Korn : See You on the Other SidePetit rappel des faits: en 2003, Korn tente de préserver une popularité chancelante en sortant “Take a Look in the Mirror“, un disque reposant sur des ficelles bien connues et appréciées de longue date par leur public. Mais cet album sent la panne d’inspiration à plein nez, le recyclage de formules usées jusqu’à la trame, la capitalisation facile sur ses acquis, le raclage de fonds de tiroir; bref, Korn donne subitement à ses fans l’envie de leur coller une taloche ou deux, histoire de leur faire comprendre qu’il ne faut pas non plus prendre les gens pour des cons. Deux ans plus tard, Brian “Head” Welch rencontre Jésus, arrête la coke, la méthadone et le métal pour aller jouer le dimanche dans sa paroisse. A ce niveau, ça sent la fin de carrière anticipée à plein nez.

Le groupe dément les rumeurs de split, et annonce qu’il planche sur un nouvel album en compagnie de divers producteurs, parmi lesquels The Matrix et Atticus Ross, plus connnus pour leur travail sur des disques de Britney Spears, Avril Lavigne ou Pink. On commence alors à se dire que ça ne sent plus seulement la fin de carrière mais carrément l’internement d’office en institution psyChiatrique de haute sécurité.

Puis “See You on the Other Side” déboule dans les bacs. La simple sortie de ce disque était, en soi, une bonne nouvelle puisqu’elle signifiait que le groupe n’était pas encore mort; pour ce qui est du contenu, c’est plus discutable. Je vais être franc: cet album est sorti depuis plus d’un an, je l’ai écouté une bonne douzaine de fois, et je ne sais toujours pas quoi en penser. On y croise de bons, voire de très bons morceaux (“Twisted Transistor“, Hypocrites”, “10 or a 2-Way”); Korn fait enfin l’effort de se réinventer, de se remettre totalement en question, et affirme haut et fort son amour de la new-wave et de la pop-song. Au moins tenons-nous là un disque risqué, qui se démarque nettement de ses prédécesseurs. Contraint d’évoluer pour ne pas dépérir, le groupe n’a pas esquivé ce défi, et cela force le respect.

Le problème est que l’ensemble ne tient pas vraiment la route. Korn retombe dans le patchwork, comme il avait pu le faire sur “Follow The Leader“, avec une série de morceaux sans cohérence, sans unité. La deuxième moitié de l’album est emblématique de ce défaut et l’auditeur décroche immanquablement passé le sixième ou septième titre; ce manque de cohérence se retrouve même dans la construction de certains morceaux dont les différentes parties ne fonctionnent pas ensemble (“Liar“, “Open Up”). Bref, ce disque laisse tout même transparaître les failles d’un groupe qui revendique des sources d’inspiration nouvelles sans tourner le dos à son passé (quoique…), mais tatonne encore sur le dosage des ingrédients.

A en juger par ce “See You on the Other Side“, Korn hésite et ne convainc pas vraiment; cet album est celui d’un groupe vivant, mais égaré. Sauront-il se reprendre? Au vu des turbulences qu’ils traversent depuis deux ans (départ de Head, pause d’au moins un an de David Silveria), rien n’est moins sûr.



Recently:


You must be logged in to post a comment.

Name (required)

Email (required)

Website

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Share your wisdom

  • Calendar

    February 2007
    M T W T F S S
    « Nov   Mar »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728