Entries Tagged as 'FATUM ELISUM : Fatum Elisum (2008)'

FATUM ELISUM : FATUM ELISUM (2008)

 Postghost Recordings – 8 /10

 

Sans forcément affirmer comme certains intégristes le font que rien ne vaut les bonnes vieilles premières démos des familles enregistrées au fond d’une cave éclairée à la bougie, il est cependant vrai que parfois, certaines d’entre elles se hissent très largement au niveau d’un véritable album. C’est le cas par exemple de Fatum Elisum, première démo du groupe du même nom.

Fondée en 2007 à Rouen autour des guitaristes Hugo et Christophe, du bassiste Asgeirr et d’une claviériste, la formation arpente les caveaux froids et brumeux d’un doom death massif et granitique. Aujourd’hui, les claviers ont disparu et l’arrivée de EndE au chant a permis au groupe de voir son évolution s’emballer.

Influencé par toute l’école britannique de cette musique de la douleur, Fatum Elisum noue également des liens évidents avec Ataraxie. La proximité tant géographique qu’humaine l’explique. Tous les deux partagent ce goût pour les complaintes en forme de bloc pétrifié qu’aucune lumière ne vient jamais caresser de sa chaleur ; tous les deux maîtrisent cette science de l’accélération subite, du break salvateur qui empêchent ces très longs titres de part trop s’abîmer dans un monolithisme redondant ; tous les deux aiment le chant caverneux et parfois hystérique à la Bethlehem / Deinonychus ; tous les deux bien entendu sculptent dans la pierre un art totalement désespéré.

Pour autant, Fatum Elisum fait déjà preuve d’une réelle personnalité qui repose au moins sur deux caractères : tout d’abord une dimension littéraire intéressante (ses membres citent volontiers Baudelaire, Schopenhauer, Nietzsche, Cioran comme source d’inspiration tandis que le morceau « Dancer Of Spirals » fait référence à “La ballade des pendus” de François Villon) et ensuite sur une aura religieuse inédite. Il y a quelque chose de profondément spirituel dans cette musique. Le chant de EndE, qui d’ailleurs a été capturé dans une église, celle de Saint Romain de Cailly, participe beaucoup de cette empreinte sacrée, notamment lors du douloureux « Dancer Of Spirals » où le chanteur semble prendre parfois les intonations des chants grégoriens.

Encadré par une intro (« Eli Eli ») et une outro (« Lama Sabachthani »), quatre plaintes suffocantes d’un doom minéral architecturent cette essai excellent tout du long, quatre prières pour les morts glaciales comme la roche en pleine hiver, lentes procession funéraire qui progressent peu à peu vers la tombe. Minées par une profonde tristesse, plombées par une faute qui ne peut être pardonnée, elles résonnent comme un cri d’abandon. Sans espoir aucun. Et comme toujours avec cette musique, il y a cette beauté souterraine qui ruisselle de ces excavations dans les tréfonds de l’âme et des sentiments. Immense.

Groupe  au potentiel que l’on devine énorme à suivre de très près, Fatum Elisum a donc enfanté une œuvre inspirée et   impressionnante de maîtrise, aussi réussie que bien des albums du même genre qui bénéficient eux d’une avantageuse signature  chez un label reconnu. Les Normands devraient très vite s’imposer, à l’instar d’Ataraxie, comme un des chefs de file français du doom death. (07.02.09)

 

TRACKLISTING
  1. Eli Eli / 0.49
  2. In Vain / 12.41
  3. Phantom / 16.11
  4. Fatum Elisum / 10.37
  5. Dancer Of Spirals / 12.38
  6. Lama Sabachthani / 1.12
TOTAL PLAYING TIME : 54.08

 

DISCOGRAPHIE