Dawn Of Tears : Act III: The Dying Eve

Ξ novembre 17th, 2013 | → 0 Comments | ∇ Melodic Death Metal |

Dawn Of Tears : Act III: The Dying EveCette troisième sortie des Espagnols de Dawn Of Tears se sera faite attendre, et pour cause. Non seulement cela fait quatre ans qu’on n’avait pas eu de nouvelles mais en plus, ce « Act III : Dying Eve » est la suite logique des deux tueries que sont « Descent » (2007) et « Dark Chamber Litanies » (2009). Cette fois-ci, ils ont eu l’occasion de se dégoter un label (Inverse Records) et de s’extraire de leur statut de groupe autoproduit. Voyons voir ce que donne ce nouveau méfait, sorti fin septembre 2013.

Eh bien il semblerait que Dawn Of Tears soit toujours autant en forme. Le premier titre « A Cursed Heritage » est dans la digne continuité des efforts précédents, à savoir un death mélodique mélancolique et émotif, mené par une alternance de chants criards, presque black, et de chants growlés, de guitares énergiques et mélodiques, et de claviers aux touches symphoniques. Les Espagnols ouvrent l’album d’une main de maître avec un condensé de brutalité et de mélodie, tout en ponctuant leur titre de moments plus calmes et de soli plaintifs, comme à leur habitude. Cela n’annonce que du bon.

Et ce n’est pas trompeur puisque « Present of Guilt » enchaîne avec un jeu de guitare proche d’un « Lost Verses ». Mais le moins que l’on puisse dire, c’est que les Espagnols accentuent l’aspect émotif et mélancolique de leur compos. Les petites touches aux claviers ainsi que le chant féminin sont très touchants et apportent une autre dimension. Sans parler du soli, assez tortueux, dans l’esprit du groupe.

Je parlais précédemment de l’aspect symphonique, mais il n’est pas extrêmement mis en avant. Il sert plus de fond et Dawn Of Tears ne mise absolument pas dessus puisque ce sont vraiment les guitares qui ont le premier rôle. Cependant les claviers permettent de renforcer l’atmosphère mélancolique, déjà bien présente dans les riffs et les soli, et le sympho permet justement de guider les musiciens qui peuvent même s’orienter vers quelque chose de très proche du néo-classique comme sur « Lament of Madeleine », « The Dark Secret » ou « Prize Denied ».

La tension ne descend pas sur le reste de l’opus puisque le groupe renforce toujours plus l’aspect mélancolique de ses compos en ajoutant du piano ou une pointe de chant féminin. Parfois on croirait entendre du melo death/gothic. Cela se confirme sur « Angel Gone », le paroxysme, en contradiction avec un « 7th Seal » plus costaud, plus sombre et tranchant.

Pas de doutes à avoir, ce nouveau Dawn Of Tears est très bon et même si on ne retrouve pas tant de nouveautés que ça, le groupe n’a pas perdu son énergie, ni son amour pour la mélancolie, en gros, il a conservé son identité, ce qui n’est pas plus mal, quand on voit tous ces combos qui se laissent facilement influencer d’albums en albums…Si vous êtes en panne de bon death mélodique, vous pouvez tester ce « Act III : The Dying Eve » sans problèmes.

 

  • Index

  • Reviews

  • RSS Spirit Of Metal News