La Balafre

Just another Metal-blogs.com weblog

Septic Flesh : A Fallen Temple

July 14th, 2007 by admin

Septic Flesh : A Fallen Temple« A Fallen Temple », sorti en 1998, n’est pas officiellement le quatrième album des Grecs de SEPTIC FLESH, mais il le constitue de fait.

L’album se divise en trois parties : « The New Order » (le Nouvel Ordre), puis « Testimonial » (Recommandation), enfin « End.of the Circle » (Fin du Cercle).

« Le Nouvel Ordre », première section de l’album, contient quatre morceaux.

Le premier, intitulé « Brotherhood of the Fallen Knights », et le troisième, « Marble Smiling Face », constituent deux inédites de première qualité, Death Metal mélodique et onirique, plein d’échos lointains, de reflets aqueux dans les harmonies, de cette Joie de l’éternité, qui est une mélancolie discrète et heureuse.

Mais les deux autres morceaux, sont plus?surprenants. La qualité en est par ailleurs tout aussi superbe, sinon supérieure. Il s’agit du deuxième morceau de cette première section, « The Eldest Cosmonaut », et du quatrième, titré « Underworld – Act I ».

« The Eldest Cosmonaut » est le morceau phare de l’album, et peut-être son chef-d’?uvre. L’atmosphère humide, pleinement aqueuse, à laquelle nous avons fait allusion plus haut, se révèle un infini cosmologique, celui de l’espace. Le rythme est de tempo moyen ; les voix masculines et féminines sont claires et étrangement résonnantes ; un clavier de piano et de samples scientifiques y constitue un instrument à part entière ; tandis que la basse accentue la lourdeur et l’oppression d’une atmosphère saturée d’hydrogène, en l’absence totale d’oxygène. Les guitares enfin oscillent en circonvolutions inédites, – mélodies perdues au sein du cosmos. À noter cependant l’absence totale de voix Death. Probablement le morceau le plus original et l’un des plus grand chef-d’?uvre de SEPTIC FLESH.

« Underworld – Act I », quatrième et dernier morceau de cette première section, est un morceau de musique classique contemporaine, très avant-gardiste dans le style. En effet, la musique y est descriptive de l’action, sans sacrifier l’image du Ciel, des rêves. « Underwold – Act I » se veut donc une musique représentative de la vie dans son ensemble, à tous ses niveaux hiérarchiques. Le chant soprano cristallin de Natalie Rassoulis, professionnelle, accompagne dignement les notes, avec les voix masculines claires de Sotiris et Kostas. Les jeux de voix ont par ailleurs extrêmement riches, profonds et variés.

Les paroles des musiques purement Death Metal se réfèrent au Passé. Celles des deux morceaux plus originaux, relèvent de la science-fiction. Mais cette science-fiction permet de se plonger en réalité dans un vertige futur qui ramène à notre Passé le plus antique. Autrement dit, aller de l’avant pour comprendre notre âme humaine la plus ancienne, la plus substantielle.

Je me suis beaucoup étendu dans la description de cette première section : Le Nouvel Ordre. Mais, c’est qu’à travers elle, l’album « A Fallen Temple » (Un Temple effondré) découvre pour la première fois le dédoublement schizophrénique qui poussera le groupe à se scinder en deux entités distinctes : d’une part, le SEPTIC FLESH purement Death et brutal de « Revolution DNA » (1999), de l’autre l’aventurier CHAOSTAR (1999-2004). Avant que le conflit ne se résolve à travers le prisme du dernier album en date de SEPTIC FLESH, le sublime, mortuaire et sélénite « Sumerian Daemons » (2003).

Je passe donc plus rapidement sur les deux autres sections évoquées : « Recommandation » et « Fin du Cercle ».

« Recommandation » est le réenregistrement du Mini Lp « Temple of the Lost Race » (titre éloquent s’il en fut) qui fit remarquer SEPTIC FLESH sur la scène Metal. Et leur permit la signature en vue de la réalisation d’un premier album.

Les quatre chansons de« Recommandation » se révèlent très brutales, très violentes, – délicieux interlude entre deux sections plongées pour l’essentiel dans ce tempo moyen qu’affectionnait particulièrement SEPTIC FLESH à cette époque. Le son est excellent, puisque le groupe bénéficie des studios de qualité dévolus aux artistes confirmés. Quelques samples, méthode très originale en 1991 (date de composition), agrément ces guitares et cette basse coercitives ainsi que ce chant impérieux, agressif. Les solos s’y révèlent déjà serpentin, s’entrelaçant en permanence jusqu’à l’embrassement fusionnel, lorsqu’ils sont lâchés !

Troisième Section, « Fin du Cercle » referme la boucle commencée à la première section et interrompue par la seconde. Mais elle rejoint « Le Nouvel Ordre » en ce qu’il possédait de plus inédit et original à travers ses deux morceaux.

Le premier est « Underworld – Act II », qui présente toutes les caractéristiques du premier acte déjà décrit.

Puis, en second, l’album se clôt sur une « dark version » de « The Eldest Cosmonaut ». En réalité, la même que la « clear version », mais agrémentée d’un sample de batterie industrielle très lourde et au jeu varié, et d’un chant Death Metal guttural en voix principale. Je trouve cependant cette version moins gracieuse, moins heureuse que la précédente. C’est pourtant elle qui fera l’objet du seul clip vidéo du groupe.

En conclusion, « A Fallen Temple » est un album de Death Metal d’une originalité rare, aveuglante, et, aussi fou que puisse paraître cet adjectif, aqueux, tant l’humidité y semble?spatiale ! À s’y noyer.

Leave a Comment

Please note: Comment moderation is enabled and may delay your comment. There is no need to resubmit your comment.