System Of A Down : HypnotizeLe voilà enfin, ce second volet des aventures des System Of A Down en cette année 2005. Après l’incroyable “Mesmerize“, nous étions en droit d’attendre beaucoup de ce disque… Et j’ai la joie, que dis-je, le bonheur de vous annoncer que nous avions raison! A ceux qui craignaient un deuxième épisode en demi-teinte, ou même une simple baisse d’inspiration, les Américano-Arméniens viennent d’infliger un cinglant camouflet avec cet album foisonnant, délirant, intelligent, loufoque, intrigant,… Mon Dieu, les qualificatifs me manquent face à un tel tour de force.

Reprenant les choses exactement là où il les avait laissés en avril dernier, le groupe nous a concocté un plat étrange, plus passionnant encore, peut-être, que “Mesmerize“. La règle d’or est ici le changement de rythme impromptu, comme le démontre magistralement le titre d’ouverture “Attack“: les guitares déboulent, tout en puissance, soutenues par une batterie colossale, puis se taisent aussitôt pour laisser la place à un chant tout en nuances et en mélodies. Le reste de l’album n’est qu’une suite de moments de bravoure, une débauche de talent, une longue démonstration du génie de ces quatre musiciens.

Les titres s’enchaînent, tantôt franchement barrés, à l’image de “Stealing Society”, ou de “U-Fig”, tantôt tout en rage amère (Kill Rock’N Roll, “She’s Like Heroin”), et tantôt portés par de splendides mélodies qui achèvent de mettre l’auditeur à genoux (“Dreaming“, “Tentative”). Et lorsque tous ces éléments se rejoignent en un seul et même morceau, cela donne “Virginity Of Obscenity, sans doute l’hybride musical le plus dingue que le groupe ait jamais écrit. Le tout s’achève avec deux titres fantastiques, le planant et mélancolique”Lonely Day” et une version longue de “Soldier Side”, l’intro du disque précédent, qui clôt en beauté un parcours sans faute.

Je ne m’étendrai pas sur l’interprétation, toujours sans faille, avec une mention spéciale (encore!) au fantasque guitariste-compositeur-chanteur Daron Malakian, ni sur la production, assurée ici aussi par Rick Rubin, gage de qualité s’il en est. Bref, la forme est parfaitement en adéquation avec le fond, et les System n’ont nullement perdu ni leur capacité à composer de magnifiques morceaux d’un métal inventif, novateur et aigre-doux, ni leur verve toujours bienvenue en ces temps de formatage et de politiquement correct. “Attack” et “Soldier Side” sont en effet deux petits brûlots des plus vindicatifs, qui démontrent que le groupe ne compte pas abandonner sa liberté de ton de sitôt.

Face à tant d’originalité, de créativité et de perfection, un seul mot s’impose: chef-d’Å“uvre!

System Of A Down : Hypnotize

Category: Uncategorized | Leave a Comment

System Of A Down : HypnotizeLe voilà enfin, ce second volet des aventures des System Of A Down en cette année 2005. Après l’incroyable “Mesmerize“, nous étions en droit d’attendre beaucoup de ce disque… Et j’ai la joie, que dis-je, le bonheur de vous annoncer que nous avions raison! A ceux qui craignaient un deuxième épisode en demi-teinte, ou même une simple baisse d’inspiration, les Américano-Arméniens viennent d’infliger un cinglant camouflet avec cet album foisonnant, délirant, intelligent, loufoque, intrigant,… Mon Dieu, les qualificatifs me manquent face à un tel tour de force.

Reprenant les choses exactement là où il les avait laissés en avril dernier, le groupe nous a concocté un plat étrange, plus passionnant encore, peut-être, que “Mesmerize“. La règle d’or est ici le changement de rythme impromptu, comme le démontre magistralement le titre d’ouverture “Attack“: les guitares déboulent, tout en puissance, soutenues par une batterie colossale, puis se taisent aussitôt pour laisser la place à un chant tout en nuances et en mélodies. Le reste de l’album n’est qu’une suite de moments de bravoure, une débauche de talent, une longue démonstration du génie de ces quatre musiciens.

Les titres s’enchaînent, tantôt franchement barrés, à l’image de “Stealing Society”, ou de “U-Fig”, tantôt tout en rage amère (Kill Rock’N Roll, “She’s Like Heroin”), et tantôt portés par de splendides mélodies qui achèvent de mettre l’auditeur à genoux (“Dreaming“, “Tentative”). Et lorsque tous ces éléments se rejoignent en un seul et même morceau, cela donne “Virginity Of Obscenity, sans doute l’hybride musical le plus dingue que le groupe ait jamais écrit. Le tout s’achève avec deux titres fantastiques, le planant et mélancolique”Lonely Day” et une version longue de “Soldier Side”, l’intro du disque précédent, qui clôt en beauté un parcours sans faute.

Je ne m’étendrai pas sur l’interprétation, toujours sans faille, avec une mention spéciale (encore!) au fantasque guitariste-compositeur-chanteur Daron Malakian, ni sur la production, assurée ici aussi par Rick Rubin, gage de qualité s’il en est. Bref, la forme est parfaitement en adéquation avec le fond, et les System n’ont nullement perdu ni leur capacité à composer de magnifiques morceaux d’un métal inventif, novateur et aigre-doux, ni leur verve toujours bienvenue en ces temps de formatage et de politiquement correct. “Attack” et “Soldier Side” sont en effet deux petits brûlots des plus vindicatifs, qui démontrent que le groupe ne compte pas abandonner sa liberté de ton de sitôt.

Face à tant d’originalité, de créativité et de perfection, un seul mot s’impose: chef-d’œuvre!

Rammstein : RosenrotRammstein, épisode 5 donc. On ne peut pas dire que Rosenrot partait du meilleur pied, puisque présenté comme un disque composé de chutes studios des sessions de Reise, Reise et de quelques nouveautés. Un disque de remplissage ? Seul le groupe pourrait le dire, mais il faut bien admettre que jamais un album de Rammstein ne m’avait laissé l’encéphalogramme aussi désespérément plat.

Cela démarrait pourtant plutôt bien, avec le percutant “Benzin“, orienté grosses guitares, où la voix de Till Lindemann se fait menaçante et revient aux heures dorées de Sehnsucht. Non pas que ce titre soit particulièrement original, mais pour ceux qui, comme moi, ont été déçus par la précédente livraison des Allemands, il y a ici de quoi dresser l’oreille. Et après ? Après, la dégringolade commence.

Les trois morceaux suivants sont terriblement banals ; pas qu’ils soient mauvais en soi, mais ils reposent sur des structures usées jusqu’à la toile, alternant couplets inquiétants et refrains tellement mélodiques qu’ils en deviennent sirupeux. On a l’impression d’écouter trois redites de “Stein um Stein”, qui n’était déjà pas le meilleur titre de Reise, Reise, et l’ennui s’empare progressivement de l’auditeur.

Vient ensuite “Wo Bist Du”, l’un des trop rares moments où Rammstein se ressaisit. Ambiance gothique, voix envoûtante, mélodie imparable, nous avons ici affaire à un titre du niveau de “Mutter“, “Niebel” ou autre “Klavier”. De mon point de vue, le point culminant du disque. Mais ce bref instant de bonheur est aussitôt gâché par l’insipide ballade “Stirb Nicht Vor Mir”, sur laquelle apparaît la chanteuse de Texas pour un résultat inintéressant, et sans doute le morceau le plus mièvre jamais composé par le groupe.

La seconde partie de l’album est à l’avenant : deux titres dans la veine de Reise, Reise, l’inspiration en moins, puis le délirant “Te Quiero Puta”, chanté intégralement en Espagnol par un Till qui semble prendre un pied monstrueux à cette blague potache, misogyne et vulgaire à souhait, mais ô combien jouissive. Là, nous tenons une vraie réussite, bien plus aboutie qu’un “Amerika“, drôle, trash, et tout à fait dans l’esprit du groupe. Les deux titres qui referment Rosenrot sont au contraire à la limite du supportable, dégoulinants de mélodies et de bons sentiments ; les guitares ont été remisées au placard, et Rammstein s’abîme ici dans les affres de la médiocrité.

Ce Rosenrot inquiète donc sérieusement quant à la santé des Allemands, qui, après avoir livré trois chef-d’Å“uvres, puis un disque en demi-teinte, se révèlent ici totalement incapables de se réinventer. A cours d’inspiration, Rammstein ? Affaire à suivre, mais voilà un album qui n’est pas pour nous rassurer.

Rammstein : Rosenrot

Category: Uncategorized | Leave a Comment

Rammstein : RosenrotRammstein, épisode 5 donc. On ne peut pas dire que Rosenrot partait du meilleur pied, puisque présenté comme un disque composé de chutes studios des sessions de Reise, Reise et de quelques nouveautés. Un disque de remplissage ? Seul le groupe pourrait le dire, mais il faut bien admettre que jamais un album de Rammstein ne m’avait laissé l’encéphalogramme aussi désespérément plat.

Cela démarrait pourtant plutôt bien, avec le percutant “Benzin“, orienté grosses guitares, où la voix de Till Lindemann se fait menaçante et revient aux heures dorées de Sehnsucht. Non pas que ce titre soit particulièrement original, mais pour ceux qui, comme moi, ont été déçus par la précédente livraison des Allemands, il y a ici de quoi dresser l’oreille. Et après ? Après, la dégringolade commence.

Les trois morceaux suivants sont terriblement banals ; pas qu’ils soient mauvais en soi, mais ils reposent sur des structures usées jusqu’à la toile, alternant couplets inquiétants et refrains tellement mélodiques qu’ils en deviennent sirupeux. On a l’impression d’écouter trois redites de “Stein um Stein”, qui n’était déjà pas le meilleur titre de Reise, Reise, et l’ennui s’empare progressivement de l’auditeur.

Vient ensuite “Wo Bist Du”, l’un des trop rares moments où Rammstein se ressaisit. Ambiance gothique, voix envoûtante, mélodie imparable, nous avons ici affaire à un titre du niveau de “Mutter“, “Niebel” ou autre “Klavier”. De mon point de vue, le point culminant du disque. Mais ce bref instant de bonheur est aussitôt gâché par l’insipide ballade “Stirb Nicht Vor Mir”, sur laquelle apparaît la chanteuse de Texas pour un résultat inintéressant, et sans doute le morceau le plus mièvre jamais composé par le groupe.

La seconde partie de l’album est à l’avenant : deux titres dans la veine de Reise, Reise, l’inspiration en moins, puis le délirant “Te Quiero Puta”, chanté intégralement en Espagnol par un Till qui semble prendre un pied monstrueux à cette blague potache, misogyne et vulgaire à souhait, mais ô combien jouissive. Là, nous tenons une vraie réussite, bien plus aboutie qu’un “Amerika“, drôle, trash, et tout à fait dans l’esprit du groupe. Les deux titres qui referment Rosenrot sont au contraire à la limite du supportable, dégoulinants de mélodies et de bons sentiments ; les guitares ont été remisées au placard, et Rammstein s’abîme ici dans les affres de la médiocrité.

Ce Rosenrot inquiète donc sérieusement quant à la santé des Allemands, qui, après avoir livré trois chef-d’œuvres, puis un disque en demi-teinte, se révèlent ici totalement incapables de se réinventer. A cours d’inspiration, Rammstein ? Affaire à suivre, mais voilà un album qui n’est pas pour nous rassurer.

Rammstein : Rosenrot

Category: Uncategorized | Leave a Comment

Rammstein : RosenrotRammstein, épisode 5 donc. On ne peut pas dire que Rosenrot partait du meilleur pied, puisque présenté comme un disque composé de chutes studios des sessions de Reise, Reise et de quelques nouveautés. Un disque de remplissage ? Seul le groupe pourrait le dire, mais il faut bien admettre que jamais un album de Rammstein ne m’avait laissé l’encéphalogramme aussi désespérément plat.

Cela démarrait pourtant plutôt bien, avec le percutant “Benzin“, orienté grosses guitares, où la voix de Till Lindemann se fait menaçante et revient aux heures dorées de Sehnsucht. Non pas que ce titre soit particulièrement original, mais pour ceux qui, comme moi, ont été déçus par la précédente livraison des Allemands, il y a ici de quoi dresser l’oreille. Et après ? Après, la dégringolade commence.

Les trois morceaux suivants sont terriblement banals ; pas qu’ils soient mauvais en soi, mais ils reposent sur des structures usées jusqu’à la toile, alternant couplets inquiétants et refrains tellement mélodiques qu’ils en deviennent sirupeux. On a l’impression d’écouter trois redites de “Stein um Stein”, qui n’était déjà pas le meilleur titre de Reise, Reise, et l’ennui s’empare progressivement de l’auditeur.

Vient ensuite “Wo Bist Du”, l’un des trop rares moments où Rammstein se ressaisit. Ambiance gothique, voix envoûtante, mélodie imparable, nous avons ici affaire à un titre du niveau de “Mutter“, “Niebel” ou autre “Klavier”. De mon point de vue, le point culminant du disque. Mais ce bref instant de bonheur est aussitôt gâché par l’insipide ballade “Stirb Nicht Vor Mir”, sur laquelle apparaît la chanteuse de Texas pour un résultat inintéressant, et sans doute le morceau le plus mièvre jamais composé par le groupe.

La seconde partie de l’album est à l’avenant : deux titres dans la veine de Reise, Reise, l’inspiration en moins, puis le délirant “Te Quiero Puta”, chanté intégralement en Espagnol par un Till qui semble prendre un pied monstrueux à cette blague potache, misogyne et vulgaire à souhait, mais ô combien jouissive. Là, nous tenons une vraie réussite, bien plus aboutie qu’un “Amerika“, drôle, trash, et tout à fait dans l’esprit du groupe. Les deux titres qui referment Rosenrot sont au contraire à la limite du supportable, dégoulinants de mélodies et de bons sentiments ; les guitares ont été remisées au placard, et Rammstein s’abîme ici dans les affres de la médiocrité.

Ce Rosenrot inquiète donc sérieusement quant à la santé des Allemands, qui, après avoir livré trois chef-d’œuvres, puis un disque en demi-teinte, se révèlent ici totalement incapables de se réinventer. A cours d’inspiration, Rammstein ? Affaire à suivre, mais voilà un album qui n’est pas pour nous rassurer.

Rammstein : Rosenrot

Category: Uncategorized | Leave a Comment

Rammstein : RosenrotRammstein, épisode 5 donc. On ne peut pas dire que Rosenrot partait du meilleur pied, puisque présenté comme un disque composé de chutes studios des sessions de Reise, Reise et de quelques nouveautés. Un disque de remplissage ? Seul le groupe pourrait le dire, mais il faut bien admettre que jamais un album de Rammstein ne m’avait laissé l’encéphalogramme aussi désespérément plat.

Cela démarrait pourtant plutôt bien, avec le percutant “Benzin“, orienté grosses guitares, où la voix de Till Lindemann se fait menaçante et revient aux heures dorées de Sehnsucht. Non pas que ce titre soit particulièrement original, mais pour ceux qui, comme moi, ont été déçus par la précédente livraison des Allemands, il y a ici de quoi dresser l’oreille. Et après ? Après, la dégringolade commence.

Les trois morceaux suivants sont terriblement banals ; pas qu’ils soient mauvais en soi, mais ils reposent sur des structures usées jusqu’à la toile, alternant couplets inquiétants et refrains tellement mélodiques qu’ils en deviennent sirupeux. On a l’impression d’écouter trois redites de “Stein um Stein”, qui n’était déjà pas le meilleur titre de Reise, Reise, et l’ennui s’empare progressivement de l’auditeur.

Vient ensuite “Wo Bist Du”, l’un des trop rares moments où Rammstein se ressaisit. Ambiance gothique, voix envoûtante, mélodie imparable, nous avons ici affaire à un titre du niveau de “Mutter“, “Niebel” ou autre “Klavier”. De mon point de vue, le point culminant du disque. Mais ce bref instant de bonheur est aussitôt gâché par l’insipide ballade “Stirb Nicht Vor Mir”, sur laquelle apparaît la chanteuse de Texas pour un résultat inintéressant, et sans doute le morceau le plus mièvre jamais composé par le groupe.

La seconde partie de l’album est à l’avenant : deux titres dans la veine de Reise, Reise, l’inspiration en moins, puis le délirant “Te Quiero Puta”, chanté intégralement en Espagnol par un Till qui semble prendre un pied monstrueux à cette blague potache, misogyne et vulgaire à souhait, mais ô combien jouissive. Là, nous tenons une vraie réussite, bien plus aboutie qu’un “Amerika“, drôle, trash, et tout à fait dans l’esprit du groupe. Les deux titres qui referment Rosenrot sont au contraire à la limite du supportable, dégoulinants de mélodies et de bons sentiments ; les guitares ont été remisées au placard, et Rammstein s’abîme ici dans les affres de la médiocrité.

Ce Rosenrot inquiète donc sérieusement quant à la santé des Allemands, qui, après avoir livré trois chef-d’œuvres, puis un disque en demi-teinte, se révèlent ici totalement incapables de se réinventer. A cours d’inspiration, Rammstein ? Affaire à suivre, mais voilà un album qui n’est pas pour nous rassurer.

Rammstein : Rosenrot

Category: Uncategorized | Leave a Comment

Rammstein : RosenrotRammstein, épisode 5 donc. On ne peut pas dire que Rosenrot partait du meilleur pied, puisque présenté comme un disque composé de chutes studios des sessions de Reise, Reise et de quelques nouveautés. Un disque de remplissage ? Seul le groupe pourrait le dire, mais il faut bien admettre que jamais un album de Rammstein ne m’avait laissé l’encéphalogramme aussi désespérément plat.

Cela démarrait pourtant plutôt bien, avec le percutant “Benzin“, orienté grosses guitares, où la voix de Till Lindemann se fait menaçante et revient aux heures dorées de Sehnsucht. Non pas que ce titre soit particulièrement original, mais pour ceux qui, comme moi, ont été déçus par la précédente livraison des Allemands, il y a ici de quoi dresser l’oreille. Et après ? Après, la dégringolade commence.

Les trois morceaux suivants sont terriblement banals ; pas qu’ils soient mauvais en soi, mais ils reposent sur des structures usées jusqu’à la toile, alternant couplets inquiétants et refrains tellement mélodiques qu’ils en deviennent sirupeux. On a l’impression d’écouter trois redites de “Stein um Stein”, qui n’était déjà pas le meilleur titre de Reise, Reise, et l’ennui s’empare progressivement de l’auditeur.

Vient ensuite “Wo Bist Du”, l’un des trop rares moments où Rammstein se ressaisit. Ambiance gothique, voix envoûtante, mélodie imparable, nous avons ici affaire à un titre du niveau de “Mutter“, “Niebel” ou autre “Klavier”. De mon point de vue, le point culminant du disque. Mais ce bref instant de bonheur est aussitôt gâché par l’insipide ballade “Stirb Nicht Vor Mir”, sur laquelle apparaît la chanteuse de Texas pour un résultat inintéressant, et sans doute le morceau le plus mièvre jamais composé par le groupe.

La seconde partie de l’album est à l’avenant : deux titres dans la veine de Reise, Reise, l’inspiration en moins, puis le délirant “Te Quiero Puta”, chanté intégralement en Espagnol par un Till qui semble prendre un pied monstrueux à cette blague potache, misogyne et vulgaire à souhait, mais ô combien jouissive. Là, nous tenons une vraie réussite, bien plus aboutie qu’un “Amerika“, drôle, trash, et tout à fait dans l’esprit du groupe. Les deux titres qui referment Rosenrot sont au contraire à la limite du supportable, dégoulinants de mélodies et de bons sentiments ; les guitares ont été remisées au placard, et Rammstein s’abîme ici dans les affres de la médiocrité.

Ce Rosenrot inquiète donc sérieusement quant à la santé des Allemands, qui, après avoir livré trois chef-d’?uvres, puis un disque en demi-teinte, se révèlent ici totalement incapables de se réinventer. A cours d’inspiration, Rammstein ? Affaire à suivre, mais voilà un album qui n’est pas pour nous rassurer.

Rammstein : Rosenrot

Category: Uncategorized | Leave a Comment

Rammstein : RosenrotRammstein, épisode 5 donc. On ne peut pas dire que Rosenrot partait du meilleur pied, puisque présenté comme un disque composé de chutes studios des sessions de Reise, Reise et de quelques nouveautés. Un disque de remplissage ? Seul le groupe pourrait le dire, mais il faut bien admettre que jamais un album de Rammstein ne m’avait laissé l’encéphalogramme aussi désespérément plat.

Cela démarrait pourtant plutôt bien, avec le percutant “Benzin“, orienté grosses guitares, où la voix de Till Lindemann se fait menaçante et revient aux heures dorées de Sehnsucht. Non pas que ce titre soit particulièrement original, mais pour ceux qui, comme moi, ont été déçus par la précédente livraison des Allemands, il y a ici de quoi dresser l’oreille. Et après ? Après, la dégringolade commence.

Les trois morceaux suivants sont terriblement banals ; pas qu’ils soient mauvais en soi, mais ils reposent sur des structures usées jusqu’à la toile, alternant couplets inquiétants et refrains tellement mélodiques qu’ils en deviennent sirupeux. On a l’impression d’écouter trois redites de “Stein um Stein”, qui n’était déjà pas le meilleur titre de Reise, Reise, et l’ennui s’empare progressivement de l’auditeur.

Vient ensuite “Wo Bist Du”, l’un des trop rares moments où Rammstein se ressaisit. Ambiance gothique, voix envoûtante, mélodie imparable, nous avons ici affaire à un titre du niveau de “Mutter“, “Niebel” ou autre “Klavier”. De mon point de vue, le point culminant du disque. Mais ce bref instant de bonheur est aussitôt gâché par l’insipide ballade “Stirb Nicht Vor Mir”, sur laquelle apparaît la chanteuse de Texas pour un résultat inintéressant, et sans doute le morceau le plus mièvre jamais composé par le groupe.

La seconde partie de l’album est à l’avenant : deux titres dans la veine de Reise, Reise, l’inspiration en moins, puis le délirant “Te Quiero Puta”, chanté intégralement en Espagnol par un Till qui semble prendre un pied monstrueux à cette blague potache, misogyne et vulgaire à souhait, mais ô combien jouissive. Là, nous tenons une vraie réussite, bien plus aboutie qu’un “Amerika“, drôle, trash, et tout à fait dans l’esprit du groupe. Les deux titres qui referment Rosenrot sont au contraire à la limite du supportable, dégoulinants de mélodies et de bons sentiments ; les guitares ont été remisées au placard, et Rammstein s’abîme ici dans les affres de la médiocrité.

Ce Rosenrot inquiète donc sérieusement quant à la santé des Allemands, qui, après avoir livré trois chef-d’?uvres, puis un disque en demi-teinte, se révèlent ici totalement incapables de se réinventer. A cours d’inspiration, Rammstein ? Affaire à suivre, mais voilà un album qui n’est pas pour nous rassurer.

Rammstein : Rosenrot

Category: Uncategorized | Leave a Comment

Rammstein : RosenrotRammstein, épisode 5 donc. On ne peut pas dire que Rosenrot partait du meilleur pied, puisque présenté comme un disque composé de chutes studios des sessions de Reise, Reise et de quelques nouveautés. Un disque de remplissage ? Seul le groupe pourrait le dire, mais il faut bien admettre que jamais un album de Rammstein ne m’avait laissé l’encéphalogramme aussi désespérément plat.

Cela démarrait pourtant plutôt bien, avec le percutant “Benzin“, orienté grosses guitares, où la voix de Till Lindemann se fait menaçante et revient aux heures dorées de Sehnsucht. Non pas que ce titre soit particulièrement original, mais pour ceux qui, comme moi, ont été déçus par la précédente livraison des Allemands, il y a ici de quoi dresser l’oreille. Et après ? Après, la dégringolade commence.

Les trois morceaux suivants sont terriblement banals ; pas qu’ils soient mauvais en soi, mais ils reposent sur des structures usées jusqu’à la toile, alternant couplets inquiétants et refrains tellement mélodiques qu’ils en deviennent sirupeux. On a l’impression d’écouter trois redites de “Stein um Stein”, qui n’était déjà pas le meilleur titre de Reise, Reise, et l’ennui s’empare progressivement de l’auditeur.

Vient ensuite “Wo Bist Du”, l’un des trop rares moments où Rammstein se ressaisit. Ambiance gothique, voix envoûtante, mélodie imparable, nous avons ici affaire à un titre du niveau de “Mutter“, “Niebel” ou autre “Klavier”. De mon point de vue, le point culminant du disque. Mais ce bref instant de bonheur est aussitôt gâché par l’insipide ballade “Stirb Nicht Vor Mir”, sur laquelle apparaît la chanteuse de Texas pour un résultat inintéressant, et sans doute le morceau le plus mièvre jamais composé par le groupe.

La seconde partie de l’album est à l’avenant : deux titres dans la veine de Reise, Reise, l’inspiration en moins, puis le délirant “Te Quiero Puta”, chanté intégralement en Espagnol par un Till qui semble prendre un pied monstrueux à cette blague potache, misogyne et vulgaire à souhait, mais ô combien jouissive. Là, nous tenons une vraie réussite, bien plus aboutie qu’un “Amerika“, drôle, trash, et tout à fait dans l’esprit du groupe. Les deux titres qui referment Rosenrot sont au contraire à la limite du supportable, dégoulinants de mélodies et de bons sentiments ; les guitares ont été remisées au placard, et Rammstein s’abîme ici dans les affres de la médiocrité.

Ce Rosenrot inquiète donc sérieusement quant à la santé des Allemands, qui, après avoir livré trois chef-d’?uvres, puis un disque en demi-teinte, se révèlent ici totalement incapables de se réinventer. A cours d’inspiration, Rammstein ? Affaire à suivre, mais voilà un album qui n’est pas pour nous rassurer.

Arch Enemy : Doomsday Machine Le voici donc enfin, ce disque annoncé comme LE chef-d’Å“uvre d’Arch Enemy, censé imposer définitivement le groupe comme un poids lourd de la scène européenne. Qu’en est-il vraiment? Et bien, force est de reconnaître que la première écoute est loin d’être facile, et que cet album déçoit tout d’abord un peu. La faute en incombe à la surenchère d’effets qui noient la voix d’Angela Gossow, pour un résultat désincarné et assez répétitif, et à la profusion de titres mid-tempos présents ici. Ne vous attendez donc pas à crouler sous les blasts, ni même à headbanguer en cadence, vous n’y trouveriez pas votre compte! Doomsday Machine s’apparente davantage à un rouleau compresseur, lourd et puissant, taillant sa route à grands coups de riffs et de rythmiques pesantes.

Mais cet album n’est pas à jeter aux orties pour autant, loin, très loin de là. Il nous permet de (re)découvrir l’amour que porte Michael Amott à la guitare, et, sincèrement, cela suffit à notre bonheur. Comment ne pas succomber à ces cinquante minutes d’un vibrant hommage à la six-cordes, où se croisent des lignes mélodiques échevelées (“Taking Back My Soul”, “Slaves Of Yesterday”), des parties rythmiques surpuissantes (ah, le single “Nemesis”, “I Am Legend/Out For Blood“) et des riffs comme tous les apprentis guitaristes rêvent d’en composer un jour (“My Apocalypse“, “Mechanic God Creation”)? On sent que les frangins Amott ont porté ici une attention méticuleuse à chaque accord, à chaque note, afin que tout semble couler de source. Cet incroyable travail atteint son paroxysme sur l’instrumental “Hybrids of Steel”, où les lignes complexes se croisent en tous sens, au point que l’auditeur se demande s’il est bien en train d’écouter un disque de death suédois, ou celui d’un artiste invité par Satriani au G3.

Doomsday Machine est donc un disque surprenant, qui décevra peut-être les fanatiques de maDemoiselle Gossow, tant sa voix est aseptisée par les effets et son chant répétitif; mais les amoureux de la guitare débridée trouveront ici de quoi se régaler, et se passeront l’album au casque, éperdus d’admiration. Un disque qui ne fera sans doute pas l’unanimité, mais qui nous rappelle pourquoi le rock est, à la base, la rencontre d’une guitare et d’un ampli.

keep looking »
  • Calendar

    November 2005
    M T W T F S S
    « Oct   Dec »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930