La Balafre

Just another Metal-blogs.com weblog

Septic Flesh : Forgotten Paths

July 19th, 2007 by admin

Septic Flesh : Forgotten PathsIl est des êtres qui, aussi intelligents qu’ils puissent se révéler, n’en seront jamais moins banals que la majorité plus idiote. Lorsqu’ils savent se développer, on parle de talent, parfois immense.

Puis, il est de rares hommes qui possèdent assez de caractère, de personnalité, pour s’offrir le luxe d’idées personnelles. S’ils savent construire leur intelligence, ils peuvent confiner au génie.

Telle semble la promesse de ce « Forgotten Paths (The Early Days) ». Celui-ci contient la réédition de la première démo studio de SEPTIC FLESH, parue en 1990, d’une durée d’une demi-heure, et intitulée « Forgotten Path » (Le Sentier Oublié). L’album est agrémenté de trois titres live à Athènes en 1991, interprétant trois chansons issues de ladite démo. Soit un quart d’heure de durée en plus.

J’avouerai de suite avoir été fort déçu ! Tout au moins par la démo studio. Sa piètre, mais réellement très piètre qualité acoustique sature l’atmosphère auditive. Cette vertu a le malheureux résultat de rendre l’auditeur rapidement autiste.

Et ce repli protecteur du sens de l’ouïe rend immédiatement la critique qualitative plus sévère.

Or, il faut bien reconnaître que l’originalité de SEPTIC FLESH ne se devine encore qu’implicitement sur cette démo. Le style des Grecs découvre naïvement ses influences, qu’il a du mal parfois à épurer à travers son prisme. Les riffs, dans leur débauche de brutalité, possèdent encore un coté très états-uniens, très Tampa, très old school.

Mais j’ajouterai aussitôt que la personnalité, l’originalité future et immense du groupe, se pressent (du verbe « pressentir ») à chaque mesure.

Certes, une impression de brouillon éclate à chaque note. Pourtant, l’agencement structurel des morceaux est déjà unique, très recherché. Plus encore, les mélodies possèdent déjà la qualité de ces riffs magiques et oniriques qui seront la patte du groupe, quand bien même lesdits riffs me paraissent sur cette démo plus scrofuleux que d’outre-tombe. Autrement dit, le caractère musical et poétique me semble plus morbide qu’antique, plus gothique qu’onirique. Et c’est là que l’on sent que les Grecs n’ont pas terminé leurs années de formation personnelle, en tant qu’individus. Cinq années y suffiront, jusqu’au merveilleux « Esoptron » (1995), deuxième album de SEPTIC FLESH. L’évolution n’a jamais été en mal, dans ce groupe étonnant.

Quid des titres live ? Placés à la fin, ils constituent la bonne surprise de l’album. Par la Mort-Dieu ! la prestation énergique du groupe face à un public peu nombreux mais déchaîné, nous renseigne sur la vigueur en Grèce de la scène Metal underground au début des années 1990.

Le seul point noir de « Forgotten Paths (The Early Days) » serait la voix de Spiros. Adolescent de 17 ou 18 ans au moment des enregistrements, il lui est difficile d’assurer cette voix dragonesque (« Dragon Voice ») qui fera sa renommée quelques années plus tard.

« Forgotten Paths (The Early Days) » nous présente donc un génie latent, en formation. Une sorte de brouillon du caractère futur du groupe. Cet album se recommande aux seuls fans.

15 /20 pour les fan-atiques du Seigneur des Rêves (Septic Flesh).

10 /20 pour ceux qui cherchent juste un bon album Death Doom Dark.

Leave a Comment

Please note: Comment moderation is enabled and may delay your comment. There is no need to resubmit your comment.