Entries Tagged as 'ISOLE : Silent Ruins (2009)'

ISOLE : SILENT RUINS (2009)

Napalm Records – 8.5 / 10

Beaucoup ont découvert Isole il y a deux ans avec l’album Bliss Of Solitude, qui a pu, il est vrai s’appuyer sur la promotion déployée par le label Napalm, ce qui n’était pas le cas de ses aînés publiés sous la bannière I Hate Records. En effet, les Suédois ne sont pas nés de la dernière pluie acide, ils avaient déjà offert deux autres opuscules avant celui-ci (Forevermore et Throne Of Void), sans compter une ribambelle de démos – six en tout – sous la première incarnation du groupe, alors baptisé Forlorn entre 1991 et 2004.

Ce petit rappel biographique est important pour bien comprendre que l’on n’a pas affaire à des gamins qui viennent de découvrir le doom ; cet art de la douleur, ils le vivent, le ressentent depuis longtemps ce qui leur permet de l’exprimer avec passion et sincérité. Et avec une touche personnelle qui est pour beaucoup dans l’amour que l’on porte à leurs précieuses offrandes.

Fort d’une inspiration qui ne semble pas prête de se tarir, Isole délivre avec Silent Ruins un nouveau joyau, écrin majestueux à un fil rouge (l’histoire d’un homme qui se réveille dans un monde qui n’existe plus, un monde en ruines et qui part en quête de ses souvenirs) qui sert de substrat sur lequel repose sept complaintes minées par une tristesse absolue. Sans vraiment être un concept album, ce qui est présenté comme la première partie d’un tout suit pourtant une trame qui ne doit rien au hasard.

Redemption Part I, c’est son sous-titre, s’arc-boute sur une architecture précise et réfléchie. Le chemin de croix débute et prend fin sur deux longues plages de plus de 10 minutes chacune, sentinelles qui encadrent le cœur de l’album. Après une longue intro qui pose le décor comme dans une tragédie, l’imposant « From The Dark » s’envole ensuite, avec pour guide ce chant solennel, presque sentencieux, toujours souligné par des guitares qui tricotent une toile dont chaque fil est une note de désespoir. Riche d’arrangements qui participent de la gravité de l’ensemble, cette plainte emporte d’entrée de jeu le pèlerin dans un torrent émotionnel.

A partir du lancinant « Soulscarred », traversé d’éclairs acoustiques d’une touchante sobriété,  Silent Ruins s’enfonce peu à peu dans un abîme sans issue, témoin d’une inexorabilité à laquelle on ne peut échapper. Squelettique, « Peccatum » résonne comme une halte mortifère, prélude à l’ultime fragment (« Dark Clouds ») dont les guitares ont quelque chose de balises funestes ouvrant sur une conclusion enténébrée par une noirceur désespérée Le chant se frotte à la mort, le tempo ralentit au rythme d’une batterie dont chaque coup est comme un battement de cœur avant la fin définitive tandis que la musique meurent en un long fondu absolument superbe.

Souvent comparés à Candlemass, raccourci un peu facile et pas toujours justifié, les Suédois sont pourtant les seuls à forger ce doom à la fois limpide, fluide, enrobé dans une production cristalline (dont ils sont responsables) et néanmoins noir et poignant, comme l’illustrent les très beaux « Forlorn » et « Nightall », qui ont ce sens du riff qui accroche et de la mélodie vocale habitée. Il y a une telle douleur, mêlée à un sentiment de résignation dans le chant de Daniel Brynste, architecte principal d’un édifice dont chaque partie  s’avère parfaitement élaborée, équilibrée. Le doom est une science exigeante. Le magistral « Hollow Shrine » est à ce titre une leçon, symptomatique aussi de la manière dont le groupe exprime son art.

Sans prétendre que Silent Ruins se pose comme la pierre angulaire des Suédois (ses prédécesseurs se révèlent tout aussi réussis), il est en revanche certain que cette œuvre devraient les imposer durablement parmi les prêtres les plus inspirés  de la chapelle dans laquelle ils officient. Je ne peux enfin que vous conseiller, si vous ne le connaissez pas déjà, le By Honour de Ereb Altor, projet parallèle de certains membres d’Isole ou quand le drakkar du Bathory viking sillonne les mers d’un doom épique gigantesque. (04.03.09)

Vous pouvez aussi retrouver cette chronique sur Haven Metal


TRACKLISTING

  1. From The Dark / 11.02
  2. Forlorn / 6.46
  3. Nightfall / 6.58
  4. Hollow Shrine / 6.56
  5. Soulscarred / 6.26
  6. Peccatum / 4.01
  7. Dark Clouds / 11.41

TOTAL PLAYING TIME : 53.50


DISCOGRAPHIE


l_2c792bc6a45b58883f7937c53cbe5411