Skyfall : Convenient God

Ξ mars 25th, 2013 | → 0 Comments | ∇ Death Black |

Skyfall : Convenient GodSkyfall s’est, pour la première fois, fait remarquer avec la sortie en 2011 de son premier album « Bestiarium Pool » en officiant dans un death/black symphonique de bonne facture et à la mode, en témoignent les nombreuses sorties du genre en Russie. Le nouvel album, « Convenient God », a été composé peu de temps après le premier méfait mais il manquait un label pour la distribution. Le combo ne parvient pas à trouver le label américain ou européen tant attendu et se tourne du coup du côté de Fono Ltd. fin 2012 afin de sortir ses nouvelles compositions début février.

Cette fois-ci, fini le sympho de « Bestiarium Pool », Skyfall fait une sorte de retour aux sources pour se pencher de nouveau vers le death/black. Le nouveau line up est la raison principale de ce changement d’orientation, les membres étant beaucoup plus axés vers le metal de la mort. C’est de façon tout à naturelle que le quartet s’est lancé dans l’écriture de titres beaucoup plus death metal, avec des teintes de black et une forte inspiration polonaise, ce qui les rapproche de Hate, de Behemoth et de Vader pour les passages les plus brutaux.

« Convenient God » est un album qui d’une part, dénonce l’idolâtrie de la technologie (comme une divinité de métal) et le pardon trop facile de Dieu. Skyfall utilise une thématique à la fois classique et moderne et la met en lumière grâce à un death metal fracassant où les blasts beats ne font qu’un avec les gros riffs tranchants et mélodiques. Les Russes ne font pas dans l’originalité de ce côté-là, car l’influence polonaise est évidente (« Azazel », entre autres), mais il faut dire que pour un petit groupe, un son pareil et une production en béton lui permettent de mettre certains atouts de son côté.

Chaque instrument n’est pas délaissé, le growl d’Hadit est incisif et tend parfois vers le black comme sur un « Avoid Hell » plus mid tempo et porté par les riffs black et la double pédale. Les grattes ont le bon rôle et varient les plaisirs en alternant grandes offensives (« De Profundis Domine »), soli, petites touches techniques et atmosphériques (« Ball of Insanity »). Enfin la basse et la batterie sont bien complémentaires et bien audibles, ce qui n’est pas le cas de toutes les formations russes…

Même si la plupart des titres sont relativement efficaces et furieux, ils ne se démarquent pas les uns des autres. On a aussi du mal à trouver une réelle personnalité dans le travail de Skyfall, qui la joue trop à la polonaise : pas facile de trouver un morceau qui ne nous rappelle pas Hate et ses confrères. Toutefois, on passe un bon moment avec des morceaux assez prenants comme « Their Will Is Torn » ou l’éponyme « Convenient God ».

Malgré un manque flagrant d’identité, Skyfall s’en sort plutôt bien avec ce « Convenient God » qui, même s’il ne réinvente rien, a le mérite d’être bien fichu et plutôt encourageant. Copier les aînés ne suffit pas, il faut voler de ses propres ailes et trouver l’élément qui fera la différence…

 

  • Index

  • Reviews

  • RSS Spirit Of Metal News