Entries Tagged as 'Techno Death'

HYPNOSIS

 

 

 

FRANCE ORIGINE

CYBER DEATH GENRE

 1993 FORMATION

LINE-UP

CINDY [SIN_d] (GUITARS, VOCALS)

PIERRE [Py-Ër] (GUITARS, VOCALS, MACHINES)

PATRICE [Pä_tRisS] (BASS)

ANCIENS MEMBRES

REGIS DOUILHAC (BASS) 

ALEX [Al-X] (DRUMS)

 

 

DISCOGRAPHY

SHADOWORLD (1999)

HUMANOÏD (2001)

CYBER DEATH (2004)

SEEDS OF HATE (2006)

THE SYNTHETIC LIGHT OF HOPE (2008)

 

http://www.myspace.com/hypnosismetal  

 

 

HYPNOSIS – HUMANOÏD

 

 

Nul n’est prophète en son pays. La France regorge de groupes talentueux et aventureux et tout le monde semble s’en foutre.

Après un premier jet intéressant, Hypnosis vient nous offrir un nouvel album. Pour ceux (les plus nombreux) qui ne le connaît pas, sachez que le trio assène un cyber death metal d’excellente facture, où s’accouplent sur fonds de rythmiques robotiques, voix masculines caverneuses et chant féminin, le tout drapé dans des atmosphères glaciales et hypnotiques que tissent des nappes futuristes (“ Agony ”).

Oscillant entre 4 et 6 minutes, ces dix pistes se révèlent être d’un densité intense, concentrés de violence épidermique ; elles possèdent toutes un élément accrocheur qui les rendent immédiatement intéressantes. On touche là du doigt la force principale du groupe, celle de savoir composer de véritables chansons, parfaitement architecturées (“ Who P ”, “ Mother ”…). Par raport à Shadoworld, Hypnosis semble avoir trouvé avec Humanoïd le terreau propice pour délivrer ses angoisses métaphysiques (“ I’m Your God ”) et ses thèmes futuristes.

Brutal parfois, oppressant souvent mais mélodique toujours, cet opus témoigne d’incontestables progrès chez ses géniteurs, qui affinent de plus en plus leur identité, une identité singulière qui ne ressemble à nulle autre. Humanoïd est le récit d’un futur incertain et noir, emprunt d’un pessimisme fébrile.

Encore un très bon disque de la part des Français. Espérons que la récente signature chez Sacral leur apportera le soutien qu’ils méritent, plus en tout cas qu’avec Black Lotus, chez qui ils étaient autant à leur place qu’une nonne au Sexorama de la place Pigalle. (13/04/08)

 

 

 2001

 * * *

SACRAL PROD.

TRACKLISTING

Who P / 5.37

New Life / 5.26

Homeless / 5.27

Mother / 6.17

She / 2.48

Evilized / 4.46

I’m Your God / 4.35

Disgust / 0.18

Hate Me / 5.24

Agony / 5.18

 

 

DISCOGRAPHIE

 

http://www.myspace.com/hypnosismetal  

 

HYPNOSIS – SEEDS OF HATE

 

 

 

Depuis le début des années 90 Hypnosis libère les effluves cybernétiques d’un death metal ultra technique froid et oppressant. Depuis 1999 Hypnosis publie des albums tous plus convaincants les uns que les autres dans une indifférence polie aussi incompréhensible qu’injuste.

Le trio présente avec Seeds Of Hate sa quatrième salve. Toujours plus abouti, toujours plus noir, les Français poursuivent le travail entamé avec Shadoworld en le poussant à chaque fois vers des méandres de plus en plus déshumanisées. Seeds Of Hate est une machine implacable à l’œuvre, froide et désincarnée dont seules les interventions claires de la chanteuse-bassiste Cindy en contre-point des grognements gutturaux masculins et les riffs mélodiques bien qu’obsédants (“ Erosion Of Thoughts” notamment) l’éclairent de temps à autre. Etouffants, denses, les titres, souvent longs, ne sont pas toujours aisés à suivre, bien qu’ils soient tous détenteurs d’une mélodie vocale, d’une ligne à la six cordes qui agissent comme une balise et permettent à l’auditeur de se raccrocher au wagon dont les rails s’enfoncent dans les entrailles d’une usine effrayante qui a quelque chose d’un trou noir.

Les changements de rythmes abondent, comme sur le terrifiant “ Altered Reality ”, riches de touches modernes et hypnotiques. Paysages d’une urbanité souterraine grouillante, ces pistes labyrinthiques vibrent de pulsations robotiques qui les entraînent parfois aux confins de la transe, à l’image du final désanchanté de “ Seeds Of Fate ”, décharge terminale d’une glaciale beauté.

Sans doute l’album est-il un peu trop long, les morceaux peu attachants car trop froid, mais cela est voulu et revendiqué par un groupe qui trace seul son chemin. Moins accessible que Fear Factory (moins américain aussi !), moins industriel que S.U.P, Hypnosis a depuis longtemps coupé le fil d’Ariane qui permettrait à un public plus nombreux de les apprécier. C’est aussi (et surtout !) ce qui fait toute sa valeur. Les artistes originaux sont suffisamment rares pour qu’on les soutiennent comme il se doit. Hypnosis est de ceux-là.

 

 

 2006

 * * *

 BENT RECORDS

TRACKLISTING

Genesis Of Destruction

Stone Cold Embrace

Soul Mirror

The Room

Erosion Of Thoughts

Altered Reality

Low Life Process

Glittering Words

Seeds Of Fate

 

DISCOGRAPHIE

 

http://www.myspace.com/hypnosismetal