Entries Tagged as 'HARD US'

WHITESNAKE

 

 

 

UK / USA ORIGINE

HARD ROCK GENRE

1977 FORMATION

LINE-UP

DAVID COVERDALE (VOCALS)

DOUG ALDRICH (GUITARS)

REB BEACH (GUITARS)

URIAH DUFFY (BASS)

TIMOTHY DRURY (KEYBOARDS)

CHRIS FRAZIER (DRUMS)

ANCIENS MEMBRES

MICKY MOODY (GUITARS) : 1978 – 1983

BERNIE MARDSEN (GUITARS) : 1978 – 1981

MEL GALLEY (GUITARS) : 1982 – 1984

JOHN SYKES (GUITARS) : 1983 – 1986

VIVIAN CAMPBELL (GUITARS) : 1987 – 1988

ADRIAN VANDERBERG (GUITARS) : 1987 – 1997

STEVE VAI (GUITARS) : 1989 – 1990

WARREN DEMARTINI (GUITARS) : 1994

STEVE FARRIS (GUITARS) : 1997

 

NEIL MURRAY (BASS) : 1978 – 1986

RUDY SARZO (BASS ) : 1987 – 1994

TONY FRANKLIN (BASS) : 1994

MARCO MENDOZA (BASS) : 2002 – 2005

 

PETE SOLEY (KEYBOARDS) : 1978

JON LORD (KEYBOARDS) : 1978 – 1984

DON AIREY (KEYBOARDS) : 1989

 

DAVID DOWLE (DRUMS) : 1978 – 1979

IAN PAICE (DRUMS) : 1979 – 1982

COZY POWELL (DRUMS) : 1982 – 1985

AYNSLEY DUNBAR (DRUMS) : 1985 – 1986

TOMMY ALDRIDGE (DRUMS) : 1987 – 1990 / 2003 – 2007

DENNY CARMASSI (DRUMS) : 1994 – 1997

 GROUPES AFFILIES

ALCATRAZZ, BLACK SABBATH, BLUE MURDER, THE BUTTERLFY BALL, DEEP PURPLE, DEF LEPPARD, DIO, ELP, THE FIRM, HEART, JOURNEY, YNGWIE MALMSTEEN, GARY MOORE, MSG, TED NUGENT, OZZY OSBOURNE, QUIET RIOT, RAINBOW, RATT, DAVID LEE ROTH, THIN LIZZY, TRAPEZE, TYGERS OF PAN TANG,  WINGER

 

 

DISCOGRAPHIE

DAVID COVERDALE’S WHITESNAKE (1977)

DAVID COVERDALE ‘S NORTHWINDS (1977)

SNAKEBITE (1978)

TROUBLE (1978)

LOVEHUNTER (1979)

READY AN’ WILLING (1980)

LIVE… IN THE HEART OF THE CITY (1980 / LIVE)

COME AN’ GET IT (1981)

SAINTS & SINNERS (1982)

SLIDE IT IN (1984)

1987 (1987)

SLIP OF THE TONGUE (1989)

RESTLESS HEART (1997)

LIVE… IN THE SHADOW OF THE BLUES (2006 / LIVE)

GOOD TO BE BAD (2008)

 

   

    

    

    

  

 

http://www.myspace.com/whitesnake  

 

 

WHITESNAKE : SLIP OF THE TONGUE

 

 

L’album le plus décrié de la carrière du Serpent blanc, le voici-ci. Malgré son succès, pourquoi a-t-il déclenché à ce point l’ire des fans ? Tout simplement car ceux-ci ne reconnaissent plus le groupe qu’ils chérissaient tant depuis la fin des années 70 et ce, en dépit de la relecture du classique “ Fool For Your Loving ”, figurant à l’origine sur Ready An’ Willing. Surtout David Coverdale, désormais unique rescapé de la formation des débuts a recruté pour ce disque, outre le bassiste Rudy Sarzo et le batteur Tommy Aldridge, le virtuose du manche Steve Vai, lequel, même s’il tisse des soli magnifiques tout au long de ces dix titres, n’a pas vraiment sa place dans le groupe. La rencontre entre ces deux fortes personnalités aboutit en toute logique à un album hybride, Vai ne se coulant pas aussi facilement que John Sykes dans le style du combo. C’est donc un Whitesnake méconnaissable que nous découvrons ici.

Pourtant est-ce à dire que cet opus est mauvais ? Bien au contraire car il s’agit peut-être de sa meilleure galette. Sa plus heavy aussi, comme le prouvent les titanesques “ Slip Of The Tongue ” et “ Wings Of The Storm ” qui vous scotchent littéralement au mur ; ainsi que la quasi-absence de ballades, à l’exception du superbe “ The Deeper The Love ”. A l’image des deux premiers morceaux cités, la production concoctée à nouveau par le tandem Mike Clink / Keith Olsen, est énorme et confère à l’ensemble de l’album une gaule terrible. Slip Of The Tongue sait aussi être épique : le zeppelinien “ Judgment Day ” et “ Sailing Ships ” sont là pour nous le montrer de la plus majestueuse des manières. Enfin, David Coverdale prouve encore une fois avec ce chef-d’œuvre quel talentueux chanteur il demeure, même si ses rugissements semblent parfois bien proches de ceux du Robert Plant de la grande époque.

Notons pour terminer que Glenn Hughes, l’ancien compère du chanteur au sein de Deep Purple apparaît sur l’album en tant que choriste, à un moment où le bassiste se noie dans de graves problèmes de drogue dont il parviendra à se débarrasser seulement quelques années après. (08/04/06)

 

TRACKLISTING

 

  1. Slip Of The Tongue / 5.20
  2. Cheap An’ Nasty / 3.28
  3. Fool For Your Loving / 4.10
  4. Now You’re Gone / 4.11
  5. Kittens Got Claws / 5.00
  6. Wings Of The Storm / 5.00
  7. The Deeper The Love / 4.22
  8. Judgement Day / 5.15
  9. Slow Poke Music / 3.59
  10. Sailing Ships / 6.02

TOTAL PLAYING TIME : 46.07

 

1989

9/10

CARRERE

 

DISCOGRAPHIE

 

http://www.myspace.com/whitesnake  

 

 

HYDROGYN

 

 

 

USA ORIGINE

HARD US GENRE

LINE-UP

JULIE WESTLAKE (VOCALS)

JEFF WESTLAKE (GUITARS)

CHRIS STEWART (GUITARS)

DAVE MOODY (BASS)

JERRY LAWSON (DRUMS)

ANCIENS MEMBRES

JEFF BOGGS (GUITARS)

CHRIS SAMMONS (BASS)

JOSH KITCHEN (DRUMS)

 

 

DISCOGRAPHIE

BOMBSHELL (2006)

STRIP ‘EM BLIND LIVE ! (2007 / LIVE)

DEADLY PASSIONS (2008)

 

http://www.myspace.com/hydrogyn  

 

 

HYDROGYN – STRIP ‘EM BLIND LIVE !

 

Nonobstant le plaisir réel de l’écouter qu’il ne manquera pas de succiter chez les auditeurs mâles, il est légitime de se demander à quoi sert ce live ?   Alors que la plupart des groupes attendant souvent de longues années et une poignée de disques bien remplie pour en publier un, Hydrogyn, modeste combo de hard US qui rencontre très certainement davantage de succès (tout est relatif) sur le vieux continent que sur sa terre natale, vidange déjà un album de ce type avec uniquement un opus dans sa besace.

Sans surprise donc, Strip’Em Blind Live ! ne peut qu’aligner la majorité des chansons composant le menu de Bombshell, auxquelles on a adjoint trois bonus dont deux extraits de la démo Best Served With Volume. Et comme les versions live sont quasi identiques (ce qui n’est pas déjà pas si mal, me direz-vous !) à leurs pendants capturés en studio, l’intérêt de cette sortie se révèle au final des plus limités.

Malgré tout, groupe sympathique qui n’aurait certes sans doute jamais pu s’extraire de l’ornière de l’anonymat s’il ne présentait au poste de chanteuse une femme aussi bandante (il faut bien appeler un chat un chat) que la plantureuse Julie laquelle, sans déborder de charisme, s’en sort plutôt bien, Hydrogyn s’y entend pour composer des titres imparables, simples mais efficaces, accrocheurs et aisément mémorisables, de “ Blind ” à “ Ura-Kia Scream ”, de “ Vesper’s Song ” à “ Mutilated Mind ” et ses harmonies à la Maiden, sans oublier “ Look Away ”, qui vibre d’une rythmique de bûcheron ou “ Book Of Names ”.

Le groupe n’a rien inventé mais pour chauffer une salle (ou bien les mecs), sa musique pas orginale pour deux sous s’avère idéale. Ne pas lui en demander plus. Un live honnête donc mais qui ne s’imposait pas, mais alors vraiment pas du tout. Cette démarche qui consiste pour son label à capitaliser sur le vague buzz dont profite le groupe actuellement, est totalement contestable et risque surtout de desservir ce dernier qui serait bien inspiré de savoir rester à la place qui est la sienne pour le moment, celle de la seconde division, ce qui n’est pas un reproche en soi, seulement un fait. (21/05/08)

 

 2007

 * *

UNDERCLASS

TRACKLISTING

Blind / 3.38

Vesper’s Song / 3.31

Breaking Me Down / 2.13

Ura-Kia Scream / 1.55

Mutilated Mind / 4.36

Big Star / 3.31

I’ve Been Waiting / 3.27

Confession / 3.55

Look Away / 3.26

I Know / 3.50

Book Of Names / 3.22

Big Star (Studio Version) * / 3.24

Get Out * / 4.05

Take Control * / 3.16

 

* Bonus Tracks

 

 

DISCOGRAPHIE

 

http://www.myspace.com/hydrogyn  

 

Y & T

 

 

 

USA ORIGINE

HARD US GENRE

LINE-UP

DAVE MENIKETTI (GUITARS, VOCALS)

JOHN NYMANN (GUITARS, VOCALS)

PHIL KENNEMORE (BASS)

MIKE VANDERHULE (DRUMS)

ANCIENS MEMBRES

JOEY ALVES (GUITARS)

STEF BURNS (GUITARS)

JIMMY DEGRASSO (DRUMS)

LEONARD HAZE (DRUMS)

DAVE MENIKETTI GROUPE AFFILIE

 

 

DISCOGRAPHIE

YESTERDAY AND TODAY (1976)

STRUCK DOWN (1978)

EARTHSHAKER (1981)

BLACK TIGER (1982)

MEAN STREAK (1983)

IN ROCK WE TRUST (1984)

OPEN FIRE (1985 / LIVE)

DOWN FOR THE COUNT (1985)

CONTAGIOUS (1987)

TEN (1990)

BEST OF ‘81 TO ‘85 (1990 / BEST OF)

YESTERDAY & TODAY – LIVE (1991 / LIVE)

MUSICALLY INCORRECT (1995)

ENDANGERED SPECIES (1997)

UNEARTHED VOL. 1 (2003 / COMPILATION)

UNEARTHED VOL. 2 (2004 / COMPILATION)

ONE HOT NIGHT (2007 / DVD)

 

http://www.meniketti.com

 

Y & T – UNEARTHED VOL. 1

 

Depuis la récente reformation de Y & T pour une poignée de festivals d’été, les fans attendent de pied ferme un nouvel album (qui ne sortira peut-être jamais d’ailleurs). Afin de les faire patienter et pour les remercier de leur soutien toutes ces années durant, les Américains ont gratté leur fond de tiroir et mettent à jour le résultat de leur recherche.

UnEarthed Vol. 1 regroupe donc 17 morceaux restés jusqu’alors inédits et datant essentiellement de la seconde moitié des années 80. Si aucun d’entre eux ne peut prétendre détrôner les classiques intemporels que le groupe a écrit, tels que “ Open Fire ”, “ Forever ”, “ Meanstreak ” et autres “ Wings Of Tomorrow ”, leur qualité ne fait cependant pas l’ombre d’un doute. Tous sont solides et auraient amplement mérité de figurer sur les albums de Y &T. Citons notamment les énergiques “ Standing In the Fire ”, “ Play By Play ”, “ Short Arms ”, “ Love Gone Wrong ”.

La curiosité réside dans le dernier titre, très rock psychédélique, datant de 1974, “ Rockazoid Rollaroid ”. Chanté par le batteur Leonard Haze et le bassiste Phil Kennemore, il nous montre un Y & T méconnaissable, si n’est ce son de guitare déjà si caractéristique de Dave Meniketti.

Un disque sympathique mais combien nous eussions préférer un véritable nouvel opus. (11/03/06)

 

 

 2003

 * *

DREAM CATCHER

TRACKLISTING

Shout It Out

Wild If I Wanna

Standing In The Fire

In The Name Of Love

Dirty Love

Play By Play

Short Arms

Fast Track

Love Gone Wrong

16 Tons

I Make Believe

Hard Times

Driver

Give Me Rock

Shake Down

Trigger Happy

Rockazoid Rollaroid

 

 

DISCOGRAPHIE

 

http://www.meniketti.com

 

Y & T – BEST OF ‘81 TO ‘85

 

 

Comme son nom l’indique, cette compilation rassemble les meilleurs chansons composées par le groupe américain entre 1981 et 1985, autrement dit, durant son apogée ; publiée à un moment où le succès l’a depuis longtemps quitté et qu’il ne retrouvera d’ailleurs jamais.

L’histoire de Y & T se trouve donc résumé en 16 titres, dont la qualité nous fait regretter que le groupe soit aujourd’hui tombé dans un quasi anonymat, contrairement à certains de rivaux de la même époque. Question de timing, le groupe a craché ses meilleures munitions au moment où le hard US n’en était encore qu’à ses balbutiemments. C’est pourquoi la bande à Dave Meniketti diffère en bien des points de tous les combos glam californiens des années 80. Leurs chansons possèdent un côté heavy très prononcé (“ Open Fire ”, “ Black Tiger ” et l’immense “ Forever ” bien sûr), sans pour autant être dépourvues de feeling et d’émotion (“ Rescue Me ”, “ I Believe In You ”), ce qu’elles doivent beaucoup à la voix puissante et chaude de Meniketti.

Earthshaker (1981), Black Tiger (1982) et Meanstreak (1983), enregistrés avec le line-up classique du groupe (Dave Meniketti, chant et guitare ; Joey Alves, guitare ; Leonard Haze, Batterie ; Phil Kennemore, basse et chant) sont trois bombes que tout amateur de bon hard rock ricain se doit de posséder. Si ce n’est pas le cas, cette compilation peut faire office d’honnête paliatif.

 

 

 1990

 * * *

 A & M

TRACKLISTING

From The Moon

Open Fire

Hurricane

Mean Streak

Rescue Me

Black Tiger

Dirty Girl

Forever

Midnight In Tokyo

Hang ‘Em High

Lipstick And Leather

Summertime Girls

Beautiful Dreamer

25 Hours A Day (live)

Barroom Boogie (live)

I Believe In You

 

DISCOGRAPHIE

 

http://www.meniketti.com

 

 

Y & T – TEN

 

 

Comme son nom l’indique Ten est la dixième galette de Y & T, en comptant le live sorti en 1985, Open Fire. Mais, malgré ses qualités (nous y reviendrons), l’album s’inscrit dans la période de déclin que le groupe a amorcé avec son prédécesseur, Contagious. Le virage plus commercial entamé avec Down For The Count se poursuit et du line-up classique ne subsiste plus que Dave Meniketti et Phil Kennemore, secondés dorénavant par Stef Burns (guitare) et le mercenaire Jimmy DeGrasso (batterie). Le “ vrai ” Y & T n’est donc plus, mais ce n’est pas une raison pour bouder notre plaisir face à ce disque convaincant, bien produit par Mike Stone, même si nous sommes loin des heures de gloire de la formation qui nous avait tant emballé avec Black Tiger.

Ten alterne chansons efficaces, calibrées certes, mais plaisantes grâce à la voix toujours aussi superbe (et unique !) de Meniketti – citons notamment “ Hard Times ”, “ Lucy ” ou “ Surrender ” –, power ballades comme le groupe en a le secret (“ Come In from The Rain ”, “ Ten Lovers ”), ou brûlot bluesy (“ City ”), lequel annonce déjà le disque solo du chanteur, On The Blue Side.

Ca joue très bien, Meniketti surtout qui reste aujourd’hui encore un des chanteurs et guitaristes les plus sous-estimés de la planète metal. Cependant en adoucissant, en édulcorant sa musique pour la fondre dans le moule hard US de la seconde moitié des années 80, Y & T a perdu en route une partie de son âme, et ce qui faisait son charme et sa singularité. Mais Ten reste un disque au demeurant solide et bien fait.

 

 

 1990

 * * *

 GEFFEN

TRACKLISTING

Hard Times

Lucy

Don’t Be Afraid Of The Dark

Girl Crazy

City

Come In From The Rain

Red Hot And Ready

She’s Gone

Let It Out

Ten Lovers

Goin’ Off The Deep End

Surrender

 

DISCOGRAPHIE

 

http://www.meniketti.com

 

 

Y & T – DOWN FOR THE COUNT

 

 

Septième album (le huitième si l’on compte le live Open Fire gravé la même année) de Y & T, Down For The Count marque un double tournant dans la carrière du groupe. Il s’agit déjà de celui qui le voit adoucir sa musique et la rendre nettement plus commerciale, avec notamment des sons de synthétiseurs sirupeux à la Europe (“ Anytime At All ”) et des refrains bateaux repris en chœur. Corrolaire de cette évolution, les compositions écrites par les Américains commençent à perdre en qualité, surtout eu égard à celles figurant sur la triplette Earthsaker (1981) / Black Tiger (1982) / Meanstreak (1983).

Alors bien sûr, le disque se laisse écouter sans déplaisir ; le chant de Dave Meniketti s’avère toujours divin ; et le spectre du grand Y & T plane encore sur une poignée de chansons : l’efficace “ In The Name Of Rock ”, le speed “ Anything For Money ” et son solo de gratte ravageur et le lent et épique “ Hands Of Time ”, sans doute le plus intéressant du lot.

Toutefois, Down For The Count n’a pas été épargné par l’usure du temps et d’autres titres ont très mal vieillis et se révèlent quasiment insupportables aujourd’hui (“ Summertime Girls ” par exemple), contrairement, ce qui est un comble, à leurs classiques du débuts des années 80 qui eux demeurent intemporels. Un disque très mineur donc.

 

 

 1985

 * *

 A & M

TRACKLISTING

In The Name Of Rock

All American Boy

Anytime At All

Anything For Money

Face Like An Angel

Summertime Girls

Looks Like Trouble

Your Mama Don’t Dance

Don’t Tell Me What To Wear

Hands Of Time

 

DISCOGRAPHIE

 

http://www.meniketti.com