Skylark : FairytalesVoici un autre groupe du label italien Scarlet Records, qui évolue dans un métal épico-symphonique situé à mi-chemin entre les premiers Nightwish, ‘Angels Fall First’ et ‘Oceanborn’ principalement, et les albums de Lita Ford : le premier groupe à cause des parties de claviers, caractéristiques du son Holopainen, et Lita Ford du fait des parties de chant féminin assez proches de ceux de la vocaliste américaine. Le mélange n’est pas indigeste, mais, plutôt étrange : il faut un peu de temps pour s’y habituer, peut-être à cause du son, qui, il faut être honnête, n’est pas digne d’un album…Scarlet nous a habitué à beaucoup mieux en terme de production (le dernier Thy Majestie, par exemple). C’est d’autant plus dommage que c’est, la plupart du temps, la production qui met en valeur les morceaux. Peut-être que le label ne s’est pas beaucoup impliqué dans ce qui est, pourtant, le 7éme album des italiens de Skylark, ce qui expliquerait, alors, ce son “crade” et peu puissant.

Ceci dit, l’album se révéle être bon, trés professionnellement interprété par le groupe dans sa globalité, bien que les compositions ne soient pas trés originales dans l’absolu, traduisant, parfois, un manque d’inspiration, qui est, heureusement, peu fréquent. Néanmoins, j’ai un grand faible pour ce disque : il respire la fraîcheur et l’innocence, la sincérité, la persévérance et le talent, tous les musiciens, y compris les deux vocalistes, se donnent à fond. Et c’est ce que je recherche en priorité chez un groupe : l’honnêteté dans le jeu et la démarche, pour la musique et non pas pour le côté matériel de cet art magnifique. Skylark est un groupe que j’appelle à soutenir vivement!

Pour en revenir à la substance de l’album, celui-ci contient 8 chansons, dont une reprise du “Moonlight Shadows” de Mike Oldfield, pratiquement fidéle à l’original, bien que jouée à la double-pédale, ce qui lui donne une autre dimension. Le disque débute par un titre vraiment bien nommé, “Music”, dont la mélodie principale est jouée au clavecin, ce qui apporte une sensation agréable, s’enchaînent ensuite “First Night” et le single de l’album, le romantique mais heavy “A Rose In Her Hand”, qui fait la part belle aux claviers et aux guitares. Nous en venons, alors, au plus gros morceau de l’album, le fabuleux “Lions Are The World”, LA composition épique de ‘Fairytales‘ : Kiara y chante splendidement et les parties de guitares en harmonies illuminent cette chanson. Juste aprés ce passage éclairé, nous revoici dans les ténébres avec le sombre “I’m The Evil“, toujours interprété par la jolie blonde. Ce morceau n’est pas spécial bien qu’il tranche l’album en 2, annoncant de ce fait, le côté plus dark du groupe avec, exception faite de “Moonlight Shadow” dont j’ai déjà parlé plus haut, “Little Red Riding Hood” et “Love”, chantés non plus par Kiara, mais, par Fabio Dozzo, ce qui change vraiment. Ces deux derniers morceaux peuvent un peu déstabiliser l’auditeur, dont l’oreille s’est habituée à la voix cristalline de la vocaliste, par l’arrivée de vocaux graves, mais, néanmoins, doux. “Little Red…” est une chanson relativement longue et heavy, ayant un caractére littéraire : on y reconnaît une certaine touche épique, comme sur “Lions…”. “Love”, quant à lui, est une chanson basée sur les claviers. D’ailleurs, la structure de l’intro est typique d’une tarantelle italienne, d’habitude jouée par une guitare, un accordéon et un violon, ici interprétée au piano. Idée géniale de la part d’Eddy Antonini, leader, claviériste et principal compositeur du combo.

Fairytale‘ est un bon album qui ravira les fans de Nightwish, Iron Maiden, Rhapsody, Heavenly et Lita Ford, de par ses compositions agréables, son interprétation sans faille et les nombreux solos de guitares qui viennent émailler l’album de par leur présence et accompagner de façon efficace le joli brin de voix de Kiara et de Fabio, trés professionnels. La pochette, réalisée par Luis Royo, est elle aussi un véritable régal pour les yeux. Le seul véritable point noir de cet album est le son, mais, cela ne suffit pas à nous détourner du plaisir que peut procurer ‘Fairytale‘. Un groupe sincére qui mérite vraiment que l’on s’y intéresse de prés.

Thy Majestie : Jeanne D'ArcThy Majestie est un groupe qui nous vient tout droit d’Italie et, comme la plupart des autres combos de ce pays, nous distille un power metal, certes clichesque, mais, assez original, qui se démarque vraiment des sentiers pavés par Rhapsody. Il s’agit ici, du 3éme album du groupe, mais, pas de n’importe quel album : il s’agit d’un disque conceptuel sur une des plus grande icônes françaises du Moyen-Âge, féminine et combattante, vous l’aurez tous deviné : Jeanne D’Arc. L’histoire de cette femme d’exception est racontée en 12 compositions, plus ou moins intéressantes, c’est à dire qu’il y a des chansons véritablement inspirées et d’autres un peu moins. Néanmoins, le niveau tout au long de ce disque est trés élevé, avec des tempos enlevés et des morceaux épiques et longs. Si la musique de TM peut effectivement faire penser par moment à du Rhapsody, puisque évoluant dans le même registre, il n’en est vraisemblablement rien, ce, en raison de la présence d’une multiplicité d’éléments versatiles. L’interprétation est, quant à elle, sans faille : morceaux carrés, rapides, précis et magistralement bien joués. Le chanteur est impressionant, à l’aise aussi bien dans un registre heavy et agressif que dans les sphères les plus aigües, glissant de l’un vers vers l’autre avec une telle aisance…Le concept est trés bien retranscrit, bien que je trouve dommage le fait que l’album ne soit pas un peu plus long et qu’il n’y ait pas de passages narrés, ce qui aurait donné de la consistance et un attrait de plus à ce trés bon album.

Jeanne D’Arc‘ aurait pu être un excellent album s’il ne lui manquait pas ce petit quelque chose qui ferait de lui un disque exceptionnel. Tant pis, peut-être que le prochain disque de TM le sera…Dans tous les cas, nous tenons-là un groupe d’avenir, un jeune espoir du genre qui, je l’espère, continuera avec succés sa course au trône du roi du Power Metal mélodique aux côtés du groupe de Luca Turilli & Alex Staropoli, pour une place au soleil; ils le méritent!

Nightmare (FRA) : The Dominion GateDeux années aprés la sortie de Silent Room, album-concept sur l´évolution de la folie d´un jeune meurtrier et une tournée “triomphale” à travers la France, la Belgique, l´Espagne et la Suisse, ceci dans le cadre du Festival Metallian Tour numéro 1, et un changement de line-up avec le départ de Nicolas, le guitariste, ainsi qu´une signature chez Regain Records, les grenoblois de Nightmare nous reviennent en cette année 2005 avec leur 5éme album, le grandiose ‘The Dominion Gate‘ qui va surprendre plus d´un fan, positivement bien sûr.

En effet, ‘The Dominion Gate‘ est un petit chef-d´oeuvre, ceci à plusieurs niveaux : tout d´abord, le groupe a évolué musicalement. Des titres tels que “Temple of Tears“, “Secret Rules” ou “Heretic” démontrent bien la volonté du groupe de proposer un métal futuriste, par la présence de synthés, notamment, tout en restant classique dans les structures. Un exercice de style qui peut s´avérer périlleux, mais, qui a été réussi ici car nous avons à faire à des musiciens talentueux et virtuoses, qui, en plus de maîtriser leurs instruments, ont des idées novatrices et originales pour faire avancer le métal et, ce, tout en restant fidéles à leurs racines ancrées dans le métal classique des années 80. D´ailleurs, certains passages peuvent rappeler ce que faisait Nightmare à ses débuts, c´est à dire un heavy brut de décoffrage, alors que d´autres sont tout droit dans la lignée de ‘Cosmovision‘, principalement les choeurs grandiloquents, aujourd´hui exclusivement masculins, exceptions faites de “A taste of Armageddon” et “The Dominion Gate” ou Floor Jansen vient pousser la chansonnette et nous ensorceler avec son chant de siréne.

Parmi ces idées nouvelles, le vocaliste Jo Amore tente quelques expériences lui aussi, de son côté : on découvre une nouvelle facette dans ses vocalises, parfois trés douces, comme sur “Temple of Tears“, “The Dressmaker” ou “Endless Agony“, ce qui apporte véritablement un effet des plus agréables a l´ensemble. On retrouve aussi bien des titres plus courts et “speed” que des compositions épiques et relativement longues, telles que “The Dominion Gate” et “A Taste of Armageddon“. Terje Refnes a été reconduit au poste de producteur, et je dois avouer que si j´ai trouvé ‘The Silent Room‘ assez rugueux, à mon goût, au niveau du son, ‘The Dominion Gate‘, quant a lui, posséde un son puissant et clair, heavy et lumineux, bien que l´album soit “dark” dans l´esprit, sans être, comme un grand nombre de productions actuelles, notamment celles sortant de l´usine Finnvox, aseptisé et sans saveur ni volume. Quelques invités de marque ont ponctué cet album de leur participation : outre Floor Jansen, bien sûr, nous retrouvons son collégue Sander Gommans du groupe After Forever, ce dernier venant lui aussi contribuer vocalement sur “The Watchtower“, avec ses éternels grunts, mais aussi Ricky Marx, l´ex-guitariste de Pretty Maids. Côté artwork, les Nightmare ont refait appel à J.-P. Fournier, qui avait déja réalisé la pochette de ‘Cosmovision‘. Que pouvait-on attendre d´autre de lui qu´une nouvelle pochette aussi splendide?

Finalement, ‘The Dominion Gate‘ est un album métissé, entre futur et passé, racé et finement réalisé, noble et abouti. Une oeuvre qui plaira sûrement à tous, qu´ils aient la quarantaine ou bien quíls soient adolescents, tout le monde y trouvera son compte. Un disque ambitieux qui se déguste et se laisse effeuiller au fur et à mesure des écoutes. L´album de métal francophone de l´année 2005!!

Nightmare (FRA) : The Dominion GateDeux années aprés la sortie de Silent Room, album-concept sur l´évolution de la folie d´un jeune meurtrier et une tournée “triomphale” à travers la France, la Belgique, l´Espagne et la Suisse, ceci dans le cadre du Festival Metallian Tour numéro 1, et un changement de line-up avec le départ de Nicolas, le guitariste, ainsi qu´une signature chez Regain Records, les grenoblois de Nightmare nous reviennent en cette année 2005 avec leur 5éme album, le grandiose ‘The Dominion Gate‘ qui va surprendre plus d´un fan, positivement bien sûr.

En effet, ‘The Dominion Gate‘ est un petit chef-d´oeuvre, ceci à plusieurs niveaux : tout d´abord, le groupe a évolué musicalement. Des titres tels que “Temple of Tears“, “Secret Rules” ou “Heretic” démontrent bien la volonté du groupe de proposer un métal futuriste, par la présence de synthés, notamment, tout en restant classique dans les structures. Un exercice de style qui peut s´avérer périlleux, mais, qui a été réussi ici car nous avons à faire à des musiciens talentueux et virtuoses, qui, en plus de maîtriser leurs instruments, ont des idées novatrices et originales pour faire avancer le métal et, ce, tout en restant fidéles à leurs racines ancrées dans le métal classique des années 80. D´ailleurs, certains passages peuvent rappeler ce que faisait Nightmare à ses débuts, c´est à dire un heavy brut de décoffrage, alors que d´autres sont tout droit dans la lignée de ‘Cosmovision‘, principalement les choeurs grandiloquents, aujourd´hui exclusivement masculins, exceptions faites de “A taste of Armageddon” et “The Dominion Gate” ou Floor Jansen vient pousser la chansonnette et nous ensorceler avec son chant de siréne.

Parmi ces idées nouvelles, le vocaliste Jo Amore tente quelques expériences lui aussi, de son côté : on découvre une nouvelle facette dans ses vocalises, parfois trés douces, comme sur “Temple of Tears“, “The Dressmaker” ou “Endless Agony“, ce qui apporte véritablement un effet des plus agréables a l´ensemble. On retrouve aussi bien des titres plus courts et “speed” que des compositions épiques et relativement longues, telles que “The Dominion Gate” et “A Taste of Armageddon“. Terje Refnes a été reconduit au poste de producteur, et je dois avouer que si j´ai trouvé ‘The Silent Room‘ assez rugueux, à mon goût, au niveau du son, ‘The Dominion Gate‘, quant a lui, posséde un son puissant et clair, heavy et lumineux, bien que l´album soit “dark” dans l´esprit, sans être, comme un grand nombre de productions actuelles, notamment celles sortant de l´usine Finnvox, aseptisé et sans saveur ni volume. Quelques invités de marque ont ponctué cet album de leur participation : outre Floor Jansen, bien sûr, nous retrouvons son collégue Sander Gommans du groupe After Forever, ce dernier venant lui aussi contribuer vocalement sur “The Watchtower“, avec ses éternels grunts, mais aussi Ricky Marx, l´ex-guitariste de Pretty Maids. Côté artwork, les Nightmare ont refait appel à J.-P. Fournier, qui avait déja réalisé la pochette de ‘Cosmovision‘. Que pouvait-on attendre d´autre de lui qu´une nouvelle pochette aussi splendide?

Finalement, ‘The Dominion Gate‘ est un album métissé, entre futur et passé, racé et finement réalisé, noble et abouti. Une oeuvre qui plaira sûrement à tous, qu´ils aient la quarantaine ou bien quíls soient adolescents, tout le monde y trouvera son compte. Un disque ambitieux qui se déguste et se laisse effeuiller au fur et à mesure des écoutes. L´album de métal francophone de l´année 2005!!

interview Revenge (FRA)C\’est avec une grande impatience que j\’attendais le nouvel album des lyonnais, l\’efficace \’eXplicit\’, typiquement \”Revengien\”. Et quand on m\’a proposé de faire l\’interview de Revenge, même si ce fût via email, j\’ai sauté de joie, le groupe étant un de mes groupes préférés. En voici le compte-rendu…

Nous savons à peu prés que les médias ont adoré cet album, mais, quel a été l\’accueil réservé par les fans à Sticked To Your Back?


Il est vrais que le sticked a fait l’objet de bonnes chroniques en général. Il en est de même avec les fans qui ont été conquis à l’occasion de cette sortie. Je pense qu’ils sont fidèles et auront l’envie de posséder eXplicit.

Vous venez de sortir eXplicit, qui est, à ce jour, votre disque le plus typé hard US, ce qui est confirmé par la reprise du \”He\’s Back\” de Alice Cooper, pour qui vous avez récemment ouvert à l\’Olympia. J\’imagine que vous deviez être ravi…


Le mot est faible, nous étions honorés !! tu imagines, une idole de nos jeunes années. Lorsqu’on a décidé de reprendre he’s back, on était loin de se douter qu’on jouerait avec Alice 6 mois plus tard. Tu trouves eXplicit typé US, j’espère qu’il est surtout typé REVENGE, et que nous avons installé notre style?

Quand avez-vous commencé la composition de eXplicit? Et quel est le processus de composition que vous suivez habituellement?
Les 1ères compos datent de la fin de la tournée du Sticked, c’est à dire janvier 2004. les débuts furent laborieux car nous n’arrivions pas à trouver la bonne orientation. Généralement, Philippe amène le gros de la compo, et les arrangements définitifs sont fait en commun.

Avez-vous déjà des échos au niveau de l\’accueil de votre nouvel album par les fans et les médias?
Et bien, pour le moment, ça part plutôt bien. Les fans ne sont pas déroutés et ceux qui ne connaissaient pas semblent apprécier. Pourvu que ça dure !!

L\’album démarre d\’une façon assez inhabituelle : l\’intro est jouée par une boîte à musique et chantée par des enfants, les \”Breaking Kids\”, qui d\’ailleurs chantent sur un autre titre de l\’album. Peux-tu nous en dire plus sur la génése d\’une telle participation sur un disque quand même assez \”explicite\”?
Je trouve que le mélange des voix d’enfants et du metal est très surprenant et touchant. Nous voulions amener ces émotions nouvelles à la palette REVENGE. Nous avons embauché nos enfants, ce fut très amusant pour eux et nous.

Certains titres comme \”Wild Wild Wild\”, \”Don\’t Trust Your Nightmare\”, \”Sticked To Your Back\”, \”eXplicit Eyes\”, etc, sont des hits en puissance. Les thémes que vous abordez dans vos chansons sont surtout inspirés par les femmes, les belles voitures et le rock\’n\’roll. N\’avez-vous pas peur qu\’en reprenant de tels thémes le public finisse par se lasser (personnellement, j\’aime ça)?
Ben tant pis pour ceux qui se lassent. Nous ne faisons pas cette musique pour révolutionner la littérature. Notre approche est fun, sans message caché, direct. Ceux qui recherchent des textes plus profonds ne doivent pas apprécier notre musique sans fioritures. C’est notre style, certains l’aiment, nous ne changerons pas !!

Pourquoi \”Sticked To Your Back\” n\’apparaît-il pas sur l\’album précédent du même nom? C\’est quand même une démarche assez bizarre…


Ouais ? tout à commencé sur le 2ème album ou il y avait un morceau intitulé « handle me with care » (notre 1er album : « handle with care »). Depuis, nous avons gardé cette habitude un peu déroutante avec under pressure et sticked to your back. En fait, c’est juste pour voir si tout le monde suit bien dans la salle !! apparemment, c’est ton cas.

Il paraît que vous allez enregistrer un DVD…
Oui, c’est encore un projet, mais qui devrait se réaliser cette année, on croise les doigts. Il est prévu de filmer le concert de Lyon le 13 novembre.

Vous sentez-vous plus proche de la scéne hard FM US ou de la scéne hard FM européenne?
Même si certains membres de REVENGE apprécient le hard FM, on ne peut pas dire que notre musique en soit. C’est plus du heavy. Néanmoins, s’il faut faire un choix dans le FM, je préfère la vague Américaine des Bon Jovi, Motley etc? bien que j’apprécie également des groupes comme Scorpions, Def Leppard ou Europe. C’est difficile de faire un choix !!

Aprés 4 albums, quel est votre sentiment sur le chemin parcouru depuis la création de Revenge?
Nous nous disons que 4 albums en cinq ans (2000-2005), cela prouve que nous avons la foi et que notre travail est apprécié. Le groupe est relativement stable, ce qui nous permet de continuer à évoluer. Nous sommes satisfaits de notre parcours, car il a toujours évolué positivement, chaquue année nous apportant des albums plus aboutis et des concerts plus importants. J’espère que cela continuera encore 10 ans !!

Vous allez jouer à Bordeaux au Farenheit en compagnie de Thunderland et Malédiction. Que pensez-vous de l\’affiche?
Nous faisons pratiquement toute la tournée avec Malediction que nous connaissons et apprécions. Nos style sont proches et devraient attirer un public cohérent. Quant à Thunderland, ce que j’ai écouté d’eux m’a vraiment plu, ces gars ont l’air de véritables virtuoses. J’ai hâte de voir ça en live.

D\’autres dates de prévues dans les semaines à venir?


Voilà le programme :

15/10/2005 Strasbourg Kobus Club + Samy Grey (Allemegne)

21/10/2005 Annonay (07) \”American Dream\” + Malediction + Mr Pain (Lyon)

22/10/2005 Marseille \”La Machine à Coudre\” + Malediction + Stéréoxyde (Marseille)

23/10/2005 à confirmer

24/10/2005 Toulouse \”Caravan Sérail\” + Malediction + Veda

25/10/2005 Bordeaux \”L\’Inca\” + Malediction + Thunderland

26/10/2005 Limoges \”Le Romanet\” + Malediction + groupe local

27/10/2005 La Ferrière (85) \”Matsa Café\” + Malediction + Defunctus

28/10/2005 Lisieux, salle polyvalente + Malediction + Désillusion

29/10/2005 Reims \”Le Tigre\” + Malediction + groupe local

30/10/2005 Auxerre (Michery) \”L\’escadrille\” + Darknation

31/10/2005 Paray-le-Monial (71) \”Le Palais de la bière\” + Dreadful

13/11/2005 Lyon \”Transbordeur\” + Malediction + Tears of Rage (TOURNAGE DVD)

Quelle est votre background musical personnel? Et vos influences/goûts musicaux personnels?
Tu sais, nous faisons tous de la musique de puis près de 15 ans. Ça serait un peu fastidieux de te citer notre background. Pour mieux cerner les membres de REVENGE, je te propose de te citer les groupes préférés de chacun :

Ptit jo : AC/DC

Philippe : KISS

Thierry : Pretty Maids

Chris : les premiers GOTHARD

Rom1 : Rammstein

Quelle est votre opinion sur la scéne hard/heavy française actuelle?
Elle s’est bien raréfiée depuis les années 2000, ou pas mal de groupes ont éclos. Malheureusement, la pauvreté des structures en France n’a pas permis à tous d’avoir une chance plus importante de se faire connaître. C’est vraiment dommage, car on est passé à coté d’un grand élan qui n’a pas pu prendre de l’ampleur. Tu sais, il faut vraiment être opiniâtre pour réussir?

Avez-vous un dernier mot pour les lecteurs de Spirit of Metal?
Et bien rendez-vous sur la tournée, toutes les infos sur le www.revenge.com.fr

En savoir plus sur Revenge (FRA)

  • Calendar

    October 2005
    M T W T F S S
    « Sep   Nov »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31