Slayer : Still ReigningRetour de Dave Lombardo oblige, Slayer a souhaité rendre hommage à son passé via un dvd qui réjouira, assurément, tous ceux qui vénèrent leur extraordinaire “Reign in Blood“. En effet, le groupe exécute ici, dans son intégralité et suivant le track-listing originel, cet album ô combien mythique et fondateur.

Que pourrait-on ajouter? Pas grand-chose. L’équation “Slayer sur scène + Reign in Blood” se suffit à elle-même; elle annonce furie, décibels, densité, intensité, et j’en passe. Nous ne pouvions pas être déçus par un tel produit, et tout est conforme à nos attentes. Les guitares hurlent à tout va, Araya éructe comme un possédé, et l’immense Dave Lombardo martèle ses fûts comme si sa vie en dépendait. Le public se déchaîne dans cette grande communion infernale, qui nous permet de réaliser à quel point les morceaux interprétés ce soir-là sont intemporels, tout de rage et de violence malsaine. Du riff d’ouverture d’”Angel of Death” au final apocalyptique de “Raining Blood“, avec pluie de sang en prime, le show n’est que bonheur pour le petit métalleux, béat d’admiration devant une telle exécution sans faille.

Notons aussi que le dvd est complété par six morceaux qui, s’ils ne proviennent pas de “Reign in Blood“, n’ont rien à envier au reste de la set-list. On soulignera notamment un hallucinant “Mandatory Suicide” et l’intro de “South of Heaven“, à vous glacer le sang…

Malgré quelques défauts mineurs, dont un montage non conforme à l’ordre d’exécution des morceaux (le groupe n’a en fait pas joué l’album suivant son track-listing, mais a monté le dvd selon celui-ci) et l’absence de “Dead Skin Mask” parmi les morceaux bonus, nous tenons ici un dvd redoutable. Voici donc la preuve éclatante de l’excellent état de santé scénique de Slayer… Pour ce qui est d’un album studio, on attend toujours.

Slayer : Still Reigning

Category: Uncategorized | Leave a Comment

Slayer : Still ReigningRetour de Dave Lombardo oblige, Slayer a souhaité rendre hommage à son passé via un dvd qui réjouira, assurément, tous ceux qui vénèrent leur extraordinaire “Reign in Blood“. En effet, le groupe exécute ici, dans son intégralité et suivant le track-listing originel, cet album ô combien mythique et fondateur.

Que pourrait-on ajouter? Pas grand-chose. L’équation “Slayer sur scène + Reign in Blood” se suffit à elle-même; elle annonce furie, décibels, densité, intensité, et j’en passe. Nous ne pouvions pas être déçus par un tel produit, et tout est conforme à nos attentes. Les guitares hurlent à tout va, Araya éructe comme un possédé, et l’immense Dave Lombardo martèle ses fûts comme si sa vie en dépendait. Le public se déchaîne dans cette grande communion infernale, qui nous permet de réaliser à quel point les morceaux interprétés ce soir-là sont intemporels, tout de rage et de violence malsaine. Du riff d’ouverture d’”Angel Of Death” au final apocalyptique de “Raining Blood“, avec pluie de sang en prime, le show n’est que bonheur pour le petit métalleux, béat d’admiration devant une telle exécution sans faille.

Notons aussi que le dvd est complété par six morceaux qui, s’ils ne proviennent pas de “Reign in Blood“, n’ont rien à envier au reste de la set-list. On soulignera notamment un hallucinant “Mandatory Suicide” et l’intro de “South of Heaven“, à vous glacer le sang…

Malgré quelques défauts mineurs, dont un montage non conforme à l’ordre d’exécution des morceaux (le groupe n’a en fait pas joué l’album suivant son track-listing, mais a monté le dvd selon celui-ci) et l’absence de “Dead Skin Mask” parmi les morceaux bonus, nous tenons ici un dvd redoutable. Voici donc la preuve éclatante de l’excellent état de santé scénique de Slayer… Pour ce qui est d’un album studio, on attend toujours.

Slayer : Still Reigning

Category: Uncategorized | Leave a Comment

Slayer : Still ReigningRetour de Dave Lombardo oblige, Slayer a souhaité rendre hommage à son passé via un dvd qui réjouira, assurément, tous ceux qui vénèrent leur extraordinaire “Reign in Blood“. En effet, le groupe exécute ici, dans son intégralité et suivant le track-listing originel, cet album ô combien mythique et fondateur.

Que pourrait-on ajouter? Pas grand-chose. L’équation “Slayer sur scène + Reign in Blood” se suffit à elle-même; elle annonce furie, décibels, densité, intensité, et j’en passe. Nous ne pouvions pas être déçus par un tel produit, et tout est conforme à nos attentes. Les guitares hurlent à tout va, Araya éructe comme un possédé, et l’immense Dave Lombardo martèle ses fûts comme si sa vie en dépendait. Le public se déchaîne dans cette grande communion infernale, qui nous permet de réaliser à quel point les morceaux interprétés ce soir-là sont intemporels, tout de rage et de violence malsaine. Du riff d’ouverture d’”Angel Of Death” au final apocalyptique de “Raining Blood“, avec pluie de sang en prime, le show n’est que bonheur pour le petit métalleux, béat d’admiration devant une telle exécution sans faille.

Notons aussi que le dvd est complété par six morceaux qui, s’ils ne proviennent pas de “Reign in Blood“, n’ont rien à envier au reste de la set-list. On soulignera notamment un hallucinant “Mandatory Suicide” et l’intro de “South of Heaven“, à vous glacer le sang…

Malgré quelques défauts mineurs, dont un montage non conforme à l’ordre d’exécution des morceaux (le groupe n’a en fait pas joué l’album suivant son track-listing, mais a monté le dvd selon celui-ci) et l’absence de “Dead Skin Mask” parmi les morceaux bonus, nous tenons ici un dvd redoutable. Voici donc la preuve éclatante de l’excellent état de santé scénique de Slayer… Pour ce qui est d’un album studio, on attend toujours.

Slayer : Still Reigning

Category: Uncategorized | Leave a Comment

Slayer : Still ReigningRetour de Dave Lombardo oblige, Slayer a souhaité rendre hommage à son passé via un dvd qui réjouira, assurément, tous ceux qui vénèrent leur extraordinaire “Reign in Blood“. En effet, le groupe exécute ici, dans son intégralité et suivant le track-listing originel, cet album ô combien mythique et fondateur.

Que pourrait-on ajouter? Pas grand-chose. L’équation “Slayer sur scène + Reign in Blood” se suffit à elle-même; elle annonce furie, décibels, densité, intensité, et j’en passe. Nous ne pouvions pas être déçus par un tel produit, et tout est conforme à nos attentes. Les guitares hurlent à tout va, Araya éructe comme un possédé, et l’immense Dave Lombardo martèle ses fûts comme si sa vie en dépendait. Le public se déchaîne dans cette grande communion infernale, qui nous permet de réaliser à quel point les morceaux interprétés ce soir-là sont intemporels, tout de rage et de violence malsaine. Du riff d’ouverture d’”Angel Of Death” au final apocalyptique de “Raining Blood“, avec pluie de sang en prime, le show n’est que bonheur pour le petit métalleux, béat d’admiration devant une telle exécution sans faille.

Notons aussi que le dvd est complété par six morceaux qui, s’ils ne proviennent pas de “Reign in Blood“, n’ont rien à envier au reste de la set-list. On soulignera notamment un hallucinant “Mandatory Suicide” et l’intro de “South of Heaven“, à vous glacer le sang?

Malgré quelques défauts mineurs, dont un montage non conforme à l’ordre d’exécution des morceaux (le groupe n’a en fait pas joué l’album suivant son track-listing, mais a monté le dvd selon celui-ci) et l’absence de “Dead Skin Mask” parmi les morceaux bonus, nous tenons ici un dvd redoutable. Voici donc la preuve éclatante de l’excellent état de santé scénique de Slayer? Pour ce qui est d’un album studio, on attend toujours.

Slayer : Still Reigning

Category: Uncategorized | Leave a Comment

Slayer : Still ReigningRetour de Dave Lombardo oblige, Slayer a souhaité rendre hommage à son passé via un dvd qui réjouira, assurément, tous ceux qui vénèrent leur extraordinaire “Reign in Blood“. En effet, le groupe exécute ici, dans son intégralité et suivant le track-listing originel, cet album ô combien mythique et fondateur.

Que pourrait-on ajouter? Pas grand-chose. L’équation “Slayer sur scène + Reign in Blood” se suffit à elle-même; elle annonce furie, décibels, densité, intensité, et j’en passe. Nous ne pouvions pas être déçus par un tel produit, et tout est conforme à nos attentes. Les guitares hurlent à tout va, Araya éructe comme un possédé, et l’immense Dave Lombardo martèle ses fûts comme si sa vie en dépendait. Le public se déchaîne dans cette grande communion infernale, qui nous permet de réaliser à quel point les morceaux interprétés ce soir-là sont intemporels, tout de rage et de violence malsaine. Du riff d’ouverture d’”Angel Of Death” au final apocalyptique de “Raining Blood“, avec pluie de sang en prime, le show n’est que bonheur pour le petit métalleux, béat d’admiration devant une telle exécution sans faille.

Notons aussi que le dvd est complété par six morceaux qui, s’ils ne proviennent pas de “Reign in Blood“, n’ont rien à envier au reste de la set-list. On soulignera notamment un hallucinant “Mandatory Suicide” et l’intro de “South of Heaven“, à vous glacer le sang?

Malgré quelques défauts mineurs, dont un montage non conforme à l’ordre d’exécution des morceaux (le groupe n’a en fait pas joué l’album suivant son track-listing, mais a monté le dvd selon celui-ci) et l’absence de “Dead Skin Mask” parmi les morceaux bonus, nous tenons ici un dvd redoutable. Voici donc la preuve éclatante de l’excellent état de santé scénique de Slayer? Pour ce qui est d’un album studio, on attend toujours.

Slayer : Still Reigning

Category: Uncategorized | Leave a Comment

Slayer : Still ReigningRetour de Dave Lombardo oblige, Slayer a souhaité rendre hommage à son passé via un dvd qui réjouira, assurément, tous ceux qui vénèrent leur extraordinaire “Reign in Blood“. En effet, le groupe exécute ici, dans son intégralité et suivant le track-listing originel, cet album ô combien mythique et fondateur.

Que pourrait-on ajouter? Pas grand-chose. L’équation “Slayer sur scène + Reign in Blood” se suffit à elle-même; elle annonce furie, décibels, densité, intensité, et j’en passe. Nous ne pouvions pas être déçus par un tel produit, et tout est conforme à nos attentes. Les guitares hurlent à tout va, Araya éructe comme un possédé, et l’immense Dave Lombardo martèle ses fûts comme si sa vie en dépendait. Le public se déchaîne dans cette grande communion infernale, qui nous permet de réaliser à quel point les morceaux interprétés ce soir-là sont intemporels, tout de rage et de violence malsaine. Du riff d’ouverture d’”Angel Of Death” au final apocalyptique de “Raining Blood“, avec pluie de sang en prime, le show n’est que bonheur pour le petit métalleux, béat d’admiration devant une telle exécution sans faille.

Notons aussi que le dvd est complété par six morceaux qui, s’ils ne proviennent pas de “Reign in Blood“, n’ont rien à envier au reste de la set-list. On soulignera notamment un hallucinant “Mandatory Suicide” et l’intro de “South of Heaven“, à vous glacer le sang?

Malgré quelques défauts mineurs, dont un montage non conforme à l’ordre d’exécution des morceaux (le groupe n’a en fait pas joué l’album suivant son track-listing, mais a monté le dvd selon celui-ci) et l’absence de “Dead Skin Mask” parmi les morceaux bonus, nous tenons ici un dvd redoutable. Voici donc la preuve éclatante de l’excellent état de santé scénique de Slayer? Pour ce qui est d’un album studio, on attend toujours.

Slayer : Still Reigning

Category: Uncategorized | Leave a Comment

Slayer : Still ReigningRetour de Dave Lombardo oblige, Slayer a souhaité rendre hommage à son passé via un dvd qui réjouira, assurément, tous ceux qui vénèrent leur extraordinaire “Reign in Blood“. En effet, le groupe exécute ici, dans son intégralité et suivant le track-listing originel, cet album ô combien mythique et fondateur.

Que pourrait-on ajouter? Pas grand-chose. L’équation “Slayer sur scène + Reign in Blood” se suffit à elle-même; elle annonce furie, décibels, densité, intensité, et j’en passe. Nous ne pouvions pas être déçus par un tel produit, et tout est conforme à nos attentes. Les guitares hurlent à tout va, Araya éructe comme un possédé, et l’immense Dave Lombardo martèle ses fûts comme si sa vie en dépendait. Le public se déchaîne dans cette grande communion infernale, qui nous permet de réaliser à quel point les morceaux interprétés ce soir-là sont intemporels, tout de rage et de violence malsaine. Du riff d’ouverture d’”Angel Of Death” au final apocalyptique de “Raining Blood“, avec pluie de sang en prime, le show n’est que bonheur pour le petit métalleux, béat d’admiration devant une telle exécution sans faille.

Notons aussi que le dvd est complété par six morceaux qui, s’ils ne proviennent pas de “Reign in Blood“, n’ont rien à envier au reste de la set-list. On soulignera notamment un hallucinant “Mandatory Suicide” et l’intro de “South of Heaven“, à vous glacer le sang?

Malgré quelques défauts mineurs, dont un montage non conforme à l’ordre d’exécution des morceaux (le groupe n’a en fait pas joué l’album suivant son track-listing, mais a monté le dvd selon celui-ci) et l’absence de “Dead Skin Mask” parmi les morceaux bonus, nous tenons ici un dvd redoutable. Voici donc la preuve éclatante de l’excellent état de santé scénique de Slayer? Pour ce qui est d’un album studio, on attend toujours.

Still ReigningRetour de Dave Lombardo oblige, Slayer a souhaité rendre hommage à son passé via un dvd qui réjouira, assurément, tous ceux qui vénèrent leur extraordinaire “Reign In Blood“. En effet, le groupe exécute ici, dans son intégralité et suivant le track-listing originel, cet album ô combien mythique et fondateur.

Que pourrait-on ajouter? Pas grand-chose. L’équation “Slayer sur scène + Reign In Blood” se suffit à elle-même; elle annonce furie, décibels, densité, intensité, et j’en passe. Nous ne pouvions pas être déçus par un tel produit, et tout est conforme à nos attentes. Les guitares hurlent à tout va, Araya éructe comme un possédé, et l’immense Dave Lombardo martèle ses fûts comme si sa vie en dépendait. Le public se déchaîne dans cette grande communion infernale, qui nous permet de réaliser à quel point les morceaux interprétés ce soir-là sont intemporels, tout de rage et de violence malsaine. Du riff d’ouverture d’”Angel Of Death” au final apocalyptique de “Raining Blood”, avec pluie de sang en prime, le show n’est que bonheur pour le petit métalleux, béat d’admiration devant une telle exécution sans faille.

Notons aussi que le dvd est complété par six morceaux qui, s’ils ne proviennent pas de “Reign In Blood“, n’ont rien à envier au reste de la set-list. On soulignera notamment un hallucinant “Mandatory Suicide” et l’intro de “South Of Heaven“, à vous glacer le sang?

Malgré quelques défauts mineurs, dont un montage non conforme à l’ordre d’exécution des morceaux (le groupe n’a en fait pas joué l’album suivant son track-listing, mais a monté le dvd selon celui-ci) et l’absence de “Dead Skin Mask” parmi les morceaux bonus, nous tenons ici un dvd redoutable. Voici donc la preuve éclatante de l’excellent état de santé scénique de Slayer? Pour ce qui est d’un album studio, on attend toujours.

Within Temptation : The Silent ForceJ’ai voulu comprendre pourquoi. Pourquoi Within Temptation était soudainement passé d’un succès d’estime à une explosion planétaire. Pourquoi “The Silent Force” s’était vendu par brouettes de par le monde. Pourquoi mon frangin ne jurait plus que par eux, et surtout, pourquoi mes potes fans de Sepultura avaient les yeux humides dès qu’on évoquait ce disque.

Je l’ai donc acheté, ce “Silent Force“; et après la première écoute, j’ai failli courir au magasin demander qu’on me rembourse. Pompeux, répétitif, sirupeux, limite dégoulinant, j’étais le (peu) fier acquéreur d’un gros choux à la crème particulièrement indigeste… Convaincu que mes contemporains devaient avoir du foin dans les oreilles et de la sauce blanche dans le cerveau, j’ai donc remisé cet album sur une étagère, bien décidé à trouver quelqu’un à qui l’offrir dans les semaines suivantes.

Mais j’y suis revenu quelques temps plus tard, allez savoir pourquoi, et me suis surpris à chantonner les mélodies, à dodeliner de la tête sur certains riffs, bref à ne plus détester autant qu’auparavant. Si on reste loin, de mon point de vue, du chef-d’Å“uvre annoncé un peu partout, il faut bien reconnaître que “The Silent Force” est plutôt bien foutu, Within ménageant la chèvre et le chou en collant du gros son après chaque ballade. Le résultat est simple: le métalleux grince des dents sur les morceaux dégoulinants (euh, pardon, lents), et Dieu sait qu’il y en a (“Memories“, “Somewhere”, “Pale“), mais est aussitôt contenté par l’arrivée de gros titres de métal symphonique ultra efficaces (“Angels“, “Aquarius”). Et puis je suis bien forcé d’avouer que les trois premiers morceaux, intro non comprise, sont absolument imparables, tout comme le très groovy “It’s the Fear”.

Ajoutons que la production est excellente, et que la dimension orchestrale de l’ensemble apporte un souffle indéniable aux compos, même si elle se fait un peu trop omniprésente tout au long du disque. Mais bon, on fait du heavy symphonique ou pas!

Alors, “The Silent Force, un pur chef-d’oeuvre? Sûrement pas, mais bon, j’ai pas cherché à le refourguer à mon petit cousin. Allez, sans rancune.

Slipknot (USA-1) : 9.0 LivePremier live de Slipknot sur format cd après le dvd “Disasterpieces“, ce “Live 9.0″ s’annonce copieux: deux disques, vingt-quatre titres enregistrés dans quatre villes différentes, voila une livraison qui a de quoi réjouir le fan en attendant un quatrième album. Bien que l’on puisse, une fois encore, se plaindre du caractère hautement mercantile de ce genre de produit, force est de reconnaître que les petits plats ont ici été mis dans les grands.

L’exercice du live a toujours été un des points forts de Slipknot, et ce témoignage en est la preuve éclatante. On y retrouve en effet ce qui a fait le succès du groupe: la violence évidemment, qui se fait parfois frénétique (“Eeyore”, “Get This”), mais aussi cet étonnant équilibre entre sauvagerie et mélodie, mis en valeur sur des morceaux tels que “Before I Forget“, “The Nameless” ou “Iowa“. La technique des musiciens est presque sans faille, et cet album est un festival de guitares saturées, de batterie déchaînée, de percussions atomiques et d’étranges sons électroniques. Pour la première fois chez Slipknot, on entend même la basse, ce qui est franchement agréable! Certains titres sortent magnifiés par la scène, c’est le cas des redoutables “Everything End.” et “Vermilion“, et surtout des terribles “Disasterpiece” et “The Heretic Anthem“. Le live met d’ailleurs en évidence la supériorité des extraits d’”Iowa“, le plus brutal des albums du groupe, qui sont autant de baffes supersoniques taillés pour la scène.

Au rang des surprises, on notera l’apparition de titres rarement interprétés en public, à l’image de “Skin Ticket”, petit joyau glauque et moite, qui explose finalement en un torrent de violence. On appréciera aussi la présence du solo de batterie, un des gimmicks de Slipknot, qui permet d’apprécier tout le talent du petit Jordison, décidément redoutable derrière ses fûts; ou encore l’agréable retranscription du bordel sans nom qu’est l’intro de “People = Shit”, preuve que les morceaux n’ont pas été (trop) retravaillés.

Ce live n’est toutefois pas exempt de reproches. Tout d’abord, si le chant de Corey Taylor est absolument parfait durant les morceaux, ses interventions à base de 36 “fuck” par minute finissent par lasser; c’est pas que le côté rebelle de douze ans soit désagréable en soit, mais là, on frise l’overdose. Ensuite, Slipknot sur scène mais sans le côté visuel… il manque forcément quelque chose. Enfin, et c’est là le paradoxe de cet album, sa durée fait sa force mais aussi sa faiblesse. Je m’explique: s’il est très agréable de voir que le groupe ne s’est pas foutu des acheteurs potentiels et propose un plat copieux (on l’a dit, 24 titres), même le fan finit par trouver le tout un peu indigeste, et l’attention décroche lorsqu’on arrive à la moitié du deuxième album, dont la fin axée singles est trop téléphonée.

Un excellent live donc, qui n’échappe certes pas aux reproches adressés couramment à ce genre d’albums venant surtout remplir l’espace en attendant la prochaine sortie studio, mais qui constitue un bon best-of de ce que Slipknot a sorti jusqu’ici, la folie de la scène en plus.

keep looking »
  • Calendar

    December 2005
    M T W T F S S
    « Nov   Apr »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031