Entries Tagged as 'DFDR'

INTERVIEW: DFDR

 

 

Entretien avec Sect Santhem, réalisé par mails en mars 2009.

 

GreG : Que signifie DFDR ?

Sect Santhem : Ce sont les initiales d’une formule propre à Sect Santhem et à Sheol, nous la gardons pour nous.

G. : Alors que tu as déjà Grey (qui est certes bien différent), pourquoi as-tu ressenti le besoin de monter DFDR ?

Sect Santhem : Grey est un projet studio, DFDR un véritable groupe. C’est important d’avoir l’occasion de confronter ses idées, le projet solo n’y étant par essence pas propice. Jouer live est jouissif. Et comme tu l’as souligné DFDR et Grey ne suivent pas les mêmes chemins, bien que les thématiques soient les mêmes (folie, subversion).

G. : Qu’as-tu voulu exprimer à travers ce premier essai ?

Sect Santhem : Nous, car DFDR doit être un groupe, même si le line-up n’est pas complet actuellement, nous avons tenté de manière spontanée de créer un projet avec une identité propre, pas de copier même si nous sommes évidemment influencés par nos groupes référents. Nous sommes là, parmi vous, pas forcément semblables.

G. : Est-ce que le cadre tant géographique, historique que culturel de la Lorraine est une source d’inspiration pour DFDR et si oui, de quelle manière ?

Sect Santhem : A la fois oui, car je suis très sensible aux ambiances de certains endroits chargés d’histoire. Et j’apprécie la mystique de Metz, une ville très…cachée. Cela influe forcément sur ce que je créé. Et non, parce que les thématiques sont universelles. Occidentalles, du moins. Et je ne crois pas que DFDR soit marqué musicalement, ni par la Lorraine, ni par la France.

G. : tu dis que DFDR est un vrai groupe. Est-ce Sheol et toi qui avez composé la musique ? Où en êtes-vous actuellement avec le line-up ?

Sect Santhem : Oui, chacun a apporté sa contribution. Sheol et moi sommes les créateurs du groupe, et les principaux compositeurs. Actuellement DFDR est formé de Sect Santhem et d’une autre personne issue du monde DOOM, et j’espère compléter à nouveau le groupe rapidement. Les autres ont arrêté à la suite de divergences internes. As usual….

G. : Tu parles du live. DFDR s’est-il déjà produit sur scène ? Est-ce important pour toi ?

Sect Santhem : C’est primordial, et c’est d’ailleurs sur ce point que les autres sont partis, car je n’accepte pas de faire n’importe quoi. Le black metal ne se prête pas à être joué partout. Ce n’est pas de la prétention. Je veux au moins le minimum requis de qualité d’exécution et un cadre correspondant. DFDR n’est pas punk.

G. : J’ai l’impression que la musique de DFDR se prête davantage à cet exercice que celle de Grey, non ?

Sect Santhem : Tout à fait, encore plus pour le prochain Grey qui sera bien plus complexe que ne l’était le premier.

G. : Vois-tu des points communs à tous tes projets ?

Sect Santhem : La noirceur exprimée en nuances de teintes. Les thématiques, j’écris touts les textes. L’inscription dans les codes du genre sans être prototypique. Du moins à mon avis.

G. : Peux-tu revenir sur le concept qui forme la colonne vertébrale de Sourhat ?

Sect Santhem : A la base une discussion sur la folie avec un ami. De disgressions en disgressions je suis arrivé à SOURHAT “The one who has in the head what to destroy the world with”. Le concept supposait une contrainte : composer, enregistrer et mixer chaque titre en cinq heures.

G. : Quel est le futur de Grey et de Sourhat ?

Sect Santhem : Le deuxième ton de gris est en gestation, et devrait naître l’an prochain. Je n’ai pas encore décidé si Sourhat, qui n’est qu’un concept ponctuel, reviendra.

GreG : Merci.

 

www.myspace.com/dfdrband

 

 

DFDR

 

 

 

LORRAINE ORIGINE

BLACK METAL GENRE

LINE-UP

SECT SANCTEM (GUITAR, VOCALS)

SHEOL (GUITAR)

THORBES (BASS)

ANCIEN MEMBRE

O (DRUMS)

GREY, SOURHAT GROUPES AFFILIES

 

 

DISCOGRAPHIE

D.F.D.R. (2007)

 

http://www.myspace.com/dfdrband  

 

DFDR – D.F.D.R.

 

Si la lumière du jour lui sied finalement assez mal – il n’y a qu’à voir les ravages que peut causer le succès (relatif) sur les ténors norvégiens du genre pour s’en convaincre -, en revanche, c’est dans les caveaux humides, dans les crytpes brumeuses de l’underground que le black metal peut réellement proliférer telle une lèpre sinistre ; c’est dans ces méandres obscurs et infâmes que le feu brûle encore. DFDR en constitue encore une preuve supplémentaire.

Derrière ce mystérieux patronyme se cache le nouveau projet de celui qui se fait appeler ici Sect Santhem, soit le troisième côté d’un triangle maléfique et impi, dont les deux autres répondent au nom de Grey et Sourhat. Par rapport à ceux-ci, DFDR creuse un sillon plus classique, loin des rivages aux confins du doom, comme peuvent aussi le pratiquer des hordes telles que Dolorian, Shining ou Forgotten Tomb, quand bien même on croise à nouveau cette même vermine mélancolique et maladive, ces mêmes riffs dissonants et parfois quasi hypnotiques.

Norvégien dans l’âme ce premier essai ne comprend que quatre titres pour un peu plus de 25 minutes. C’est à la fois peu et suffisant pour se rendre compte du potentiel de la bête. Un potentiel à la fois musical et thématique qui plus est. Loin des crachats sataniques bas du plafond trop souvent de mise dans le genre, DFDR trace une idéologie qui s’inscrit dans un humus singulier dont l’origine géographique – la Lorraine – n’est pas le moindre des stigmates. Musicalement, on pense aux premiers Immortal (le chant notamment) et Satyricon.

Si “ Useless Lives ” reste le titre le plus rapide du lot, les trois autres prennent davantage le temps de ralentir le tempo pour libérer leur venin. Quoiqu’il appuie par moment sur l’accélérateur, “ No Water Should Be So Red ” déverse avec largesse des atmosphères lancinantes et décadentes ; il navigue dans des eaux marécageuses et pourrissantes, surtout durant sa seconde partie, tandis que “ Cold Winds ”, que guident des riffs obsédants, dresse un pont avec le black doom de Grey. Plus malfaisant encore, “ Torment And Death ” a quelque chose d’une gangrène sonore, dont la seconde moitié résonne comme un appel, celui de la mort, celui d’un voyage sans retour dans les abymes de la décrépitude.

Un premier jet pour le moins convaincant et un groupe ( ?) à suivre de très près. (03/05/08)

 

 

 2007

 * * *

SIS PRODUCTIONS

TRACKLISTING

Useless Lives / 5.11

No Water Should Be So Red / 6.08

Cold Winds / 7.36

Torment And Death / 6.47

 

 

DISCOGRAPHIE

 

http://www.myspace.com/dfdrband