Sworn (ARM) : Tended High

Ξ novembre 9th, 2011 | → 7 commentaires | ∇ Death Metal, Progressive Metal |

Sworn (ARM) : Tended HighComment ne pas succomber à la magnificence d’une œuvre vous transportant au-delà de toute espérance ? Le piège de l’addiction peut être tout proche à mesure que vous vous imprégnez d’un ensemble musical et de l’univers d’un groupe.

Ces tons de bleu ainsi que cette vue sur les sommets infinis d’un château ne sont que les reflets même du transport musical ainsi que de notre envie de céder et de ne plus lutter face à cette harmonie de notes et de couleurs.

Les arméniens présentent leur deuxième œuvre en 2006, nommée « Tended High », un titre ne pouvant que nous inciter à aller encore plus haut et plus loin. Pourtant méconnu, ce petit quintet a plus d’une corde à son arc en ce qui concerne l’inspiration et la création car au sein sept titres on atteint un stade de plénitude absolu, c’est le moins que l’on puisse dire. Sworn est à ne pas confondre avec le groupe norvégien de black mélodique du même nom car ici il s’agit de death/black mélodique, atmosphérique et progressif. Beaucoup de termes pour qualifier la musique des arméniens. En tous les cas, il est sûr que rien n’a été bâclé, la qualité des morceaux le prouve totalement.

Si vous voulez vous bercer de mélodies mélancoliques et magnifiques le temps de quarante et une minutes, cet album est à vous. Beau, riche, diversifié, « Tended High » est un très beau condensé d’émotions et d’ambiances effectué grâce à des parties acoustiques à la Opeth mais aussi grâce à des claviers imposants, planants et parfois symphoniques, parradés de guitares tranchantes.

Si le death prog de Sworn peut irrémédiablement évoquer Opeth, il y a bien d’autres figures du metal extrême pouvant faire leur apparition lors de l’écoute de cet album. Notamment les « héros » de nos compositeurs, à savoir Ihsahn, Samoth, Garm et Vortex. L’hommage à ces messieurs est non seulement rendu à la fin du livret, mais l’écoute approfondie de l’album nous met aussi sur la voie. Alors que les deux premiers ont apporté une influence particulière sur la composition des morceaux, des atmosphères et des parties black proches du travail d’Emperor sur les derniers opus, l’influence Garm/Vortex se fera davantage sur les vocaux, et surtout le chant clair, n’empruntant pas le même timbre mais plutôt les mêmes intonations et utilisations, histoire de relever le côté astral, atmosphérique, limite cosmique de morceaux tels que « In My Soul Despair » ou « Church Obliteration ».

Hormis cela, nous nous retrouvons avec des titres longs, fouillés et différents. Ainsi, si la majeure partie des titres se situent en mid tempo, nous pouvons aussi avoir des accélérations tout comme à des ralentissements, des breaks ou des parties acoustiques, paradés de claviers doux et mystiques en fond d’ambiance. « I Am of Night » par exemple contient un bon nombre de ses éléments, le chant tendant à être black et criard même si un chant clair mélancolique et planant fait son apparition en duo avec des arrangements symphoniques du plus bel effet.

Mais c’est sans doute le titre éponyme qui pousse le tout à son paroxysme, l’auditeur étant littéralement pris au piège par ces harmonies, ces ambiances, ces mélodies, ces instruments, ces voix…les quasi dix minutes passent beaucoup trop vite à mesure que les guitaristes nous offrent des plans orientaux appréciables. Et même quand nous pensons que c’est fini, il y a toujours un passage doux et calme, où se mêlent guitares acoustiques, percussions, piano et claviers pour nous bercer jusqu’à la prochaine accélération, le prochain solo en l’occurrence, suivi de suite par un ralentissement incroyable et un growl profond, le tout étant plus proche d’un doom/death écrasant, le fond d’ambiance relevant encore plus ce côté mélancolique qui ne cesse de nous suivre le long de cet opus.

Et même si Sworn est doué dans les parties extrêmes, il l’est aussi dans les parties instrumentales et acoustiques, tels que l’intro ambiente et nature « Once a Rainy Solitude » et l’outro « Nothing Lasts », planante et latino sur les bords.

Malgré son aura, ce « Tended High » comporte des défauts tels que le nombre et la qualité des pistes instrumentales, tout de même moins fouillées que les « vraies » compositions, malgré leur charme certain. Les claviers ont souvent un son trop amateuriste malgré le fait que les mélodies soient justes et que les nappes en fond d’ambiance collent parfaitement à l’univers musical de Sworn. Sinon, forcément, les influences peuvent faire défaut, même si pour le coup, les arméniens les utilisent avec justesse, sans pompage.

En définitive, il est clair que les adorateurs d’harmonies, de mélodies mélancoliques et d’ambiances seront comblés avec cet album riche de death/black/prog/atmo, si toutefois vous ne recherchez pas d’agressivité ou de violence.

 

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

  • Index

  • Reviews

  • RSS Spirit Of Metal News