août 1st, 2012

As Aimless Glory : False IdolsLe Metalcore que l’on adore détester. C’est un peu dans ce style d’idées que sortent les albums de ce courant Metallique trop souvent haïs des puristes. « Bien trop facile », « bien trop cliché », « bien trop peu innovant ». Force est de reconnaître que tous ces adjectifs ne sont malheureusement pas toujours balancés à contre-courant. Le Metal en –core mondial s’essouffle progressivement. Loin de moi l’idée de dénigrer une scène que je ne connais qu’à travers les principales figures du mouvement, toutefois, on ne peut que reconnaitre la similarité abusive que proposent les dernières sorties entre elles.

As Aimless Glory, récente formation Niçoise opérant dans un Electro-Metalcore ne déroge pas à la règle. D’office, il est facile de reconnaître que leurs sons d’une propreté inégalable n’est guère différents d’un groupe à la Asking Alexandra (parmi tant d’autres). « False Idols » est le premier enregistrement « grandeur nature » de ce groupe Azuréen et il en sera ainsi fait la remarque désormais habituelle. C’est extrêmement propre et agréable, mais ça ne relève finalement pas grand-chose. La scène s’essouffle et pour le moment, As Aimless Glory ne dispose pas de la bouteille d’oxygène adéquate.

Musicalement parlant, ce disque reste dans la veine Metalcore traditionnelle en y incorporant tout de même quelques bribes de bonnes idées malheureusement sous-exploitées. L’introduction « Prelude to a Tragedy » par exemple, très électronique, certes, mais disposant d’un côté symphonique bien vu et sympathique. Mais pour le reste, nous avons droit à ce qui se fait habituellement dans le milieu. Un chant vociféré avec haine et rage, parfois poussif et malvenu (« There’s No I in Team »), mais souvent puissant et entraînant, proche des growl du DeathcoreBuried Dreams ») et toujours dans des tonalités claires-hurlées pour imposer une certaine émotion mi-figue mi-raisin (« You and Me Against the World ») voire même de long hurlement davantage Post-Hardcore (« As an Unexpected Secret »). Bien évidemment, on retrouvera le chant clair bien catchy et agaçant pour beaucoup sur le même titre, même si les quelques pointes d’émotions ne soient pas dépourvues d’intérêt.

Les musiciens ne sont pas en restes et nous proposent un ensemble relativement convaincant de guitares « grasses » (mais toutefois un poil trop lisse) et de mini-soli très intéressant (« As an Unexpected Secret ») sur fond de batterie oscillant entre doubles et frappes lourdes, bien que, comme dit précédemment, les idées ne soient pas suffisamment poussés (« Buried Dreams » et son Deathcore cliché font tâche, encore une fois, les différentes parties du titre sont bien mal réparties). De temps en temps, le clavier nous sortira quelques notes de piano insistant sur le côté Mélodique de l’ensemble (l’intro de « There’s No I in Team » où les breaks de « As an Unexpected Secret ») ou bien, comme c’est à la « mode » en ce moment, quelques petits relents Dubstep sur « You and Me Against the World ». Les atmosphères glauques et malsaines de « I’m Here to Break the Sky » (noter l’ingéniosité du titre tape-à-l’œil et long comme on trouve trop souvent dans les groupes de ce style) sera par contre assez mal agencée avec les envolées claires des refrains.

As Aimless Glory mérite toutefois un peu d’indulgence. Même si le disque regorge de passages agaçants et pompeux, il résulte toutefois un sentiment assez mitigé, suffisamment pour se dire que le groupe serait capable d’en envoyer encore davantage. À surveiller d’un petit œil, les Niçois pourraient davantage surprendre, à condition de pousser bien plus sur les nombreuses (mais trop courtes) bonnes idées qui jalonnent ce premier EP.

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.