ASHRA : WALKIN’ THE DESERT (1989)

 

 

Alors que les années 70 furent pour lui une période foisonnante par sa fécondité (9 albums sans compter les collaborations diverses avec les Cosmic Jokers et le Tarot de Walter Wegmüller), la décennie suivante ouvre en revanche une phase de productivité en berne. Ainsi E2-E4, bien qu’enregistré en 1981 est publié quatre ans après Belle Alliance (1980) et ensuite cinq années ont été nécessaires à l’élaboration de Walkin’ The Desert qui voit Manuel Göttsching “ reformer ” Ashra. Et depuis, même si les sorties portant le sceau du guitariste se révèlent nombreuses, on y dénombre surtout beaucoup de lives, compilations et autres exhumations d’enregistrements inédits (Dream & Desire, Early Water…), ce qui ne retire rien à leurs qualités et à leur intérêt, bien au contraire.

Capturé à Berlin entre 1988 et 1989, le très beau Walkin’ The Desert témoigne par contre du niveau acquis par Göttsching en terme de maîtrise des machines et des samples, ce que E2-E4 démontrait déjà. Cet opus, qui lui permet de rejouer en outre avec Lutz Ulbrich (ex Agitation Free), a quelque chose d’un voyage hypnotique, aérien et envoûtant où les guitares restent en définitive fort discrètes, sauf bien entendu durant le cristallin et bien nommé “ Four Guitars ” qui permet aux deux compères de dialoguer de la plus belle des manières et sur le terminal “ Dessert ”.

Baignant dans un climat étrange aux effluves orientalisantes évidentes, ces cinq mouvements restent sans doute ce que l’Allemand a composé de plus pur. De plus fin et racé également. Le lancinant “ Two Keyboards ” navigue dans des eaux paisibles et claires bien qu’une mélancolie sourde affleure à la surface, symphonie pour claviers d’une beauté intense. A la limite de l’ambiant, l’atmosphérique “Six Voices ” se pare d’ambiances fantomatiques et désespérées avant de s’envoler vers des contrées mystérieuses. Mais la pièce maîtresse de Walkin’ The Desert, celle qui justifie à elle seul son acquisition, demeure sans doute aucun le gigantesque “ Twelve Samples ”, au souffle arabisant divin. Comment ne pas être emporté par ce tourbillon de sonorités qui semblent provenir de l’immensité des déserts africains ? Il suffit de fermer les yeux pour imaginer les caravanes sillonnant ces vastes étendues arides. Superbe.

Après plusieurs années d’absence discographique – il a par contre continué à offrir des concerts durant cette période -, Manuel Göttsching nous fait donc de nouveau parvenir une carte postale de son périple artistique. Vu la qualité de celle-ci, nous ne pouvons que nous réjouir de cette fertilité retrouvée. (29/09/08)

 

TRACKLISTING

  1. 1st Movement : Two Keyboards / 8.18
  2. 2nd Movement : Six Voices / 8.42
  3. 3rd Movement : Four Guitars / 10.29
  4. 4th Movement : Twelve Samples / 13.50
  5. Dessert : Eight Tracks / 4.28

TOTAL PLAYING TIME : 45.59

 

1989
9 / 10
NAVIGATOR

 

DISCOGRAPHY

 

http://www.myspace.com/manuelgoettsching  

 

 

 

 

Discussion Area - Leave a Comment

You must be logged in to post a comment.