Calling Of Lorme : Corporation

Ξ février 1st, 2012 | → 0 Comments | ∇ Industrial Metal |

Calling Of Lorme : CorporationLa surface n’est qu’un vaste terrain de chasse, les sujets infestés se répliquant de plus au plus au point d’atteindre 95% des humains. L’expérience ratée n’est que le fruit d’ambitions plus ou moins tordues menant le monde à sa perte. Dans les profondeurs, un petit groupe de scientifiques tentent de trouver un remède à la maladie très virulente qui se propage. Enfermée dans un laboratoire, l’équipe de la Lorme Corporation fait de son mieux pour éradiquer les cellules contaminées avant une possible annihilation…

Calling of Lorme, c’est une bande de cinq scientifiques fous – dont une infectée, officiant dans un metal industriel assez classique mais tournée vers un aspect assez futuriste et dark. La formation marseillaise fondée en 2010 met à profit son imagination afin de sortir son premier EP au mois d’août dernier, basant sa musique sur le concept sus-cité. Les ambiances se retrouvent donc assez perturbées par ces thématiques bien sombres et pessimistes, créant une aura désespérée et assez technologique sur les bords.

Toutefois, l’ensemble peut rappeler une fusion entre Rammstein et Zeromancer, de par la simplicité et l’efficacité des riffs, le type de chant et l’utilisation de l’électronique. Ajoutez à cela quelques sonorités assez cybernétiques et une atmosphère pesante et vous pouvez vous faire une idée du metal industriel de Calling of Lorme.

La mise en bouche se fait malheureusement sans surprises, « Maim Me » débutant avec des touches électroniques sombres et annonciatrices des événements. Toutefois, la partie purement industrielle s’avère réussie malgré son côté minimaliste et le mélange guitare/claviers/samples reste bien amené, nous offrant par la même occasion un titre intéressant, souffrant de la faiblesse de son chant et de son manque de profondeur, même dans les passages les plus gutturaux.

C’est sur un « Primal Fate » classique mais tordu que nous débouchons ensuite avec des guitares saturées et un rythme accrocheur mené par un double pédale rageuse, l’électronique rappelant que nous nous situons quelque part dans le futur, dans un complexe scientifique. « Before Aurora » justement nous octroie de belles parties aux claviers alors que le tout se teinte davantage d’éléments atmosphériques surtout lors du refrain au chant accentué évoquant un Till Lindemann couplé à la voix astrale de Marika Staub. Par contre, la fin de l’EP ne se fait pas sans encombres avec un « Addiction » assez hargneux guidé par un son électro hypnotique et des guitares saccadées.

Malgré un visuel et un concept très cybernétique, Calling of Lorme nous offre un premier jet typiquement metal industriel, classique, encore approximatif et faible dans les vocaux. Cela reste toutefois très encourageant dans la mesure où les atmosphères dark, les interventions des claviers et de voix féminines sont au point. Une suite est très attendue.

 

  • Index

  • Reviews

  • RSS Spirit Of Metal News