Iron Maiden (UK-1) : A Matter of Life and DeathLes différentes critiques nous ont dit que ce nouvel album de la Vierge de Fer risquait de faire un carnage.Personnellement, je dois avouer qu’aprés quelques écoutes attentives de ce nouvel opus des britanniques, je n’arrive, malheureusement, pas à accrocher à certaines nouvelles chansons. C’est le cas, notamment, de “Lord Of Light” ou, encore, “The Legacy“, qui bien qu’étant de bonne chansons, n’arrivent vraiment pas à égaler, au hasard, “Fallen Angels”, “Dance of Death” et “Paschendale”. Leur qualité INTrinséque n’est pas assez élevée pour prétendre concurrencer les morceaux sus-cités présents sur les albums précédents. Ces deux titres, en particulier, baissent d’un ton le niveau extrêmement haut de ‘A Matter of Life and Death‘.

Mis à part ces deux petites erreurs, le groupe nous a concocté-là un album splendide, magnifié par des compositions telles que “These Colours Don’t Run”, “Brighter Than A Thousand Suns”, la pièce maîtresse de AMOLAD en “The Longest Day”, très sombre et heavy, et “For The Greater Good Of God“, superbement INTerprétée. Les qautres autres titres, “Different World“, “Out Of The Shadows”, “The Pilgrim” et “The Reincarnation Of The Benjamin Breeg”, elles aussi s’en sortent avec brio. Maiden a évolué de façon explicite vers un aspect progressif, qui se caractérise par de nombreuses parties au sein des morceaux, des expérimentations “sonores”, grâce à l’adjonction d’un effet vocal expérimental sur “Lord Of Light” ou des orchestrations infiniment plus subtiles et mieux arrangées que sur ‘Dance of Death‘.

AMOLAD est un disque trés équilibré entre morceaux directs et puissants et chansons épiques et plus calmes. L’atmosphère semble assez noire, mais, si l’on prête une oreille attentive à l’ensemble des nouveaux morceaux, on s’aperçoit qu’il y a une vision bien plus positive qu’il n’y paraît.

En résumé, Iron Maiden a eu une véritable vague d’inspiration et ce 14éme album représente parfaitement la nouvelle facette de notre sextet préféré, celle instaurée en 1999 lors du retour de Bruce Dickinson et d’Adrian Smith en ses rangs. Rassurons-nous, si Maiden vieillit un peu, il se bonifie au fil du temps, tel un excellent millésime bordelais. Iron Maiden est définitivement le meilleur groupe de la scéne heavy metal. Respect!

Iron Maiden (UK-1) : A Matter of Life and DeathLes différentes critiques nous ont dit que ce nouvel album de la Vierge de Fer risquait de faire un carnage.Personnellement, je dois avouer qu’aprés quelques écoutes attentives de ce nouvel opus des britanniques, je n’arrive, malheureusement, pas à accrocher à certaines nouvelles chansons. C’est le cas, notamment, de “Lord Of Light” ou, encore, “The Legacy“, qui bien qu’étant de bonne chansons, n’arrivent vraiment pas à égaler, au hasard, “Fallen Angels”, “Dance of Death” et “Paschendale”. Leur qualité INTrinséque n’est pas assez élevée pour prétendre concurrencer les morceaux sus-cités présents sur les albums précédents. Ces deux titres, en particulier, baissent d’un ton le niveau extrêmement haut de ‘A Matter of Life and Death‘.

Mis à part ces deux petites erreurs, le groupe nous a concocté-là un album splendide, magnifié par des compositions telles que “These Colours Don’t Run”, “Brighter Than A Thousand Suns”, la pièce maîtresse de AMOLAD en “The Longest Day”, très sombre et heavy, et “For The Greater Good Of God“, superbement INTerprétée. Les qautres autres titres, “Different World“, “Out Of The Shadows”, “The Pilgrim” et “The Reincarnation Of The Benjamin Breeg”, elles aussi s’en sortent avec brio. Maiden a évolué de façon explicite vers un aspect progressif, qui se caractérise par de nombreuses parties au sein des morceaux, des expérimentations “sonores”, grâce à l’adjonction d’un effet vocal expérimental sur “Lord Of Light” ou des orchestrations infiniment plus subtiles et mieux arrangées que sur ‘Dance of Death‘.

AMOLAD est un disque trés équilibré entre morceaux directs et puissants et chansons épiques et plus calmes. L’atmosphère semble assez noire, mais, si l’on prête une oreille attentive à l’ensemble des nouveaux morceaux, on s’aperçoit qu’il y a une vision bien plus positive qu’il n’y paraît.

En résumé, Iron Maiden a eu une véritable vague d’inspiration et ce 14éme album représente parfaitement la nouvelle facette de notre sextet préféré, celle instaurée en 1999 lors du retour de Bruce Dickinson et d’Adrian Smith en ses rangs. Rassurons-nous, si Maiden vieillit un peu, il se bonifie au fil du temps, tel un excellent millésime bordelais. Iron Maiden est définitivement le meilleur groupe de la scéne heavy metal. Respect!

Iron Maiden (UK-1) : A Matter of Life and DeathLes différentes critiques nous ont dit que ce nouvel album de la Vierge de Fer risquait de faire un carnage.Personnellement, je dois avouer qu’aprés quelques écoutes attentives de ce nouvel opus des britanniques, je n’arrive, malheureusement, pas à accrocher à certaines nouvelles chansons. C’est le cas, notamment, de “Lord Of Light” ou, encore, “The Legacy“, qui bien qu’étant de bonne chansons, n’arrivent vraiment pas à égaler, au hasard, “Fallen Angels”, “Dance of Death” et “Paschendale”. Leur qualité INTrinséque n’est pas assez élevée pour prétendre concurrencer les morceaux sus-cités présents sur les albums précédents. Ces deux titres, en particulier, baissent d’un ton le niveau extrêmement haut de ‘A Matter of Life and Death‘.

Mis à part ces deux petites erreurs, le groupe nous a concocté-là un album splendide, magnifié par des compositions telles que “These Colours Don’t Run”, “Brighter Than A Thousand Suns”, la pièce maîtresse de AMOLAD en “The Longest Day”, très sombre et heavy, et “For The Greater Good Of God“, superbement INTerprétée. Les qautres autres titres, “Different World“, “Out Of The Shadows”, “The Pilgrim” et “The Reincarnation Of The Benjamin Breeg”, elles aussi s’en sortent avec brio. Maiden a évolué de façon explicite vers un aspect progressif, qui se caractérise par de nombreuses parties au sein des morceaux, des expérimentations “sonores”, grâce à l’adjonction d’un effet vocal expérimental sur “Lord Of Light” ou des orchestrations infiniment plus subtiles et mieux arrangées que sur ‘Dance of Death‘.

AMOLAD est un disque trés équilibré entre morceaux directs et puissants et chansons épiques et plus calmes. L’atmosphère semble assez noire, mais, si l’on prête une oreille attentive à l’ensemble des nouveaux morceaux, on s’aperçoit qu’il y a une vision bien plus positive qu’il n’y paraît.

En résumé, Iron Maiden a eu une véritable vague d’inspiration et ce 14éme album représente parfaitement la nouvelle facette de notre sextet préféré, celle instaurée en 1999 lors du retour de Bruce Dickinson et d’Adrian Smith en ses rangs. Rassurons-nous, si Maiden vieillit un peu, il se bonifie au fil du temps, tel un excellent millésime bordelais. Iron Maiden est définitivement le meilleur groupe de la scéne heavy metal. Respect!

Iron Maiden (UK-1) : A Matter of Life and DeathLes différentes critiques nous ont dit que ce nouvel album de la Vierge de Fer risquait de faire un carnage.Personnellement, je dois avouer qu’aprés quelques écoutes attentives de ce nouvel opus des britanniques, je n’arrive, malheureusement, pas à accrocher à certaines nouvelles chansons. C’est le cas, notamment, de “Lord Of Light” ou, encore, “The Legacy“, qui bien qu’étant de bonne chansons, n’arrivent vraiment pas à égaler, au hasard, “Fallen Angels”, “Dance of Death” et “Paschendale”. Leur qualité INTrinséque n’est pas assez élevée pour prétendre concurrencer les morceaux sus-cités présents sur les albums précédents. Ces deux titres, en particulier, baissent d’un ton le niveau extrêmement haut de ‘A Matter of Life and Death‘.

Mis à part ces deux petites erreurs, le groupe nous a concocté-là un album splendide, magnifié par des compositions telles que “These Colours Don’t Run”, “Brighter Than A Thousand Suns”, la pièce maîtresse de AMOLAD en “The Longest Day”, très sombre et heavy, et “For The Greater Good Of God“, superbement INTerprétée. Les qautres autres titres, “Different World“, “Out Of The Shadows”, “The Pilgrim” et “The Reincarnation Of The Benjamin Breeg”, elles aussi s’en sortent avec brio. Maiden a évolué de façon explicite vers un aspect progressif, qui se caractérise par de nombreuses parties au sein des morceaux, des expérimentations “sonores”, grâce à l’adjonction d’un effet vocal expérimental sur “Lord Of Light” ou des orchestrations infiniment plus subtiles et mieux arrangées que sur ‘Dance of Death‘.

AMOLAD est un disque trés équilibré entre morceaux directs et puissants et chansons épiques et plus calmes. L’atmosphère semble assez noire, mais, si l’on prête une oreille attentive à l’ensemble des nouveaux morceaux, on s’aperçoit qu’il y a une vision bien plus positive qu’il n’y paraît.

En résumé, Iron Maiden a eu une véritable vague d’inspiration et ce 14éme album représente parfaitement la nouvelle facette de notre sextet préféré, celle instaurée en 1999 lors du retour de Bruce Dickinson et d’Adrian Smith en ses rangs. Rassurons-nous, si Maiden vieillit un peu, il se bonifie au fil du temps, tel un excellent millésime bordelais. Iron Maiden est définitivement le meilleur groupe de la scéne heavy metal. Respect!

Iron Maiden (UK-1) : A Matter of Life and DeathLes différentes critiques nous ont dit que ce nouvel album de la Vierge de Fer risquait de faire un carnage.Personnellement, je dois avouer qu’aprés quelques écoutes attentives de ce nouvel opus des britanniques, je n’arrive, malheureusement, pas à accrocher à certaines nouvelles chansons. C’est le cas, notamment, de “Lord Of Light” ou, encore, “The Legacy“, qui bien qu’étant de bonne chansons, n’arrivent vraiment pas à égaler, au hasard, “Fallen Angels”, “Dance of Death” et “Paschendale”. Leur qualité INTrinséque n’est pas assez élevée pour prétendre concurrencer les morceaux sus-cités présents sur les albums précédents. Ces deux titres, en particulier, baissent d’un ton le niveau extrêmement haut de ‘A Matter of Life and Death‘.

Mis à part ces deux petites erreurs, le groupe nous a concocté-là un album splendide, magnifié par des compositions telles que “These Colours Don’t Run”, “Brighter Than A Thousand Suns”, la pièce maîtresse de AMOLAD en “The Longest Day”, très sombre et heavy, et “For The Greater Good Of God“, superbement INTerprétée. Les qautres autres titres, “Different World“, “Out Of The Shadows”, “The Pilgrim” et “The Reincarnation Of The Benjamin Breeg”, elles aussi s’en sortent avec brio. Maiden a évolué de façon explicite vers un aspect progressif, qui se caractérise par de nombreuses parties au sein des morceaux, des expérimentations “sonores”, grâce à l’adjonction d’un effet vocal expérimental sur “Lord Of Light” ou des orchestrations infiniment plus subtiles et mieux arrangées que sur ‘Dance of Death‘.

AMOLAD est un disque trés équilibré entre morceaux directs et puissants et chansons épiques et plus calmes. L’atmosphère semble assez noire, mais, si l’on prête une oreille attentive à l’ensemble des nouveaux morceaux, on s’aperçoit qu’il y a une vision bien plus positive qu’il n’y paraît.

En résumé, Iron Maiden a eu une véritable vague d’inspiration et ce 14éme album représente parfaitement la nouvelle facette de notre sextet préféré, celle instaurée en 1999 lors du retour de Bruce Dickinson et d’Adrian Smith en ses rangs. Rassurons-nous, si Maiden vieillit un peu, il se bonifie au fil du temps, tel un excellent millésime bordelais. Iron Maiden est définitivement le meilleur groupe de la scéne heavy metal. Respect!

Iron Maiden (UK-1) : A Matter of Life and DeathLes différentes critiques nous ont dit que ce nouvel album de la Vierge de Fer risquait de faire un carnage.Personnellement, je dois avouer qu’aprés quelques écoutes attentives de ce nouvel opus des britanniques, je n’arrive, malheureusement, pas à accrocher à certaines nouvelles chansons. C’est le cas, notamment, de “Lord Of Light” ou, encore, “The Legacy“, qui bien qu’étant de bonne chansons, n’arrivent vraiment pas à égaler, au hasard, “Fallen Angels”, “Dance of Death” et “Paschendale”. Leur qualité INTrinséque n’est pas assez élevée pour prétendre concurrencer les morceaux sus-cités présents sur les albums précédents. Ces deux titres, en particulier, baissent d’un ton le niveau extrêmement haut de ‘A Matter of Life and Death‘.

Mis à part ces deux petites erreurs, le groupe nous a concocté-là un album splendide, magnifié par des compositions telles que “These Colours Don’t Run”, “Brighter Than A Thousand Suns”, la pièce maîtresse de AMOLAD en “The Longest Day”, très sombre et heavy, et “For The Greater Good Of God“, superbement INTerprétée. Les qautres autres titres, “Different World“, “Out Of The Shadows”, “The Pilgrim” et “The Reincarnation Of The Benjamin Breeg”, elles aussi s’en sortent avec brio. Maiden a évolué de façon explicite vers un aspect progressif, qui se caractérise par de nombreuses parties au sein des morceaux, des expérimentations “sonores”, grâce à l’adjonction d’un effet vocal expérimental sur “Lord Of Light” ou des orchestrations infiniment plus subtiles et mieux arrangées que sur ‘Dance of Death‘.

AMOLAD est un disque trés équilibré entre morceaux directs et puissants et chansons épiques et plus calmes. L’atmosphère semble assez noire, mais, si l’on prête une oreille attentive à l’ensemble des nouveaux morceaux, on s’aperçoit qu’il y a une vision bien plus positive qu’il n’y paraît.

En résumé, Iron Maiden a eu une véritable vague d’inspiration et ce 14éme album représente parfaitement la nouvelle facette de notre sextet préféré, celle instaurée en 1999 lors du retour de Bruce Dickinson et d’Adrian Smith en ses rangs. Rassurons-nous, si Maiden vieillit un peu, il se bonifie au fil du temps, tel un excellent millésime bordelais. Iron Maiden est définitivement le meilleur groupe de la scéne heavy metal. Respect!

Iron Maiden (UK-1) : A Matter of Life and DeathLes différentes critiques nous ont dit que ce nouvel album de la Vierge de Fer risquait de faire un carnage.Personnellement, je dois avouer qu’aprés quelques écoutes attentives de ce nouvel opus des britanniques, je n’arrive, malheureusement, pas à accrocher à certaines nouvelles chansons. C’est le cas, notamment, de “Lord Of Light” ou, encore, “The Legacy“, qui bien qu’étant de bonne chansons, n’arrivent vraiment pas à égaler, au hasard, “Fallen Angels”, “Dance of Death” et “Paschendale”. Leur qualité INTrinséque n’est pas assez élevée pour prétendre concurrencer les morceaux sus-cités présents sur les albums précédents. Ces deux titres, en particulier, baissent d’un ton le niveau extrêmement haut de ‘A Matter of Life and Death‘.

Mis à part ces deux petites erreurs, le groupe nous a concocté-là un album splendide, magnifié par des compositions telles que “These Colours Don’t Run”, “Brighter Than A Thousand Suns”, la pièce maîtresse de AMOLAD en “The Longest Day”, très sombre et heavy, et “For The Greater Good Of God“, superbement INTerprétée. Les qautres autres titres, “Different World“, “Out Of The Shadows”, “The Pilgrim” et “The Reincarnation Of The Benjamin Breeg”, elles aussi s’en sortent avec brio. Maiden a évolué de façon explicite vers un aspect progressif, qui se caractérise par de nombreuses parties au sein des morceaux, des expérimentations “sonores”, grâce à l’adjonction d’un effet vocal expérimental sur “Lord Of Light” ou des orchestrations infiniment plus subtiles et mieux arrangées que sur ‘Dance of Death‘.

AMOLAD est un disque trés équilibré entre morceaux directs et puissants et chansons épiques et plus calmes. L’atmosphère semble assez noire, mais, si l’on prête une oreille attentive à l’ensemble des nouveaux morceaux, on s’aperçoit qu’il y a une vision bien plus positive qu’il n’y paraît.

En résumé, Iron Maiden a eu une véritable vague d’inspiration et ce 14éme album représente parfaitement la nouvelle facette de notre sextet préféré, celle instaurée en 1999 lors du retour de Bruce Dickinson et d’Adrian Smith en ses rangs. Rassurons-nous, si Maiden vieillit un peu, il se bonifie au fil du temps, tel un excellent millésime bordelais. Iron Maiden est définitivement le meilleur groupe de la scéne heavy metal. Respect!

Iron Maiden (UK-1) : A Matter of Life and DeathLes différentes critiques nous ont dit que ce nouvel album de la Vierge de Fer risquait de faire un carnage.Personnellement, je dois avouer qu’aprés quelques écoutes attentives de ce nouvel opus des britanniques, je n’arrive, malheureusement, pas à accrocher à certaines nouvelles chansons. C’est le cas, notamment, de “Lord Of Light” ou, encore, “The Legacy“, qui bien qu’étant de bonne chansons, n’arrivent vraiment pas à égaler, au hasard, “Fallen Angels”, “Dance of Death” et “Paschendale”. Leur qualité INTrinséque n’est pas assez élevée pour prétendre concurrencer les morceaux sus-cités présents sur les albums précédents. Ces deux titres, en particulier, baissent d’un ton le niveau extrêmement haut de ‘A Matter of Life and Death‘.

Mis à part ces deux petites erreurs, le groupe nous a concocté-là un album splendide, magnifié par des compositions telles que “These Colours Don’t Run”, “Brighter Than A Thousand Suns”, la pièce maîtresse de AMOLAD en “The Longest Day”, très sombre et heavy, et “For The Greater Good Of God“, superbement INTerprétée. Les qautres autres titres, “Different World“, “Out Of The Shadows”, “The Pilgrim” et “The Reincarnation Of The Benjamin Breeg”, elles aussi s’en sortent avec brio. Maiden a évolué de façon explicite vers un aspect progressif, qui se caractérise par de nombreuses parties au sein des morceaux, des expérimentations “sonores”, grâce à l’adjonction d’un effet vocal expérimental sur “Lord Of Light” ou des orchestrations infiniment plus subtiles et mieux arrangées que sur ‘Dance of Death‘.

AMOLAD est un disque trés équilibré entre morceaux directs et puissants et chansons épiques et plus calmes. L’atmosphère semble assez noire, mais, si l’on prête une oreille attentive à l’ensemble des nouveaux morceaux, on s’aperçoit qu’il y a une vision bien plus positive qu’il n’y paraît.

En résumé, Iron Maiden a eu une véritable vague d’inspiration et ce 14éme album représente parfaitement la nouvelle facette de notre sextet préféré, celle instaurée en 1999 lors du retour de Bruce Dickinson et d’Adrian Smith en ses rangs. Rassurons-nous, si Maiden vieillit un peu, il se bonifie au fil du temps, tel un excellent millésime bordelais. Iron Maiden est définitivement le meilleur groupe de la scéne heavy metal. Respect!

Iron Maiden (UK-1) : A Matter of Life and DeathLes différentes critiques nous ont dit que ce nouvel album de la Vierge de Fer risquait de faire un carnage.Personnellement, je dois avouer qu’aprés quelques écoutes attentives de ce nouvel opus des britanniques, je n’arrive, malheureusement, pas à accrocher à certaines nouvelles chansons. C’est le cas, notamment, de “Lord Of Light” ou, encore, “The Legacy“, qui bien qu’étant de bonne chansons, n’arrivent vraiment pas à égaler, au hasard, “Fallen Angels”, “Dance of Death” et “Paschendale”. Leur qualité INTrinséque n’est pas assez élevée pour prétendre concurrencer les morceaux sus-cités présents sur les albums précédents. Ces deux titres, en particulier, baissent d’un ton le niveau extrêmement haut de ‘A Matter of Life and Death‘.

Mis à part ces deux petites erreurs, le groupe nous a concocté-là un album splendide, magnifié par des compositions telles que “These Colours Don’t Run”, “Brighter Than A Thousand Suns”, la pièce maîtresse de AMOLAD en “The Longest Day”, très sombre et heavy, et “For The Greater Good Of God“, superbement INTerprétée. Les qautres autres titres, “Different World“, “Out Of The Shadows”, “The Pilgrim” et “The Reincarnation Of The Benjamin Breeg”, elles aussi s’en sortent avec brio. Maiden a évolué de façon explicite vers un aspect progressif, qui se caractérise par de nombreuses parties au sein des morceaux, des expérimentations “sonores”, grâce à l’adjonction d’un effet vocal expérimental sur “Lord Of Light” ou des orchestrations infiniment plus subtiles et mieux arrangées que sur ‘Dance of Death‘.

AMOLAD est un disque trés équilibré entre morceaux directs et puissants et chansons épiques et plus calmes. L’atmosphère semble assez noire, mais, si l’on prête une oreille attentive à l’ensemble des nouveaux morceaux, on s’aperçoit qu’il y a une vision bien plus positive qu’il n’y paraît.

En résumé, Iron Maiden a eu une véritable vague d’inspiration et ce 14éme album représente parfaitement la nouvelle facette de notre sextet préféré, celle instaurée en 1999 lors du retour de Bruce Dickinson et d’Adrian Smith en ses rangs. Rassurons-nous, si Maiden vieillit un peu, il se bonifie au fil du temps, tel un excellent millésime bordelais. Iron Maiden est définitivement le meilleur groupe de la scéne heavy metal. Respect!

Iron Maiden (UK-1) : A Matter of Life and DeathLes différentes critiques nous ont dit que ce nouvel album de la Vierge de Fer risquait de faire un carnage.Personnellement, je dois avouer qu’aprés quelques écoutes attentives de ce nouvel opus des britanniques, je n’arrive, malheureusement, pas à accrocher à certaines nouvelles chansons. C’est le cas, notamment, de “Lord Of Light” ou, encore, “The Legacy“, qui bien qu’étant de bonne chansons, n’arrivent vraiment pas à égaler, au hasard, “Fallen Angels”, “Dance of Death” et “Paschendale”. Leur qualité INTrinséque n’est pas assez élevée pour prétendre concurrencer les morceaux sus-cités présents sur les albums précédents. Ces deux titres, en particulier, baissent d’un ton le niveau extrêmement haut de ‘A Matter of Life and Death‘.

Mis à part ces deux petites erreurs, le groupe nous a concocté-là un album splendide, magnifié par des compositions telles que “These Colours Don’t Run”, “Brighter Than A Thousand Suns”, la pièce maîtresse de AMOLAD en “The Longest Day”, très sombre et heavy, et “For The Greater Good Of God“, superbement INTerprétée. Les qautres autres titres, “Different World“, “Out Of The Shadows”, “The Pilgrim” et “The Reincarnation Of The Benjamin Breeg”, elles aussi s’en sortent avec brio. Maiden a évolué de façon explicite vers un aspect progressif, qui se caractérise par de nombreuses parties au sein des morceaux, des expérimentations “sonores”, grâce à l’adjonction d’un effet vocal expérimental sur “Lord Of Light” ou des orchestrations infiniment plus subtiles et mieux arrangées que sur ‘Dance of Death‘.

AMOLAD est un disque trés équilibré entre morceaux directs et puissants et chansons épiques et plus calmes. L’atmosphère semble assez noire, mais, si l’on prête une oreille attentive à l’ensemble des nouveaux morceaux, on s’aperçoit qu’il y a une vision bien plus positive qu’il n’y paraît.

En résumé, Iron Maiden a eu une véritable vague d’inspiration et ce 14éme album représente parfaitement la nouvelle facette de notre sextet préféré, celle instaurée en 1999 lors du retour de Bruce Dickinson et d’Adrian Smith en ses rangs. Rassurons-nous, si Maiden vieillit un peu, il se bonifie au fil du temps, tel un excellent millésime bordelais. Iron Maiden est définitivement le meilleur groupe de la scéne heavy metal. Respect!

keep looking »
  • Calendar

    August 2006
    M T W T F S S
    « Jul   Oct »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031