Holyland : Everything Comes From The PainL’Italie semble être le berceau d’une nouvelle génération de groupes de métal. En effet, depuis l’apparition de Rhapsody, un nombre toujours croissant de combos naissent, dans divers styles, pour démontrer que le pays du foot a son mot à dire sur la scéne métal européenne. Comme partout ailleurs, il y a du bon et du mauvais. Ici, avec Holy Land, qui fait partie de la première catégorie, nous avons droit à du power metal hyper burné, à classer entre Wizard et Brainstorm. Le groupe, fondé en 1996 par Fabio Binarelli et Tommaso Dettori, est bourré de talent et le niveau de jeu des zicos est ici trés élevé, presque professionnel! C’est un excellent point lorsque l’on sort un premier EP, tel ce ‘Everything Comes From The Pain‘, dont la production et les compos sont tout simplement excitantes : un son clair et heavy avec des chansons plutôt rentre-dedans. Bon, l’originalité n’est pas trop là dans ces 3 supers titres, mais, en même temps, les italiens ne cherchent pas vraiment à innover, mais plutôt à garder leur propre identité et à faire ce qu’ils aiment. Ceci est une grande qualité dans la mesure où la plupart des groupes ne restent pas eux-mêmes, accrochés à leurs racines…C’est exactement cela qui donne plus de caractére à Holy Land : l’honnêteté dans leur démarche et dans leur écriture. Outre cela, les trois morceaux (l’épique “Your Age In A Mirror” et les botteurs de fesse “Judgements Zero” et “Strange World”) sont de véritables rouleaux compresseurs, lourds, rapides et agressifs, éléments décisifs dont les métalheads raffolent, particulièrement en concert. Pour l’anecdote, le groupe s’est créé une solide réputation de groupe de scéne en Italie, notamment en Toscane, leur région natale. Comme le groupe Burning Black, lui aussi italien, Holy Land gagne en assurance et en puissance, et commence à voir son talent reconnu : Holy Land participera au BY Festival en Bulgarie en septembre prochain! Nous leur souhaitons bonne chance! La reléve du métal semble assurée avec Holy Land…

Ador Dorath : SymbolsPour ceux qui ne connaissent pas, voici le second album du groupe tchèque Ador Dorath, qui évolue dans un registre dark/death atmosphèrique particulièrement séduisant. En effet, ‘Symbols‘ est un album subtile, racé et élégant. Distillant de fines mélodies vocales en les mélangeant avec l’agressivité caractéristique du death, le combo a su renouveler et rafraîchir un genre saturé par un nombre incalculable de formations plus ou moins établies, telles que Sirenia, Tristania ou After Forever, pour ne citer qu’elles parmi tant d’autres. Le talent des tchèques s’entend à travers les neuf titres qui composent ce disque. D’ailleurs, l’adage tchèque “tel tchèque tel musicien” se confirme sur ces titres, qui ont une grande intensité musicale. Le chant de Lenka Machova est d’une rare beauté et le niveau des musiciens est assez phénoménal. Chaque titre posséde sa propre identité, aucune présence d’une désagréable linéarité, aucune pause : tout est si bien réalisé que nous avons l’impression de flotter sur un nuage. Outre les morceaux “classiques”, nous retrouvons aussi des titres plus contemporains avec des samples un peu “technoïdes” et des claviers futuristes (notamment sur “Mountain”). Il y en a pour tous les goûts : compos rapides et heavy (“Rosa”, “Vitriol”) ou plus lentes et calmes(“Desert”). N’étant pas un grand fan de ce style de musique, je dois reconnaître qu’Ador Dorath m’a fait une excellente impression et que ‘Symbols‘ est un album qu’il est important de désigner comme un des albums de l’année de la scéne dark atmosphérique. Il est superbe, malgré certaines erreurs minimes de jeunesse, qui n’effacent pas les qualités intrinsèques de ce disque. Le groupe est bien parti pour traverser les frontières européennes.

Madder Mortem : DesiderataRevoilà les norvégiens avec un album naviguant entre gothic et heavy/doom. Et comme d’habitude, ils ne font rien comme les autres. En effet, l’ensemble de leur nouvel album, le trés noir ‘Desiderata‘, combine rythmiques saccadées propres au power/thrash avec des riffs et une ligne de chant quelque peu désaccordés, décalés. Il s’agit là, vous en conviendrez, d’un point d’originalité inéluctable. Car, à mille lieues de Lacuna Coil, Evanescence, Nightwish et consorts, Madder Mortem améne une pointe d’agressivité que le groupe parséme par-ci par-là en n’oubliant, toutefois, pas les subtiles mélodies ténébreuses et les rugissements brutaux propres au gothic, comme en témoigne, par exemple, le titre “M For Malice“, bien rentre dedans. Les claviers, comme si cela ne suffisait pas, rajoutent une atmosphère indubitablement glauque, qui fait baisser la température ambiante d’une vingtaine de degrés. Il y a quand même une certaine lueur qui se dégage de l’album, grâce au joli timbre de voix de la vocaliste Agnete. L’impression que son organe vocal nous donne est celui d’un espoir déçu mais qui renaît de ses cendres…Le son est exceptionnellement clair et heavy pour une telle production, ce qui est également une bonne surprise. Ce ‘Desiderata‘ est un trés bon album, à ranger avec le ‘Souvenirs’ de The Gathering et les productions dark/doom actuelles. C’est un disque trés plaisant qui ne s’apprivoise, néanmoins, qu’aprés plusieurs écoutes, ceci pour laisser le temps à l’oreille de s’habituer à la musique un peu chaotique des norvégiens. Rares sont les productions comme celle-ci qui donnent autant de plaisir, aujourd’hui…

Time Requiem : Optical IllusionAprés 2 longues années d’une attente insupportable, voici enfin le nouvel album du groupe du claviériste suédois virtuose, Richard Andersson. Et comme toujours, nous pouvons nous régaler avec un métal néo-classique de trés trés haute facture! En effet, on hallucine vraiment en écoutant les 9 titres qui composent cet ‘Optical Illusion‘ : tout le disque respire le talent et la virtuosité. Aucun temps mort, aucun titre de remplissage, aucune faiblesse. Il s’agit d’une chose trés rare sur des albums de métal : toutes les chansons sont fraîches et endurantes. La célérité et l’émotion sont au rendez-vous. Ceci dit, rien ne ressemble plus à du néo-classique que du néo-classique, malgré les quelques accents prog’ qui ponctuent le disque de ci de là, et qui lui conférent une certaine pointe d’originalité…Tour à tour, on se remémorre Dream Theater, Symphony X,

Cronian : TerraVoilà un album bien surprenant! En effet, le premier album du projet Cronian fondé par deux musiciens de deux groupes majeurs de la scéne Black nordique, j’ai nommé Oystein G. Brun et Mr. V, appartenant respectivement à Borknagar et Vintersorg, l’atmosphèrique ‘Terria’ est un album possédant différentes facettes qui se rassemblent en une seule et même musique, bien que celle-ci soit variée et métissée. Ce qui étonne le plus, c’est ce mélange somptueux de subtiles mélodies avec le grondement démoniaque. Comment un mixage pareil peut donner un aussi beau résultat? Nous ne connaîtrons probablement jamais la recette, mais une chose est sûre : derrière tout cela se cache un véritable talent de composition et d’interprétation, ainsi qu’un travail acharné de plus de 5 ans!! Ce qui frappe également l’auditeur à la première écoute, c’est le son : trés moderne, il fait néanmoins ressortir les influences “classiques” des deux musiciens. Tour à tour, on pense à Bathory et à Darkthrone, à Dimmu Borgir ou même aux groupes de Death made in Sweden (In Flames, Dark Tranquillity, Arch Enemy) pour les atmosphères aux claviers et les samples synthétiques. Ceci dit, le combo garde sa propre patte en apportant des éléments personnels novateurs. Finalement, chaque morceau de cet album fait progresser le métal d’une ou deux décénnies, tout en restant trés actuel. Les 9 titres sont d’une rare intensité, à la fois symphoniques, atmosphèriques et énergiques, une aura “dramatique” s’en dégageant. Cet album prône, malgré les vocalises hargneuses, une paix de l’âme et nous améne dans un voyage terrestre et philosophique trés plaisant. Cet hommage à notre Mére Gaïa est un témoignage émouvant de ce que des musiciens peuvent créer pour raconter l’histoire mouvementée de notre planète.

Doro : Warrior SoulAprés une année 2005 trés riche en événements et en sorties plus ou moins dispensables, la belle teutonne nous revient en 2006 avec un nouvel opus intitulé ‘Warrior Soul‘, comme le film dans lequel elle va apparaître à l’écran, incarnant une guerrière de la préhistoire. Ce nouvel album n’apporte quasiment rien de neuf dans le répertoire de la chanteuse : nous avons toujours droit à un heavy metal à la sauce 80’s, tout simplement ce que Doro sait faire de mieux. Et ce ne sont pas les die-hard fans qui vont s’en plaindre, bien au contraire! D’ailleurs, votre serviteur non plus. Sauf que le disque pêche (Pesch? :-p) au niveau de l’originalité et on a, donc, aprés deux ou trois écoutes, vite fait le tour de ‘Warrior Soul‘. Mais, cela n’enlève pas l’infini plaisir d’entendre en boucle les trés entraînants “You’re My Family”, “Haunted Heart“, “Strangers Yesterday”, “Thunderspell”, “Above The Doro“, etc…qui sont tous des brûlots! Puissance, mélodies, guitares, refrains efficaces, mais surtout, l’élément principal, la voix rocailleuse de Doro : tout un ensemble d’éléments qui donnent de la substance à ce disque enchanteur. Alors, bien sûr que cet album est un désormais classique, mais, c’est oublier les quelques titres, frais et émouvants, qui ponctuent ‘Warrior Soul‘ : les ballades “Shine On” et “In Liebe Und Freundschaft” et l’épique, calme et lent “Warrior Soul“. Certains diront toujours que Doro est dépassée, que sa musique est devenue vieux-jeu et qu’elle devrait raccrocher son costume en cuir et son micro au vestiaire, mais ils ne pourront lui enlever deux choses : l’honnêteté et le coeur qu’elle met dans sa musique, qualités qui manquent à beaucoup. Ceux-là devraient se taire, mettre la sono à fond et écouter cet album survitaminé! Doro est de retour et bien décidée à défendre le heavy metal, corps et âme! Warriiiiiooooooor Sooouuuul…

Doro : Warrior Soul

Category: Uncategorized | Leave a Comment

Doro : Warrior SoulAprés une année 2005 trés riche en événements et en sorties plus ou moins dispensables, la belle teutonne nous revient en 2006 avec un nouvel opus intitulé ‘Warrior Soul‘, comme le film dans lequel elle va apparaître à l’écran, incarnant une guerrière de la préhistoire. Ce nouvel album n’apporte quasiment rien de neuf dans le répertoire de la chanteuse : nous avons toujours droit à un heavy metal à la sauce 80’s, tout simplement ce que Doro sait faire de mieux. Et ce ne sont pas les die-hard fans qui vont s’en plaindre, bien au contraire! D’ailleurs, votre serviteur non plus. Sauf que le disque pêche (Pesch? :-p) au niveau de l’originalité et on a, donc, aprés deux ou trois écoutes, vite fait le tour de ‘Warrior Soul‘. Mais, cela n’enlève pas l’infini plaisir d’entendre en boucle les trés entraînants “You’re My Family”, “Haunted Heart“, “Strangers Yesterday”, “Thunderspell”, “Above The Doro“, etc…qui sont tous des brûlots! Puissance, mélodies, guitares, refrains efficaces, mais surtout, l’élément principal, la voix rocailleuse de Doro : tout un ensemble d’éléments qui donnent de la substance à ce disque enchanteur. Alors, bien sûr que cet album est un désormais classique, mais, c’est oublier les quelques titres, frais et émouvants, qui ponctuent ‘Warrior Soul‘ : les ballades “Shine On” et “In Liebe Und Freundschaft” et l’épique, calme et lent “Warrior Soul“. Certains diront toujours que Doro est dépassée, que sa musique est devenue vieux-jeu et qu’elle devrait raccrocher son costume en cuir et son micro au vestiaire, mais ils ne pourront lui enlever deux choses : l’honnêteté et le coeur qu’elle met dans sa musique, qualités qui manquent à beaucoup. Ceux-là devraient se taire, mettre la sono à fond et écouter cet album survitaminé! Doro est de retour et bien décidée à défendre le heavy metal, corps et âme! Warriiiiiooooooor Sooouuuul…

Doro : Warrior Soul

Category: Uncategorized | Leave a Comment

Doro : Warrior SoulAprés une année 2005 trés riche en événements et en sorties plus ou moins dispensables, la belle teutonne nous revient en 2006 avec un nouvel opus intitulé ‘Warrior Soul‘, comme le film dans lequel elle va apparaître à l’écran, incarnant une guerrière de la préhistoire. Ce nouvel album n’apporte quasiment rien de neuf dans le répertoire de la chanteuse : nous avons toujours droit à un heavy metal à la sauce 80’s, tout simplement ce que Doro sait faire de mieux. Et ce ne sont pas les die-hard fans qui vont s’en plaindre, bien au contraire! D’ailleurs, votre serviteur non plus. Sauf que le disque pêche (Pesch? :-p) au niveau de l’originalité et on a, donc, aprés deux ou trois écoutes, vite fait le tour de ‘Warrior Soul‘. Mais, cela n’enlève pas l’infini plaisir d’entendre en boucle les trés entraînants “You’re My Family”, “Haunted Heart“, “Strangers Yesterday”, “Thunderspell”, “Above The Doro“, etc…qui sont tous des brûlots! Puissance, mélodies, guitares, refrains efficaces, mais surtout, l’élément principal, la voix rocailleuse de Doro : tout un ensemble d’éléments qui donnent de la substance à ce disque enchanteur. Alors, bien sûr que cet album est un désormais classique, mais, c’est oublier les quelques titres, frais et émouvants, qui ponctuent ‘Warrior Soul‘ : les ballades “Shine On” et “In Liebe Und Freundschaft” et l’épique, calme et lent “Warrior Soul“. Certains diront toujours que Doro est dépassée, que sa musique est devenue vieux-jeu et qu’elle devrait raccrocher son costume en cuir et son micro au vestiaire, mais ils ne pourront lui enlever deux choses : l’honnêteté et le coeur qu’elle met dans sa musique, qualités qui manquent à beaucoup. Ceux-là devraient se taire, mettre la sono à fond et écouter cet album survitaminé! Doro est de retour et bien décidée à défendre le heavy metal, corps et âme! Warriiiiiooooooor Sooouuuul…

Doro : Warrior Soul

Category: Uncategorized | Leave a Comment

Doro : Warrior SoulAprés une année 2005 trés riche en événements et en sorties plus ou moins dispensables, la belle teutonne nous revient en 2006 avec un nouvel opus intitulé ‘Warrior Soul‘, comme le film dans lequel elle va apparaître à l’écran, incarnant une guerrière de la préhistoire. Ce nouvel album n’apporte quasiment rien de neuf dans le répertoire de la chanteuse : nous avons toujours droit à un heavy metal à la sauce 80’s, tout simplement ce que Doro sait faire de mieux. Et ce ne sont pas les die-hard fans qui vont s’en plaindre, bien au contraire! D’ailleurs, votre serviteur non plus. Sauf que le disque pêche (Pesch? :-p) au niveau de l’originalité et on a, donc, aprés deux ou trois écoutes, vite fait le tour de ‘Warrior Soul‘. Mais, cela n’enlève pas l’infini plaisir d’entendre en boucle les trés entraînants “You’re My Family”, “Haunted Heart“, “Strangers Yesterday”, “Thunderspell”, “Above The Doro“, etc…qui sont tous des brûlots! Puissance, mélodies, guitares, refrains efficaces, mais surtout, l’élément principal, la voix rocailleuse de Doro : tout un ensemble d’éléments qui donnent de la substance à ce disque enchanteur. Alors, bien sûr que cet album est un désormais classique, mais, c’est oublier les quelques titres, frais et émouvants, qui ponctuent ‘Warrior Soul‘ : les ballades “Shine On” et “In Liebe Und Freundschaft” et l’épique, calme et lent “Warrior Soul“. Certains diront toujours que Doro est dépassée, que sa musique est devenue vieux-jeu et qu’elle devrait raccrocher son costume en cuir et son micro au vestiaire, mais ils ne pourront lui enlever deux choses : l’honnêteté et le coeur qu’elle met dans sa musique, qualités qui manquent à beaucoup. Ceux-là devraient se taire, mettre la sono à fond et écouter cet album survitaminé! Doro est de retour et bien décidée à défendre le heavy metal, corps et âme! Warriiiiiooooooor Sooouuuul…

EXIT : Past or Future?Le hard rock en France n’a pas vraiment pignon sur rue, même si des groupes de qualité défendent encore coeurs et âmes le flambeau du style que nous chérissons tant. Malheureusement, ils ne sont pas si nombreux que cela, laissant la primeur du nombre aux combos de death, de black et de hardcore. Néanmoins, les réprésentants qui évoluent dans le “rock dur” s’efforcent de démontrer tout leur talent à travers des compositions efficaces et directes, plus ou moins inspirées par la scéne nord-américaine. C’est, notamment, le cas d’E.X.I.T., qui vient de sortir un bon album, intitulé ‘Past or Future???’, et qui, avec 11 titres (+ une intro, “Venusia”, et une outro, “Midi Tim”) apporte une certaine fraîcheur au style, même s’il ne le révolutionne pas vraiment. Dés le premier titre, on ressent la volonté du groupe à apporter une touche de nouveauté dans le hard rock francophone, avec, par exemple, l’utilisation de samples discrets ou le mélange de lyrics en anglais (“Past or Future??”, “Stay”, “Mr Mister”, “Evolution“, “Come To You”, “Wizard“) et en français (“Zeus“, “Partir”, “Planéte Rouge”, “Un Monde Meilleur”), ce qui procure au groupe, une certaine prestance internationale. Vous allez me dire que la langue de Shakespeare sied beaucoup mieux au métal que celle de Molière. Et vous aurez raison, car, en effet, les titres du groupe les plus puissants et les mieux écrits sont ceux qui sont interprétés en anglais. De plus, ce sont ces titres-là qui sont le mieux magnifiés avec un son plus puissant et moins risible, car à la fois plus clair et plus heavy. C’est le gros probléme des groupes français : la production. Outre cela, le groupe semble avoir beaucoup appris de ses aînés et joue avec le coeur. On retrouve sur cet album une dualité qui fait défaut à nombre de groupes frenchies : les mélodies classiques du hard et une atmosphère de modernité. D’ailleurs, le titre est explicite à sujet : E.X.I.T. navigue-t’il entre passé et futur? Il n’y a aucun doute à avoir là-dessus. Le groupe est un voyageur musical du temps. Le quintet est vraiment inspiré et il n’y aucune fausse note sur cet opus, à part le son qui se révéle être faiblard et sans aucune expression de relief. Mais, ce n’est qu’une petite goutte dans l’océan de talent du groupe, et il ne faut pas négliger ce talent. E.X.I.T. mérite toute votre attention!

keep looking »