février 18th, 2013

Psykup remonte à loin, maintenant. Les explosions musicales et les folies vocales de Matthieu Miegeville et Julien Cassarino ne sont plus qu’un souvenir de plus en plus lointain. Matthieu, Milka pour les intimes, a depuis longtemps quitté le monde du Metal à proprement parlé pour s’engager durablement sur celui de la musique émotionnelle. L’émotion écorchée vive, brutale, d’un côté. My Own Private Alaska. Un piano et une batterie pour accompagner la voix violente et emprunte de tristesse de Matthieu. Puis il y a l’émotion sombre et mélancolique de l’autre. Agora Fidelio. Un Post-Rock à texte, poétiques et bouleversant.

Mais Agora Fidelio n’en a plus pour longtemps maintenant, et le groupe s’éclipsera une fois la ville de Belfast atteinte. Matthieu a donc décidé de partir dans d’autre projet. Mi-2012, le projet God François est sorti, sortes de « renouveau » de la chanson française purement loufoque et débridé, fait de chansons extrêmement courtes (parfois 20-30 secondes) et de paroles hilarantes et peu sérieuses. Mais c’est un projet bien plus récent qui nous intéresse aujourd’hui. Terre Neuve.

Avant de parler de ce groupe, il convient de parler du deuxième membre, Andrew Richards, membre du groupe Uniform Motion, mélangeant habilement et avec sensibilité Folk-Rock Indépendant et arts visuel. À eux deux, ils forment Terre Neuve, pont entre cultures britannique et française. Rock minimaliste et mélodique, relaxant et reposant.

« Pull Off the Wood », introduction presque tribale et incantatoire, quelques frappes résonnantes, un mélange des deux voix, graves, aériennes, délicates. Quelques sonorités folk, une atmosphérique forestière et boisée. Puis on enchaîne sur « An Oracle ». La guitare acoustique, les petites tapes discrètes, une voix si douce… Profondément intimiste et reposante, progressive pour laisser place à davantage d’émotion dans sa progression vers une plus grande présence de la batterie, la musique de Terre Neuve nous embarque très rapidement dans un cocon confortable où les étoiles brillent en rythme au-dessus de nos têtes rêveuse.

Pour continuer dans cette ambiance délicieusement délicate, tournons-nous vers « The Monster Love You ». La guitare, toujours lente et intimiste, accompagne à la perfection le chant aussi parfait et bouleversant de Matthieu et les chœurs envoutant d’Andrew, dont la voix plus aigue contrastes magnifiquement bien avec le timbre plus graves de Milka. Avec « The Other I », nous touchons une nouvelle ambiance, plus rapide, toujours acoustique, les deux voix en concordance parfaite, quelques notes de flutes, une batterie régulière. On pourrait presque imaginer une chanson chantée entre amis autour d’un feu. Un charme continuel opère avec talent tout le long de ce splendide morceau.

« Get Undressed » conclue cette première production en conservant toujours intacte cette atmosphère si particulière propre à Terre Neuve, minimaliste et magnifique, toujours envoutante et remplie d’une émotion cristalline. Cristalline et pure comme l’est ce premier EP d’un projet à suivre. Comment ne pas suivre Terre Neuve dans leurs randonnées forestières d’une beauté tellement manquante aujourd’hui… Matthieu et Andrew nous offrent une musique rafraichissante, sensible et belle. Prenez un peu de votre temps et laissez votre vie stressante pour voyager avec ces deux artistes dans leur monde unique et mélancolique.