Born Of Osiris : A Higher Place

Ξ novembre 23rd, 2009 | → 0 Comments | ∇ Deathcore |

Born Of Osiris : A Higher PlaceDeuxième album pour les Américains de Born of Osiris, “A Higher Place” aura été très attendu depuis leur dernier opus, “The New Reign“.

Tout comme des groupes tels que Veil of Maya ou The Faceless, Born of Osiris a signé chez Sumerian Records et fait du deathcore. Cette fois-ci, ils s’offrent le luxe d’enregistrer leur album aux studios du producteur de Shadow Fall ou Municipal Waste, les studios Planet Z. Un bond en avant pour le groupe, qui a surtout réussi à se faire connaître grâce aux différentes tournées.

Jetons tout d’abord un petit coup d’oeil à la pochette : superbe artwork, ce fut un de mes critères de sélection de l’album, outre connaître le style dans lequel officie Born of Osiris. Des nuances de bleu, des pyramides Egyptiennes en fond et l’apparition du dieu Egyptien Seth, frère d’Osiris dans la mythologie. Rappelons que le groupe tire son nom des contes Egyptiens de l’Antiquité, contes sur l’histoire d’Osiris et de son frère Seth, après avoir eu différents noms de scènes comme Rosecrance ou Diminished.

Et la musique dans tout ça?

L’ensemble reste assez proche du précédent opus, mais offre tout de même une petite pointe de nouveauté et de modernité. Les rythmes sont ici plus endiablés, plus rentre-dedans, dûs notamment à une batterie tonitruante, frappée encore et encore à en donner mal au crâne, comme sur “Now Arise” ou “Starved”. Elle est notamment accompagnée par des guitares ravageuses, aux riffs saccadés, techniques et mélodiques, comme sur “Exist” ou “The Accountable”: en effet, ceci est le paradoxe de l’album, malgré un rythme effréné, une brutalité et une lourdeur qu’on ne peut nier, les guitares arrivent tout de même à jouer la carte de la mélodie grâce à de petits solos et riffs bien techniques, donnant beaucoup d’émotions (“Put to Rest”, “A Higher Place“). Ceci apporte un côté progressif, et même parfois atmosphérique, en particulier quand elles sont mélangées avec les claviers, en plus grande dose sur cet album-ci : un apport d’harmonie en plus et astral, en adéquation avec le titre de l’album : “A Higher Place” (littéralement, “Un Monde plus Haut”). L’exemple même est sur un titre tel que “Scarved”, mélangeant la brutalité du début avec une fin totalement inespérée et aérienne avec l’apparition des claviers, donnant un petit côté épique à la chanson. Un autre exemple, le titre “Now Arise“, sur lequel le milieu et la fin est symphonique. On s’envole dans un autre monde, dommage cependant que ces parties ne soient pas plus longues, car elles font souvent offices de break, et n’intègrent pas tellement l’intégralité des titres.

Quant au chant, on peut y trouver une nette amélioration, plus modulé et plus puissant, très grave, il est aussi bien tranchant qu’agressif, et se situe entre le scream et le growl. Il est de plus en osmose avec la musique, fort heureusement, et colle parfaitement avec les riffs de guitares et la batterie.

L’album serait très bon, si toutefois on n’avait pas cette étrange impression d’avoir écouté deux fois le même titre. En effet, les compos se ressemblent trop à mon goût, du coup, on reste sur notre faim. Il y a pourtant des titres mémorables tels que “Scarved”, “A Descent” ou même “Elimination”, ainsi que le titre introducteur de l’album, “Rebirth“, mené par des claviers aux sons très planants, un piano plus que mystérieux, et une batterie électro: quelque chose de sublime pour les petites oreilles, le côté magique et envoutant vous remplira d’émotions à coup sûr.

De plus, l’album serait encore mieux si les titres duraient plus longtemps. Avec deux minutes de moyenne, on n’a pas le temps de vraiment apprécier les titres, on reste comme ça sur place, à se dire que c’est déjà la fin, et qu’on en attendait plus. Vraiment dommage, car il est plus que certain que Born of Osiris peut faire mieux. On ne va tout de même pas se plaindre, 35 minutes, c’est toujours mieux que 20 minutes (longueur de l’album précédent).

Donc, un bon album, pas de quoi s’émerveiller tout de même, mais assez de bonnes choses pour passer un bon moment. Peut-être pas facile d’accès à la première écoute, par ce rythme rapide et ces saccades un peu surprenantes, mais c’est ce qui fait l’originalité et la modernité de l’album. En attendant le prochain bébé de Born of Osiris, je vous conseille tout simplement son écoute.

 

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

  • Index

  • Reviews

  • RSS Spirit Of Metal News