Interview / Locus Neminis – 14/09/2012 (English)

Ξ septembre 24th, 2012 | → 0 Comments | ∇ Interviews |

1/ Hey Xarius, how are you since the release of your debut album « Weltenwanderung » ?

I’m really satisfied with the album. It was a long way to the final release date, but it was worth it.

2/ What are the main feedbacks for now ?

Actually, they were for a first album quite good. There were no negative responds for the album at all. But to be honest I was a little bit disappointed, that no one really understood that there is a hidden track after “Die Begegnung” and everyone believes that it is an extremely and unnecessary long song.

3/ Now that you’ve finished it, how do you see your album ? Do you think something is missing or to the contrary, do you think it is the way you always wanted to see/create it ?

The production time was so long, that we had a lot of time to discuss everything from the sound to the design. There is no single thing that would bother me.

4/ What is the meaning behind the album ? The lyrics are often linked to obscurity, solitude, cold and empty spaces…

I’m trying to give every song a deeper sense to support the atmosphere of the song. The whole concept behind the lyrics is that almost every song represents a little story. The plot is coordinated with the music.

5/ If i’m not wrong, « Virus » is the first track you ever recorded. What was your main ideas at that epoch?

That’s not entirely true. We released our Demo “Endlos” the same year. This demo represented our time before we had had a complete line-up. No one of the founding members had played in a Band before. We had also no idea in which direction we would go in the beginning. After more than two years we had found everyone and every member had brought something with them. “Virus” was a new chapter for Locus Neminis. We made then a preproduction version of this song, which was published in the Internet, to see how the first album would sound like. We tried then to hold the same amount of quality at the remaining Songs on the album.

6/ The beginning of « Mut Zum Letzten Schritt » shows a change of production. Is it an effect or is it the reflexion of a pre-production stuff ?

No this is really just an effect.

7/ Your atmospheres are mainly spatial. Do you agree with this term ? How would you describe your album ?

That’s why we are called Locus Neminis. It means “no man’s land”, for those who don’t know. The whole Idea behind it is that you should feel like you’re somewhere else like in a different universe. I would describe Weltenwanderung on one hand as a really atmospheric album and on the other hand fast, aggressive and melodic at the same time.

8/ One definitively think about Darkspace when listening to your album, thanks to the keys and obviously the logo. Are you usually listening to this band ? In what extense do you think they influenced you ?

The other band members know them better than me. I wasn’t ever really into them. We have far more influences than just this one band. But I have to admit that there are some similarities to Darkspace, when you consider the sound or the logo. However I don’t believe that just Darkspace is responsible for the entire image. Most members of Locus Neminis are interested in the whole Space topic. And I’m a huge Sci-fi fan since I can remember so I was really happy that we made it that way.

9/ The cold and spectral atmospheres created by the keys/piano made me think about an Israeli band named Bishop of Hexen. Do you know it ?

No I’ve never heard about this band until now, but i will check them out.

10/ The tracks are as brutal as atmospheric, as magic as dark. Do you think you managed to create a kind of osmose between several types of humor or styles ?

I hope so. It would be sad to do all the time just that what you already knew from the other bands. I’m trying not to repeat the same phrases in my lyrics and so does my band. We’re also now with the first album far more ahead, then we were with our demo a couple of years ago.

11/ The production is quite massive and very well made, which is sometimes a problem with the pure black metal fans…what do you think of the top-quality of the production in this kind of metal ?

We’re trying to do everything on the highest quality level and the sound is one of it. If someone likes just the raw old-school sound, he would probably not listen to us in the first place.

12/ To the contrary, according to some people, the production is bad as well as the melodies, leading the album to the worst releases of the year…what do you think of those extreme opinions ?

Why should I care, if someone dislikes us for that reason? If you are annoyed by that listen just to another band.

13/ You use the german language for the lyrics, i personnally think that german is one of the best language for black metal because it highlights something poetical and aggressive at the same time…

Yes, I totally agree with you. That’s one reason, why I’m writing in German. When we’ve started the band almost 5 years ago I just turned 18 and my English was pretty bad. And back in the day I was really influenced by a lot of German bands. So it was pretty obvious for me to write in German.

14/ What about the gigs : do you manage to create the same atmosphere or is it more difficult to play something very immersive ?

It depends on the sound of the location but I guess, according to the live videos, we are not that far away. We are also experimenting at the rehearsal with new technics and devices to be live even better.

15/ What are you plans for gigs ? Will you come in France and bring your « dark space » ?

I personally wouldn’t be against it, if someone invited us to France. It would be freaking awesome to play somewhere else, than just in Austria.

16/ Are you preparing another album or will you take your time in order to perpetuate the magic ?

Actually, we are now once again in the writing process for the next record and some songs are also almost finished. We have also in mind to release an EP and search for a label, which would support us for the next record.

17/ What are your discoveries of the year in music ? What do you recommand ?

First of all I would recommend one black-death metal band from Prague “Nocturnal Pestilence”. They are recoding their first album right now and we played moreover two times with them. They are really nice guys and their music is great. And my personal discoveries this year are: Remembrance and Klone. I love the new albums from Dying Fetus, Paradise Lost and Carach Angren.

18/ This is the end of the interview, now please, I let you have the last words !

I want to thank all the people out there, who are supporting us. It’s always a great feeling to see that somebody cares about our work. And be prepared for a kickass record!

 

Interview / Hideous Divinity – 06/08/2012

Ξ septembre 17th, 2012 | → 0 Comments | ∇ Interviews |

Hideous Divinity, nouveau rejeton Italien, en aura étonné plus d’un avec son nouvel album “Obeisance Rising”, écrasant même Hour Of Penance sur son propre terrain et offrant un death metal brutal particulièrement intense et maîtrisé de bout en bout. Afin d’en savoir plus sur le groupe et sur leur offrande, une interview s’imposait avec le fondateur Enrico Schettino et le guitariste Fabio Bartoletti.

interview Hideous DivinitySalut les gars et merci de prendre un peu de temps pour répondre à mes questions. Comment allez vous ?

Enrico: Salut et merci pour avoir pris contact. Nous affrontons en ce moment même l’été romain…aussi chaud que l’enfer mais nous survivrons…

Votre premier album, « Obeisance Rising » est sorti il y a quelques mois maintenant. Quels ont été les retours pour le moment ?
Enrico: Je dois dire que les retours ont vraiment été positifs. Les gens ont dit que « Obeisance Rising » était un album frais, et c’est le meilleur compliment qu’on ait reçu jusqu’à présent. Quand tu joues du Death Metal en 2012, c’est difficile d’arriver avec quelque d’original. On ne peut pas être plus heureux, vraiment.

Enrico, pourquoi as-tu quitté Hour Of Penance pour former Hideous Divinity ?
Enrico: En fait je ne l’ai pas quitté du tout. Après avoir été invité à re-joindre le groupe, j’ai été viré pour des raisons qui n’ont jamais été clarifiées. J’attends toujours des réponses après trois ans. A cette époque, je me disais qu’il était finalement temps de donner à Hideous Divinity une réelle identité. Ca m’a pris du temps pour trouver les bonnes personnes et pour composer des compositions, mais ça valait le coût d’attendre.

Pensez vous que vous avez finalement réussi à créer quelque chose de mieux et de plus puissant ?
Enrico : C’est mon but. Je ne suis pas la meilleure personne pour répondre à cette question, mais si je sentais que je ne pourrais pas faire mieux que ce que j’ai déjà fait dans le passé, je lâcherais tout immédiatement. Un nouveau HD sortira quand seulement je sentirais que ce que j’ai entre mes mains a la qualité nécessaire pour tout écraser.

Fabio: Un groupe essaie toujours de distancer son précédent album. Quant à nous, si on prend en compte le peu de temps que nous avons passé ensemble, je pense qu’une amélioration est plus que possible…même si nous ne savons pas à ce moment même comment sonnera notre prochaine sortie ! Si je devais parler au nom du groupe, je dirais qu’on joue du Death Metal par amour et par passion. C’est la passion elle-même qui nous pousse à nous améliorer et à aller au delà de nos précédents résultats. L’élément clé, c’est ne pas penser que la musique est un travail, mais seulement un accomplissement ou un besoin personnel.

A cause de ses origines, Hideous Divinity est souvent comparé à Hour Of Penance, pensez vous que c’est juste ? Ou pensez vous au contraire que vous êtes différents d’eux ?
Enrico : Je comprends bien les points communs comme la production, par exemple. Nous avons tous deux enregistrer des albums aux 16th Cellar Studios, avecc le terrible Stefano « Saul » Morabito comme producteur, du coup les deux sons ont sans doute des similarités. Mais pour en revenir à HD, je dirais seulement que nous essayons toujours de faire en sorte que chaque chanson sonne différemment des autres. Ce n’est pas une tâche facile quand on

interview Hideous Divinityjoue du death metal moderne, mais nous faisons de notre mieux. En d’autres termes, nous pensons que faire 3 minutes de blastbeat intensifs à 300BPM n’est pas suffisant.

Quelles sont vos principales influences ? On peut sentir la lourdeur de Nile sur certains passages.

Fabio : Bien sûr, Nile représente quelque chose de crucial pour chaque membre d’Hideous Divinity, mais je ne m’arrêterais pas là. En dehors de Hate Eternal, Immolation, Behemoth et Hate, je pense à des groupes plus techniques (même en dehors du metal extrême), on peut dire ça de nos solos de guitare ou des lignes de chant. En conclusion, chaque membre d’un groupe a ses propres groupes favoris, et ses petites influences trouvent leur place dans le style d’un groupe.

Enrico : pour ce qui est des paroles et en plus du concept dans lequel je m’intéresse, je mentionnerais JR Hayes (le chanteur et parolier de Pig Destroyer) comme ma principale source d’inspiration. La première fois que j’ai entendu leur énormissime « Prowler in the Yard » et lu les paroles de « Jennifer », quelque chose a fait tilt dans ma tête. De la poésie américaine pure et moderne. Un truc de malade.

Y’a-t-il un concept dans votre album ? De quoi parle-t-il ?
Fabio : Enrico mélange son amour pour la musique et les films, il a donc fait un concept basé sur le film de John Carpenter qui s’appelle « They Live » (ndlr en français « Invasion Los Angeles »). L’intrigue du film sur une invasion extra-terrestre est une métaphore pour représenter la soumission de l’humain : les hommes sont piégés d’une prison en or et par leur consommations artificielles. Comme chacun de nous peut le voir, bien que le film ait été réalisé dans les années 80, son contenu peut encore être appliqué à notre époque. Nous avons aussi choisi ce concept parce que nous voulions garder certaines distances entre nous et les thèmes anti-religion. On a l’impression que c’est devenu enfantin et quelque peu obsolète.

Que pensez vous de la scène death metal italienne ? Il y a pas mal de bons groupes qui y sont nés récemment, surtout du death technique et brutal. Cette scène pourrait-elle être comme un « gage de qualité » ?
Fabio : Je n’irais pas jusque là, nous sommes tout de même loin de ce que fait la Pologne ou la Scandinavie, en particulier parce qu’en Italie, le metal extrême ne fait pas partie de la culture musicale et il n’en fera sans doute jamais partie. Par contre on peut dire que, comparé aux années précédentes, et grâce à Intenet, une scène nouvelle et en bonne santé est née. En plus des noms que nous connaissons tous, je recommanderais personnellement un groupe culte qui est revenu avec un album top qualité, je parle d’Antropofagus et de son « Architecture of Lust ».

Enrico : Personnellement, je m’éclate bien avec le nouveau Azrath 11, mais je mentionnerais aussi In Case Of Carnage, Logic Of Denial, Hatred, Septycal Gorge.

Que pensez vous de la scène death metal en général ?
Fabio

interview Hideous Divinity: Parmi tous les mots qui me viennent en tête, je dirais « banal ». Il y a énormément de groupes, la plupart d’entre eux sont hyper techniques, hyper rapides, hyper brutaux…de nos jours, tout le monde a plus ou moins la chance d’avoir une bonne production, ce qui pousse le niveau un cran au-dessus. Tout sonne pêchu mais l’aspect négatif est : dans ce chaos de technicité et d’enregistrements lourdingues, qu’arrive-t-il à la musique ? Qu’arrive-t-il à la personnalité ? Parfois, vous avez le sentiment que le death metal est une course de haies et que le gagnant sera le plus coureur rapide. Au lieu d’utiliser la technique pour chaque son, les gens font le contraire : cet étalage de compétences stérile, c’est comme préférer l’artisanat à l’art.

Quels sont les groupes/albums de 2012 que vous appréciez pour le moment ?
Fabio : Pour ce qui est des toutes dernières sorties, je dirais le « Monolith of Inhumanity » de Cattle Decapitation et le « Architecture of Lust » de Antropofagus.

Enrico : Le nouveau Nile est décevant, je devais le dire. J’ai beaucoup aimé le nouveau Marduk quand même, mais jusqu’à présent, personne n’a fait mieux que le nouveau Cattle Decapitation.

Comment s’est passée la session d’enregistrement ? Avez vous changé vos habitudes ?
Enrico : On a réussi à enregistrer les parties guitares et basses nous même, et on s’est occupés des amplis en studio, le résultat était bon, nous referons la même chose dans le futur. En plus, on a gagné du temps. Par contre, la post-production a pris beaucoup plus de temps parce que c’était difficile de décider de comment sonnerait « Obeisance Rising ». Je te le dis, le premier groupe qui affirme depuis le début qu’il sait comment sonnera son album ment. Il peut s’en passer des choses quand on enregistre ! On peut découvrir que ce qu’on voulait faire ne colle pas à la musique, ou au contraire, qu’une certaine combinaison de ci ou de ça, mélangé à des samples, peut être un élément clé au son de l’album.

Quels sont vos plans ? Déciderez-vous de venir faire quelques concerts en France, par exemple ?
Enrico : Ca serait génial. Peut-être pour partager la scène avec Gorod, nos copains ! Leur album est vraiment bon, un peu trop technique pour ma part, mais c’est probablement parce que je suis envieux, je ne suis pas aussi doué à la guitare, ahah.

Quels sont vos souhaits ?
Enrico : Même une petite tournée en Europe serait fantastique. En Allemagne, en France et en Europe de l’Est, si je pouvais choisir. Voyons voir si nous aurons un peu de chance…

C’est la fin de l’interview mais juste une dernière question…quelle est votre pizza préférée ?

Enrico : Aussi longtemps que la pizza typiquement italienne existera, prenez là, mais je vous le dis à tous : si vous en voyez une avec des ananas dedans, laissez là aux Américains ! Sauvez vous avant que ce soit trop tard ! Aaaauuuggghh !!!

 

Interview / Melted Space – 25/04/2012

Ξ septembre 17th, 2012 | → 0 Comments | ∇ Interviews |

Melted Space a pas mal fait parler de lui en France depuis la sortie de l’album “From the Past”, de par son côté ambitieux, son nombre prestigieux de guests et cet aspect opera metal à la Avantasia. Il nous fallait plus d’explications sur cet album bipolaire où se côtoient de nombreux Dieux et démons. Rencontre avec le maître à penser Pierre Le Pape, qui a su se défendre avec passion.

interview Melted Space1/ Salut Pierre ! Comment vas-tu maintenant que l’album « From the Past » est sorti ?
Bonjour! Beaucoup mieux je dois avouer. Les 2/3 mois qui viennent de passer ont été assez intenses donc là j’en profite un peu pour me reposer et décompresser, et franchement ca ne fait pas de mal! De plus les premiers retours vente/promo sont bons donc ca aide à dormir plus tranquillement.

2/ N’as-tu pas eu trop d’appréhension ? Comment avaient-été les retours vis à vis du premier album « There’s a Place » ? Quels ont été ceux de « From the Past » pour le moment ?
Et bien les retours de « There’s a place… » se sont limités au minimum car l’album n’est sorti que localement et en autoproduction donc pas ou peu de promo, mais les quelques retours étaient encourageants.

Concernant « From the past » là c’est autre chose, une démarche bien différente d’ailleurs, car je voulais donner un maximum de visibilité à ce projet. Les retours sont pour l’instant tous très bons, encourageants, je crois n’avoir reçu qu’une seule chronique négative donc, je suis vraiment très content de l’accueil qui a été réservé à l’album.

3/ Quel a été ton parcours avant d’arriver à ce « From the Past » ?
Et bien je dirai un parcours assez classique, j’ai fais mes études au Conservatoire, puis à l’Ecole Normale de Musique de Paris et au passage, j’ai fait une halte dans 2 écoles de jazz (pour me rendre compte que ce n’était pas forcément mon truc, d’ailleurs). Sinon j’ai eu mon premier groupe au lycée avec mes potes, puis au fil des rencontres je suis passé à des groupes de plus en plus sérieux pour atterrir il y a quelques années dans Embryonic Cells, puis plus récemment dans Wormfood.

Entretemps, j’avais créé Melted Space, fait un premier album qui posait les bases de cet univers pour le moins étrange et progressivement, l’envie d’orienter les choses davantage vers le métal s’est imposé et « From the past » a commencé à se dessiner dans mon esprit. Au départ, ca ne devait pas être aussi développé puisque je ne pensais faire que « The bringer of light » et puis au fil du temps, le jeu de l’inspiration a fait son travail et je me suis retrouvé avec un double album et presque 30 musiciens!

4/ Que signifie réellement « Melted Space » ? Est-ce une façon pour toi d’indiquer à l’auditeur que tu mélanges plusieurs éléments dans un même endroit (c’est à dire le CD) ?
Littéralement, cela signifie « espace mélangé ». Cela me permet en fait d’y intégrer tout ce que j’ai envie sans limite ni cahier des charges particulier. Si j’avais appelé cela « Melted Gods » cela m’aurait obligé à ne parler que des dieux or dans l’éventualité d’une suite, j’envisage de faire intervenir d’autres personnages que des dieux ou des démons. Déjà le personnage-clé de cet univers n’est qu’un simple humain, puisqu’il s’agit de Dante.

Comme tu le dis assez justement, cela me permet de prévenir l’auditeur qu’il va rencontrer plein de choses n’ayant pas forcément de lien. Evidemment, il faut une certaine cohérence mais ici, Lucifer et Zeus se cotoient et peuvent croiser plein d’autres personnages issus de différentes cultures ou époques. C’est cela qui est fascinant, de pouvoir imaginer ce qu’ils auraient à se dire, quelles seraient leurs réactions dans un monde où tout est différent et où ils ne sont plus ce qu’ils ont été auparavant.

5/ L’album se compose de trois livres : peux-tu nous les présenter ?
Le premier livre est centré sur les dieux de l’Olympe qui se retrouvent donc livrés à eux-mêmes. Certains sont assez contents d’être là, d’autres regrettent leur gloire passée. L’un d’entre eux est même enchanté d’être là puisqu’il voit la chance de sa vie pour avoir enfin l’existence dont il rêve.

Le second livre raconte l’histoire d’amour entre Séléné et Endymion: Séléné a endormi Endymion afin de le garder éternellement jeune. Une étoile vient lui faire la morale et la prévenir qu’à la prochaine eclipse, un dragon va venir la dévorer.

Enfin le troisième livre est centré sur Lucifer qui veut reprendre son destin en main et décide de se rebeller une fois de plus contre Dieu. Il fait appel à quelques copains démons et en avant! Malheureusement pour eux, les anges ne sont pas forcément prêts à les laisser faire.

6/ Parlons du livre 1 : D’où te vient ton inspiration pour la mythologie grecque ? Et pourquoi avoir dénué ces dieux de leurs pouvoirs alors qu’on les a toujours vus très « puissants » ?
Cela va paraître un peu bête mais mon goût pour la mythologie grecque vient du fait que j’ai grandit avec les chevaliers du zodiaque donc très tôt, j’ai été interpellé et intrigué par ces histoire merveilleuses peuplées de dieux ou autres créatures fantastiques et je m’y suis beaucoup intéressé.

Pourquoi les avoir dénué de pouvoirs? C’est tout simplement parce que justement Melted Sapce est un endroit où se retrouvent des êtres à la gloire passée et qui ont donc perdu de leur superbe et leur pouvoirs. Comme je le disais plus haut, je trouvais également ça intéressant de se poser la question de savoir comment ils pourraient réagir perdus dans un univers inconnu, sans pouvoirs et livré à eux-mêmes. Une sorte de thérapie de groupe!!

7/ Il y a 11 chapitres en tout, peuvent-ils être écoutés dans le désordre ou faut-il absolument suivre les événements de A à Z ?
Et bien il est évidemment mieux de les écouter dans l’ordre, comme on regarderait la director’s cut d’un film, pour avoir la vision du réalisateur ou pour bien comprendre l’histoire et les intéractions entre les différents personnages mais rien n’empêche de les écouter dans le désordre, non! J’avoue que je n’écoute pas toujours tout dans l’ordre… En faisant cela, on perd un peu le fil de l’histoire mais on peut se faire son propre programme musical.

8/ Pour ce qui est des personnages, je trouve vraiment intéressant le fait d’avoir confié un personnage à un chanteur, en l’occurrence un Dieu : ça ne les a pas rendu trop mégalos ? Blague à part, cela permet à chaque artiste d’apporter sa personnalité à son dieu ou sa déesse : ont-ils imposé leur style de chant ou est-ce que c’est toi qui a décidé de tout ?
Non, aucun n’a voulu gouverner le monde par la suite, tout s’est très bien passé! En fait en faisant mes recherches et en réfléchissant à l’histoire, j’ai dégagé un trait de caractère pour chacun ce qui a déterminé le style musical et ainsi orienté les recherches. Par la suite, chacun a été libre (et je les ai tous encouragé à le faire) d’apporter sa touche personnelle, de façon à rendre les choses encore plus vivantes.

9/ Il semblerait qu’il y ait trois types de personnages, à savoir les déesses, les dieux qui n’acceptent pas leur perte de pouvoir (Hadès, Arès, Poséidon), et les dieux qui se sont résignés et ont accepté leur sort (Hermès, Apollon). Qu’en penses-tu ? Pourquoi leur avoir retiré leur pouvoirs ?
C’est ça, en fait il y a ceux qui ont accepté leur sort, voire qui sont assez contents d’être libérés de leurs obligations divines, d’autres qui vivent dans le passé et qui n’acceptent pas leur sort et enfin un qui est très content d’être là puisqu’il a bien compris qu’il pouvait tirer son épingle du jeu et renverser l’ordre établi.

Je leur ai retiré leurs pouvoirs de façon à ce qu’on ait affaire à leur personnalités plus qu’à ce qu’ils pouvaient représenter. En l’occurence, Zeus qui se cache toujours derrière ses éclairs est complètement démuni, Apollon qui est représenté souvent comme un dieu radieux est ici à la limite de la dépression, Artémis, elle, est ravie de pouvoir enfin passer du temps à faire ce qu’elle aime… Je voulais vraiment sortir de la vision qu’on a habituellement d’eux.

10/ Les déesses semblent avoir un rôle assez doux, elles raisonnent les dieux qui ne sont pas heureux de leur nouveau statut (par exemple Aphrodite avec Arès sur « Damned Lovers »). Pourquoi sont-elles si douces et sages – avec un style de chant clair voire lyrique – alors qu’elles sont tout de même connues pour leur cruauté ?
Cela va dans la logique que j’évoquais précédemment, je voulais sortir des images d’Epinal qu’on peut avoir de ces dieux. Effectivement les déesses sont assez douces et compréhensives vis à vis de cette nouvelle vie car dans Melted Space la cruauté ne sert plus à grand chose et il faut se rattraper à des choses que l’on connait, par exemple, Héra qu

interview Melted Spacei est pourtant connue pour ses colères, se doit malgré tout de jouer son rôle de mère et de rassurer ses enfants, Aphrodite et Arès peuvent enfin donner libre court à leur idylle, plus besoin donc de montrer les griffes ni de comploter. Tous en fait sont réuni autour de la même idée: perpétuer leur souvenir en transmettant leur histoire. Ils ont droit à une nouvelle vie dans laquelle leur rapports ont beaucoup changé.

11/ A contrario, les dieux sont plus dans un style growlé pour le chant, par exemple Arès ou Hadès, sauf Apollon ou Zeus. Je conçois bien qu’Apollon ait une voix douce et sensuelle mais pour ce qui est de Zeus, c’est tout de même le Dieu des Dieux : pourquoi lui avoir confié un chant doux et loin d’être agressif ?
Et bien c’est un choix vraiment délibéré, après avoir discuté avec Stephan de sa vision de ce Zeus, il nous est apparu évident de le présenter ainsi. Au départ j’avais fait une ligne de chant assez traditionnelle et assez heavy mais Stephan l’a complètement remanié et m’a présenté cette ligne de chant langoureuse mais évolutive: il faut imaginer Zeus vautré sur son trône, complètement dépassé par les évènements. Au fur et à mesure du texte, il s’énerve progressivement pour complètement exploser quand Hadès vient le titiller, il rappelle alors à tous qu’il est le roi de dieux et qu’il sait encore taper du poing sur la table. Je ne voulais pas non plus tomber dans un facile combat de growler entre Hadès et Zeus. J’ai préféré réserver cela à Poséidon et Héphaistos dans le morceau death.

De plus, une question d’équilibre entre les différents types de voix s’est posé quand j’ai réfléchi au rôle de Zeus et j’ai donc opté pour un morceau heavy et un roi des dieux très rock’n'roll!

12/ Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’album rassemble presque tous les styles pouvant se mélanger avec du metal symphonique, aussi bien le heavy que le black metal voire le death metal…en gros chaque style = un dieu, n’est-ce pas ? Hadès se voit pourvu d’un black metal symphonique…ça procure d’ailleurs une sorte de cassure inattendue mais jouissive par rapport aux autres morceaux plus « soft », qu’en penses-tu ?
En effet il y a en gros un style par dieu. Concernant Hadès, je me suis amusé à le faire apparaître à l’improviste dans un moment où après 3 minutes de musique presque classique, l’oreille a eu le temps de s’habituer à un volume sonore assez doux, cela renforce donc l’arrivée tonitruante d’Hadès! Ca fait sursauter les gens à chaque fois, je suis très content de mon petit effet!

La cassure est presque accidentelle et n’a failli pas se faire car pendant longtemps j’ai mis cette partie juste après « The gods are living » à la place de « Spirit of Love » mais cela faisait un trop grand espace sans batterie ni guitares à mon goût. J’ai donc tenté d’inverser les deux et c’est simplement là que je me suis rendu compte de l’effet procuré. J’ai adoré tout de suite! Il m’a simplement fallu composer la petite introduction de « Spirit of love » et je tour était joué.

13/ Pour le coup, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à des films ou des jeux vidéo mythologiques tels que  « God of War », en particulier quand Arès prononce « nothing to do for the god of war ». Est-ce que ce jeu, entres autres, a eu une influence sur toi ?
Je mentirai horriblement si je disais le contraire. Je suis très content que tu aies remarqué la référence!(faite exprès en l’occurrence). En effet je suis démasqué, je suis un gros gamer, je suis donc très influencé par des franchises comme God of War, Castlevania, Final Fantasy… De même que de par mes études, je suis très influencé par de nombreux compositeurs de musiques de film comme Hans Zimmer, Danny Elfman, John Williams…

14/ D’ailleurs, peux-tu nous parler de tes principales influences (musicales ou non)?
Oui bien sûr! Et bien musicalement, j’écoute beaucoup de choses ce qui va du rap au métal en passant par du trip hop, du classique, du jazz… En métal, là aussi c’est assez varié puisque ca va du prog au gros black qui tache en passant par du thrash, du death, évidemment beaucoup de choses symphoniques. Plus spécifiquement, j’adore Ayreon, Avantasia, tous ces projets qui ont des univers très complets et qui font beaucoup voyager.

Sur le plan littéraire, c’est assez léger mais je peux citer Victor Hugo dont la « Fin de Satan » a inspiré « The bringer of light » et Dante bien entendu qui a inspiré beaucoup de choses pour ne pas dire Melted Space tout entier! Sinon je connais mes classiques qui ont certainement forgé des choses par-ci par-là.

Je peux également citer en large part le cinéma puisque je suis un cinéphile invétéré et que je regarde beaucoup de choses qui m’inspirent toutes à différents niveaux. J’aime autant un gros blockbuster qu’un film plus confidentiel comme « La jeune fille à la perle ». Je ne vais juste pas y chercher les mêmes choses mais chacun aura sa part d’inspiration dans un morceau ou dans un autre.

15/ En ce qui concerne les deux autres livres, on se retrouve avec quelque chose de plus romantique ou, a contrario, sacré, avec des parties plus oniriques et exotiques : que peux tu nous en dire ?
Et bien j’en parlerai dans l’ordre chronologique en fait. « The bringer of light » que j’ai composé en tout premier est doté de parties qui frôlent la musique sacrée de par le sujet: Lucifer. Melted Space étant un endroit où se retrouvent des âmes perdues, je ne pouvais pas passer à coté de l’ange déchu le plus connu de l’univers! Les parties exotiques que l’on peut trouver dans cette partie sont liées au démons qu’elles accompagnent. Pour aider Lucifer dans sa quête de pouvoir, je lui ai adjoint 4 démons venant de civilisations différentes, je me devais donc de faire évoluer la musique afin d’illustrer cela au mieux.

Ce « Bringer of light » m’a pris pas mal de temps à composer et à enregistrer, par la suite j’ai donc voulu faire quelque chose de plus léger et qui ne me prendrait pas autant de temps à faire, c’est pour cela que « This immortal love » est beaucoup plus court. Je voulais également faire un morceau en réponse au morceau « Le Soleil » qui se trouve sur le 1er abum, le thème de la Lune était déjà présent et la légende de Séléné et Endymion était une jolie façon d’aborder ce thème. Après cela j’ai voulu donner un pendant à Lucifer en parlant des dieux grecs dans une partie qui durerait 20 minutes… C’est raté puisqu’elle en fait finalement 48!

15/ Pourquoi avoir mélangé plusieurs « Dieux » de plusieurs religions ?
Ce n’est pas quelque chose que j’ai prémédité. Comme ça, on pourrait croire que j’avais de grandes idées humanistes mais en fait il n’en est rien, même si je suis pour le mélange des cultures et la paix dans le monde. C’est en fait un peu par hasard que j’ai mélangé tous ces dieux dans cet album. Comme je le disais, je ne me fixe jamais trop de limites ce qui me permet de suivre mes envies et d’intégrer dans Melted Space tous les personnages qui m’inspirent, cette fois-ci ce sont des dieux, la prochaine fois ce sera certainement autre chose…

17/ Comment s’est passé le « casting » ? Comment t’es tu débrouillé pour trouver des artistes aussi prestigieux ? Comment s’est faite la sélection ? Connaissais-tu déjà les artistes ? Peux-tu, dans le même temps, les présenter… ?
Et bien c’est un mélange de tout ça; j’ai passé des heures de Myspace, j’en avais rencontré certains en concert, je voulais travailler avec d’autres, certains sont des copains… La sélection s’est faite assez naturellement et en fonction du résultat que je voulais obtenir. Un personnage = une voix donc un certain type de voix.

Pour les présentations, je commencerai par les musiciens: Adrien Grousset guitariste du groupe Hacride. Ensuite à la basse on trouve Brice Guillon que j’ai rencontré en jouant avec lui dans un groupe de prog. A la batterie Gaël Barthélémy, qui a un palmarès de groupes impressionnant puisqu’il a joué dans Balrog, Svart Crown, Drowning…

Ensuite, pour ceux qu’on ne trouve que sur un titre, il y a Pierre Touzanne, bassiste du groupe A Quiet Day for Mellow Dreams, Matthias Bouyssou, excellent guitariste de Wildpath. Il fait le solo de la chanson « Listen to your king »

Et enfin plus récemment, j’ai fait appel à Michael Saccoman, du groupe Kronos, batteur exceptionnel avec qui j’ai également joué dans le groupe de prog que je mentionnais plus haut.

Ensuite la longue liste des chanteuses et chanteurs:

Liesbeth Cordia, fantastique chanteuse

interview Melted Spacehollandaise du groupe Eve’s Fall. Elle interprète la déesse Artémis.

Talena Smith, chanteuse anglaise du groupe Gone Til Winter. Elle fait une Athéna très rock’n'roll

Crystina Maez, qui est une chanteuse originaire des Canaries et qui n’est pas du tout une chanteuse de métal. Elle évolue dans un milieu plutôt pop/world. Elle nous donne une version très féérique d’Aphrodite.

Virginie Goncalves, du groupe Kells. Elle interprète la déesse Héra.

Emilie Plaquin, qui chante dans le groupe de rock PO-LEN

Vanessa Lauriola chanteuse du groupe Sylae. Elle interprète Star. Au passage elle est également corsetière professionnelle et crée de très belles choses!

Lucie Blatrier, chanteuse du groupe A Quiet Day for Mellow Dreams. Elle interprète St Michel.

Anaé du groupe Adrana, qui interprète St Gabriel, l’ange le plus proche de Dieu!

Amélie Jeannès qui interprète St Raphaël.

Au niveau des chanteurs, nous trouvons Manuel Munoz, l’ancien chanteur de The Old Dead Tree, il campe un Apollon très émouvant.

Guillaume Martinot, l’ancien chanteur de Gorod. Il fait Arès, le dieu de la guerre.

Pierre Leone, chanteur de The Oath, qui fait Poséidon.

Jesus « The Butcher », du groupe Offending. Il donne la réplique à Poséidon en interprétant Héphaistos.

Maxime Galatry, de feu-Om Mani. Il donne également la réplique aux 2 précédents et interprète Hermès.

Pierrick Valence, qui chantait dans Phazm, Scarve et qui joue actuellement dans Agressor. Il fait un Hadès pas content du tout!

Stephan May, qui officiait dans Ethersens.

Dagoth, chanteur du groupe Otargos. Il fait le méchant Dragon qui veut dévorer Séléné.

Mick Rignanese de Destinity, qui fait un Lucifer très puissant.

Sire Cédric (l’écrivain) qui interprète Belial.

Bruno « Bastich » du groupe Fleshdoll, lui aussi accolyte de Lucifer, il interprète Emma-O.

Maxime Beaulieu, chanteur de mon groupe Embryonic Cells, il fait Fenrir.

Cédric Julien, troyen lui aussi. Chanteur du groupe Hysteresy, qui interprète Tezcatlipoca

Arnaud Strobl, qui officiait dans Carnival in Coal et qui fait un superbe Dante très épique.

Et sur les 2 titres que l’on peut trouver sur les samplers de Hard Rock et Metallian, Black Messiah du groupe Seth et Emmanuel « El Worm » Levy, de mon autre groupe, Wormfood. Tous les deux interprètent Romulus et Rémus.

J’ajouterai un petit mot sur les gens de l’ombres qui ont passé un hiver 2010/2011 démoniaque à cause de moi: les 3 ingé-sons qui se sont partagé le mixage et le mastering: Jean-Christophe Banazsak, mon ancien prof d’électro-acoustique au Conservatoire, qui s’est occupé de mixer toutes les parties orchestrales, Axel Wursthorn, le compère d’Arnaud dans Carnival in Coal qui a fait le grand mélange entre parties métal, orchestre et chants. Franck Hueso que l’on connait pour son travail avec Hacride ou Klone et qui a masterisé l’album. Tous les 3 ont fait un travail titanesque donc un grand bravo à eux!

Enfin un dernier mot pour présenter Régis « Nornagest » Lant, chanteur du groupe belge Enthroned et qui est le talentueux graphiste auteur de la pochette, ainsi que son confrère Olivier Lomer qui a finalisé le double digipack.

Voilà, je crois que je n’ai oublié personne…

18/ Combien de temps cela t’a-t-il pris pour tout écrire et composer ? Je me doute bien qu’un projet aussi ambitieux doit prendre énormément de temps, entre les recherches etc…
Cela m’a pris 4 ans et demie… 3 ans de recherches, composition, arrangement, enregistrements, mixage, mastering, création de l’artwork et 1 an de démarchage pour trouver comment sortir l’album en faire la promo et réunir les fonds nécessaires.

19/ Comment s’est passé l’enregistrement ? Cela a-t-il été difficile, notamment à cause de la présence de tous les artistes…as-tu pu tout superviser ?
Cela n’a pas été une partie de plaisir en effet car tous ces artistes habitent aux 4 coins de la France, voire à l’étranger. Il a donc fallu trouver une logistique à chacun en fonction de sa situation géographique, ses disponibilités, des studios libres à ce moment-là, du budget… J’ai pu superviser la majorité des choses grâce à internet, au téléphone mais j’en ai aussi laissé certains s’arranger comme ils voulaient.

Sur les enregistrements eux-mêmes, nous avons beaucoup échangé par mail ou par téléphone de façon à ce que tous sachent ce que je voulais en gros et puissent être autonomes en studio. La plupart ayant beaucoup d’expérience, cela a été assez simple. Certains sont même venus enregistrer chez moi, ce qui a donné lieu à de très bonnes rencontres et des séances d’enregistrement vraiment très cool!

20/ Avais-tu quelques familiarités avec le metal symphonique, ou du moins, le metal à chanteuse ? Parce que tu t’en sors sacrément bien !
Pas vraiment, je suis issu de la scène métal extrême donc sorti du black et du death je n’étais pas très au courant de ce qui se faisait hormis les grosses machines comme Nightwish et Epica (et encore cela faisait des années que je n’en avait pas écouté) . J’ai donc du me mettre à la page, ce qui m’a donné l’occasion de faire de très belles découvertes et de me rendre compte qu’en France, nous n’avons vraiment pas à rougir, la scène est bien fournie avec de très bons groupes! Merci donc du compliment car ce n’était pas gagné d’avance…

21/ Au final, que peux-tu nous dire d’un point de vue général de ton opera metal Melted Space ? Est-ce que tu as toujours voulu faire ou est-ce différent de ton idée de départ ?
Et bien grâce aux différents plans de chaque partie que j’ai fait, je ne me suis jamais éloigné de l’idée que je m’étais faite au départ, mais je peux dire que je suis quand même arrivé à un résultat bien au-dessus de ce que j’espérais. En fait, j’ai fait ce que je voulais faire mais ça sonne encore mieux que ce que je voulais et là je remercie tous les participants notamment Jean-Christophe Banaszak, Axel Wursthorn et Franck Hueso qui ont chacun mis leur coup de baguette magique dans ce projet.

22/ Tu officies aussi dans Embryonic Cells en tant que claviériste, l’album est d’ailleurs sorti il y a quelques semaines. Que peux-tu nous dire sur ce groupe et l’opus en question ?
Et bien c’est un groupe de Trash/Black métal, nous venons de sortir notre 3ème album, intitulé « The Dread Sentence » chez Axiis Music. C’est un album dont l’univers est assez froid mais très très énergique et j’invite tout le monde à venir découvrir les quelques titres qui sont en écoute sur le net ainsi qu’à venir nous faire coucou lors des prochains concerts que nous ferons maintenant à partir de la rentrée, notamment au Sylak Open Air en compagnie de Destinity, Loudblast, Eths, Hatesphere et Napalm Death.

23/ Question un peu chauvine mais que penses-tu de la scène metal française ?
Et bien je pense qu’elle est très riche et pleine d’avenir. Je pense que Gojira a ouvert la porte de l’international et qu’internet, malgré certains mauvais cotés, a pu permettre à plein de gens à l’étranger de découvrir que certains groupes français n’avaient pas grand chose à envier aux grosses pointures internationales. J’espère donc que beaucoup de groupes que j’ai pu découvrir par le biais de Melted Space auront l’opportunité d’aller défendre nos couleurs hors de nos frontières.

24/ Quels sont tes projets pour l’avenir ? As-tu pensé à une version live de ce « From the Past » ? (quoi que, ça ferait beaucoup de monde!).
Et bien dans un premier temps, je vais finir l’orchestration du prochain album de Destinity et finir la production d’un EP pour le groupe Sons of Secret.

Concernant le live, j’aimerai énormément aller jouer cette musique sur scène mais cela nécessite beaucoup de travail et de moyens tant techniques, logistiques que financiers donc je ne peux pas affirmer que ce projet verra le jour dans l’immédiat… (bien que je pense que cela se fera un jour). Donc peut-être pas un live mais peut-être… un autre album! Mais avant tout des vacances car « From the past » m’a demandé beaucoup d’énergie et de travail et j’aspire donc à un peu de repos avant de me replonger dans de nouvelles aventures.

25/ Merci à toi en tout cas pour ton temps, et pour cette œuvre! Je te laisse le mot de la fin.
Et bien merci à toi pour tes questions, j’espère que cela aura donné envies aux lecteurs de découvrir l’album. Longue vie à Spirit of Metal!

 

Interview / Azhirock – 18/04/2012

Ξ septembre 17th, 2012 | → 0 Comments | ∇ Interviews |

En 2010, Azhirock avait sorti un premier album très riche, “Lucifer Annihilated”, qui sentait bon les influences de l’Orient, prouvant qu’en Iran, malgré les nombreuses interdictions, il était possible de vivre ses rêves. Aujourd’hui, après les nombreux concerts effectués en Europe, principalement, Azhirock est de nouveau sur le point de faire parler de lui. Rencontre avec le très secret et peu bavard Babak Farrokhi, chanteur du groupe… [par Mataï

interview AzhirockSalut Azhirock! Comment allez vous (le groupe) depuis la sortie de “Lucifer Annihilated” en 2010? Quels en ont d’ailleurs été les retours?
Nous avons finalement trouver un batteur très talentueux, Shahin, qui a rejoint le groupe au printemps 2011. Après ça, nous avons pu jouer dans de nombreux festivals tels que Metal Head’s Mission en Ukraine et Unirock en Turkie. Puis nous avons décidé de commencer à composer sur un nouvel album différent, dans un style progressif. Et là, nous l’avons presque terminé.

Pour ce qui est “Lucifer Annihilated” et des retours, ça a été très varié. Certains disent qu’ils l’ont adoré, d’autres….mais en général, les réactions étaient bonnes.

Comment avez vous débuté? Quels ont été les motivations?
A l’âge de 18 ans, j’ai décidé de monter un groupe afin de partager mes passions et mes sensations. 2005 a été l’année de l’enregistrement de la première démo, “Sacred Inferno”. En 2009, Kasra nous a rejoint et nous avons pu terminer le premier album d’Azhirock, “Lucifer Annihilated”. Au début, je cherchais à alimenter mes idées et à trouver un style et je l’ai trouvé: le heavy metal.

Peux-tu nous présenter l’album? De quoi parle-t-il?
“Lucifer Annihilated” parle de nos expériences dans la vie. Moi et Soheil ainsi que Kasra avons essayé de créer un style sur la scène metal iranienne, et nous pensons que nous avons atteints notre but d’une certaine façon. Nous avons mélangé des éléments progressifs avec de la New Wave Of Heavy Metal et “Annihilated Lucifer” ainsi que “Unnecessarily Alive” nous a propulsés sur la route. Tout le monde peut comprendre facilement cet album grâce à son propre passé.

L’album est riche et les différents types de voix sont inattendues: comment fais-tu pour avoir une voix claire aussi

interview Azhirockastrale et un growl aussi caverneux?
Le style d’Azhirock avait besoin d’un mélange de voix claire et de growl, à cause de son genre. Comme je l’ai dit précédemment, la musique d’Azhirock est une combinaison de nu metal et de metal progressif.

Comment ça se passe en Iran avec le metal et le rock? Le Moyen Orient est connu pour ses régimes autoritaires…
En Iran, le metal appartient à la scène underground parce que le gouvernement iranien ne permet pas aux metalleux de jouer en public. Il faut savoir qu’en Iran, il y a des millions de metalleux qui mourraient pour cette musique.

Je ne sais pas si vous avez déjà entendu parler de cette affaire, mais un groupe Iranien appelé 5Grs a été forcé de rester en Turquie lors du festival Unirock parce que la police iranienne pensaient qu’ils étaient satanistes: que penses-tu de cette situation?
Oui, nous avons entendu parler de ça. Nous ne pensons pas qu’ils sont satanistes. Ils jouent juste de la musique.

Vous étiez au festival Unirock ainsi qu’à d’autres concerts. Comment est-ce de jouer dans d’autres pays que le sien? Quelles ont été les réactions des publics étrangers?
Nous jouons de la musique parce que nous en avons besoin. Chaque musicien doit se produire sur scène, nous vivons pour ça. Les réactions en Ukraine par exemple ont été super et nous avons passé du bon temps là bas. Tout le monde nous a soutenu et nous a offert sa passion. Par contre en Turquie, ce n’était pas génial…

Vous avez signé avec le label américain Bamahang Productions pour enregistrer votre album. Comment avez vous trouvé cette opportunité? Y a-t-il des labels en de rock et/ou metal en Iran?
Nous avons trouvé M. Babak Khiavchi par internet. Il fait partie de l’équipe de Bamahang. Il nous avait promis de diffuser notre

interview Azhirockmusique, et voilà, c’est fait. Et non, il n’y a aucun label metal en Iran.

Vous semblez être proches des fans Européens, quel est le soutient des metalleux en dehors du Moyen Orient?
C’est tout à fait ça, nos fans se situent hors de l’Iran parce qu’ils peuvent nous voir. En Iran, personne ne peut voir Azhirock. Nous avons un gros soutient à l’étranger et ça la meilleure des motivations qu’on puisse avoir.

Comment s’est passé la session d’enregistrement? Qui compose et qui écrit?
Dans Azhirock, chaque membre prend part à la compositions des morceaux. Ca commence toujours par un riff…et puis une chanson complète.

Quelles sont vos principales influences?
Des grands groupes tels que Dream Theater, Metallica, Megadeth, Spliknot, Lamb of God, Meshuggah.

Quels sont vos projets? Des concerts, un album?
Comme je l’ai dit précédemment, nous allons bientôt sortir notre nouvel album, et nous avons des concerts de prévu en dehors de l’Iran pour le présenter.

Comment voyez vous la scène metal en Iran? Avez vous un groupe français préféré?
Il faut savoir que nous adorons le cinéma français. “Ne le Dis à Personne” est notre film préféré et Alain Delon est un de nos acteurs fétiches. Et oui, nous connaissons quelques groupes : Anorexia Nervosa, Adagio, Alcest, Gojira, Lethian Dreams et………:)

Je te remercie pour l’interview, maintenant, exprime toi!
Nous continuerons jusqu’à la mort! Azhirock prouve que le metal Iranien a une belle motivation: nous pouvons mourir pour atteindre notre but!

Merci beaucoup m/ Nous espérons qu’un jour, nous pourrons jouer en France m/

 

Interview / Hate Field – 18/04/2012

Ξ septembre 17th, 2012 | → 0 Comments | ∇ Interviews |

Il y a encore quelques années, Alfi Hayati faisait partie des membres du groupe le plus vieux de metal en Egypte, Odious. Désormais, le sieur est dans son propre one man band, Hate Field”, et a eu l’occasion de sortir son premier album “Scary Fairy Tale”, dans un style de metal industriel oriental. Si le metal industriel est très rare au Moyen Orient, ce genre est au contraire très présent dans le coeur d’Alfi. Rencontre avec un multi instrumentiste convaincu. [par Mataï]

interview Hate Field1/ Salut Alfi! Comment vas-tu depuis la sortie de ton album “Scary Fairy Tales? Quels ont été les retours?
Salut Tiphany! Tout va bien depuis la sortie de “Scary Fairy Tale”, j’ai eu de bons retours venant de l’Europe, de l’Amérique du Nord et du Sud. Pour le moment, je suis plutôt satisfaits de toutes les réactions et il va me falloir beaucoup de temps pour diffuser dans le monde entier ce premier album qui vient tout droit d’Egypte, mais je reste optimiste pour la suite.

2/Tu étais le bassiste d’Odious avant de créer Hate Field: comment étaient les années passées avec les autres membres? Comment vois-tu le groupe maintenant?
J’ai été bassiste dans Odious pendant près de 10 ans, et ça m’a apportée une énorme expérience musicale, et ce, avec le meilleur et sans doute le plus ancien groupe de metal égyptien. Je suis très content de nos albums ainsi que de notre bonne réputation dans le monde entier. Les membres du groupe sont comme une famille pour moi, nous avons partagé beaucoup de moments ensemble, en studio et en live, et je ne pense pas que le train d’Odious ne s’arrêtera de ci tôt.

3/Pourquoi as-tu décidé de quitter Odious et de te créer un one man band?
En fait, j’ai créer Hate Field avant de me séparer d’Odious, et ce n’est pas moi qui ait décidé de partir, nous étions tous d’accord sur le fait que personne ne pouvait se donner à fond quand il emprunte plusieurs chemins, et surtout après plus de 10 ans passés ensemble, il fallait donc que je m’écarte et que je laisse la place à ceux qui pourraient faire fonctionner cette machine de manière forte et puissante, comme ça devrait l’être. Et maintenant c’est le travail de Bassem (chanteur, claviériste et membre fondateur). Je le soutiendrais toujours ainsi qu’Odious du mieux que je peux pour que le nouvel album voit enfin la lumière.

4/Je suppose que le nom Hate Field est une sorte d’hommage à James Hetfield de Metallica. Que représente ce groupe pour toi?
Ah, eh bien oui, c’est même assez évident, le nom du groupe rime avec celui du leader James Hetfield, car c’est mon idole. Ceux qui me connaissent savent à quel point je m’inspire de cet homme. Hate Field n’est pas qu’un simple side project. Ca représente tout ce qui me représente musicalement et personnellement. Je dois simplement me donner à 110% dans tout ce que je fais pour le groupe, afin de mettre en pratique mes rêves.

5/Peux tu nous présenter ton premier album solo, “Scary Fairy Tale”? De quoi ça parle?

interview Hate Field>”Scary Fairy Tale” est le reflet de mon expérience de la vie et de la musique, j’ai tout composé et enregistré, je me suis occupé des paroles et du chant, c’est un mélange de heavy metal, de musique industrielle et orientale. Tout cela me représente, ainsi que mon état émotionnel au moment où j’ai écrit l’album. En plus de cela, Domestic Genocide Records a eu la responsabilité de distribuer l’album dans le monde entier, et je suis très fier d’avoir travaillé avec un label aussi enthousiaste.

6/Comment as-tu fait pour produire et tout composer? Comment se passaient les sessions d’enregistrement?
Les sessions d’enregistrement et de mixage ont particulièrement été agréables, j’y ai dépensé beaucoup de mon temps, ça m’a pris près de 2 ans, du début à la fin, jusqu’à ce que ça soit sur CD. Travailler avec mon vieil ami et producteur Samir Nabil, c’était super, je dois même avouer qu’il a mis beaucoup d’effort et de patience dans ce projet. On pouvait passer des mois entier à travailler et mixer, jusqu’au moment où j’ai pris la décision de changer quelque chose d’important dans le son, et on a dû reprendre depuis le début…finalement, nous sommes satisfaits et fiers de la production.

7/Il n’y a pas beaucoup de groupes de metal industriel dans au Moyen Orient, pourquoi avoir choisi ce style de metal? Te rends-tu compte que tu appartiens à une rare catégorie de groupes qui utilisent des éléments industriels, comme Seth.Ect par exemple en Turquie?
Pour être honnête, il y a quelques années j’étais très (et encore maintenant) influencé par les sonorités électroniques des albums de Samael tels que “Passage” ou “Eternal”. La même chose pour The Kovenant, qui ont leur marque de fabrique. Mais quand j’ai eu ma période Rammstein, leur musique m’a envoyée un message dark/electro, une mixture de guitares heavy tranchantes et des humeurs que tu peux avoir au moment où tu insères ces touches électro…et tout ça s’est répercuté quand j’ai commencé à écrire “Scary Fairy Tale” et Hate Field fait maintenant partie de ces rares groupes qui vont dans cette orientation musicale au Moyen Orient.

8/Tu es proche de tes origines culturelles et tu intègres beaucoup d’éléments orientaux: pourquoi avoir gardé cette “vibration” culturelle? Tu aurais bien pu en faire abstraction.
Cet aspect culturel ainsi que mes origines sont déjà à l’intérieur de moi, comment aurais-je pu éloigner mes racines musicale qui m’ont bercées depuis ma naissance? A mon avis, ça fait partie des éléments qui rendent la musique de Hate Field originale e

t musicalement sincère.

9/Comment est la scène metal en Egypte, et en particulier, le gouvernement, vis à vis de cette musique?
Internet a tout facilité, c’est facile d’apprendre, d’explorer, et de partager encore plus de musique. Maintenant, il y a énormément de musiciens avec des goûts différents, des directions différentes, je pense que c’est pour ça que notre scène est si compétitive et même plus productive qu’avant. La seule chose qui nous manque, c’est de voir les genres nous regarder comme des musiciens qui jouent du metal, ici, ça prend du temps au gens de comprendre que nous sommes des gens normaux qui adorons jouer de la musique lourde…rien de plus!

10/Depuis la révolution égyptienne, penses-tu que c’est plus facile ou plus difficile d’être dans un groupe de metal?
Jusqu’à maintenant, rien n’a vraiment changé sur le plan musical, peut-être cependant qu’il y a plus d’esprit créatif ici et là après les combats pour la liberté et tout et tout…donc je pense que maintenant, la musique peut faire partie de messages qui se diffusent, alors que dans l’ancien régime, on ne pouvait pas.

11/Quels sont tes projets pour le futur? Vas-tu faire des concerts?
J’ai réussi à choisir trois musiciens talentueux pour m’accompagner, on a commencé à répéter et à incorporer leur “touche” dans les chansons. Nous sommes vraiment enthousiastes à l’idée de faire des concerts en Egypte et même ailleurs, le groupe sera bien plus vivant et fort sur scène…ce qui nous donnera assez d’énergie pour commencer à travailler sur un autre album, mais cette fois je pense que ça ne sera plus un one man band comme pour cet opus.

12/Quel est le groupe que tu écoutes le plus en ce moment?
Ces temps-ci, je suis à fond dans un groupe qui s’appelle Viza. Je suis aussi très attaché à la radio…la radio t’ouvre les portes de mondes bien différents, et c’est toujours un plaisir de découvrir de nouveaux groupes avec leur propre direction musicale.

13/Dernière question: quel est ton groupe d’oriental metal préféré?
Ce n’est pas parce que j’y étais membre, mais mon préféré est et restera Odious.

14/C’est la fin de l’interview, encore merci! Je te laisse les derniers mots, exprime toi!
Merci Tiphany, bonne chance avec le travail que tu fais, et j’espère que je pourrais un jour lire la chronique d’un des concerts d’Hate Field en Europe.

Cheers and Stay Metal!

 

Interview / Winterburst – 13/03/2012

Ξ septembre 17th, 2012 | → 0 Comments | ∇ Interviews |

Sur une scène black symphonique en constante mutation, Winterburst fait de plus en plus parler de lui, et surtout en ce moment, avec la sortie de “The Mind Cave”. Depuis le split up d’Anorexia Nervosa, il reste une place vacante : celle de leader de la scène black symphonique française. Les Yvelinois sont-ils en passe de se l’approprier? Que nous réserve cette formation atypique? Rencontre avec Vorender (chant) qui nous parle du groupe, de ses ambitions et du nouveau rejeton, “The Mind Cave”…

interview Winterburst1/ Bonjour Vorender ! Comment allez vous, toi et le groupe, depuis la sortie de l’album ?
Bonjour à vous tous !! Eh bien nous sommes dans la distribution de notre album et on passe notre temps à chercher des partenaires pour vendre notre disque. On s’occupe également de gérer les commandes que l’on reçoit sur notre boutique en ligne. Et pour finir, on recherche des dates de concerts pour les mois à venir.

2/ Peux tu présenter le groupe pour ceux qui ne le connaissent pas encore ? Y’a-t-il une explication aux départs de Jörm et Freyr ?
Nous sommes un groupe de Black Métal Symphonique originaire des Yvelines, composé de Terias aux claviers, Shainsaw à la batterie et Kyll à la guitare et moi-même au chant. Nous sortons actuellement notre premier album “The Mind Cave” qui fait suite à la démo éponyme sortie en 2010. Jorm n’avait plus le temps de se consacrer en tant que second guitariste et Freyr a démissionné pour des raisons personnelles.

3/ La démo avait eu de très bons retours à sa sortie – et même encore – que peux tu dire sur ce premier jet ? Comment le vois-tu avec le recul ?
C’est une très bonne démo. Elle a énormément plu au public et elle a préparé le terrain de ce qu’allait être l’album. En réalité les choses sont allées très vite car je suis rentré dans le groupe en juillet 2009 et nous l’avons enregistré en décembre. Nous n’avions pas beaucoup d’expérience de studio et nous n’avions qu’une semaine pour l’enregistrer… Ce n’était pas trop mal comme résultat pour un début. Elle sonne encore très bien et nous allons garder les titres phare que nous jouerons sur scène pour la promotion de l’album.

4/ Voici donc la sortie de « The Mind Cave », que peux tu nous dire de ce nouvel opus ?
C’est un album important pour nous en tant qu’artiste français. Le black symphonique ne fait pas légion dans l’hexagone. Kyll y a mis toute sa passion et il a passé plus d’un an à écrire les orchestrations. C’est un album puissant, mélancolique, où l’âme du groupe se ressent énormément. Quant j’écoute “Beyond the Wall”, ce putain de morceau me colle une baffe…. Nos textes parlent toujours de mythes et de mysticisme car c’est notre univers, notre identité. Nous les avons exploités dans le cadre de récits souvent horrifiques que l’on peut appréhender comme des courts-métrages, des petites scènes théâtrales. De cette manière nous sommes en parfaite cohérence avec l’ambiance musicale et ce que nous racontons.

5/ La pochette est une illustration de George Grie, comme le précédent opus, pourquoi avoir choisi cet artiste, que vous inspire-t-il ?
Nous avons encore une fois fait appel à George Grie que nous avions sollicité pour la pochette de la démo. C’est

interview Winterburstune nouvelle fois dans un souci de cohérence et de continuité. Encore une fois son travail nous a scotchés par la beauté et le contenu qu’il dégage. Ce décor de l’Opéra Garnier, mélangé à une caverne de glace allait complètement dans le sens que l’on recherchait pour l’esthétique de l’album.

6/ L’album propose toute sorte d’humeurs différentes et semble relié par cet aspect « mini contes terrifiques », y’a-t-il un concept particulier ?
Ce n’est pas vraiment un concept, mais plus un environnement qui nous inspire. C’est une manière pour nous d’exprimer notre mélancolie, des sentiments qui nous touchent tous les jours, au point d’en écrire des chansons. Retranscrire des images, des histoires réelles ou des personnages historiques est vraiment excitants et enrichissants en termes d’imagination.

7/ Cette fois ci les orchestrations sont beaucoup plus imposantes. Pourquoi en apporter à ce point et quelles sont vos influences de ce côté là ?
L’idée d’orchestrer entièrement les chansons n’a pas été immédiate, elle s’est installée naturellement. Nous souhaitions que l’ensemble soit le résultat d’un assemblage cohérent de nos influences et ce que nous voulions transmettre aux gens qui écouteront notre album. Le but étant de les plonger dans une musique extrême avec des ambiances rappelant des bandes-originales de films.

8/ Pourquoi avoir intégré une version orchestrale de « Beyond the Wall » et pourquoi ce morceau en particulier ?
C’est un clin d’œil au dernier album de Dimmu Borgir, “Abrahadabra”, C’est un morceau très puissant, qui évolue vraiment bien et qui n’est pas trop long à se mettre en place. Les orchestrations de “Beyond th wall” sont très riches en instruments que se soit cuivres, vent et percussions. C’est vraiment épique !!!

9/ On ressent beaucoup plus de prise de risque notamment dans la variation du chant et surtout le chant clair : pourquoi t’es-tu essayé à ce style de chant ?
Parce que je trouve que le chant clair est la voix naturelle du chanteur. Il n’y rien de plus beau je trouve, qu’un chanteur se laissant porter par l’émotion qu’il a au fond de lui. Le chant clair permet une évasion chez l’auditeur, lui fixe un repère, c’est aussi un moment plus doux que chacun apprécie. Qui oserait dire que les parties chant d’ICS VORTEX ne sont pas monumentales…. Il est certain que j’essaye de retranscrire la façon dont les autres chanteurs appréhendent un morceau. Je m’en inspire et j’aime leur rendre hommage.

10/ Quelles sont les influences principales du groupe ?
Je me dois de citer bien sûr Dimmu Borgir dans toute son évolution mais aussi les premiers albums de Graveworm, Abigail Williams, Septic Flesh, Cadaveria, Opera IX… A tout cel

a se rajoute l’influence de compositeurs comme Danny Elfman, Howard Shore ou Hans Zimmer.

11/ Depuis le split d’Anorexia Nervosa, il n’y a pas vraiment de groupes dans le domaine du black symphonique qui réussissent à faire parler d’eux en France, sauf Winterburst. Penses-tu que vous avez assez de potentiel et d’ambition pour prendre de front cette place vacante et vous retrouver parmi les leaders du genre ?
Nous travaillons depuis 2 ans avec toute l’énergie indispensable pour que Winterburst sorte du lot. Il est vrai qu’en terme de black symphonique, il n’y pas grand monde en France. Ce serait quand même dommage de passer à coté de cette place qui nous attend. Le temps… personne ne perce sans laisser le temps faire son travail. Je ne suis pas de ceux qui désirent tout, tout de suite. La qualité sera notre atout principal dans notre démarche de reconnaissance.

12/ J’imagine que vous allez commencer à promouvoir le nouvel album par des concerts, avez vous déjà beaucoup de dates ?
Nous avons du annuler quelques dates suite au fait que nous n’avions pas trouvé de remplaçants à Jorm et Freyr. Ensuite notre batteur a eu des problèmes de santé qui se sont résolus, je vous rassure. Et comme nous faisons tout nous même, en termes de promotions et de distribution de disques, il est pour nous difficile de contacter sans cesse les associations et le programmateur pour des dates de concerts. Je ne compte pas les salles qui refusent encore du metal et celles qui te demandent des prix astronomiques pour leur location.

13/ Quels sont vos projets ? Avez vous déjà des idées pour le futur album ? Poursuivrez vous sur la même lancée ?
Pas du tout. Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs. Mais nous suivrons surement sur la même lancée. On verra dans deux ans.

14/ Cette question peut être collective, mais si tu devais retenir :
- un album
- un livre
- un film
- un concert

- Un album : OPERA IX (the black opera Symphonaie Mysteriorum il lauden Tenebrarum)

- Un livre : le seigneur des anneaux

- Un film : le dernier des mohicans

- Un concert : Gothminister, au zèbre de bellevile

15/ Quels sont tes coups de cœur actuels ?
Cadaveria ‘’horror metal’’ sans hésitation, planant, dur, heavy, très noir.

Le dernier Gothminister.

16/ L’interview touche à sa fin, je te remercie pour le temps que tu lui as consacré. Je te laisse le soin de t’exprimer.
Je tiens à remercier toutes les personnes qui nous suivent depuis notre début, Spirit of metal qui prend le temps d’écouter les groupes émergeant ainsi que la scène black metal Française qui regorge de trésor, nous nous croiserons sur le chemin…

 

Interview / Neurotech – 21/06/2011

Ξ septembre 17th, 2012 | → 0 Comments | ∇ Interviews |

Les metalleux aimant le metal industriel ou le cyber metal ont sans aucun doute entendu parler de Neurotech, ce groupe slovène de cyber metal, qui vient de sortir son nouvel opus, “Antagonist”. Rencontre avec le leader et créateur, Wulf, afin d’en savoir plus sur son groupe, ses albums, sa façon de travailler, ses émotions…

interview NeurotechPour commencer, peux tu présenter ton groupe, pour ceux qui ne te connaissent pas encore?
Neurotech est un groupe de Cyber metal de Slovénie, et je l’ai fondé au debut de l’année 2007, avec l’aide de Sophis à la guitare et de Naur à la basse pour les concerts, ainsi que de batteurs complémentaires pour les sessions live.

Est-ce que tu fais tout tout seul? Je veux dire, tout ce que nous connaissons de Neurotech vient-il seulement de toi ?
Oui, c’était l’idée du début. J’aime avoir les choses dans mes propres mains, les groupes qui composent ensemble…ça ne marche pas pour moi. Je pense que je travaille mieux quand je suis tout seul, donc je ne me laisse pas distraire par les idées musicales des autres membres ainsi que leurs opinions.

Pourquoi avoir choisi ce nom, “Neurotech”? Je devine que ça vient de « Neurotechnology », non ?
Le nom est venu de façon spontanée, alors que je réarrangeais mes chansons sur mon ordinateur, et j’avais besoin d’un dossier pour tout organizer, hormis ma tête si je peux dire. Je pensais le changer avant que le premier EP ne sorte, mais au bout d’un moment, je me suis rendu compte que ça représentait bien la musique et je n’arrivais pas à imaginer un autre nom que celui-ci. C’était le meilleur…et oui, ça vient sûrement de neurotechnologie.

D’ailleurs, il y a trois ans, tu enregistré “Transhuman”, que penses-tu de cet EP maintenant? Etait-ce le début d’une grande aventure, d’un grand concept ?
C’était la meilleure chose que je pouvais faire à cette époque. De ce point de vue, je le vois mieux maintenant : il y a des choses sur « Transhuman » que je ne supporte plus d’écouter, mais si je le prends l’EP comme un tout, c’est le premier pas, et c’est pour cette raison qu’il reste important dans le neuro-catalogue. Les débuts sont souvent durs, mais ce sont de bons enseignants. J’ai beaucoup appris grâce à ça, et incorporé cette connaissance dans le développement d’ « Antagonist ».

Puis, tu as enregistré “Angst Zeit”, le single, une sorte de nouvelle direction musicale?
Oui, “The Angst Zeit” a été enregistré un an plus tard, juste pour montrer au jeu une version plus améliorée du style. Mais aussi pour réduire le temps d’attente d’ « Antagonist » bien sûr.

Et cette année marque l’arrivée de …”Antagonist”! Peux tu nous le présenter ?
“Antagonist” est la première réelle representation de ce qu’est Neurotech. C’est quelque chose que j’ai toujours voulu faire, un album plein d’énergie, d’atmosphères, montrant différentes émotions. C’est cyber metal d’un côté, mais de l’autre il y a un gros travail qui se dégage des orchestrations Mais c’est ça, la beauté de ce genre de musique, car il n’y a aucune frontière, tu peux t’exprimer comme tu le souhaites. Contrairement à d’autre genres de metal, où il y a ce type d’approche assez renfermé avec les instrumentations et tout le reste.

Je suis d’accord, c’est d’ailleurs une de mes questions, tu t’exprimes bien et tu mélanges pas mal de choses, notamment des parties symphoniques (les derniers morceaux de l’album en fait). C’est nouveau dans ta musique, je veux dire qu’il n’y avait pas ça dans « transhuman » par exemple.
Ouais, on essaie toujours de s’améliorer. Améliorer les chansons et la production. Ce qui est arrivé après « Transhuman »…j’ai commencé à apprendre de nouvelles harmonies (j’ai fait une école musicale et appris la trompette quand j’étais jeune), de nouvelles échelles, à faire du nouveau boulot….je voulais mettre plus de musique dans « Antagonist », et c’est pour ça qu’il y a plus de mélodies, par rapport à « Transhuman », qui est plus « direct ».

Antagonist” est aussi plein d’éléments, il y a plus de choses, plus de details et de subtilités…
En meme temps, il y a beaucoup de choses qui sont arrivées au même moment. C’est ce que je pense là-dessus, mais ouais, je pense que ça fait un album plus intéressant à écouter. J’ai appris la leçon avec « Transhuman », en fait j’apprends toujours sur la musique, la façon de produire, ainsi que d’écrire des chansons, et trois ans plus tard…nous avons « Antagonist »

Et quell est le concept? La signification de la pochette, des paroles, du des

interview Neurotechign ?
Le concept d’”Antagonist” est multiple. Je ne pourrais pas débattre sur tout, mais il y a différents angles, différents points de vue. Ce qui explique que sur le livret, il y a des changements de visages et de points de vue. Mais on son cœur, ça parle de conflit internet, de dépersonnalisation, et de trucs comme l’anxiété, entre autres.

Mécanisation?
En fait, la mécanisation représentée sur la pochette de l’album est juste une forme de symbolique ; l’humain n’est plus vraiment un humain, mais une sorte de machinerie hybride, sans emotions.

C’est une impression ou dans “Antagonist” , il y a davantage d’éléments électroniques?
En effet, il y a plus de choses dans “Antagonis”. Les parties électroniques sont beaucoup raffinées et détaillées, contrairement à « Transhuman ». Et ça m’a pris du temps pour que cela ne sonne pas trop « bon marché » ou « générique »

Et il y a plus de melodies, tu sembles plus de focaliser là dessus.
Oui, à mon sens, une musique sans mélodies, c’est ennuyeux. Ce qu’on retrouve principalement dans cet album c’est l’apport des claviers et des harmonies, et les guitares servent juste à appuyer la rythmique. Dans la plupart des cas, chez les autres groupes, les claviers et l’électronique ne servent juste que de fond, d’arrière plan, alors que sur « Antagonist », c’est en premier plan. Et la majorité des musiques que j’écoute sont européennes, et les mélodies ont toujours fait partie de notre continent.

On peut sentir des humeurs différentes selon les morceaux, comme la mélancolie, la peur, l’anxiété…
Oui, ça donne à l’album du caractère. Ce n’est pas un album de black metal qui blast du début à la fin, et là on s’ennuie, il n’y a pas d’émotions. J’aime avoir ce conflit entre énergie et atmosphère. Différentes chansons pour différentes humeurs. Parce que nous, humains, n’avons pas qu’une seule humeur.

Combien de temps cela-t-a-t-il prit pour enregistrer l’album?
Je pense que ça m’a pris une bonne année pour enregistrer/mixé/masteries. Mais je ne travaillais pas la plupart du temps, parce que j’avais une journée de travail, et si tu es fatigué à la fin de la journée, c’est dur de te concentrer et d’être créatif. Pour résumer : deux ans de créations et de sélections des bonnes chansons, et un an d’enregistrement.

Etait-ce difficile? Surtout en tant qu’auto prod?
C’était difficile, parce que l’album est à plusieurs échelles. Chaque chanson est faite de 90 parties ou plus, alors pour faire en sorte que tout sonne bien et que tout soit écoutable, ça prend du temps. Faut donc faire pas mal de compromis, et il faut avoir l’esprit critique.

Surtout quand tu es tout seul pour faire tout le travail
Ouais, mais j’aime faire ça de cette manière. On contrôle sa machine en fait !

Quant aux parties vocales, comment c’était?
C’était un processus assez agréable, j’avais déjà des chansons complètement enregistrées en format demo, donc je savais que qui marcherait, et ce qui ne marcherait pas. Je n’ai pas ressenti le besoin d’expérimenter avec les vocaux. Ils font partie de la musique dans son ensemble, donc je ne voulais pas trop les mettre trop en avant, parce qu’il y a déjà beaucoup d’éléments et de travail…peut-être un jour, mais aujourd’hui, je ne le vois pas de la même façon.

Est-ce si différent en live, vu que tu ne peux pas jouer de tous les instruments?
C’est totalement différent. J’ai envie que la musique soit entendue en concert comme sur le cd, donc on utilise des morceaux en fond pour tous les synthés, parce que sinon, on serait obliges d’être six sur scène, pour les claviers et tout le reste…il y a aussi des compromis à faire, mais en fin de compte, les concerts sont juste des concerts, et les albums sont là pour toujours. Je préfère donc le studio que les situations live.

Selon le concept, as-tu, personnellement, une vision sombre et pessimiste du futur de l’humanité?
Je n’a pas vraiment d’opinion. Je peux seulement dire que notre façon de penser et de vivre nous échappent, parce que de nos jours, nous sommes bombardés de médias qui nous lavent le cerveau d’un côté, et de l’au

interview Neurotechtre nous avons les théoriciens du zeitgeist qui nous assènent des choses sur une probable conspiration…on vit dans une période étrange et je devine que personne ne sait ce qui va se passer.

Quelles sont tes influences? Musique, événements, littérature …
Je pense que la musique en elle-même m’influence beaucoup, dans tous les cas de figure. J’écoute beaucoup de genre, du classique à la techno en passant par le new age et des trucs comme Jean Michel Jarre, Vangelis, Enigma, etc…Je veux étendre mes horizons musicaux et incorporer différents éléments et styles dans la musique de Neurotech. Par ailleurs, pas mal de films m’ont influencés, ainsi que leur bande son.

Quel genre de films?
Beaucoup de films de Science Fiction comme Equilibium, Matrix, Inception, et bien sûr les blockbusters comme The Dark Night. Ceux avec une bonne histoire et une bonne musique, bien sûr. Je ne peux pas regarder un film avec une bande son mauvaise.

Tu as pris de l’assurance, tu viens juste d’enregistrer un album mature qui semble être aimé par les fans d’indus et/ou de cyber, penses tu pouvoir devenir un modèle, comme Fear Factory ou Sybreed ?
Ne jamais dire jamais. Ca serait sympa, mais seul le temps le dira. J’essaie toujours de composer le mieux possible, et je ne recherche pas un succès commercial. Tu vois, j’offre mes albums en téléchargement libre.

Oui c’est sympa
Ouais, les gens aiment ça, ils les font circuler. Si tu as l’occasion d’enregistrer un bon premier album, je pense que c’est la chose à faire si tu veux être un peu plus connu.

Que penses-tu de la scène cyber metal en general?
C’est un genre mineur mais sûrement un des plus passionés. Les gens qui écoutent ce style musical sont très ouverts, ce qui est vraiment cool, et les nouveaux albums d’artistes sont juste phénoménaux. Je pense que c’est vraiment un genre dans lequel il y a beaucoup de choses à découvrir. Donc c’est pourquoi ça reste intéressant, pour moi en tout cas.

Quels sont tes groupes préférés de cyber metal?
Je dirais Sybreed et The Kovenant, du moins je pense que ce sont eux que j’ai le plus écouté. Et ils aiment beaucoup « Antagonist » vu qu’on en a parlé sur le net.

C’est vraiment bien d’avoir des compliments de gens que tu admires, c’est bon d’entendre que l’on fait du bon boulot.

Selon toi, quels sont les pionniers du cyber metal ?
Je dirais Samael. “Passage” est un des mes albums prefers et il a été enregistré en 1996 si je me souviens bien. Je ne sais pas s’ils se catégorisent eux-mêmes de cyber metal, mais ils mettent bien en valeur cet aspect futuriste et les atmosphères dans leur style.

Apparemment, tu es en train de bosser sur de nouvelles choses, tu peux m’en dire plus là dessus?
Oui, ça commence à peine. Je n’en dirais pas plus parce que c’est trop pour en paler, mais si « Antagonist » était une version plus élevée de « Transhuman », alors on peut s’attendre à ce que le nouvel opus soit une version améliorée de « Antagonist ». J’ai déjà prévu un mini CD pour cet automne, et si tout se passe bien, on pourra avoir un nouvel album de Neurotech l’année prochaine. Mais seul le temps nous le dira.

As tu des concerts de planifiés?
Des choses sont prévus, et des choses ont été annulées. J’essaie de me focaliser davantage sur la création de musique, plus que vouloir faire des concerts. Ca serait vraiment bien de pouvoir faire de grands concerts avec une super production et un son impeccable, mais tu sais, si tu es un petit groupe, tu as un risque sur deux de faire un mauvais concert…

Et comme je l’ai dit précédemment, les concerts sont juste des concerts, les albums restent pour toujours.

Eh bien, je pense que c’est bon. Plus de questions…de toute façon, merci pour ton temps, pour ta musique et l’interview. C’est sympa. Maintenant, si tu veux ajouter quelque chose ou convaincre les gens d’écouter ton album, n’hésite pas.
Merci pour l’invitation, tout le monde peut aller voir sur notre si et télécharger le nouvel album ici www.neurotech.si, ou nous rejoindre sur facebook ici www.facebook.com/neurotechband …j’espère que vous aimerez ! Wulf

Voilà, c’est fait. Hourra!

 

Interview / Minority Sound – 19/06/2011

Ξ septembre 17th, 2012 | → 0 Comments | ∇ Interviews |

Minority Sound est un jeune groupe tout droit venu de République Tchèque et officiant dans un cyber metal quelque peu original. Il contribue beaucoup à cette scène dans un pays où il est difficile de trouver ce genre de musique. Rencontre avec le guitariste Ota pour plus d’explications…

interview Minority SoundPour commencer, question très basique, mais peux-tu présenter ton groupe à ceux qui ne vous connaissent pas encore?
Nous sommes un groupe de metal electro (ou Indus, ou cyber si vous préférez) de République Tchèque. Le groupe a été fondé en 2007 par moi, Gulesh, et un ancien batteur, qui nous a laissé un an après. Maintenant, nous avons quatre membres, dont un batteur très talentueux Simon Stanek et un bassiste Petr Blaha. On essaye d’apporter une autre vision de ce style musical. On se concentre plus sur le côté electronique de la musique, puis le metal en lui-même. Cela s’entend dans notre musique parce que nous mettons l’accent sur les samples et les synthés, donc rien de très commun pour les fans de metal, mais préférable pour l’auditeur qui aime tester des choses nouvelles.

C’est clair que c’est très électronique, beaucoup de chansons sont le reflet de cette partie de votre musique. D’ailleurs, pourquoi avoir choisi de jouer de l’electro/Indus/cyber?
On peut se le demander mais en République Tchèque, il n’y a pas beaucoup de groupes qui sont dans cette optique. Par ailleurs, la passion pour le cyber metal est une de ces raisons. Nous voulions faire quelque chose de différent dans notre pays. Pas un énième groupe de metalcore ou de death/grind (qui a en fait une très bonne scène ici).

Donc en République Tchèque, la scène metal indus est assez pauvre…vous suivez les pas de Gorgonea Prima, non?
(rires)…pas vraiment. C’est un style de musique complètement différent. Plus comme Liveevil. Mais c’est ça. C’est ce qui représente la scène metal Indus ici. Je peux bien entendu ajouter Sun.Has.Cancer, ou Sin.Tex, mais ce sont des groupes (et projets) qui font des concerts très rarement, idem pour les sorties Cds.

Je pense que Gorgonea Prima font plus dans la techno et le black metal, non?
J’aimerais ne pas avoir à parler de ces gars, mais sinon tu as raison. [ndlr: concurrence oblige...]

D’accord. A propos de votre nom de groupe, pourquoi avoir choisi “Minority Sound”?
Il y a plusieurs raisons. La première, c’est que moi et le précédent batteur avons joué ensemble il y a plusieurs années dans le même groupe de punk/rock nommé Minor Premis. La deuxième, c’est que ce n’est vraiment pas une musique faites pour les true metalleux, ce n’est pas non plus commercial, c’est donc plus adaptée à une scène mineure. Et la dernière raison, c’est le son lui-même. Notre musique se compose de petits éléments et de détails, qui créent un tout, et l’un n’est pas complet sans l’autre.

Et quels sont ces éléments et détails?
Des samples mineurs dans la musique. Le travail que tu peux entendre après quelques écoutes. Donc si tu en as la capacité, et si tu es patient, la musique finira par t’emmener ailleurs à chaque fois que tu l’écouteras. Comme un petit son en arrière plan que tu n’avais pas encore entendu. C’est au point que moi-même, je découvre des choses que j’avais oublié incorporer. C’est comme le « Rebirth » de Pain. Je peux l’écouter des milliers de fois, je trouve toujours quelque chose de nouveau. L’inspiration se cache dans les chef d’œuvres de Peter.

Un grand homme…
Un grand homme en effet. Malheureusement, je n’aime pas tant que ça les derniers albums, et « Rebirth » est pour moi le meilleur album qui n’ait jamais été fait. Et l’un des mes albums préférés.

Donc peux-tu dire que tu joues quelque chose de subtile et complexe grâce à ces éléments?
Oui mais c’est cache sous couvert de la simplicité. C’est plutôt bien en fait, parce que la musique marche davantage quand on fait des concerts.

Il y a trois ans, vous avez enregistré votre première démo “Minority Sound”, comment la vois-tu maintenant? Y’a-t-il quelque chose que tu aurais aimer changer?
Je la vois comme une bonne demo. Bien sûr, j’aimerais changer quelque chose, mais tu sais. C’est comme tout. Maintenant, j’aimerais changer plein de choses dans « Analysis » aussi. Et plusieurs mois après l’enregistrement du prochain album, j’aimerais y changer aussi quelque chose.

Oui je vois! Maint

interview Minority Soundenant parlons d’”Analysis”, peux-tu le présenter?
Eh bien, c’est notre premier album. Nous avons vraiment travaillé sur celui-ci. C’est une auto-production. Seules les parties batterie ont été enregistrées au studio et le reste a été fait dans mon studio. Ca représente en gros tout ce dont nous avons parlé jusque là. Nous sommes très fier d’avoir pu faire quelque chose qui correspondait à notre environnement. Le but de cet album, c’est de faire réaliser aux gens leur propre nature.

C’est un concept album?
Le but est de servir de miroir à chaque être humain sur cette planète et leur dire : « regardez, vous n’êtes pas si spécial ! Vous devez sans doute vous le dire, ce qui est bon pour vous-mêmes, mais ne soyez pas aussi sûr de vous, parce que vous êtes juste un humain. » Mais les paroles ne sont pas assez connectées les unes aux autres pour être conceptuelles. Une chanson est sur les changements d’opinions et de parties, une autre sur l’addiction aux rendez vous virtuels…il y aussi des chansons qui mentionnent la dictature et les remords, l’avidité et les paradoxes.

Ca me fait penser au morceau “Paradox”, est-ce que ce morceau reflète vos pensées?
Oui c’est une des nos chansons. Et oui, c’est une de celles qui met le plus notre point de vue en avant.

Il y a aussi trois morceaux qui viennent de votre première démo, ce sont des rééditions, des remixes…?
Ils ont été refait à zero. Pas des remixes du tout. Ils correspondaient juste au thème et à l’atmosphère de l’album, donc nous avons décidé de les réenregistrer et leur donner une seconde chance.

Quelle est la signification de la pochette et du titre de l’album? Est-ce “Analysis” pour l’analyse de notre être?
Tu as encore raison…même la pochette avec cet œil (qui est devenu le symbole de l’album) parle de ça. Ca dit : regardez à l’intérieur de vous-mêmes.

Vous avez fait un bon mélange avec les voix, je veux dire qu’elles ne sont pas toujours les mêmes, il y a des variations, des changements, qu’est-ce que tu en penses ? Y avait-il quelque chose que tu voulais mettre en valeur ? Afin d’accentuer le but de l’album ?
Hum…je pense que les vocaux sont quelque chose dont nous avons besoin pour que ça fonctionne plus dans le future (et nous avons déjà commence). Mais l’idée était de faire, en gros, du growl avec du chant clair et des parties plus « craquées ». Avec les changements, ça a donné quelque chose de vague, mais on s’est finalement dit que c’était assez bon pour continuer.

Le design de l’album est assez mécanique, dans le livret on peut tous vous voir avec une partie humaine et une partie robotique, qu’est-ce que cela signifie?
Ca met encore plus en valeur les parties mécaniques de notre cerveau. Nous agissons comme des robots, nous faisons de la musique robotique. Nous sommes devenus si possédés par les ordinateurs et les machines que nous-mêmes, nous devenons des machines. Je ne suis pas contre ça, mais nous devons le faire encore mieux si on veut que ça marche. Peut-être éliminer la partie humaine pour de bon ? (rires) c’est dément, hein ?

Oui, mais penses-tu que le futur de l’humanité soit si pessimiste?
Très…ce sera le sujet du prochain album. Je veux dire, regarde dans quel état est le monde aujourd’hui. Comment le gouvernement agit, et comment les gens répondent à leurs actes. Regarde la « démocratie » que nous avons bâtie. Regarde les valeurs dont nous faisons l’éloge de nos jours, et comment nous pouvons aller à nos fins. Ca ne peut pas bien finir. Un jour ou l’autre, il y aura une grosse guerre, et j’espère seulement que ce ne sera pas une guerre civile…

L’album n’est pas très long, pourquoi?
Personnellement, je n’aime pas vraiment les albums longs. On s’est déjà pris la tête avec certains membres du groupe là-dessus, et on a finalement décidé de faire court. C’est un premier album, et on ne veut pas se surestimer. Un album court intéressant à écouter, c’est mieux qu’un album long qui devient ennuyeux à la fin.

Donc vous voulez être concis et efficaces, c’est ça?
Oui…mais là encore, no

interview Minority Soundus verrons ce que le future apportera à Minority Sound.

Vous avez des projets?
Pas vraiment. Simon joue aussi dans des groupes de jazz et de samba. Avant je jouais de la basse dans Poppy Seed Grinder, mais je l’ai quitté tôt dans l’année. Ah si, un manager nous a appelé et il veut qu’on fasse des répétitions après un ou deux ans, ainsi que des concerts. Donc ok. J’ai un projet !

Bonne nouvelle. Donc des concerts?
Pour Minority Sound ou l’autre groupe?

Les deux!
Pour Minority Sound, le festival a commence. Donc il y a pas mal de concerts en République Tchèque. En septembre, on prévoit de faire une tournée en Slovaquie et en Pologne avec Sun.Has.Cancer. Nous avons hâte de la faire. Et on a des concerts de prévu pour l’an prochain. Tout se passe bien !!

Que penses-tu de la scène Cyber metal en général?
Il y a beaucoup de bons groupes. Herrschaft, Neurotech, Mechina, Thy Disease, Sybreed…et j’en passe. Mais je trouve qu’il y a peu d’auditeurs. Ou alors je me trompe. En tant que chroniqueuse, qu’en penses-tu?

Très peu d’auditeurs…c’est pourquoi j’ai tendance à chroniquer du cyber metal, pour faire découvrir aux auditeurs ce travail.
Un grand merci à toi.

Merci. Il semble qu’il y ait différentes scenes cyber metal, de plus en plus en expansion, en particularité les scenes cyber américaines, françaises et russes, qu’en penses-tu?
Je suis content qu’elle augmente. Je pense que les américains et les français sont les meilleurs dans ce domaine. Les russes mettent plus en avant un certain côté discothèque, c’est sympa, et des groupes sont très bons (Illidiance par exemple). Un jour le temps du cyber metal arrivera (parce que celui de Static X et de Fear Factory est parti), et je veux que Minority Sound soit là.

La compétition, c’est ça?
Dans ce cas, ce n’est pas la competition que je vois. Je veux que les groupes se lient les uns aux autres, fassent une grande tournée, communiquent, et apportent un soutient à la scène. Il n’y a pas d’autres façons. Bien sûr, la compétition saine c’est bien, mais la compétition peut aussi vouloir dire créer des vies et jouer pour les autres, afin de mettre en avant leurs propres spécialités. Mais ce n’est pas la meilleure façon de rendre cette scène (bien que petite) meilleure.

Besoin de solidarité pour être plus fort.
Besoin d’une alliance pour être plus fort dans cette mer de metalcore/deathcore: ce que tu veux en core. Sinon il n’y aura personne avec qui jouer, il n’y aura personne avec qui faire un bon concert.

Il semble que maintenant, les groupes de cyber metal sont influences soit par Fear Factory, soit par Sybreed, soit les deux. Qu’en penses-tu ? Et quelles sont vos influences ?
Fear Factory ont eu une grosse influence sur nous. Sybreed est un bon groupe aussi, mais en fait ils ne nous ont pas influencé tant que ça. On est plus à fond dans Pain (les plus vieux albums), Static X (les plus vieux aussi), et surtout : les musiques de jeu vidéo et la trance psychédélique. Tu ne sauras jamais quels bons morceaux se cachent derrière le nom d’Unreal Tournament (notre chanson appelée « Unreality » est un homme à ce jeu).

Quels groupes aimes-tu écouter en ce moment?
Khadaver, Sun.Has.Cancer, Liveevil…j’ai aussi écrit à Herrschaft pour faire un concert, mais il sont trop chers, et donc ça a posé problème pour un live, parce que beaucoup trop peu de gens les connaissent. Mais je vais rééssayer ! J’écoute beaucoup de musique. En gros, tout ce qui se situe entre U2 et Ulcerate. Et en ce moment, j’adore l’album « Conqueror » de Mechina et le « Cryptidalia » de Rom di Prisco.

Ok eh bien je pense que ça sera tout. Merci beaucoup ! Je te laisse parler et essayer de convaincre les gens d’écouter ton album…ou si tu veux ajouter quelque chose, la parole est à toi.
(rires) merci! On n’a pas besoin de les convaincre…il faut juste leur dire. S’ils pensent que c’est de la merde, c’est leur choix. Merci pour l’interview et cette discussion en tout cas !

 

Interview / Figure Of Six – 19/05/2011

Ξ septembre 17th, 2012 | → 0 Comments | ∇ Interviews |

Après Logical Terror, c’est au tour des italiens de Figure of Six de nous présenter un nouvel album cette année. Officiant dans un metal moderne dynamique proche du metalcore, FoS se lance donc dans une vaste campagne de promotion. Rencontre avec le timide guitariste Matteo, qui nous en apprend beaucoup sur le groupe et l’album.

interview Figure Of SixMataï: Salut Matteo donc tout d’abord peux-tu nous présenter ton groupe pour ceux qui ne vous connaissent pas ?
Matteo: Oui, mon nom est Matteo, je suis le guitariste du groupe italien Figure of Six. Nous avons commencé à jouer sous ce nom en 2003, même si moi et Peter, l’autre guitariste et fondateur, avions commencé à écrire des chansons bien avant. Nous avons sorti le premier album en 2005, il s’appelle “Step One”, signé chez Copro Records, alors que le second, “Aion”, a été signé chez Locomotive Records en 2008. Le nouveau nommé “Brand New Life” a été mixé par Tue Madsen au Danemark.

Mataï: Est-ce ton premier groupe ou avais-tu déjà fait parti de groupe avant cela? Avais-tu déjà de l’expérience?
Matteo: Pas avant mais en même temps j’ai quand même joué avec d’autres gens juste pour le plaisir.

Mataï: Donc ce n’était pas si nouveau que ça pour vous. Vous jouez du Metalcore, mais ce genre est de plus en plus courant dans la scène Metal, penses tu que vous réussirez à proposer quelque chose de “nouveau” ou original? Je veux dire par là que la scène semble assez “saturé…
Matteo: Eh bien je ne dirais pas que notre album est “metalcore”…

Mataï: En fait c’est un mélange de metalcore/hardcore/electro, non?
Matteo: Nous avons été inspiré par la musique des années 90’s combiné avec quelque chose de nouveau, aussi nous avons décidé d’avoir une approche beaucoup plus rock/metal au niveau des vocaux, je dirais donc que c’est du metal moderne/rock/hardcore/electro, quelque chose comme ça (rires)

Mataï: Oui c’est vrai, et parfois, ça dépend des morceaux mais vous ressemblez à une sorte de Death Mélo moderne à la Soilwork ou Scar Symmetry…

Matteo: Tu trouves?

Mataï: Oui je pense surtout à “War from the Inside” qui me fait penser à du Scar Symmetry.
Matteo: Ah oui je vois ce que tu veux dire. J’aurais dit aussi Meshuggah ou Fear Factory.

Mais je ne pense pas que le groupe appartient vraiment à la scène Metalcore. Ceux qui n’écoutent que du Metalcore seront déçus avec cet album.

Mataï: Oui et dans la chronique j’ai écrit que vous mélangiez pas mal d’influences.
Matteo: Oui je suis d’accord.

Mataï: Du coup je dirais que votre album n’est pas juste du “metalcore” mais quelque chose de mélangé et nouveau.
Matteo: Oui, bonne description.

Mataï: Maintenant peux tu présenter le nouvel album, “Brand New Life”?
Matteo: Oui. Le nouvel album sortira demain, 20 mai, chez Tiefdruck Musik. Nous l’avons enregistré aux Fear Studio avec Tue Madsen and DysFUNCTION productions. Il se compose de dix chansons de metal moderne et plus encore. Personne ne doit le rater.

Mataï: Es-ce un concept album? Est-ce que vous nous racontez une histoire?
Matteo: Il s’inspire des expériences personnelles que n’importe qui aurait pu vivre dans sa vie. L’espoir de jours meilleurs est le thème en commun dans chacune des chansons.

Mataï: Comme dans “My Perfect Day”, c’est ça le sens?
Matteo: Oui voilà.

Mataï: Qui a écrit les paroles? Est-ce quelque chose que vous faîtes tous ensemble?
Matteo: Erk, notre chanteur, a écrit toutes les paroles, mais moi et Peter on l’a aidé.

Hum…nous jouons ensemble (rires) non je veux dire que nous n’avons pas de sport ou d’activité que nous partageons en dehors de ça, de ce rêve, c’est assez je veux dire, ça prend beaucoup de temps dans nos vies de toute façon.

Mataï: Oui, et j’ai vu quelque part qu’à la base les paroles étaient écrites en italien et qu’ensuite, c’était toi qui les traduisais en anglais.
Matteo: Oui, avec l’ancien chanteur. J’écrivais toutes les paroles parce qu’il n’était pas très confiant a

interview Figure Of Sixvec cette langue, mais cette fois c’est différent parce qu’Erk parle anglais couramment. De toute façon, étant donné que nous ne sommes pas anglais ou américain, on a besoin d’écrire nos idées en italien, et de les adapter aux mélodies, on a besoin de les utiliser pour les chansons. On a l’habitude d’écrire la musique, puis enregistrer le chant, avec un anglais “imité”, juste pour avoir les mélodies, puis ensuite nous écrivons les paroles, pour les adapter aux mélodies que nous avons.

Mataï: Tu viens juste de parler de l’ancien chanteur, maintenant tu peux m’en dire plus sur le nouveau, est-ce différent? Avez vous changé quelques chose dans vos compositions?
Matteo: Hum…pas tant que ça. Bien sûr, chaque personne est différente, et a une façon de travailler bien différente. Erk est un malade du travail, il pourrait bosser sur le chant 24h par jour.

Mataï: Avez vous eu besoin de vous adapter?
Matteo: Oui bien sûr. Nous nous adaptons toujours lorsqu’il y a de nouvelles personnes. Mais tout est naturel, très naturel.

Mataï: A-t-il apporté quelque chose de nouveau à votre univers musical? Quelque chose de frais?
Matteo: Oui bien sûr, avant il était dans des formations plus “progressives”, ce qui est quelque chose que nous n’utilisons pas. Il est aussi à fond dans le new rock américain, comme ces trois derniers jours avec Nickelback ou Shinedown, des groupes que nous connaissons bien sûr mais dont nous ne nous inspirons pas. Nous avons aussi des goûts en commun comme Soilwork ou Sevendust.

Mataï: Pourtant on peut entendre des passages à la Soilwork dans vos chansons, je ne sais pas pourquoi, peut-être que vous êtes plus inspirés que vous ne le pensiez (rires)

Matteo: Ouais peut-être, Soilwork est un groupe que nous aimons bien sûr, mais je ne sais pas si on s’en est inspiré.

Mataï: Oui mais il y a quand même un petit quelque chose…bon ok j’arrête avec ça!
Quelle est donc la principale différence entre votre dernier album Aion et le nouveau? Qu’avez voulu mettre en avant?

Matteo: Avec le nouvel album, on voulait quelque chose musicalement plus solide, tu peux entendre moins d’orchestrations, parce que nous voulions mettre en avant le groove, et nous voulions que les claviers fassent partie des instruments principaux, et pas seulement un vulgaire fond sonore. Donc nous nous sommes focalisés sur le fait de les mettre plus en avant.

La différence avec Aion c’est le chant, on voulait s’éloigner de la scène hardcore et avoir des vocaux plus rock, et moins hardcore. On a aussi beaucoup travaillé la prod sur cet opus.

Mataï: Vous avez travaillé avec Tue Madsen et Dysfunction Prod
Matteo: Nous avons travaillé dur avec l’équipe de Dysfunction. Cette fois-ci, Tye est venu en Italie pour enregistré l’album avec nous, alors que la fois dernière, on a du lui envoyer les fichiers pour qu’il les mixe.

Mataï: C’est donc un grand privilège.
Matteo: Oui, c’est cool.

Mataï: Comment s’est passé l’enregistrement, et le mixage avec lui?
Matteo: L’enregistrement était vraiment cool. Tue est un grand professionnel, et il arrive à trouver le son exact pour nos instruments. Le mixage aussi a été cool, vu que nous étions là avec lui, à son studio. Nous avons travaillé en équipe, même si lui, restera toujours le patron.

Mataï: Bien sûr. Je parlais de Figure of Six avec un des gars de Logical Terror, sur la production, parce que je trouve que votre son ressemble à celui de LT et que le leur ressemble au votre, la raison semble être Dysfunction Prod, que penses-tu de ça?

Matteo: Je pense que c’est normal quand on partage la même équipe de production. Mais chaque groupe a sa particularité.

Mataï: Et quelle est la vôtre?
Matteo: Je pense qu’on est moins indus. Ce que je veux dire

interview Figure Of Sixc’est que chaque groupe garde son identité même si nous partageons la même équipe de production.

Mataï: Je pense que les sons électroniques et bien sûr les claviers sur cet album sont plus travaillés, bien fait et mieux insérés aux chansons, et là je pense à la dernière, “Something”.


Matteo: Oui je suis d’accord, c’est plus indus.

Mataï: Dans cette chanson, on entend plus de claviers que dans les autres.
Matteo: Oui, c’est le titre électro. Dans les deux derniers albums, on avait des chansons instrumentales. “Something” est la version 2011 de ces chansons.

Mataï: Et pourquoi vous n’avez pas mis d’instrumental dans cet album?
Matteo: Parce que nous voulions quelque chose de nouveau sur cet album. Nous avions genre 3-4 chansons instru sur le premier album, ce qui était trop! Je pense que “Something” est une bonne évolution pour ces chansons, et 1, c’est assez (rires)

Mataï: La cover est assez neutre, a-t-elle un sens?
Matteo: Oui, c’est un phénix, le symbole mythologique de la Renaissance.

Mataï: Ce qui est lié au titre de l’album?
Matteo: Ouais, et c’est plus lié à l’atmosphère de l’album qu’au concept. C’est aussi relié à lé période que nous avons du affronter, après l’enregistrement des instruments, quand ils étaient prêts mais que nous n’avions pas de chanteur (rires). Nous avons dû être forts pour avancer…jusqu’à la renaissance de “Brand New Life”.

Mataï: Quelle est ta chanson préférée?
Matteo: Hum…je dirais “I Guess”.

Mataï: Pourquoi?
Matteo: Parce que c’est la chanson la plus complète, renfermant l’esprit des 90’s, une construction compliquée, un bon chant, de bons claviers…

Mataï: Avez vous des projets pour le futur?
Matteo: Jouer autant qu’on peut. Nous voulons jouer dans notre pays, et nous avons prévu une tournée en automne, pour promouvoir l’album. On va aussi tourner une vidéo officielle pour la chanson “My Perfect Day” samedi prochain, alors que la vidéo live que nous avons enregistré à Cologne sortira dans quelques jours.

Mataï: Vous avez des idées pour la vidéo?
Matteo: Oui, mais c’est secret.

Mataï: Et si je te demande un petit “quelque chose”?
Matteo: (rires) hum…une vidéo différente des dernières, tu verras.

Mataï: Vous avez prévu de venir en France?
Matteo: Oui, dans la tournée dont je te parlais. On passera dans toute l’Europe et en France.

Mataï: J’espère que vous aurez du public!
Matteo: (rires) Pas si facile, je l’espère, mais je pense que nous jouerons avec des groupes plus connus, donc avec chance, nous aurons du public.

Mataï: Logical Terror m’a dit que c’était difficile pour les groupes italiens en particulier d’être signé et d’être connu, mais vous avez réussi à trouver des labels et à vous faire produire par un gros producteur.

Matteo: Ouais, nous sommes chanceux, mais ça demande beaucoup de travail, ce n’est pas si facile, que ce soit pour des groupes français, allemands, ou d’autres pays. En général, c’est un peu foireux…mais il faut espérer des jours meilleurs.

Mataï: Eh bien, je pense que c’est fini, merci pour l’interview Matteo, maintenant si tu as quelque chose à ajouter, pour attirer le lecteur ou pour le convaincre d’acheter, la parole est à toi.

Matteo: Ok. Les gars, demain c’est le grand jour. C’est la sortie de “Brand New Life”. Je vous invite donc à jeter un oeil dessus et à le chercher dans les magasins et magasins virtuels comme amazon, ou le EMP de votre pays. Vous trouverez de quoi faire là bas. Et bien sûr, prenez soin de vous et soutenez la musique!!

 

Interview / Logical Terror – 21/04/2011

Ξ septembre 17th, 2012 | → 0 Comments | ∇ Interviews |

Dans un pays où il est difficile pour un groupe de débuter en jouant du Metal et où les labels se font rares, Logical Terror essaie pourtant de tout mettre en œuvre pour se donner le maximum de chance possible en proposant une musique accrocheuse et moderne. Rencontre avec le sympathique chanteur SIC qui nous en apprend plus sur la naissance de son groupe et sur l’album « Almost Human ».

interview Logical TerrorMataï: Salut à toi ! Peux-tu présenter ton groupe Logical Terror pour ceux qui ne vous connaissent pas encore s’il te plait ?
SIC: Eh bien le projet est né en 2009 et a pris son nom grâce au principal concept qui se trouve derrière les thèmes et paroles de notre tout premier album « Almost Human ». Nous avons commencé à travailler sur notre album avec dysFUNCTION Productions pendant la même année, et nous avons passé plus d’une année à travailler en pré-production sur toutes les affaires artistiques liées à l’opus. Les deux gars de l’équipe de dysFUNCTION ont réussi à mettre en valeur nos compétences, et ils ont eu un regard très pro vis-à-vis de l’album. Ils ont aussi permis d’ajouter cette touche originale que sont les compositions électroniques et les orchestrations.

Mataï: En effet, l’électronique a une grande importance dans tout l’album, comment avez-vous réussi à faire tout ce boulot, à intégrer tout ce panel de samples ?
SIC: Oui c’est vrai, nous voulions que l’album sonne différemment, comme tous ces albums de Metal moderne. Nous sommes influencés par les nouveaux styles de Heavy Metal, et par le son du Neo Metal Européen et Américain. Mais dans cet album, nous avons utilisé des compositions électroniques prises dans différents sons musicaux, comme Prodigy par exemple. Nous avons mixé deux attitudes différentes, et nous pensons que le résultat final est original et différent.
Dualized a beaucoup travaillé sur la partie électronique et sur le mixage final. Il a récemment travaillé avec de grands noms tels que Logan Mader, un type qui a souvent pris part dans des compositions de bandes sons, et donc nous savions qu’il était capable de faire ce que nous voulions expérimenter, et explorer une autre facette de la musique Metal. Nous aimons utiliser des beats qui tuent (rires) !

Mataï: Et maintenant vous avez signé avec Reality Entertainment !
SIC: Oui ! Nous avons récemment été en contact avec le label américain Reality Entertainment pour un enregistrement digital de l’album prévu pour le 3 mai 2011.

Mataï: C’est forcément une grande chance pour vous de tenter de vous faire connaître, surtout quand on sait que des groupes tels que Sybreed ont signé chez eux…
SIC: Oui bien sûr, Sybreed, Godhead, WASP et bien d’autres sont passés chez eux…C’est vraiment bien pour nous d’avoir une chance d’enregistrer immédiatement notre premier album avec ce label, et étendre notre nom un peu partout, et aux Etats Unis en priorité. C’est le premier pays qui peut être important pour le marché de la musique, mais il peut aussi nous aider à nous faire remarquer en Europe et dans d’autres pays.

Mataï: Le son d’ailleurs reste proche de celui de Sybreed, surtout au niveau des guitares….
SIC: Honnêtement, je dirais que les groupes comme Sybreed ou Fear Factory sont uniquement les groupes que nous aimons, et nous nous inspirons forcément, mais nous ne voulons pas copier ou suivre un exemple. Nous cherchons avant tout à améliorer notre « marque de fabrique », parce que nous avons vu pas mal de chroniques qui évoquaient ces influences ci, et parfois ça ne se rapproche pas vraiment de notre vrai son. C’est tout à fait normal, et pour nous c’est le point sur lequel nous devons impérativement travailler, pour que dans le futur, on dise que notre son est totalement dans l’esprit Logical Terror.

Mataï: Et pourtant, nous pouvons encore trouver des similitudes avec des groupes comme Scar Symmetry ou Soilwork, notamment par l’aspect Death mélodique moderne et ces alternances de vocaux.
SIC: Oui, la différence c’est que nous avons deux chanteurs, et ça apporte plus de groove pendant les concerts.

Mataï: Est-ce pour vous une façon de nous montrer deux personnalités grâce aux deux chanteurs ?
SIC: Bien sûr. Emi et moi avons deux personnalités bien distinctes, comme le chant crié, et Emi peut changer sa voix lors des parties mélodiques, et donc nous avons plusieurs manières d’exprimer les paroles et les émotions.

Mataï: C’est clair, surtout quand on entend ces différentes voix, en particulier

interview Logical Terrorcelles de « Self Extinction », complètement synthétiques/robotiques
SIC: « Self Extinction » est sans doute la chanson la plus complexe, surtout au niveau des lignes de chant. Nous avons introduit des vocaux cybernétiques, et la ligne principale passe autant de la voix claire à la voix criée, et à la voix synthétique, sur la même chanson. Je pense qu’on a atteint le point de le plus haut en termes d’exploration de son.

Mataï: Oui, ce n’est pas très commun et vous l’avez plutôt bien réussi.
SIC: De toute façon, ça ne sera probablement pas la chanson préférée des fans de Heavy Metal (rires).

Mataï: C’est clair mais ça attirera sans aucun doute les fans d’Indus et de Cyber Metal.
SIC: Oui, c’est une façon pour nous d’accroitre notre cercle d’auditeurs, mais dans un sens c’est dur de les faire tenir en haleine tout le long de notre album, parce que ce n’est pas totalement un album Metal, et ce n’est pas totalement un album d’indus, donc c’est l’idéal pour tous les fans de Metal moderne, et pour tous les groupes qui définissent le Metal des années 90. Nous-mêmes nous ne pouvons définir un style pour décrire notre son. Mais c’est une manière de dire « Ca sonne comme Logical Terror ! »

Mataï: C’est clair que c’est difficile de poser une catégorie musicale tant votre musique reste originale malgré les comparaisons que l’on peut faire…Mais vous mettez tout un panel d’éléments ensemble, ce qui complexifie votre album, et le fait sonner très Cyber.
SIC: Merci beaucoup!

Mataï: Peux-tu nous parler du concept ? La relation entre l’homme et la machine, les problèmes de la vie virtuelle et de la vie réelle, la nature contre l’humanité…
SIC: Oui c’est exactement ça… « Almost Human » est un concept album dont les paroles sont basées sur une histoire Cyber Punk. Chaque piste peut être considérée comme un chapitre, où l’homme lutte contre le futur, il devient la proie, et la nature le chasseur ; à cause de l’ère qui est à venir, tous les codes moraux sont effacés, et ce que nous avons créés afin de nous aider dans la vie est en passe de devenir notre premier et pire ennemi, qui doit être tué pour survivre. L’homme se rend compte que le monde qu’il avait créé à l’origine n’est plus ce qu’il était, et que peut-être il est trop tard pour le contrôler. A la fin de l’histoire virtuelle, l’homme trouve le moyen de sauver son âme, mais il ne sait pas s’il peut le faire indéfiniment. En fait oui, c’est mieux de définir le concept comme « un futur pas si lointain », et c’est ce qui se passe actuellement…nous changeons la nature pour l’étendre et nous faire de l’argent, et maintenant un peu partout dans le monde, nous avons des catastrophes écologiques et chimiques, Internet n’est plus seulement un moyen rapide pour informer les gens, c’est aussi un problème pour les marchés comme la musique…c’est seulement ce que nous risquons de créer…un monde décadent…

Mataï: Donc nous pouvons décrire votre album comme un album d’anticipation ?
SIC: Plus ou moins, oui.

Mataï: Qui a écrit les paroles ?
SIC: Emi, Dualized et moi. Nous avons aussi été aidés par des amis qui ont écrit un plan complet et détaillé que nous avons utilisé comme un guide pour écrire les paroles originales de chaque chanson.

Mataï: Et qui a composé les chansons ?
SIC: Les chansons ont toutes été composées par nous et les gars de dysFUNCTION. On a fait ça ensemble. Nous les connaissons depuis un bail, et donc c’était comme s’ils faisaient partie du groupe pendant le processus d’écriture.

Mataï: Vous avez récemment signé avec des marques de vêtements tels que Liquid Militia ou Serial Drummer, pouvez vous nous en dire plus ? Pensez vous que c’est vraiment important pour vous d’avoir le soutient de telles marques ?
SIC: Avec Liquid Militia, nous avons été en contact pendant une bonne année, et nous avons travaillé avec eux pour accroitre notre visibilité aux Etats Unis, et jusqu’à maintenant ça se passe plutôt bien. Notre son est utilisé en

arrière plan pour des émissions de sports extrême, ainsi que pour des marques de sport aquatique.
Serial Drummer est notre dernier partenaire, et nous sommes très contents que notre batteur puisse rejoindre leur rang, parmi des personnes assez connues comme Tim Yeung entre autres.

Mataï: Que penses-tu de la scène Metal Indus italienne ? Il semble qu’il n’y ait pas beaucoup de groupes de ce genre, personnellement je ne connais que T3chn0ph0b1a et Icycore…
SIC: Oui ce n’est pas très connu ici, nous avons seulement Dope Star Inc. qui a réussi à se faire connaître ailleurs qu’en Italie, surtout en Allemagne et en Russie…

Mataï: Oui c’est vrai, tu m’as même dit il y a quelques jours que c’était difficile pour des groupes italiens de trouver des labels….
SIC: Difficile de trouver des labels en effet, mais aussi difficile de devenir important. C’est dur de jouer du Metal et de vendre des albums en Italie, surtout qu’il y a peu ou pas de labels, donc si tu n’es pas un gros groupe ici, c’est beaucoup plus difficile d’avoir un espace parmi les groupes Metal du monde entier. Il faut tout de suite viser l’étranger.

Mataï: Et de l’Italie, comment vois-tu la scène Metal française en général ?
SIC: Je vois que quelques groupes comme Dagoba ou Eyeless vont jouer beaucoup de concerts importants, mais je ne sais pas si la situation est aussi différente qu’en Italie…

Mataï: Le fait est qu’en France nous avons déjà plus de labels et sans doute plus de possibilité…un label comme Season of Mist en ce moment fonctionne bien.
SIC: Oui je connais le label, mais là dedans, ils choisissent selon leur préférences et le type de groupe, parce que maintenant c’est difficile pour un label d’enrôler un nouveau venu, c’est plus simple de signer un groupe connu et de se faire plus d’argent.

Mataï: Avez-vous des projets à venir ? Des concerts peut-être ?
SIC: Nous avons des concerts de prévu après la date de sortie de l’album, et après nous prévoyons de commencer à travailler en pré-production pour un nouvel opus, je pense avant la fin de l’année

Mataï: Finalement, es-tu satisfait du résultat ?
SIC: Oui, bien sûr. Je pense qu’on changera quelque chose pour le nouvel album, mais ça sera une évolution normale, avec plus de parties agressives, mais on gardera cet aspect moderne et nos samples électroniques qui tuent ! (rires).

Mataï: Quels sont les groupes que vous écoutez en général ?
SIC: Nous avons récemment aimé des groupes comme Threath Signal, Periphery, Mnemic, et les albums classiques de Strapping Young Lad, et d’autres encore, nous écoutons beaucoup de musique, et beaucoup de styles.

Mataï: En général, que cherchez-vous à intégrer dans votre musique ? Quel est l’élément le plus important pour toi ?
SIC: On aimerait essayer de relever le niveau des symphonies et des mélodies, la partie agressive est plus facile dans son approche je pense.

Mataï: Que représente la pochette ?
SIC: La pochette est une représentation futuriste de l’évolution d’une façon spécifique : tu peux voir trois ères différentes. Même si le temps change la morale et ce qui est important pour l’homme, la nature des choses ne change jamais ; et donc ça peut prendre en compte les matériaux, de la pierre à l’acier, ainsi que les matériaux modernes, mais la pyramide reste la même.

Mataï: Personnellement je pensais que c’était une sorte de représentation de la hiérarchie de la nature.
SIC: Dans ce cas, ça représente aussi le Monade, le seul endroit, la maison, où l’homme peut rester à l’écart de la mort des générations.

Mataï: L’interview touche à sa fin, c’était un plaisir, si tu as quelque chose à rajouter, la parole est à toi !
SIC: Non c’est bon, on a déjà parlé de beaucoup de choses !
En tout cas merci à toi pour cette interview et n’hésitez pas à jeter une oreille sur notre album « Almost Human ».

 

  • Index

  • Reviews

  • RSS Spirit Of Metal News

    • [news] Elvenking : Nouvel album 20 septembre 2017
      Le groupe sortira son nouvel album, intitulé Secrets of the Magick Grimoire, le 10 Novembre via AFM Records. Tracklist: 1. Invoking the Woodland Spirit 2. Draugen’s Maelstrom 3. The One We Shall Follow 4. The Horned... […]
    • [news] Drowning Hope : Date de sortie et extrait du nouvel album 20 septembre 2017
      Via son site officiel, Drowning Hope annonce la sortie de son cinquième  album intitulé "Deep Water" Un premier extrait, "Lighthouse" est disponible   Sortie... […]
    • [news] Dragonhammer : Nouvel album 19 septembre 2017
      Le groupe sortira son nouvel album intitulé Obscurity, le 27 Octobre via My Kingdom Music. Artwork de Rob Marconi Tracklist:1. Darkness Is Coming 2. The Eye of the Storm 3. Brother vs Brother […]
    • [news] Martyr Defiled : C'est fini 19 septembre 2017
      Après 10 ans d'activité, le groupe de deathcore anglais se sépare. Voici leur déclaration en anglais: "After 10 amazing years, we have decided to call an end to Martyr Defiled. This is a decision that has taken a lot of soul-searching and heartfelt conversations... […]
    • [news] Përl : Përl dévoile un teaser video de "Luminance" 19 septembre 2017
      Përl, le trio parisien de Post-Metal Atmosphérique, viens de dévoiler une vidéo présentant des extraits des morceaux issus de leur prochain mini-album. Përl sortira "Luminance" fin novembre 2017 en autoproduction qui contiendra cinq titres pour une durée... […]