Gang : Dead Or AliveGang est un groupe français qui évolue dans une sphère heavy-thrash, entre Megadeth, époque ‘Rust In Peace’, Metallica, Venom (le début du troisième titre fait fortement penser au titre “Resurrection” du groupe de Black) et Iced Earth. En effet, on reconnaît la patte de Mustaine, qui est ici fortement prononcée. Dès le premier titre, “Dead Or Alive/Sleep In Armageddon“, cette impression devient réalité et l’on se dit que Gang gagnerait en qualité si, d’une part, le son était meilleur, et, d’autre part et surtout, s’il mettait plus en avant sa propre personnalité.

Outre ce petit couac, on ne s’ennuie pas du tout à l’écoute de ce petit chef-d’oeuvre, les composition étant toutes dynamiques et entraînantes, ce qui nous permet de nous défouler entièrement. On a parfois l’impression d’en être revenu à l’époque glorieuse du thrash made in Bay Area, puisque le son est tellement semblable à celui d’album tels que ‘Peace Sells’, ‘Rust In Peace’, ‘Master Of Puppets’ ou ‘Ride The Lightning‘. Dans le fond, ce n’est pas un défaut, mais, plutôt une qualité que bien des groupes en Europe n’ont pas, privilégiant toujours un son formaté à la Finnvox et avec Pro-Tools. Or, le propre d’un album de metal c’est d’avoir un son à la fois puissant et “sale”, comme celui présent sur ce très bon ‘Dead Or Alive‘ de Gang!

Les morceaux qui méritent toute votre attention sont les suivants : “Asleep In Armageddon“, “Ghetto” et son discours d’Hitler en intro, “Old Stoned Cross“, “Les Démons et Les Dieux”, “Stand And Fight“, “Evil Spell” et son son très moderne à la Pantera, “My Need To Scream” sur lequel la voix de Laurent Bocquet se rapproche étonnamment de celui de Dave Mustaine, et la reprise de Vulcain “Rock’n'Roll Secours”.

Autre élément à retenir, l’utilisation d’une batterie programmée, ce qui donne parfois un son très artificiel à l’ensemble. Ceci est d’autant plus dommage que les chansons auraient gagné en puissance et en musicalité si les musiciens, dont le talent n’est pas plus à prouver, avaient engagé un véritable batteur. Ce sera sens doute sur le prochain album!

Autrement, il s’agit d’un excellent album à mettre entre les mains des fans de thrash de la bay area, notamment ceux qui ont été déçu par Metallica et ceux qui attendent avec impatience le nouvel album du rouquin de Megadeth!

Gurd : Bang!Quelle est le lien entre la Bay Area et la Suisse? Le thrash metal, bien sûr, dont Gurd est un fervent défenseur et créateur! Depuis 1995, ce groupe nous démontre tout son savoir faire et ce n’est pas ‘Bang!‘, qui va nous prouver le contraire, car avec cet album, les petits Suisses enfoncent encore le clou et nous mettent k.o. dès la première écoute de cette bombe! La chose la plus flagrante sur ce disque, c’est ce groove inimitable initié par le duo Tschibu/Franky. De mémoire de métalleux, je n’ai jamais vu un groupe de thrash “swinguer” autant! C’est incroyable et pourtant réél! Ensuite, le deuxième attrait de ce groupe, c’est de mélanger vocaux clairs et vocaux hurlés à la limite du hardcore, ce qui rajoute une touche plus agressive, limite de la folie, comme sur “Wish”, qui possède, également, un solo de guitare de folie, typiquement hammettien. La structure des morceaux est complexe, bien que la première impression qui ressort est une ossature simple, dissimulée derrière un mur de riffs directs et sans concession, intégrée en “trompe-l’oreille”. Bien évidemment, ce sentiment persiste tout le long de l’album. Et ce n’est vraiment pas un mal! Les thrashers nous garantissent une bonne dose de frissons et d’adrénaline, comme seuls les groupes thrash germaniques peuvent le faire. Nous ressentons, malgré tout, un peu la patte de Destruction, avec qui le groupe a travaillé. Mais, cela ne gâche en rien le plaisir d’écouter cette nouvelle offrande des Helvètes. A écouter d’urgence!

16/20

Black AlbumAprés trois albums successifs qui ont connu un énorme succés, metallica continue sur le chemin de la gloire avec un album qui va révolutionner le monde du métal dans sa globalité, le chef-d’oeuvre de thrash metal par excellence. Bien que perdant certains fans de sa période la plus heavy, qui lui reprochent de trop ralentir le tempo et de trop s’adoucir, le groupe en gagne de nouveaux avec cet album brillant. Que de hits ici réunis : “Enter Sandman“, “Sad But True“, “The Unforgiven“, “Wherever I May Roam“, “Through The Never”, la ballade mélancolique “Nothing Else Matters“, entiérement écrite par James Hetfield qui raconte son sentiment de solitude durant les tournées à rallonge de son groupe, et “The Struggle Within”. Il ne s’agit plus de thrash au sens strict du terme, les structures propres à ce style ayant disparu, mais, plutôt de heavy. Ce disque marque également le début d’une descente aux enfers initiée par un adoucissement de la musique du groupe (‘Load‘ et ‘ReLoad‘), la dépendance trés forte de James à l’alcool et le départ précipité du bassiste Jason Newsted. Le “Black Album“, initialement baptisé ‘metallica’, est, donc, un album qui a eu un double impact sur metallica : à la fois positif et négatif, celui-ci a vérifié l’effet icare. Le groupe s’est trop approché du soleil et ses ailes ont fini par brûler, la chute était, par conséquent inévitable…Je vous recommande sincérement ce disque, qui est la matérialisation vivante du succés que pourrait rencontrer le métal s’il n’existait pas toute cette lie programmée par MTV et que l’on qualifie de “musique” (comprendre rap, r’n'b, techno). Sans aucun doute, un des monuments du rock dans toute sa splendeur!!

  • Calendar

    December 2017
    M T W T F S S
    « Feb    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031