Godsmack : Awake

Ξ juin 19th, 2010 | → 0 Comments | ∇ Neo Metal |

Godsmack : AwakeAprès le succès de leur premier album tout simplement appelé « Godsmack », les américains décident de rempiler pour second album en cette année 2000. Nommé « Awake » et composé de onze titres tous aussi dynamiques et intéressants les uns que les autres, le groupe, avec leur compos de très bonnes factures, ne pouvait pas s’attendre à autant de succès et de récompenses après la sortie de ce fameux « Awake ». Car si le titre « Goin’ Down » a servi pour la BO du film Mission Impossible : 2, si « Awake » a été numéro 1 sur les radios américaines pendant plusieurs semaines, si « Vampires » et « Greed » ont tous deux gagnés des Grammy Awards, c’est sans doute dû à un certain alliage, faisant la marque de fabrique de Godsmack : puissance, mélodie et technique.

Cet alliage s’était pas mal retrouvé sur leur album précédent, mais pour le coup, il faut savoir qu’il se sera concrétisé sur cet album-ci. Les titres sont homogènes et tous d’une puissance étonnante, même les plus calmes comme « Trippin’ » ou « Bad Magick ». Tous les membres se démarquent et font ressortir leur instrument fétiche, si bien que si l’un venait à disparaître du groupe, l’âme en viendrait à s’envoler…Ainsi, le guitariste Tony Rombola a une technique propre à lui-même et une façon de faire chanter sa guitare assez particulière, créant de superbes mélodies. Le bassiste Robbie Merill allie à la perfection son instrument avec la batterie et met en valeur des notes assez graves de façon à mettre en avant un léger côté sombre. Le batteur Tommy Stewart, étant cette fois ci un membre à part entière (puisque précédemment, il ne venait que pour les concerts), a une technique de frappe assez efficace donnant pas mal de dynamisme aux compos (à noter qu’il sera par la suite remplacé par Shanon Larkin). Enfin, le chanteur Sully Erna est sans doute le personnage qu’on retient le plus dans l’histoire. Charismatique à souhait, son chant est extrêmement bien modulé et suit une alternance qui lui est propre ; en effet, il peut très bien être clair, posé, aérien que hargneux et crié (à la manière de « Greed » ou de « Sick of My Life » par exemple).

Sur ce, attachons nous donc aux titres. L’album s’ouvre avec une bonne claque dans la gueule vu que « Sick of My Life » est d’une agressivité et d’un tranchant sans faille. L’intro sombre et lente à la basse n’est que le calme avant la tempête puisque s’ensuit une véritable déflagration : guitares lourdes, riffs efficaces, rythme rapide, chant incisif, et surtout des paroles dotées de thèmes assez récurrent chez Godsmack, axés sur un certain dégoût de la vie, de soi-même, des autres etc (d’où la mention « Parental Advisory » , les textes étant assez explicites…).

Deux tueries suivent de près ce titre, j’ai nommé « Awake » et « Greed », puissants et dynamiques à souhait. On retrouve ici ce que le combo sait faire de mieux, c’est-à-dire faire des couplets assez brutaux, où les grattes ne font pas de cadeau et où le chant est assez incisif, pour ensuite en venir à des refrains extrêmement mélodiques, aériens, et surtout très facile à retenir. Tout vous reste dans la tête en peu de temps, c’est ça qui est magique chez Godsmack : leur aptitude à vous concocter des titres aussi réussis et prenants.

Les autres titres sont dans la même veine mais n’égalent pas ceux précédemment cités. Même s’ils sont très bons et entraînants, on ne retrouve pas la force, la puissance et la lourdeur précédemment retrouvées. « Mistakes » est lente, assez sympathique, mais dotée d’un interlude assez mauvais, « Forgive Me » est assez répétitif mais l’ambiance est vraiment intéressante, « Spiral », concluant l’album en finesse, possède des consonances orientales et ce n’est pas étonnant. Godsmack nous habitue à placer, dans sa tracklist, un titre assez exotique doté de percussions, riffs orientaux, chant aérien (sur Godsmack , le titre « Voodoo » était oriental, sur Faceless , c’est « The Awakening », sur IV , c’est Voodoo Too », sur The Oracle , c’est « What If »…).

Mention spéciale au titre « Vampires », très original il faut le dire (pas pour rien qu’il ait gagné un Grammy). Principalement instrumental, la voix apparait tout de même de temps en temps et raconte tout simplement une courte histoire sur les vampires, leurs origines, leurs capacités, etc, sur un fond musical lourd, sombre, et hypnotique. Les solos sont vraiment excellents et le rythme impeccable. De quoi se régaler pendant quelques minutes.

En clair, « Awake » est l’album qui aura propulsé pour de bon Godsmack et confirmé son style. Simple mais efficace, mélodique et agressif, cet opus fait sans doute parti des meilleures réussites du combo avec « Faceless » et « The Oracle », assez proches les uns des autres. Du bon son, que demander de plus ?

 

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

  • Index

  • Reviews

  • RSS Spirit Of Metal News