Entries Tagged as 'DOOMCORE'

DANISHMENDT

 

 

(Forcément) Influencé par le patriache Neurosis, Danishmendt est un groupe français gravant un doomcore tellurique. Après deux autoproductions, dont la seconde a été plutôt bien accueillie, les Parisiens publie en 2007 leur premier véritable album des plus prometteurs, Eaux fortes. A suivre…

S’il ne devait en rester qu’un : EAUX FORTES (2007)


FRANCE ORIGINE
DOOMCORE GENRE
? FORMATION
LINE-UP
MATHIEU (VOCALS)
GUILLAUME (GUITARS, VOCALS)
FLORENT (GUITARS)
XAVIER (BASS)
JULIEN (DRUMS)
PAST MEMBERS
 BANDS

 

 

DISCOGRAPHY

 

LIVE (2004 / EP)
L’HOMME EST UN ANIMAL QUI A TRAHI… (2006 / EP)
EAUX FORTES (2007)

 

   

 

www.myspace.com/danishmendt

 

 

DANISHMENDT : L’HOMME EST UN ANIMAL QUI A TRAHI… (2006)

 AUTOPRODUCTION – 6.5 / 10

 

Succédant à une première autoproduction, Live, enregistrée en 2004, L’homme est un animal qui a trahi… est seulement un EP quatre titres (pour plus de vingt cinq minutes de musique tout de même) qui n’en demeure pas moins des plus intéressants… Et des plus prometteurs.

Bénéficiant d’une production très pro et carrée, les Parisiens y libèrent un doomcore apocalyptique et suffocant, certes encore corseté par les influences de la figure tutélaire du genre, l’immense Neurosis (« Shelter »), mais néanmoins déjà recouvert d’un vernis plus personnel, qui tient en premier lieu dans le choix de recourir à la langue de Molière laquelle, loin d’en amoidrir la portée douloureuse, confère à l’ensemble une rage salvatrice.

Prélude à l’excellent Eaux-fortes, gravé en 2007, premier essai longue durée de Danishmendt, cet apéro est une œuvre à la violence épidermique, un concentré de matière brute sur lequel souffle le vent d’un nihilisme poisseux. Les invariants sont alignés comme des pinces à linges sur un fil, notamment ces cordes vocales qui ont croisé du papier de verre, mais le groupe les maîtrise à défaut de les transcender, de les dépasser (ce qui viendra l’expérience aidant) ; il sculpte avec un burin des atmosphères oppressantes qui vous terrassent, vous submergent. Etonnement, la reprise atomique des Thugs, « Biking », se glisse avec une facilité déconcertante au milieu de cette décharge d’ondes sismiques.

Danishmendt est une formation à suivre de près, L’homme est un animal qui a trahi… le démontre et que confirmera le disque suivant, travail plus mature encore.   (29/10/08)

 

TRACKLISTING
  1. Unbearable Contradiction / 6.16
  2. Shelter / 6.10
  3. Le néant comme matériau / 8.10
  4. Biking [Les Thugs Cover] / 4.36
TOTAL PLAYING TIME : 25.12

 

DISCOGRAPHY

 

 www.myspace.com/danishmendt  

 

 

ZATOKREV – ZATOKREV (2004)

 

 

 

Petit pays, à la fois isolé et central en Europe, la Suisse n’a pas manqué de livrer maints groupes de metal, souvent intéressants, toujours originaux, à l’instar de Celtic Frost ou de Coroner. De part sa jeunesse, Zatokrev ne peut en aucun cas être déjà comparé à ses deux illustres ancêtres, mais ce groupe est néanmoins des plus prometteurs.

Il s’agit d’un trio forgeant une musique d’une densité écrasante, qui doit autant au hardcore américain (pour le chant hurlé et vindicatif) qu’au doom (pour ses rythmiques pachydermiques), sans oublier une louche de metal atmosphérique (pour les passages les plus planants et hypnotiques). La filiation avec les travaux récents de Neurosis est certes évidente, mais les petits Suisses parviennent à tirer leur épingle du jeu dans ce style que certains baptisent déjà doomcore (ça ne s’invente pas).

En cinq titres pétrifiés, les musiciens vomissent une véritable oppression sonore au soufle apocalyptique effrayant. 40 petites minutes, c’est à la fois peu et largement suffisant pour ce faire une idée de la puissance de la bête. Le groupe n’a pas peur de diversifier ses attaques, en introduisant parfois des voix clairs lumineuses (“ Through ”) ou un groove robotique et répétitif (le final de “ … Zato Krev ”) ; aussi à l’aise qu’il est dans le format court façon panzer qui pulvérise tout sur son passage (“ Reveal ”), que dans la longue complainte destructrice aux climats faussements paisibles (“ Fourem ” et ses 14 minutes agonisantes).

Un groupe à suivre donc, tout comme le jeune label (Codebreaker) qui l’a signé.

* * *

 

ANNEE : 2004

GENRE : DOOMCORE

LABEL : CODEBREAKER

 

TRACKLISTING

Reveal

C Through

Alive

Zato Krev

Fourem

 

DISCOGRAPHIE

ZATOKREV (2004)

BURY THE ASHES (2007)

 

http://www.myspace.com/zatokrev