. Car si il y a bien une chose que le groupe doit recevoir c’est toute notre sympathie. Voilà un disque qui doit faire fureur dans la voiture lors des départs en vacances. Pas de prise de tête, juste du bon temps avec les lascars de Président Evil et c’est à la limite tout ce que l’on demande?.

Rien qu’avec le nom du groupe et de l’album, on sait que l’on ne va pas se prendre au sérieux. On retrouve le même état d’esprit dans la musique prodiguée par le groupe. Un petit mélange de Stoner et de Thrash qui s’avère bougrement efficace. Le groupe puise dans le coté bien crasseux des deux styles. Donc pas de solos de gratte, snif mais des rythmique qui oscille donc entre les deux. Le mélange est frais et avec une bière et des potes sur la plage ça doit le faire !!!!!!!

Le son est a l’image du reste assez sale mais on sent que c’est la volonté du groupe, de toute façon un autre son n’aurait pas convenu, donc nous n’avons pas a nous plaindre. Reste que ça ne plaira pas à tous le monde et ça se comprend. D’où le coté sympathie qui entre en jeu. Ce disque n’est pas une foudre de guerre mais il fait passer de bon moment et fait hocher la tête que demander de plus à la limite.

En terme de chant il est assez musclé et colle lui aussi assez bien au reste. C’est un défouloir formidable même si certains refrains sont parfois un peu durs à capter (mais bon vu que le disque peut passer en boucle vous les attraperez au vol).

Voilà plus un exutoire qu’un disque technique, ce premier essai de Président Evil reste sans prétention mais où est le problème de rester humble ?

Un bon moment à passer !!!!!!!!

No comments

Interview : Fireball Ministry

interview Fireball MinistryCan you tell me the story of the Band ?
Fireball Ministry was formed in 1998 by James Rota (guitar/vocals) and myself (Emily Burton-guitar). Our first record “Ou Est La Rock?’ came out in 1999, followed by “The Second Great Awakening” in 2003. We have a new record called “Their Rock Is Not Our Rock,” and our rhythm section is John Oreshnick (drums) and Johny Chow (bass).

What’s the meaning of your band’s name?
Fireball Ministry is the name of a real church in Cincinnati, Ohio where James and I went to school. They would broadcast their servcies on television and were very “fire and brimstone.” We liked the name for our band because we feel about heavy metal the way alot of people feel about their religions. It’s more than just music- it’s a lifestyle.

Can you tell me more about your last record ?Their rock is not your rock??
The new record was produced by Nick Raskulinecz (Foo Fighters). I don’t think it’s a departure from our other records. It’s heavy rock that you can sing along with and it’s good for a party.

Can you explain us the Name of your last record?
“Their Rock Is Not Our Rock” is an abbreviated version of a bible verse from the Book of Deuteronomy. It was written on the back of a program from a friend’s wedding and we thought it applied to our music. We’re basically saying that we’re not trying to be the flavor of the week and that we don’t follow trends; we make the music that we make.

Why did you choose a french name for your first record?
A friend of ours told us a story about how he had been in Paris looking for a particular jazz club, running around the city saying “Ou est le jazz?” We called our record “Ou Est La Rock?” because at that time there weren’t alot of bands playing straightforward rock. There was alot of dance music and hip hop but no one was rocking.

Your more rock/stoner but what is the spirit of metal for you?
The spirit of metal for me is bands like Judas Priest, Diamond Head, old Metallica, Megadeth, Mercyful Fate- bands that play music that sounds tough and makes you want to party. Bands who set their own terms, do their own thing and play what they want to play.

When will come in France?
Soon if all goes well. We’ve done quite a bit of touring through the US on this record so Europe is where we would like to go next. The record came out a few months earlier in the States.

What’s tour best memory with the band?
We recently got to open for Judas Priest in Michigan.

Thank, the last word is your???.
Keep It Heavy.

Réponses par Emily J Burton

En savoir plus sur Fireball Ministry

No comments

« Page précédentePage suivante »