Entries Tagged as 'SLUDGE'

ATAVIST (2004 -

 

 

Bien qu’encore jeune, Atavist n’en est pas moins un des plus intéressants groupes oeuvrant dans le sludge/doom. Sa collaboration avec Nadja est pour l’instant remarquable. A noter que ses membres jouent aussi du black metal avec le non moins excellent Winterfylleth.

S’il ne devait en rester qu’un : II : RUINED (2007)


UNITED KINDGOM ORIGINE
SLUDGE / DOOM METAL GENRE
2004 FORMATION
LINE-UP
CHRIS NAUGHTON (GUITARS)
OLIVER TURNER (BASS)
SIMON LUCAS (DRUMS)
MATT BARTLEY (VOCALS)
PAST MEMBERS
TOBY BRADSHAW (VOCALS)
SHANE RYAN (BASS)
JAMIE SYKES (DRUMS)
CALLUM COX (DRUMS)
 BANDS
BURNING WITCH, NARCOSIS, THORR’S HAMMER, WINTERFYLLETH

 

 

DISCOGRAPHY

 

ATAVIST (2006)
ATAVIST – NADJA : 12012291920 / 1414101
II : RUINED (2007)
ALCHEMIC RESURRECTION (2008 / EP)
 ATAVIST – NADJA II : POINTS AT INFINITY (2008)
INFERNAL PROCESSION… AND THEN EVERYTHING DIES (2008 / SPLIT)

 

      

 

 http://www.myspace.com/atavist 

 

 

YOB – THE UNREAL NEVER LIVED

 

Il faut battre le fer tant qu’il est chaud. En crachant le petit frère de son troisième méfait, The Illusion Of Motion, à peine un an après avoir publié ce dernier, Yob a, en n’a pas douter, fait sien cet adage.

Encore une fois, les ricains nous gratifient de seulement quatre titres en 50 minutes environ ! Y a pas besoin de s’armer d’une calculette pour comprendre qu’il s’agit de pavés d’une durée conséquente. Deux genres en particulier aiment rien moins qu’étirer ses chansons jusqu’à la rupture : le progressif et le doom. Yob n’ayant rien à voir avec Yes, il pratique donc du doom, un doom cosmique comme lui seul est capable actuellement d’en torcher. Et étant américain, le trio vomit une musique qui, sans être aussi roots que celle de Saint Vitus par exemple, ou aussi extrême que celle de Khanate ou de Sun O))), possède ce son si caractéristique, ces guitares au goût prononcé de féraille, et cette rythmique granitique, propres au doom de son pays d’origine.

Cosmique car ces quatre morceaux s’envolent très haut vers des sphères célèstes qu’aucun autre groupe auparavant n’a oser explorer. Cosmique enfin, pour ses paroles versant dans le mystique, une des marques de fabrique du trio. Proche parfois de Sons Of Otis, Yob s’en éloigne malgré tout par une approche plus structurée de ses compositions qui sont tout sauf des jams improvisées et ce, en dépit de leur longueur parfois exagérée (plus de 20 minutes pour l’infernal “ The Mental Tyrant ”) ; ainsi que par le despoir qui enveloppe sa musique (comme sur l’énorme “ Quantom Mystic ” ou “ Grasping Air ”).

En tout cas, le groupe nous offre encore une fois un album de doom monstrueux et tout bonnement remarquable, ainsi que son champ du cygne. A conseiller aux amoureux des divagations acides d’Electric Wizard, en plus accessible toutefois.

* * *

 

ANNEE : 2005

GENRE : SLUDGE DOOM

LABEL : METAL BLADE

 

TRACKLISTING

Quantum Mystic

Grasping Air

Kamas

The Mental Tyrant

 

DISCOGRAPHIE

ELABORATIONS OF CARBON (2001)

CATHARSIS (2003)

THE ILLUSION OF MOTION (2004)

THE UNREAL NEVER LIVED (2005)

 

http://www.myspace.com/yobdoom  

 

YOB – THE ILLUSION OF MOTION

 

 

Yob est encore un jeune groupe et The Illusion Of Motion n’est que son troisième album. Mais il s’agit du premier a bénéficié d’une large exposition car produit par le puissant label indépendant Metal Blade. Cette signature devrait permettre aux Américains de mieux faire connaître leur musique. Et Dieu sait qu’elle le mérite !

En dépit d’un patronyme ridicule, le groupe lui, ne rigole pas et délivre un doom gigantesque à la fois aussi tellurique que les abymes de l’enfer (“ Exorcism Of The Host ”) et aussi cosmique qu’un Pink Floyd ayant absorbé du LSD par boîte de 12, même si l’ensemble a la légèreté d’un porte-avion. On pense parfois à Electric Wizard, les délires acides en moins. L’analogie ne s’arrête pas là car les deux groupes s’articulent autour d’un trio (ce n’est toutefois plus le cas pour les rosbifs). De fait Yob, quand bien même il régurgite des morceaux très longs (plus de 26 minutes pour le dernier des quatre titres qui composent The Illusion Of Motion), a cette capacité à aller à l’essentiel. La guitare, la basse et la batterie n’ont pas besoin de nappes de claviers pour tricoter les atmosphères mélancoliques chères au doom.

Cependant, répandre le désespoir ne constitue pas la priorité des Américains qui préfère voir copuler leurs instruments afin de cracher la musique la plus pachydermique possible. Malgré leur longueur qui les entraîne parfois au bord de la rupture, les chansons ne sombrent pas dans une lenteur pétrifiée et mortifère (bien que le morceau–titre, déjà cité, soit un pavé monstrueux qui n’est pas si aisé à “ savourer ” jusqu’au bout) . Elles ne nous invitent pas non plus à contempler des paysages désolés ou gangrénés par une urbanité suppliciée. Elles sont davantage un plongeon dans un labyrinthe sonore, certes plutôt extrême, mais où la mélodie n’est jamais bien loin, grâce à un chant qui donne l’impression d’entendre Ozzy avec un gros rhume, et à des riffs de toute beauté.

Vu l’excellence de cet album et un potentiel qu’on devine énorme, Yob est un groupe à suivre de très très près, et qui possède déjà une identité forte au sein de la scène doom américaine.

* * *

 

ANNEE : 2004

GENRE : SLUDGE DOOM

LABEL : METAL BLADE

 

TRACKLISTING

Ball Of Molten Lead

Exorcism Of The Host

Doom # 2

Illusion Of Motion

 

DISCOGRAPHIE

ELABORATIONS OF CARBON (2001)

CATHARSIS (2003)

THE ILLUSION OF MOTION (2004)

THE UNREAL NEVER LIVED (2005)

 

http://www.myspace.com/yobdoom