Welcome to the Show ….

Metal Area from Nice …

Graveyard (SWE) : Hisingen Blues

April 22nd, 2011 by admin

Graveyard (SWE) : Hisingen BluesCe jeune groupe venu de Suède nous sort en cette, déjà bien remplie, année 2011 son deuxième album : « Hisingen Blues ». Titre évocateur du style revendicateur du groupe : en effet rien qu’en voyant ces quatre mecs dans le vent on ressent un peu de nostalgie dans leur look : seraient-ils la réincarnation des membres de Led Zeppelin ? Ou alors de Judas Priest façon 1974 ?! … mais non pas du tout. Physiquement ressemblant peut être, mais musicalement et talentueusement ressemblant ? C’est bien la question qui vous brûle les lèvres, n’est-ce pas ? Et bien … vous en jugerez vous-même après cet article !

Déjà le nombre de morceaux sur la galette ne change pas depuis 2007 et leur premier effort : Graveyard tout simplement ! Est-ce que la musique change quand même ? Relativement oui, il s’agit là de l’importance de l’album ! Beaucoup plus posée, la musique se veut plus calme, mais plus virevoltante, un hard rock soutenu, avec un soupçon de blues et de groove qui donne son identité et son charme aux morceaux de cet album. Les compositions sont construites de façon à vous transporter sur ce radeau (que l’on voit sur la pochette) pour un voyage initiatique vers les ‘70 et les bases de la musique de Graveyard. Les guitares et les riffs vous entraînent, donnent l’envie de bouger, mais vous donnent également l’envie de vous poser sur le pouf dans le coin de votre salon, prendre une bière et savourer le tout. Parfois claires et rapides, parfois saturées à bon escient pour donner plus de dynamisme à la musique, les guitares vous envoûtent simplement.

Accompagnées à celles-ci une batterie simple, efficace et beaucoup plus posée que dans d’autres mouvances Hard Rock. La souplesse des roulements entraine, tout comme les riffs et les mélodies vous arrivant dans les oreilles. Ajoutée à cela une basse très audible et qui fait son travail de rythme. Cette basse que vous entendez telle que l’on peut l’entendre dans certains albums d’Iron Maiden, ou même de Rainbow : les cordes effleurées, le son si particulier qui vous montre que cet instrument a vraiment son rôle à jouer. Le chant, quant à lui, est comparable à certains timbres de voie du stoner sludge à la sauce Southern Texan !!! Bon j’extrapole, mais croyez-moi, ce chant est particulier, torturé sans être agressif, agressif sans être dénué de mélodies. D’accord la puissance de cette voie ne monte pas comme un Ronnie James Dio, mais elle se défend pour ce qui est de vous transpercer dans votre escapade vers un passé presque trop oublié. Le groupe se montre même aventureux avec le morceau «Longing», que l’on dirait tout droit sorti d’un Western façon John Wayne, sans une seule parole, mais un sifflement très agile. Le fait de ne faire apparaitre que neuf morceaux de qualité reflète (en tout cas pour moi) l’héritage des ‘70 et ‘80. Peu de morceaux, mais tellement bons.

C’est comme si les membres de ce band avaient rencontré, dans une autre vie sans doute, les membres de Led Zeppelin et de Black Sabbath, mais également de Rainbow. Pour la musique c’est pareil : des mélodies envoûtantes, des changements de rythmes doux mais efficaces, avec plusieurs riffs dans le même morceau. Il semblerait que ces jeunes musiciens soient très talentueux (sinon une signature chez Nuclear Blast n’aurait pas vu le jour, de mon point de vue). Des morceaux plus calmes et mélodiques que le premier effort du groupe, ce changement est audacieux, car la qualité est au rendez-vous !

Il semblerait bien que la relève des groupes Britanniques ait grandi, même si elle est Suédoise on ne va pas s’en plaindre ! Laissez-vous accompagner et envoûter ! Profitez et repensez à l’héritage des grands du Hard Rock des ‘70 !

Leave a Comment

Please note: Comment moderation is enabled and may delay your comment. There is no need to resubmit your comment.