I : Between Two WorldsAbbath de retour aux affaires? Voilà une nouvelle qui a fait frémir plus d’un fan d’Immortal, et plus d’un métalleux en général. La diffusion du titre “The Storm I Ride” sur le net a fait monter la tension d’un cran, présentant une rencontre entre les riffs et la voix d’Immortal et un rock’n roll à la Motörhead. Mais dès la première écoute, on se rend à l’évidence: quoique très réussi, ce titre n’est absolument pas représentatif du reste de l’album.

Rarement le proverbe “chassez le naturel, il revient au galop” se sera autant vérifié que sur ce disque. En effet, malgré ses tentatives visant à donner une personnalité propre à I, malgré l’introduction d’éléments rock, malgré ses propos vantant le fossé qui, selon lui, sépare son nouveau groupe de son ancien bébé, le sieur Abbath ne parvient jamais à dissimuler sa véritable passion, le black-métal. A peine “The Storm I Ride” est-il achevé que déboule l’énorme “Warriors”, hymne de black renvoyant aux meilleures heures de “Sons of Northern Darkness”, et notamment à “Tyrants”. Le morceau-titre, “Between Two Worlds“, avec ses guitares galopantes, tient lieu de manifeste quant à la véritable orientation du quatuor: I sera heavy-black ou ne sera pas!

La suite emprunte la même voie, non sans quelques ratés (le faiblard et répétitif “Batallions”, le trop classique “Days of North Winds“), mais s’achève sur deux belles réussites, dont le splendide “Far Beyond The Quiet”, qui fera souffler dans votre chambre un blizzard glacial que vous viviez à Oslo ou à Milan. Ce magnifique morceau vaut à lui seul l’achat de l’album, tout simplement.

D’un point de vue sonore, la production de Peter Tägtgren m’a laissé une impression mitigée. Si elle met en valeur l’impressionnant travail effectué par Ice Dale (Enslaved) sur les guitares, elle gomme trop souvent la basse de T. C. King (Audrey Horne, ex-Gorgoroth) du mix, ce qui contribue grandement à réduire à néant les vélléités plus rock’n roll du groupe. Mais bon, Abbath chante toujours superbement, et cette voix si particulière qui a fait sa renommée n’a en aucun cas souffert de ses années d’inactivité, et c’est bien là le principal.

Si “Between Two Worlds” n’est pas la merveille annoncée, ce disque a quand même assez de qualités et de bons morceaux pour séduire un public qui retrouvera avec délices le duo Abbath-Demonaz (qui se charge ici des textes). Un premier essai réussi, dont on attendra la suite avec impatience.

  • Calendar

    June 2017
    M T W T F S S
    « Jan    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930