VIRUS : THE BLACK FLUX (2008)

 Season Of Mist – 8 / 10

 

Il y a quelque chose de pourri dans le royaume de Virus, quelque chose qui ne tourne pas rond. Le chant, profond, habité, est complément hanté et affirmer que les guitares sont dissonantes relève du truisme. Rien, absolument rien ne file vraiment droit sur ce The Black Flux. Tout semble y être déglingué, à l’image de ces riffs, véritable stratigraphie de couches empilées de traviole.

Mais à la vue du pedigree du principal instigateur de ce groupe, le cultissime Czral-Michael, cela n’a de fait rien de surprenant. Si l’homme peut se targuer de posséder à son tableau de chasse des formations aussi influentes que Satyricon, Ulver (sa voix ne peut qu’évoquer celle de Garm) ou Aura Noir, c’est surtout pour son implication dans Dodhmeisgard et plus encore dans le singulier Ved Buens Ende qu’il est admiré. Soit un gars qui n’a rien d’un intégriste et qui, au contraire, estime que le black metal ne doit pas demeurer inféodé à de quelconques règles.

Il y a d’ailleurs beaucoup de Ved Buens Ende dans Virus, projet un peu paresseux né en 2000 et dont cet opuscule n’est que la seconde offrande. Cependant réduire ce groupe à cette filiation tient pour le moins du raccourci commode car il emprunte d’autres voies, plus progressives, plus bizarres encore, à la croisée des chemins de VoiVod et Talking Head ( ?), comme ses géniteurs se (com)plaisent à le dire. Nous voilà donc bien avancé avec cette définition aussi bancale (bien que pertinente) que la musique proposée ici.

Ainsi parler de metal noir semble presque absurde et ne serait-ce le rôle de ses parents dans ce mouvement, il est clair que Virus ne noue que peu d’attache  avec cette chapelle, dont il ne conserve que de lointaines fondations bien érodées qui plus est par des influences qui dépassent ce cadre. Mieux vaut donc parler de post black metal, étiquette fourre-tout qui agglomère des formations telles que Solefald, Arcturus, Ulver, voire Enslaved également, autant de groupes certes différents mais qui ont en commun le fait de s’être très vite affranchis de certains invariants qui gangrènent l’art noir.

Mid-tempo, hypnotique, sombre, étrange, dérangeant aussi, sont autant de qualificatifs pour décrire The Black Flux, magma sonore qui libère un fluide vicieux et froid et secrète un désespoir intense bien qu’il s’exprime de manière plus originale qu’à l’accoutumée. De « Stalkers Of The Drift » au superbe « Strange Calm », ces neufs échappées viciées et bringabalantes ont cette particularité qu’elles se ressemblent un peu toute, ce qui contribue à conférer à cet album une impression de répétition, de va-et-vient lancinant sans pour autant paraître redondant ou répétitif justement. The Black Flux a quelque chose d’un tourbillon qui vous avale, vous happe, vous envoûte aussi…

Une œuvre singulière donc, faussement simple, à l’image de ceux qui l’ont enfanté et qui mérite nombre d’écoutes si l’on veut goûter aux richesses cachées au fond de sa précieuse intimité humide car elle n’ouvre pas ses cuisses aussi rapidement qu’on le voudrait. Une gemme rare et noire.  (11.12.08)

 

TRACKLISTING
  1. Stalkers Of The Drift / 4.29
  2. As Virulent As You / 5.56
  3. Archives / 6.31
  4. The Black Flux / 6.39
  5. Intermission : Ocean Highway / 3.54
  6. Inward Bound / 6.50
  7. Lost Peacocks / 5.48
  8. Shame Eclipse / 4.12
  9. Strange Calm / 8.52
TOTAL PLAYING TIME : 53.11

 

DISCOGRAPHY

 

www.myspace.com/czral

 

 

Discussion Area - Leave a Comment

You must be logged in to post a comment.