Jet Trail : Edge of ExistenceLes groupes à chanteuses pullulent, c’est un fait. La plupart évoluent dans un registre plutôt symphonique, tandis qu’une poignée s’évertuent à donner le meilleur d’eux-mêmes dans une musique puissante et directe, tels que Doro ou Beautiful Sin/Virus IV. Et Jet Trail fait partie de cette dernière catégorie. En effet, le groupe de Växjö (Suède) nous propose un métal couillu, rapide et sans chichis, dans la lignée des meilleurs albums de Dio.

D’ailleurs, on peut, sans se couvrir de ridicule, comparer Carolina Lindwall, la vocaliste, au petit chanteur, tant elle a de l’énergie à revendre. On ne dirait pas comme ça, mais, sous ses airs de femme zen et posée, elle cache un côté rebelle et rock’n'roll! Elle possède, en outre, un joli brin de voix qui fait mouche, surtout sur les morceaux les plus heavy (“War Zone”, “Killing Ghosts”, “Dark Night”, “Never Say Never“, “The Unknown”, “The Story Of Marie de France”), où sa voix est parfois proche de celle de Doro Pesch, à cause de certaines intonations quelque peu rugueuses. Néanmoins, les chansons les plus calmes (“Gorham’s Cave”, “Holy Ground”, “Now You!”, “Wanted“, “Snowbirds” folk, la power ballade “Why”) ne sont pas en reste, puisqu’elles reflètent une vrai beauté, notamment, “Why” qui reste la ballade la plus “aboutie”, si l’on peut dire, étant donné que c’est celle-ci qui marque le plus. Le tout est magnifié par une production claire et limpide, pourtant tellement caractéristique du heavy metal des années 80, explicite sur “War Zone”, c’est à dire possèdant une touche vintage. Les 5 musiciens s’en donnent à coeur joie dans des compos de tout intérêt et, sans révolutionner le genre, lui ont apporté quelque chose en plus. Peut-être la fougue de la jeunesse!

Ce ‘Edge of Existence‘ est une pure merveille, destiné à atteindre la sensibilité d’une large frange de metalleux, qui y accrocheront facilement. Aucune miévrerie n’est ici présente, que ce soit au niveau de la musique, même sur les ballades, ou au niveau du chant heavy de la petite dame. Un véritable régal pour les oreilles et un excellent moment : voilà ce qu’est ce disque! S’il y a bien un album de heavy que je pourrais vous conseiller, outre le ‘Genetic Disorder’ de Nightmare, c’est bien celui-ci, parce-qu’il rassemble tout le meilleur du metal des années 80 et celui des années 2000. Un mix parfait entre passé et présent! Pari réussi pour nos cinq suèdois.

Helloween : Gambling with the DevilHelloween est un de ces groupes pour qui l’esprit artistique passait avant tout par une certaine expérimentation. C’est ainsi, en suivant ce raisonnement, que naquit l’album sans doute le moins populaire des citrouilles allemandes, ‘The Dark Ride‘. Pourtant, cet album fût, pour moi en tous cas, le seul album vraiment jouissif du combo depuis le fameux ‘Keepers Of The Seven Keys part II’. Et aujourd’hui, après deux albums plus (‘Rabbit Don’t Come Easy‘) et moins (‘Keeper of the Seven Keys – The Legacy‘) dispensables, le groupe nous revient avec une offrande qui va en surprendre plus d’un !

En effet, ‘Gambling with the Devil‘ révèle tout le génie de Michael Weikath et de ses sbires, ainsi qu’une pointe de nostalgie… Car, ce disque s’oriente vraiment vers le très bon et très agressif ‘Walls of Jericho‘. C’est en tous cas ce qu’indique le titre qui ouvre le bal, “Kill It”, première véritable surprise de l’album : nous avons à faire à un Deris très en forme et aussi très en voix, puisqu’il nous démontre toute sa puissance et son savoir-faire de vocaliste en concurrençant explicitement son homologue britannique Rob Halford ! Deris semble particulièrement à l’aise dans ce registre et l’on ressent comme une pointe d’orgasme tout au long de cette chanson dynamique et impressionnante. Mais, ce qui suit est tout autant brut de décoffrage et se veut très proche du premier album des teutons. Peut-être que le rapprochement de Gamma Ray et de Helloween y est pour quelque chose… Toujours est-il que ce retour aux sources est assez plaisant, puisque Judas Priest est un groupe que j’apprécie énormément, les germains également. Certains titres peuvent en rappeler d’autres, plus anciens, tels que “The Saint“, assez proche de “I Want Out” ou de “Silent Rain“, par exemple, puis “Dreambound” et “Paint A New World”, typiques du quintet. De même, “The Bells Of The Seven Hells” est ancré dans ce passé qui semble ressurgir brutalement en cette année 2007…Pourtant, “As Long as I Fall” et “Final Fortune“, plus softs, nous ramènent au moment présent et nous exhibent le vaste champ de jeu et de composition de chacun des musiciens. De plus, leur présence est la bienvenue, puisqu’elle permet d’apaiser la tension et le rythme effréné qui règne ici. Les autres titres sont excellents aussi et portent la patte de la cucurbitacée. Par conséquent, pas de surprise à ce niveau-là. Le son est très clair et énergique, parfois un peu limite à l’ancienne, mais, tellement moderne, puisqu’il a été une nouvelle fois produit par Charlie Bauerfeind, le meilleur producteur sur l’ancien continent. Il a réussi à faire sonner l’ensemble de manière grandiloquente et solennelle et à capter l’essence même de l’esprit Helloween. Un véritable exploit qu’il faut saluer !

Helloween nous a, depuis 2005, révélé son goût renouvelé pour son passé (un titre tel que ‘Keeper of the Seven Keys – The Legacy‘ nous a mis la puce à l’oreille). Mais, nous ne nous doutions pas de l’impact des premiers albums sur l’actuelle formation et ce nouvel opus marque un retour vers le futur certain et ne manquera pas de marquer tous ceux qui suivent le groupe depuis ses débuts avec Kai Hansen et Michael Kiske. Il s’agit d’une énorme surprise sous forme de bain de jouvence, qui nous amènera à réviser nos classiques. Très bel essai transformé ! IN-DIS-PEN-SA-BLE !!!

Helloween : Gambling with the DevilHelloween est un de ces groupes pour qui l’esprit artistique passait avant tout par une certaine expérimentation. C’est ainsi, en suivant ce raisonnement, que naquit l’album sans doute le moins populaire des citrouilles allemandes, ‘The Dark Ride‘. Pourtant, cet album fût, pour moi en tous cas, le seul album vraiment jouissif du combo depuis le fameux ‘Keepers Of The Seven Keys part II’. Et aujourd’hui, après deux albums plus (‘Rabbit Don’t Come Easy‘) et moins (‘Keeper of the Seven Keys – The Legacy‘) dispensables, le groupe nous revient avec une offrande qui va en surprendre plus d’un !

En effet, ‘Gambling with the Devil‘ révèle tout le génie de Michael Weikath et de ses sbires, ainsi qu’une pointe de nostalgie… Car, ce disque s’oriente vraiment vers le très bon et très agressif ‘Walls of Jericho‘. C’est en tous cas ce qu’indique le titre qui ouvre le bal, “Kill It”, première véritable surprise de l’album : nous avons à faire à un Deris très en forme et aussi très en voix, puisqu’il nous démontre toute sa puissance et son savoir-faire de vocaliste en concurrençant explicitement son homologue britannique Rob Halford ! Deris semble particulièrement à l’aise dans ce registre et l’on ressent comme une pointe d’orgasme tout au long de cette chanson dynamique et impressionnante. Mais, ce qui suit est tout autant brut de décoffrage et se veut très proche du premier album des teutons. Peut-être que le rapprochement de Gamma Ray et de Helloween y est pour quelque chose… Toujours est-il que ce retour aux sources est assez plaisant, puisque Judas Priest est un groupe que j’apprécie énormément, les germains également. Certains titres peuvent en rappeler d’autres, plus anciens, tels que “The Saint“, assez proche de “I Want Out” ou de “Silent Rain“, par exemple, puis “Dreambound” et “Paint A New World”, typiques du quintet. De même, “The Bells Of The Seven Hells” est ancré dans ce passé qui semble ressurgir brutalement en cette année 2007…Pourtant, “As Long As I Fall” et “Final Fortune“, plus softs, nous ramènent au moment présent et nous exhibent le vaste champ de jeu et de composition de chacun des musiciens. De plus, leur présence est la bienvenue, puisqu’elle permet d’apaiser la tension et le rythme effréné qui règne ici. Les autres titres sont excellents aussi et portent la patte de la cucurbitacée. Par conséquent, pas de surprise à ce niveau-là. Le son est très clair et énergique, parfois un peu limite à l’ancienne, mais, tellement moderne, puisqu’il a été une nouvelle fois produit par Charlie Bauerfeind, le meilleur producteur sur l’ancien continent. Il a réussi à faire sonner l’ensemble de manière grandiloquente et solennelle et à capter l’essence même de l’esprit Helloween. Un véritable exploit qu’il faut saluer !

Helloween nous a, depuis 2005, révélé son goût renouvelé pour son passé (un titre tel que ‘Keeper of the Seven Keys – The Legacy‘ nous a mis la puce à l’oreille). Mais, nous ne nous doutions pas de l’impact des premiers albums sur l’actuelle formation et ce nouvel opus marque un retour vers le futur certain et ne manquera pas de marquer tous ceux qui suivent le groupe depuis ses débuts avec Kai Hansen et Michael Kiske. Il s’agit d’une énorme surprise sous forme de bain de jouvence, qui nous amènera à réviser nos classiques. Très bel essai transformé ! IN-DIS-PEN-SA-BLE !!!

Helloween : Gambling with the DevilHelloween est un de ces groupes pour qui l’esprit artistique passait avant tout par une certaine expérimentation. C’est ainsi, en suivant ce raisonnement, que naquit l’album sans doute le moins populaire des citrouilles allemandes, ‘The Dark Ride‘. Pourtant, cet album fût, pour moi en tous cas, le seul album vraiment jouissif du combo depuis le fameux ‘Keepers Of The Seven Keys part II’. Et aujourd’hui, après deux albums plus (‘Rabbit Don’t Come Easy‘) et moins (‘Keeper of the Seven Keys – The Legacy‘) dispensables, le groupe nous revient avec une offrande qui va en surprendre plus d’un !

En effet, ‘Gambling with the Devil‘ révèle tout le génie de Michael Weikath et de ses sbires, ainsi qu’une pointe de nostalgie… Car, ce disque s’oriente vraiment vers le très bon et très agressif ‘Walls of Jericho‘. C’est en tous cas ce qu’indique le titre qui ouvre le bal, “Kill It”, première véritable surprise de l’album : nous avons à faire à un Deris très en forme et aussi très en voix, puisqu’il nous démontre toute sa puissance et son savoir-faire de vocaliste en concurrençant explicitement son homologue britannique Rob Halford ! Deris semble particulièrement à l’aise dans ce registre et l’on ressent comme une pointe d’orgasme tout au long de cette chanson dynamique et impressionnante. Mais, ce qui suit est tout autant brut de décoffrage et se veut très proche du premier album des teutons. Peut-être que le rapprochement de Gamma Ray et de Helloween y est pour quelque chose… Toujours est-il que ce retour aux sources est assez plaisant, puisque Judas Priest est un groupe que j’apprécie énormément, les germains également. Certains titres peuvent en rappeler d’autres, plus anciens, tels que “The Saint“, assez proche de “I Want Out” ou de “Silent Rain“, par exemple, puis “Dreambound” et “Paint A New World”, typiques du quintet. De même, “The Bells Of The Seven Hells” est ancré dans ce passé qui semble ressurgir brutalement en cette année 2007…Pourtant, “As Long As I Fall” et “Final Fortune“, plus softs, nous ramènent au moment présent et nous exhibent le vaste champ de jeu et de composition de chacun des musiciens. De plus, leur présence est la bienvenue, puisqu’elle permet d’apaiser la tension et le rythme effréné qui règne ici. Les autres titres sont excellents aussi et portent la patte de la cucurbitacée. Par conséquent, pas de surprise à ce niveau-là. Le son est très clair et énergique, parfois un peu limite à l’ancienne, mais, tellement moderne, puisqu’il a été une nouvelle fois produit par Charlie Bauerfeind, le meilleur producteur sur l’ancien continent. Il a réussi à faire sonner l’ensemble de manière grandiloquente et solennelle et à capter l’essence même de l’esprit Helloween. Un véritable exploit qu’il faut saluer !

Helloween nous a, depuis 2005, révélé son goût renouvelé pour son passé (un titre tel que ‘Keeper of the Seven Keys – The Legacy‘ nous a mis la puce à l’oreille). Mais, nous ne nous doutions pas de l’impact des premiers albums sur l’actuelle formation et ce nouvel opus marque un retour vers le futur certain et ne manquera pas de marquer tous ceux qui suivent le groupe depuis ses débuts avec Kai Hansen et Michael Kiske. Il s’agit d’une énorme surprise sous forme de bain de jouvence, qui nous amènera à réviser nos classiques. Très bel essai transformé ! IN-DIS-PEN-SA-BLE !!!

Helloween : Gambling with the DevilHelloween est un de ces groupes pour qui l’esprit artistique passait avant tout par une certaine expérimentation. C’est ainsi, en suivant ce raisonnement, que naquit l’album sans doute le moins populaire des citrouilles allemandes, ‘The Dark Ride‘. Pourtant, cet album fût, pour moi en tous cas, le seul album vraiment jouissif du combo depuis le fameux ‘Keepers Of The Seven Keys part II’. Et aujourd’hui, après deux albums plus (‘Rabbit Don’t Come Easy‘) et moins (‘Keeper of the Seven Keys – The Legacy‘) dispensables, le groupe nous revient avec une offrande qui va en surprendre plus d’un !

En effet, ‘Gambling with the Devil‘ révèle tout le génie de Michael Weikath et de ses sbires, ainsi qu’une pointe de nostalgie… Car, ce disque s’oriente vraiment vers le très bon et très agressif ‘Walls of Jericho‘. C’est en tous cas ce qu’indique le titre qui ouvre le bal, “Kill It”, première véritable surprise de l’album : nous avons à faire à un Deris très en forme et aussi très en voix, puisqu’il nous démontre toute sa puissance et son savoir-faire de vocaliste en concurrençant explicitement son homologue britannique Rob Halford ! Deris semble particulièrement à l’aise dans ce registre et l’on ressent comme une pointe d’orgasme tout au long de cette chanson dynamique et impressionnante. Mais, ce qui suit est tout autant brut de décoffrage et se veut très proche du premier album des teutons. Peut-être que le rapprochement de Gamma Ray et de Helloween y est pour quelque chose… Toujours est-il que ce retour aux sources est assez plaisant, puisque Judas Priest est un groupe que j’apprécie énormément, les germains également. Certains titres peuvent en rappeler d’autres, plus anciens, tels que “The Saint“, assez proche de “I Want Out” ou de “Silent Rain“, par exemple, puis “Dreambound” et “Paint A New World”, typiques du quintet. De même, “The Bells Of The Seven Hells” est ancré dans ce passé qui semble ressurgir brutalement en cette année 2007…Pourtant, “As Long As I Fall” et “Final Fortune“, plus softs, nous ramènent au moment présent et nous exhibent le vaste champ de jeu et de composition de chacun des musiciens. De plus, leur présence est la bienvenue, puisqu’elle permet d’apaiser la tension et le rythme effréné qui règne ici. Les autres titres sont excellents aussi et portent la patte de la cucurbitacée. Par conséquent, pas de surprise à ce niveau-là. Le son est très clair et énergique, parfois un peu limite à l’ancienne, mais, tellement moderne, puisqu’il a été une nouvelle fois produit par Charlie Bauerfeind, le meilleur producteur sur l’ancien continent. Il a réussi à faire sonner l’ensemble de manière grandiloquente et solennelle et à capter l’essence même de l’esprit Helloween. Un véritable exploit qu’il faut saluer !

Helloween nous a, depuis 2005, révélé son goût renouvelé pour son passé (un titre tel que ‘Keeper of the Seven Keys – The Legacy‘ nous a mis la puce à l’oreille). Mais, nous ne nous doutions pas de l’impact des premiers albums sur l’actuelle formation et ce nouvel opus marque un retour vers le futur certain et ne manquera pas de marquer tous ceux qui suivent le groupe depuis ses débuts avec Kai Hansen et Michael Kiske. Il s’agit d’une énorme surprise sous forme de bain de jouvence, qui nous amènera à réviser nos classiques. Très bel essai transformé ! IN-DIS-PEN-SA-BLE !!!

Helloween : Gambling with the DevilHelloween est un de ces groupes pour qui l’esprit artistique passait avant tout par une certaine expérimentation. C’est ainsi, en suivant ce raisonnement, que naquit l’album sans doute le moins populaire des citrouilles allemandes, ‘The Dark Ride‘. Pourtant, cet album fût, pour moi en tous cas, le seul album vraiment jouissif du combo depuis le fameux ‘Keepers Of The Seven Keys part II’. Et aujourd’hui, après deux albums plus (‘Rabbit Don’t Come Easy‘) et moins (‘Keeper of the Seven Keys – The Legacy‘) dispensables, le groupe nous revient avec une offrande qui va en surprendre plus d’un !

En effet, ‘Gambling with the Devil‘ révèle tout le génie de Michael Weikath et de ses sbires, ainsi qu’une pointe de nostalgie… Car, ce disque s’oriente vraiment vers le très bon et très agressif ‘Walls of Jericho‘. C’est en tous cas ce qu’indique le titre qui ouvre le bal, “Kill It”, première véritable surprise de l’album : nous avons à faire à un Deris très en forme et aussi très en voix, puisqu’il nous démontre toute sa puissance et son savoir-faire de vocaliste en concurrençant explicitement son homologue britannique Rob Halford ! Deris semble particulièrement à l’aise dans ce registre et l’on ressent comme une pointe d’orgasme tout au long de cette chanson dynamique et impressionnante. Mais, ce qui suit est tout autant brut de décoffrage et se veut très proche du premier album des teutons. Peut-être que le rapprochement de Gamma Ray et de Helloween y est pour quelque chose… Toujours est-il que ce retour aux sources est assez plaisant, puisque Judas Priest est un groupe que j’apprécie énormément, les germains également. Certains titres peuvent en rappeler d’autres, plus anciens, tels que “The Saint“, assez proche de “I Want Out” ou de “Silent Rain“, par exemple, puis “Dreambound” et “Paint A New World”, typiques du quintet. De même, “The Bells Of The Seven Hells” est ancré dans ce passé qui semble ressurgir brutalement en cette année 2007…Pourtant, “As Long As I Fall” et “Final Fortune“, plus softs, nous ramènent au moment présent et nous exhibent le vaste champ de jeu et de composition de chacun des musiciens. De plus, leur présence est la bienvenue, puisqu’elle permet d’apaiser la tension et le rythme effréné qui règne ici. Les autres titres sont excellents aussi et portent la patte de la cucurbitacée. Par conséquent, pas de surprise à ce niveau-là. Le son est très clair et énergique, parfois un peu limite à l’ancienne, mais, tellement moderne, puisqu’il a été une nouvelle fois produit par Charlie Bauerfeind, le meilleur producteur sur l’ancien continent. Il a réussi à faire sonner l’ensemble de manière grandiloquente et solennelle et à capter l’essence même de l’esprit Helloween. Un véritable exploit qu’il faut saluer !

Helloween nous a, depuis 2005, révélé son goût renouvelé pour son passé (un titre tel que ‘Keeper of the Seven Keys – The Legacy‘ nous a mis la puce à l’oreille). Mais, nous ne nous doutions pas de l’impact des premiers albums sur l’actuelle formation et ce nouvel opus marque un retour vers le futur certain et ne manquera pas de marquer tous ceux qui suivent le groupe depuis ses débuts avec Kai Hansen et Michael Kiske. Il s’agit d’une énorme surprise sous forme de bain de jouvence, qui nous amènera à réviser nos classiques. Très bel essai transformé ! IN-DIS-PEN-SA-BLE !!!

Helloween : Gambling with the DevilHelloween est un de ces groupes pour qui l’esprit artistique passait avant tout par une certaine expérimentation. C’est ainsi, en suivant ce raisonnement, que naquit l’album sans doute le moins populaire des citrouilles allemandes, ‘The Dark Ride‘. Pourtant, cet album fût, pour moi en tous cas, le seul album vraiment jouissif du combo depuis le fameux ‘Keepers Of The Seven Keys part II’. Et aujourd’hui, après deux albums plus (‘Rabbit Don’t Come Easy‘) et moins (‘Keeper of the Seven Keys – The Legacy‘) dispensables, le groupe nous revient avec une offrande qui va en surprendre plus d’un !

En effet, ‘Gambling with the Devil‘ révèle tout le génie de Michael Weikath et de ses sbires, ainsi qu’une pointe de nostalgie… Car, ce disque s’oriente vraiment vers le très bon et très agressif ‘Walls of Jericho‘. C’est en tous cas ce qu’indique le titre qui ouvre le bal, “Kill It”, première véritable surprise de l’album : nous avons à faire à un Deris très en forme et aussi très en voix, puisqu’il nous démontre toute sa puissance et son savoir-faire de vocaliste en concurrençant explicitement son homologue britannique Rob Halford ! Deris semble particulièrement à l’aise dans ce registre et l’on ressent comme une pointe d’orgasme tout au long de cette chanson dynamique et impressionnante. Mais, ce qui suit est tout autant brut de décoffrage et se veut très proche du premier album des teutons. Peut-être que le rapprochement de Gamma Ray et de Helloween y est pour quelque chose… Toujours est-il que ce retour aux sources est assez plaisant, puisque Judas Priest est un groupe que j’apprécie énormément, les germains également. Certains titres peuvent en rappeler d’autres, plus anciens, tels que “The Saint“, assez proche de “I Want Out” ou de “Silent Rain“, par exemple, puis “Dreambound” et “Paint A New World”, typiques du quintet. De même, “The Bells Of The Seven Hells” est ancré dans ce passé qui semble ressurgir brutalement en cette année 2007…Pourtant, “As Long As I Fall” et “Final Fortune“, plus softs, nous ramènent au moment présent et nous exhibent le vaste champ de jeu et de composition de chacun des musiciens. De plus, leur présence est la bienvenue, puisqu’elle permet d’apaiser la tension et le rythme effréné qui règne ici. Les autres titres sont excellents aussi et portent la patte de la cucurbitacée. Par conséquent, pas de surprise à ce niveau-là. Le son est très clair et énergique, parfois un peu limite à l’ancienne, mais, tellement moderne, puisqu’il a été une nouvelle fois produit par Charlie Bauerfeind, le meilleur producteur sur l’ancien continent. Il a réussi à faire sonner l’ensemble de manière grandiloquente et solennelle et à capter l’essence même de l’esprit Helloween. Un véritable exploit qu’il faut saluer !

Helloween nous a, depuis 2005, révélé son goût renouvelé pour son passé (un titre tel que ‘Keeper of the Seven Keys – The Legacy‘ nous a mis la puce à l’oreille). Mais, nous ne nous doutions pas de l’impact des premiers albums sur l’actuelle formation et ce nouvel opus marque un retour vers le futur certain et ne manquera pas de marquer tous ceux qui suivent le groupe depuis ses débuts avec Kai Hansen et Michael Kiske. Il s’agit d’une énorme surprise sous forme de bain de jouvence, qui nous amènera à réviser nos classiques. Très bel essai transformé ! IN-DIS-PEN-SA-BLE !!!

Helloween : Gambling with the DevilHelloween est un de ces groupes pour qui l’esprit artistique passait avant tout par une certaine expérimentation. C’est ainsi, en suivant ce raisonnement, que naquit l’album sans doute le moins populaire des citrouilles allemandes, ‘The Dark Ride‘. Pourtant, cet album fût, pour moi en tous cas, le seul album vraiment jouissif du combo depuis le fameux ‘Keepers Of The Seven Keys part II’. Et aujourd’hui, après deux albums plus (‘Rabbit Don’t Come Easy‘) et moins (‘Keeper of the Seven Keys – The Legacy‘) dispensables, le groupe nous revient avec une offrande qui va en surprendre plus d’un !

En effet, ‘Gambling with the Devil‘ révèle tout le génie de Michael Weikath et de ses sbires, ainsi qu’une pointe de nostalgie… Car, ce disque s’oriente vraiment vers le très bon et très agressif ‘Walls of Jericho‘. C’est en tous cas ce qu’indique le titre qui ouvre le bal, “Kill It”, première véritable surprise de l’album : nous avons à faire à un Deris très en forme et aussi très en voix, puisqu’il nous démontre toute sa puissance et son savoir-faire de vocaliste en concurrençant explicitement son homologue britannique Rob Halford ! Deris semble particulièrement à l’aise dans ce registre et l’on ressent comme une pointe d’orgasme tout au long de cette chanson dynamique et impressionnante. Mais, ce qui suit est tout autant brut de décoffrage et se veut très proche du premier album des teutons. Peut-être que le rapprochement de Gamma Ray et de Helloween y est pour quelque chose… Toujours est-il que ce retour aux sources est assez plaisant, puisque Judas Priest est un groupe que j’apprécie énormément, les germains également. Certains titres peuvent en rappeler d’autres, plus anciens, tels que “The Saint“, assez proche de “I Want Out” ou de “Silent Rain“, par exemple, puis “Dreambound” et “Paint A New World”, typiques du quintet. De même, “The Bells Of The Seven Hells” est ancré dans ce passé qui semble ressurgir brutalement en cette année 2007…Pourtant, “As Long As I Fall” et “Final Fortune“, plus softs, nous ramènent au moment présent et nous exhibent le vaste champ de jeu et de composition de chacun des musiciens. De plus, leur présence est la bienvenue, puisqu’elle permet d’apaiser la tension et le rythme effréné qui règne ici. Les autres titres sont excellents aussi et portent la patte de la cucurbitacée. Par conséquent, pas de surprise à ce niveau-là. Le son est très clair et énergique, parfois un peu limite à l’ancienne, mais, tellement moderne, puisqu’il a été une nouvelle fois produit par Charlie Bauerfeind, le meilleur producteur sur l’ancien continent. Il a réussi à faire sonner l’ensemble de manière grandiloquente et solennelle et à capter l’essence même de l’esprit Helloween. Un véritable exploit qu’il faut saluer !

Helloween nous a, depuis 2005, révélé son goût renouvelé pour son passé (un titre tel que ‘Keeper of the Seven Keys – The Legacy‘ nous a mis la puce à l’oreille). Mais, nous ne nous doutions pas de l’impact des premiers albums sur l’actuelle formation et ce nouvel opus marque un retour vers le futur certain et ne manquera pas de marquer tous ceux qui suivent le groupe depuis ses débuts avec Kai Hansen et Michael Kiske. Il s’agit d’une énorme surprise sous forme de bain de jouvence, qui nous amènera à réviser nos classiques. Très bel essai transformé ! IN-DIS-PEN-SA-BLE !!!

Helloween : Gambling with the DevilHelloween est un de ces groupes pour qui l’esprit artistique passait avant tout par une certaine expérimentation. C’est ainsi, en suivant ce raisonnement, que naquit l’album sans doute le moins populaire des citrouilles allemandes, ‘The Dark Ride‘. Pourtant, cet album fût, pour moi en tous cas, le seul album vraiment jouissif du combo depuis le fameux ‘Keepers Of The Seven Keys part II’. Et aujourd’hui, après deux albums plus (‘Rabbit Don’t Come Easy‘) et moins (‘Keeper of the Seven Keys – The Legacy‘) dispensables, le groupe nous revient avec une offrande qui va en surprendre plus d’un !

En effet, ‘Gambling with the Devil‘ révèle tout le génie de Michael Weikath et de ses sbires, ainsi qu’une pointe de nostalgie… Car, ce disque s’oriente vraiment vers le très bon et très agressif ‘Walls of Jericho‘. C’est en tous cas ce qu’indique le titre qui ouvre le bal, “Kill It”, première véritable surprise de l’album : nous avons à faire à un Deris très en forme et aussi très en voix, puisqu’il nous démontre toute sa puissance et son savoir-faire de vocaliste en concurrençant explicitement son homologue britannique Rob Halford ! Deris semble particulièrement à l’aise dans ce registre et l’on ressent comme une pointe d’orgasme tout au long de cette chanson dynamique et impressionnante. Mais, ce qui suit est tout autant brut de décoffrage et se veut très proche du premier album des teutons. Peut-être que le rapprochement de Gamma Ray et de Helloween y est pour quelque chose… Toujours est-il que ce retour aux sources est assez plaisant, puisque Judas Priest est un groupe que j’apprécie énormément, les germains également. Certains titres peuvent en rappeler d’autres, plus anciens, tels que “The Saint“, assez proche de “I Want Out” ou de “Silent Rain“, par exemple, puis “Dreambound” et “Paint A New World”, typiques du quintet. De même, “The Bells Of The Seven Hells” est ancré dans ce passé qui semble ressurgir brutalement en cette année 2007…Pourtant, “As Long As I Fall” et “Final Fortune“, plus softs, nous ramènent au moment présent et nous exhibent le vaste champ de jeu et de composition de chacun des musiciens. De plus, leur présence est la bienvenue, puisqu’elle permet d’apaiser la tension et le rythme effréné qui règne ici. Les autres titres sont excellents aussi et portent la patte de la cucurbitacée. Par conséquent, pas de surprise à ce niveau-là. Le son est très clair et énergique, parfois un peu limite à l’ancienne, mais, tellement moderne, puisqu’il a été une nouvelle fois produit par Charlie Bauerfeind, le meilleur producteur sur l’ancien continent. Il a réussi à faire sonner l’ensemble de manière grandiloquente et solennelle et à capter l’essence même de l’esprit Helloween. Un véritable exploit qu’il faut saluer !

Helloween nous a, depuis 2005, révélé son goût renouvelé pour son passé (un titre tel que ‘Keeper of the Seven Keys – The Legacy‘ nous a mis la puce à l’oreille). Mais, nous ne nous doutions pas de l’impact des premiers albums sur l’actuelle formation et ce nouvel opus marque un retour vers le futur certain et ne manquera pas de marquer tous ceux qui suivent le groupe depuis ses débuts avec Kai Hansen et Michael Kiske. Il s’agit d’une énorme surprise sous forme de bain de jouvence, qui nous amènera à réviser nos classiques. Très bel essai transformé ! IN-DIS-PEN-SA-BLE !!!

Helloween : Gambling with the DevilHelloween est un de ces groupes pour qui l’esprit artistique passait avant tout par une certaine expérimentation. C’est ainsi, en suivant ce raisonnement, que naquit l’album sans doute le moins populaire des citrouilles allemandes, ‘The Dark Ride‘. Pourtant, cet album fût, pour moi en tous cas, le seul album vraiment jouissif du combo depuis le fameux ‘Keepers Of The Seven Keys part II’. Et aujourd’hui, après deux albums plus (‘Rabbit Don’t Come Easy‘) et moins (‘Keeper of the Seven Keys – The Legacy‘) dispensables, le groupe nous revient avec une offrande qui va en surprendre plus d’un !

En effet, ‘Gambling with the Devil‘ révèle tout le génie de Michael Weikath et de ses sbires, ainsi qu’une pointe de nostalgie… Car, ce disque s’oriente vraiment vers le très bon et très agressif ‘Walls of Jericho‘. C’est en tous cas ce qu’indique le titre qui ouvre le bal, “Kill It”, première véritable surprise de l’album : nous avons à faire à un Deris très en forme et aussi très en voix, puisqu’il nous démontre toute sa puissance et son savoir-faire de vocaliste en concurrençant explicitement son homologue britannique Rob Halford ! Deris semble particulièrement à l’aise dans ce registre et l’on ressent comme une pointe d’orgasme tout au long de cette chanson dynamique et impressionnante. Mais, ce qui suit est tout autant brut de décoffrage et se veut très proche du premier album des teutons. Peut-être que le rapprochement de Gamma Ray et de Helloween y est pour quelque chose… Toujours est-il que ce retour aux sources est assez plaisant, puisque Judas Priest est un groupe que j’apprécie énormément, les germains également. Certains titres peuvent en rappeler d’autres, plus anciens, tels que “The Saint“, assez proche de “I Want Out” ou de “Silent Rain“, par exemple, puis “Dreambound” et “Paint A New World”, typiques du quintet. De même, “The Bells Of The Seven Hells” est ancré dans ce passé qui semble ressurgir brutalement en cette année 2007…Pourtant, “As Long As I Fall” et “Final Fortune“, plus softs, nous ramènent au moment présent et nous exhibent le vaste champ de jeu et de composition de chacun des musiciens. De plus, leur présence est la bienvenue, puisqu’elle permet d’apaiser la tension et le rythme effréné qui règne ici. Les autres titres sont excellents aussi et portent la patte de la cucurbitacée. Par conséquent, pas de surprise à ce niveau-là. Le son est très clair et énergique, parfois un peu limite à l’ancienne, mais, tellement moderne, puisqu’il a été une nouvelle fois produit par Charlie Bauerfeind, le meilleur producteur sur l’ancien continent. Il a réussi à faire sonner l’ensemble de manière grandiloquente et solennelle et à capter l’essence même de l’esprit Helloween. Un véritable exploit qu’il faut saluer !

Helloween nous a, depuis 2005, révélé son goût renouvelé pour son passé (un titre tel que ‘Keeper of the Seven Keys – The Legacy‘ nous a mis la puce à l’oreille). Mais, nous ne nous doutions pas de l’impact des premiers albums sur l’actuelle formation et ce nouvel opus marque un retour vers le futur certain et ne manquera pas de marquer tous ceux qui suivent le groupe depuis ses débuts avec Kai Hansen et Michael Kiske. Il s’agit d’une énorme surprise sous forme de bain de jouvence, qui nous amènera à réviser nos classiques. Très bel essai transformé ! IN-DIS-PEN-SA-BLE !!!

keep looking »
  • Calendar

    September 2007
    M T W T F S S
    « Aug   Oct »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930