Astovidatu : Dissolver of Souls

Ξ mars 19th, 2014 | → 0 Comments | ∇ Symphonic Black Metal |

Astovidatu : Dissolver of SoulsAstovidatu est le projet de quatre Belges désireux de recréer l’atmosphère du black metal des années 90. Ils décident de se diriger du côté du black metal symphonique avec comme inspirations Emperor, Limbonic Art et Summoning. C’est dans cette optique qu’ils sortent en 2013 leur premier full length « Dissolver of Souls », soit huit ans après leur formation. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils auront eu du mal à sortir leur album.

Contrairement à leurs influences, Astovidatu fait dans le fait maison et (quasiment) l’amateurisme. Même si les membres proviennent de différents groupes et horizons, le son et les structures des compositions laissent à désirer. Le chant black d’Arne manque de puissance et d’incision, les guitares manquent de force et de panache malgré un côté raw, la batterie programmée a parfois du mal à suivre, et les claviers ne sonnent pas toujours biens…

Seul le côté orchestral des compos tient plutôt bien la route, avec des nappes souvent présentes et des chœurs chantés en latin, presque liturgiques, comme sur l’intro « Dissolver of Souls » ou « Astovidatu » sans oublier le côté épique de « Undead – Lord of Men ». Le côté black metal des compos est bien présent, même si le côté tranchant, noir et malsain se retrouve étouffé par une production légère. Sur « Triomf van het kwaad », la guitare mène la danse mais ne parvient pas à nous faire accrocher tant elle est fade et pas suffisamment catchy. Elle se fait même absorber par les claviers et perd du coup sa place.

Astovidatu tombe aussi dans le piège des titres longs. Huit minutes, c’est cool quand l’ensemble est maîtrisé, varié et prenant. C’est long quand la force manque à l’appel et que la linéarité prend le dessus. Il n’y a même pas d’accélérations. Suffit d’écouter « Moutain Twilight » et on perd complètement le fil. Ce n’est pas un style qui convient aux Belges…

Pas grand-chose à dire sur cet album. Malgré une volonté de bien faire (et une version orchestrale réussie de « Ashes of Faith »), Astovidatu ne remplit pas son contrat et nous laisse non seulement sur notre faim, mais aussi avec un sentiment d’amertume. La Belgique a déjà fait mieux en la matière, comme en témoignent Saille et Orion’s Night…

 

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

  • Index

  • Reviews

  • RSS Spirit Of Metal News

    • [news] Koritni : Nouvel album prévu le 31 août 19 août 2018
      Le groupe Australien Koritni sortira son 5eme opus intitulé "Rolling" le 31 août de cette année, via le label Verycords. L'album constitué de 11 titres (brûlots de pur Hard Rock) sera une nouvelle fois mixé par le talentueux Kevin Shirley (Iron Maiden,... […]
    • [Chronique d'album] Aethereus : Absentia 19 août 2018
      Death Technique-Etats-Unis, "Absentia est un bon album, ni plus ni moins" […]
    • [news] Runika : Titre en écoute 19 août 2018
      Le groupe de Folk Metal polonais propose à l'écoute le titre "Nawia", l'une des douze pistes de leur 1er album full length Pradawna Moc, sorti le 7 juillet 2018 via Art Of The Night Productions.   Source :... […]
    • [Chronique d'album] Progenie Terrestre Pura : StarCross 17 août 2018
      Black Ambient-Italie, "Une sorte de cyber black metal indus dont Progenie Terrestre Pura est un représentant aussi unique que polymorphe" […]
    • [Chronique d'album] Sick Carnival : Furorem 17 août 2018
      Metal Symphonique-Mexique, "Un premier mouvement sous haut tension mais encore tâtonnant..." […]