Iron Maiden (UK-1) : The Number of the BeastDeux années aprés la sortie de ‘Iron Maiden‘, le groupe subit un mini-choc qui se révélera positif : Paul di’Anno est éjecté du groupe par Steve Harris à cause d’une consommation excessive de produits stupéfiants et d’alcool. Le combo ne pouvait plus continuer avec un vocaliste qui ne respectait pas ses engagements, ses fans, ses collégues et soi-même. Et le nom du remplaçant ne se fait pas attendre : Bruce Dickinson, alors vocaliste du groupe concurrent Samson, INTégre la Vierge. Les fans sont surpris : certains ne trouvant plus d’attrait, le côté punk du groupe ayant disparu, les autres donnant une chance à ce nouveau-venu chevelu. Aprés une série de concerts de présentation, le groupe entre en studio pour enregistrer ce qui deviendra son album le plus racé, mais, également, le plus controversé. En effet, le titre est évocateur : ‘The Number of the Beast‘, le chiffre de la bête…Autant dire que les organisations conservatrices et religieuses à travers le monde ne se sont pas gênées pour accabler le groupe avec des accusations infondées sur leur influence de corruption de la jeunesse à travers des paroles sataniques (“666, The Number of the Beast/666, the one for you and me”), qui ne sont, en réalité, qu’ironiques, dénonçant de nombreuses dérives politiques et religieuses, tentant de choquer pour éveiller les consciences. Nous sommes encore en 1982, en pleine période conservatrice britannique, dominée par une Dame de Fer énergique et dure. La jeunesse ne supporte plus les réformes qui vont contre leurs INTérêts. Il ne faut, par conséquent, plus s’étonner que celle-ci cherche un moyen de se démarquer de la masse sociétaire et une voie de révolte, que seuls les groupes de métal et de punk peuvent leur offrir. Iron Maiden sont jeunes et ils ne peuvent que comprendre la détresse de leurs fans. ‘The Number of the Beast‘ est un parfait défouloir pour les jeunes ; tous les éléments qui ont fixé le son Maiden y sont présents : agressivité, mélodies subtiles, refrains grandioses, récits épiques, rythmiques endiablées, harmonies de guitares et bien d’autres petits détails caractéristiques. Rien n’est laissé au hasard : la hargne des jeunes loups de la N.W.O.B.H.M., transmise par l’ex-hurleur à ses collégues, est toujours présente, mais, néanmoins, bien mieux canalisée. Le résultat est efficace : des hits (“22, acacia avenue”, “The Number of the Beast“, “Run to the Hills“, “Hallowed Be Thy Name“), des morceaux un peu mésestimés, bien que géniaux (“Invaders”, “Children of the Damned“, “The Prisoner”, “Total Eclipse“) et un mal-aimé (à raison ou à tort), “Gangland”. Cet album est devenu LE plus classique des classiques de Iron Maiden. Grâce à lui, Maiden a changé de visage : les timides musiciens sont devenus de véritables bêtes de scéne, des musiciens hors-pair, sûr d’eux et plus ambitieux que jamais! Le futur leur appartient, personne ne les arrête. S’ensuivit une tournée quasiment sold-out partout dans le monde, avec une tournée plus longue : 17 dates en France, par exemple (NdMA : le rêve!!). Tout un discours long et ennuyeux pour dire que ‘TNOTB’ est un monument du hard rock, INTouchable et sacré! Tout fan de métal qui se respecte se doit de posséder ce chef-d’oeuvre d’agressivité et d’inventivité, qui éléve le métal à une gloire méritée…Tout simplement magnifique et émouvant!!!



Recently:


Comments


Name (required)

Email (required)

Website

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Share your wisdom