Luna Ad Noctum : Hypnotic Inferno

Ξ mars 6th, 2013 | → 0 Comments | ∇ Black Metal |

Luna Ad Noctum : Hypnotic InfernoPour certains, Luna Ad Noctum n’est qu’un groupe de plus dans la scène polonaise. Ni bon ni mauvais, juste une entité qui n’a pas le talent nécessaire pour nous faire sauter au plafond. Pour d’autres, Luna Ad Noctum apparaît comme un groupe sous-estimé, avec de la créativité et une façon très spéciale de produire un black symphonique violent et bourrin. En gros, il a le cul entre deux chaises.

Pourtant formé en 1998, inspiré par la lune, et influencé par des groupes comme Emperor ou Limbonic Art, Luna Ad Noctum a sorti trois albums féroces « Dimness Profound », « Sempiternal Consecration » et « The Perfect Evil in Mortal », dégageant une atmosphère suffisamment froide et obscure pour nous embarquer dans un univers où les créatures démoniaques de la nuit s’en donnent à cœur joie. Même si le combo ne faisait pas l’unanimité, il avait un style.

Puis silence radio fin 2006 avant d’entrer un studio fin 2010 début 2011 et d’annoncer le départ du claviériste et la volonté d’évoluer. Aujourd’hui en 2013 arrive donc le nouveau rejeton, « Hypnotic Inferno », enregistré aux studios Hertz (Vader, Decapitated et cie) et signé chez Massacre Records. La pochette diffère des œuvres précédentes. Certes, on retrouve une « créature » étrange, mais il n’y a plus de lune, plus de couleurs vives. Ici, Luna Ad Noctum traite des comportements humains anormaux comme les hallucinations ou la folie, causée par des médicaments psychotropes censés réduire les douleurs liées à certaines conditions psychologiques (insomnie, par exemple).

On espère retrouver la patte de Luna Ad Noctum, cette brutalité, ces magiques touches atmopshérico-symphoniques, cette rage et cette puissance. Perdu. Les Polonais ont changé de bord. Evolution oblige ! Finis les morceaux qui envoient la sauce, place aux riffs mous du genou. Finis les claviers lunaires, place au néant. Finis les vocaux torturés, place au gentillet. Le black metal du quartet a inévitablement changé de saveur et n’est même pas suffisamment aliéné pour coller au concept. On se retrouve malheureusement avec un black metal tout ce qu’il y a de plus commun, avec un son nickel mais surtout, un manque incroyable de saveur.

Une évolution n’est pas un mal, tant que le résultat est concluant. Ici, ça ne l’est pas. Impossible de tenir le coup tant les morceaux sont fades. Aller, jouons à un Album Presque Parfait.

« Hypnosic Inferno » : Pas de goût, pas de piments, rien, Luna Ad Noctum nous a tout cuisinés à l’eau sans se soucier de l’assaisonnement. « In Hypnosis » n’est même pas un amuse bouche tant il n’y a rien à nous mettre sous la dent. Les riffs ne sont même pas intéressants, la voix ne fait pas peur et on cherche, avec un dernier espoir, une petite touche symphonique…juste un grain de riz trouvé de manière hasardeuse.

« Fear Technique » ferait par contre un bon apéro. Même si au départ on le goûte sans grande conviction, à cause de cette intro aux touches mielleuses, on finit par apprécier le contenu et en redemander lorsque la mayonnaise prend : ça accélère, ça monte, les blasts et les riffs sont plutôt efficaces – même si on s’attendait à mieux. On a même droit à quelques secondes de claviers histoire de soulever un passage. Mais c’est vrai qu’ils font un peu déco.

L’entrée est décevante. On aurait aimé une salade composée d’autres choses que de blasts et de riffs plats. Blaster ne suffit pas s’il n’y a rien d’approprié autour, comme une mayo qui ne serait pas accompagnée d’œufs ou de crevettes. Il est donc difficile de digérer un « You Are What You Are » dénué de toute puissance. « Abnormal Pain » est le petit goût sympa en arrière plan avec son début melo death/black à la Skyfire. On penserait même avoir changé de groupe tant la mélodie envoûtante rappelle les (pains) Suédois.

Le plat de résistance n’a rien d’extraordinaire. On en a déjà mangé des tas. C’est tellement commun qu’on ne ressent rien. Aucun plaisir, aucun petit détail intéressant à part les discrètes touches de claviers qui permettent de relever le goût. Les riffs se répètent ainsi que les structures tandis que la voix reste sur le même ton. Seul « Ether Dome » apporte de bonnes choses : une bonne dynamique, une efficacité et un bon enchaînement, malgré des répétitions. Le fromage est fade et le dessert sans explosion de saveurs. On s’ennuie un peu avec un « Hallucination Twisted Claw » même si les quelques chœurs sombres apportent un plus.

Voici donc un repas sans consistance, on ressort de ce « Hypnotic Inferno » avec un ventre qui crie famine, l’assiette encore pleine. Difficile de tout manger, d’apprécier les morceaux en entier, et de se délecter de leur énergie. Il en faut beaucoup plus pour nous rassasier d’autant plus que l’originalité du plat laisse à désirer… aller, maintenant la note pour conclure cette chronique : un petit 3/10 pour la présentation, un 4/10 pour l’ensemble du repas ainsi qu’un 4/10 pour l’ambiance, soit 3.6/10 et donc un petit 7/20. Quel dommage ! Les Polonais auraient pu faire mieux au vu de leur carrière respectable. Ceux qui n’aimaient pas spécialement Luna Ad Noctum pourront se vanter d’avoir eu raison, et ceux qui les aimaient n’auront que leurs yeux pour pleurer des larmes de déception…

 

  • Index

  • Reviews

  • RSS Spirit Of Metal News