Arakain : Schizofrenie

Category: Uncategorized | Leave a Comment

Arakain : SchizofrenieAprès un déjà très prometteur premier album, Arakain nous revient gonflé à bloc, en 1991, avec un très heavy ‘Schizofrenie‘ qui, lui aussi, est très direct. Plus abouti et possèdant un son moins crade, ce second opus apporte plus de noirceur à ce groupe. ‘Schizofrenie‘ porte très bien son nom car Arakain nous montre plus que jamais auparavant un visage doublement diabolique : une facette metal, l’autre plus mélodique. Ceci est une technique très efficace pour accrocher l’auditeur et l’obliger à découvrir cet album tout en nuances et couleurs.

On retrouve également les élèments qui ont fait le succès du “debut-album”, c’est à dire en tout premier-lieu le timbre si particulier d’Ales Brichta qui est, cette fois-ci, descendu d’un ton, comme pour surprendre et démontrer aux fans qu’il n’est pas un si grand braillard que cela et qu’il peut rivaliser avec les plus grands chanteurs de metal, James Hetfield en tête (son organe vocal n’a jamais été aussi proche du vocaliste du quartet ricain que sur ‘Schizofrenie‘!!), ce qui n’est sans doute pas un défaut, mais, cela peut en être un aux yeux de certains metalleux pointilleux qui cherchent justement la différence et non pas le mimétisme. Néanmoins, si l’on se plonge totalement dans une écoute passionnée et intéressée, on découvre dans cet album des détails variés, comme des sonorités mystérieuses, des passages de voix inventifs, des rythmiques non-statiques, toutes ces caractéristiques contribuant à donner une certaine aura ténébreuse à l’ensemble qui, quand même ressemble terriblement à la musique de Metallica…Le groupe ne s’est, semble-t’il, pas encore totalement démarqué de ses aînés. On peut alors se demander pourquoi? Tout simplement pour mieux séduire un public tchèque conquis depuis des années par le Thrash de la Bay Area, ainsi que pour garder une certaine unité dans sa musique.

Tous les titres se valent cette fois sur cette deuxième offrande, il n’y a pas un seul titre plus faible que les autres. Chaque morceau a un message à faire passer et la pilule n’a aucun mal à être avalée. Le metal d’Arakain est tellement fluide que tout passe comme une lettre à la Poste. Les textes les plus incisifs sont le megadethien “Teror”, “Antikrist” et son intro à la batterie, “Gilotina” et son solo de guitare à la Maiden, “Hibernatus”, “Ilozorium” et son intro toute en harmonies. L’instrumental “Sedma Pecet’” est une vraie réussite et le titre de clôture, l’éponyme “Schizofrenie” est une belle fin, peut-être un peu trop violente à mon goût. Néanmoins, on aurait en droit d’attendre un titre plus calme et posé, une ballade, par exemple…Mais, on ne va pas se plaindre, puisque ce second album est une vraie dose d’adrénaline et de plaisir!

Le quintet tchécoslovaque est un vrai bulldozer qui fauche tout sur son passage, une tornade qui balaye les derniers doutes que l’on pourrait avoir sur la qualité de la musique des pays de l’Est. Cet album démontre encore une fois le talent des Slaves. D’ailleurs, ne dit-on pas là-bas “To Cech, To Muzikant!”? (NdMA : en gros “qui est tchèque est musicien!”)

Arakain : Black Jack

Category: Uncategorized | Leave a Comment

Arakain : Black JackTel que dit l’adage populaire, “jamais deux sans trois”! Arakain continue sur sa lancée métallique avec ‘Black Jack‘, un album complétement différent de ses deux prédécesseurs. Exit le Thrash, bienvenue au pur heavy metal. Dans le but de se renouveler, sans tourner en rond, le groupe a ainsi décidé de changer de voie. Bien sûr, cela fait plaisir à votre chroniqueur préféré, car celui-ci est un pur fan de heavy metal, même s’il mange également de ce pain qu’est le Thrash, mais, ses préférences vont vers les musiques plus mélodiques et moins tordues…

Que dire de ce ‘Black Jack‘? Il s’agit certainement du meilleur album d’Arakain à cette époque, car il représente une avancée, un progrès certain dans le processus de composition, qui était assez restreint et bloqué par le passé. Ici, nous avons à faire à une renaissance, l’ouverture vers une nouvelle ére, plus moderne, plus forte. D’ailleurs, nous pouvons le constater dès le premier titre, “Black Jack“, qui met immédiatement l’accent sur un heavy métal comparable à celui d’un Maiden survitaminé ou d’un Judas Priest mid-tempo. “Harlekyn”, quant à lui serait à rapprocher d’un “Peace Sells” de Megadeth, bien que le riff d’intro rappelle certainement ceux aimés par Venom (cf “Resurrection“). Les trois autres titres (“Labyrint“, la pseudo-ballade “Zapomen”, “High Attack“) apportent tous leur dose d’émotions fortes, le troisième et le cinquième titre avec des morceaux directs et sans concession, tandis que le quatrième est plutôt mélancolique et sentimental, ce qui n’est pas si mal et plutôt pratique pour reposer nos esgourdes un instant. Arakain n’est pas qu’un groupe, c’est aussi un apocalypse de décibels et de force vive! C’est que ce groupe a encore de quoi dire et poursuit “tranquillement” sur la voie ascendante de la gloire, afin de se faire une place au soleil, qu’il atteindra sans mal quelques années plus tard, ironiquement, suite au départ de son vocaliste…”Ty se Nezdas”, “Kolonie Termitu” et “Don Quijote” enfoncent encore plus le clou du metal puissant et jouissif, alors que “Ukolebavka” joue énormément sur les variations de tons, les harmonies, le shred et les ambiances, ce qui induit une atmosphère des plus particulières.

Arakain a atteint avec cet album un palier supplémentaire. Il nous a encore gâté avec un disque digne des meilleures pièces de la discographie des illustres groupes emblèmatiques de la NWOBHM, bien qu’il garde sa propre personnalité et son génie compositoire. Le prochain album sortira quelques mois après et sera un nouveau bond dans l’inconnu…Un album à conseiller à quiconque a soif de saturation et guitares enragées!

Iced Earth : I Walk Among YouLe voici enfin, ce single tant attendu, préparant l’arrivée du nouvel album-messie du groupe américain! Ce qui figure sur cet EP nous met déjà dans l’ambiance de la future offrande ‘The Crucible Of Man (Something Wicked Pt. 2)’.

En effet, point de concession ici, tout n’est qu’énergie, vitalité, dynamisme, bombastique et talent! Depuis le retour de Matt Barlow derrière le micro, on dirait que Jon Schaffer s’est remis à composer de véritables tueries, ce qui est une réelle bénediction pour les fans, qui avaient perdus un peu pied avec l’ancien frontman Tim “Ripper” Owens. Même s’il n’était pas si mal et qu’il avait un énormissime potentiel allié à une voix terriblement séductrice, aucun de ses atouts n’a fait oublier l’organe sensuel et unique de Mister Barlow, qui prend ici un plaisir suprême à nous ensorceler de son timbre suave, notamment sur les morceaux les plus calmes, tels que “The Clouding”, magnifique ballade, présente sur ‘Framming Armageddon‘! Cela présage vraiment du meilleur, d’autant plus que les trois autres morceaux présents sur cette mini-galette sont également des indicateurs de la qualité du futur album. Que dire d’autre de la guerrière et inédite “I Walk Among You” et des reprises du précédent opus “Setian Massacre” et “A Charge To Keep”, si ce n’est que tous les ingrédients sont à nouveau réunis pour remettre Iced Earth dans le droit chemin!

Vivement le prochain opus qui, sans conteste, sera l’un des meilleurs albums de l’année 2008 et un nouveau succès à ranger aux côtés de ‘Something Wicked This Way Comes‘ et de ‘Horror Show‘.

Arakain : Salto Mortale

Category: Uncategorized | Leave a Comment

Arakain : Salto MortaleTrois ans après son premier album, Arakain remet une nouvelle fois le couvert avec son quatrième album, l’excellent ‘Salto Mortale‘. Et encore une fois, le groupe s’est efforcé de nous sortir un album super moderne (pour l’époque!) qui n’aurait absolument pas dépareillé aujourd’hui. Le son clair et puissant est l’indicateur d’une bombe prête à exploser. Malgré le nom casse-gueule de ce nouvel opus, le bond en avant de 10 ans qui a été promis en 1992 est superbe et l’essai a été transformé avec succès! Pas besoin d’être un très fin connaisseur de la scène métal internationale pour se rendre compte de la qualité phénoménale de ‘Salto Mortale‘.

On ne s’ennuit pas une seule seconde à l’écoute de ‘Salto Mortale‘ : c’est un incendie qui nous envahit! L’orgasme métallique n’est pas très loin et l’on se retient pour ne pas crier toute notre joie, afin de profiter au mieux de ce moment magique qui s’offre à nous. “Brana Iluzi”, “Ultraparohac” et “Ram Krivejch Zrdcadel” ne dépassent pas les 5 minutes (pour le premier) et donnent le ton : orgie de décibel et d’air-guitar! Ce qui n’empêche pas le groupe de se faire un peu plaisir avec un véritable hit, la ballade électrique “Zase Spis V Noci Sama”, et faire retomber la pression et d’augmenter la température de quelques degrés, avec cette chanson d’amour si sensuelle! A ce moment précis, les mélodies nous donnent un coup de frissons dans le dos et l’on peut sentir la sueur s’écouler le long de notre corps…Malheureusement, ces 5 minutes et des poussières de bonheur ne durent pas et la course frénétique reprend avec “Kleptoman”, plus efficace qu’un réveil. Et comme si le groupe ne voulait pas que l’on s’endorme après une dure journée de travail, il s’entête à nous donner des coups de pieds dans le derrière avec “Gambler”, un mid-tempo décalé “Jen Jednou”, un bref retour dans son passé Thrash avec “Salto Mortale“, mais, cela ne dure pas…Une guitare acoustique? Tiens, tiens, ne serait-ce pas une nouvelle vague de bisounours qui déferlerait sur nous? Tout juste! “Marilyn” est à Arakain ce que “When The Smoke Is Going Down” est à Scorpions, c’est à dire un morceau rock délicieux, comme un bon gâteau au chocolat, aux fraises et à la chantilly à déguster en tête à tête avec sa copine, de préférence dans un lit douillet à baldaquin, avec une tonne de pétales de roses éparpillés un peu partout, du champagne dans un seau à glace, une ambiance tamisée éclairée par seulement quelques bougies et le parfum de l’encens pour aphrodisiaque…Vraiment très plaisant!! Le morceau qui termine le disque (“Starnem”) est une chanson intéressante à plusieurs niveaux : tout d’abord, il s’agit d’un morceau speed qui, bizarrement, ne casse pas l’instant romantique que l’on vient de passer. La structure générale est très orientée heavy metal à la Judas Priest, mais, le chant est plutôt rock, ce qui entraîne un certain décalage entre ces deux élèments.

Le groupe innove encore et toujours! A tel point que l’on se demande s’il va s’arrêter là où s’il a encore plus d’un tour dans son sac…’Salto Mortale‘ est un disque qu’il est impératif et logique de possèder dans sa discothèque! Un album d’anthologie qui restera dans les annales métalliques.

Arakain : Legendy

Category: Uncategorized | Leave a Comment

Arakain : LegendyEntre deux albums, le groupe Arakain se fait plaisir en enregistrant une compilation de reprises de titres de quelques-uns de leurs groupes préférés, ayant eu une énorme influence sur eux. Cet album de covers n’aurait pas été une surprise si deux choses n’étaient pas mélangées ensemble.

Tout d’abord, le premier fait que l’on remarque d’emblée, est l’utilisation de la langue tchèque. Point de “are” ou de “you”, le groupe désirant conserver sa marque de fabrique, c’est à dire un heavy metal dynamique chanté dans la langue de Kafka ou de Capek. Parallèlement, la plupart des morceaux qui figurent ici, sont des reprises de groupes rock’n'roll ou hard rock des années 70. Or, Arakain étant un groupe bien plus violent dans son jeu de guitare, il était tout naturel de retrouver ses chansons dans leur version métal…Ces deux choses ont donné un attrait certain à ce disque-récréation, car on peut aisément transposer les chansons des seventies à nos jours et trouver une pointe d’exotisme à l’intérieur grâce à la belle langue qu’est le tchèque.

Ce disque renferme des hits aussi célèbres qu’appréciés. En voici le tracklisting :

1) Karambol = “Fireball” de Deep Purple

2) Eleanor Rigby = “Eleanor Rigby” des Beatles

3) Hymna Zoufalu = “Immigrant Song” de Led Zeppelin

4) Slecna Zavist = “Lady In Black” de Uriah Heep

5) Snezna Slepota = “Snowblind” de Black Sabbath

6) Dal Dal Se Ptej = “Far Far Away” de Slade

7) Chameleon = “Breaking The Law” de Judas Priest

8) Derniera = “Railroad” de Grand Funk Railroad

Même si l’on aperçoit clairement la qualité des reprises, ce disque n’apporte rien du tout à la discographie d’Arakain, si tant et si bien que l’on se dit que le groupe n’aurait pas dû perdre son temps à faire mumuse dans sa salle de répét’…Mais, la qualité étant là, et les deux élèments précités également, on ne peut que donner une bonne note pour cet intermède…

Arakain : S.O.S.

Category: Uncategorized | Leave a Comment

Arakain : S.O.S.Après toute une série de disques excitants, Arakain nous pond, en 1996, un nouvel opus que l’on pourrait qualifier de décevant, malgré sa grande qualité musicale. En effet, il est vrai que nous avons encore une fois de belles chansons, mais, on ne perçoit aucune évolution par rapport à l’album précédent. Et c’est bien là que le bas blesse…car les fans ont bien droit à de l’innovation, à de nouvelles structures, de nouvelles expérimentations! Ici, nada…

Les fans que nous sommes peuvent se sentir vexés de ce manque de considération, mais, que faire quand on voit son groupe préféré devenir quasiment mainstream, remplir les plus grandes salles et passer à la télévision? On ne peut qu’être à la fois heureux de ce succès tant mérité, mais, également assez frustrés de ne pas pouvoir se mettre quelque chose de véritablement neuf sous la dent! La pilule a du mal à passer et les chansons avec…Malgré tout, l’album est assez équilibré dans son ensemble, alternant titres lourds et animés (“To Jsme My”, “S.O.S.“, “Loutky”, “Adrian”, “Schody Nikam”, le rapide “Tusim Zradu”), morceaux groovy ou funky (“Patecni Flam”, “Trinacta Komnata”, “Hladit Vlasy Tvy”, “Hanibal”) ou douce ballade (“Blazni Viry”), tout étant lié par la voix grave et “douloureuse” d’Ales Brichta. Toutes les compos et les ambiances sont mises au même rang, il n’y en a aucune qui surpasse l’autre. Cet équilibre semble, cependant, être très fragile et ne tenir qu’à un fil, tant la tentation du groupe de galoper est forte. Mais, une sorte de retenue, masquée, est bien là pour calmer ce vif désir de tout envoyer balancer. Heureusement, donc, que “Blazni Viry”, comme un mur, ralentit la cadence infernale.

S.O.S.‘, sous ses airs d’album pêchu, pêche honteusement au niveau des idées, et peut être considéré, à ce titre, comme un album de stabilisation…Pourtant, le musicien est un artiste qui se doit de vivre de nouvelles expériences et, par là même, de transmettre aux autres son ressenti en explorant de nouvelles contrées. Cette rondelle ne restera pas longtemps dans les annales. A écouter sans véritable enthousiasme…

Arakain : Apage Satanas

Category: Uncategorized | Leave a Comment

Arakain : Apage SatanasDeux ans après le “faiblard” ‘S.O.S.‘, Arakain fait son come-back avec un album largement plus mature et supérieur en qualité à celui qui l’a précédé. Ainsi, ‘Apage Satanas‘ est un disque imaginatif et qui redonne espoir aux fans en mal de sensations.

Dès le début, on ressent comme un immense soulagement en retrouvant le Arakain d’avant la mauvaise passe : une cloche nous met directement dans l’ambiance d’un heavy metal très sombre, comportant des lignes vocales plus hargneuses qu’à l’accoutumée, un très bon signe diront les adorateurs du lion tchèque…”A Zvony Zvoni” est un morceau qui scande un retour triomphal du combo, qui s’enorgueillit d’une nouvelle réussite et de plusieurs tubes (“My Jmeno Je Plamen”, “Kyborg”, “Spatny Dny”, “Ser Chan”, “Hey Kritik”, “Trip”, “Prominte Slecno”, “Apage Satanas“), qui trouvent leur place parmi des titres plus calmes (“Karavana Slibu”, “Pul Stoleti”) ou plus rock (“Princess” est très orientée hard-rock, “Navrat Bohu” a un accent rock). Le groupe, plus confiant en soi, vient de retrouver le goût des choses nouvelles. Bien leur en a pris, car ‘Apage Satanas‘ n’est ni plus ni moins que le meilleur album de la période Ales Brichta qui, malheureusement, quittera le navire quelques années plus tard…

Apage Satanas‘ rappelle quelque peu ce que fait le groupe Rage, du moins, au niveau des sonorités utilisées. Ce changement de cap et d’attitude dénote une certaine reprise de vigueur que le groupe ne lâchera pas sur ses prochains disques, dont celui qui sortira 3 ans plus tard, le magique ‘Forrest Gump‘. ‘Apage Satanas‘ : une des pièces majeures du metal slave!

  • Calendar

    July 2008
    M T W T F S S
    « Jun   Aug »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031