Dagoba : What Hell Is About On mesure souvent mal à quel point l’évolution d’un groupe peut être affectée par la rencontre avec un producteur, en bien ou en mal. Prenez Metallica: Bob Rock, après les avoir aidé à devenir gigantesques, est accusé par les fans de les avoir démolis pendant dix ans, pour en arriver au magma informe et indigeste qu’est “St Anger“. La rencontre entre Dagoba et Tue Madsen (Disbelief, Hatesphere, Ektomorf, Extol, et plus récemment Sick of it All et Threat Signal) est encore récente, mais a déjà accouché d’une tuerie.

Je vous entends déjà: “Une tuerie, oh eh l’autre, comme il y va! Faut pas déconner non plus!” Eh bien, messieurs les incrédules, je persiste et signe. “What Hell Is About” est un disque d’exception, comme on entend trop peu ces temps-ci.

La première bonne nouvelle est que Dagoba a désormais digéré les influences qui transparaissait de façon un peu trop évidente sur son album éponyme, et notamment Fear Factory, et s’est façonné une vraie personnalité. Les dix compos rassemblées ici sont autant de réussites, tantôt dans le registre de la baffe supersonique (“The Man You’re Not”, “Living Dead”), soit dans celui, plus pervers, du titre accrocheur et malsain (“Cancer“, The Things Within”). Les marseillais font étalage d’un bagage technique impressionant, avec une mention spéciale à Franky, stupéfiant batteur d’une précision bluffante.

Et le boulot du producteur alors? Et bien , disons juste que le son que leur a concocté Tue Madsen est monumental, à la fois limpide et surpuissant, et participe du maëlstrom qui s’abat sans pitié sur l’auditeur. De plus, le groupe a reconnu que le producteur les avait incité à expérimenter davantage, ce qu’ils ont fait avec bonheur, introduisant des touches électros ou symphoniques bienvenues à l’ensemble. Enfin, Madsen a invité Vortex (Dimmu Borgir, Arcturus) à poser quelques lignes de chant sur deux morceaux, le très réussi “It’s All About Time”, où sa voix majestueuse répond parfaitement aux hurlements de Shawter, et le plus classique mais méchamment burné “The White Guy (Suicide)”.

Mais ce qui frappe le plus ici, c’est à quel point Dagoba se place à la croisée des chemins, jonglant avec succès entre power-métal et métal industriel, tout en introduisant des mélodies lumineuses et accrocheuses qui sont autant de respirations dans cet océan déchaîné. A ce titre, “What Hell Is About” s’impose comme un des albums les plus rassembleurs de 2006. Reste à savoir si les métalleux, et pas seulement français, lui réserveront l’accueil qu’il mérite.



Recently:


You must be logged in to post a comment.

Name (required)

Email (required)

Website

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Share your wisdom

  • Calendar

    September 2006
    M T W T F S S
    « Jul   Oct »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930