GRAVE DIGGER : BALLADS OF A HANGMAN (2009)

 Napalm Records – 7/10

 

Chronique à lire sur Haven Metal

 

INTERVIEW : THE MOON AND THE NIGHTSPIRIT

 

 

Entretien en anglais avec Mihaly Szabo (chant, guitare, percussions), réalisé par mail en février 2009.

 

GreG : Can you introduice The Moon And The Nightspirit ?  Why did you give this name  to the group ?

Mihaly : The Moon and the Nightspirit was formed in 2003 by Agnes and me, Mihaly. In the beginning it was only a side-project, a musical experiment of ours, not a full-time band, due to the fact that we were members of a hungarian gothic metal band (Evensong) at the time. We’ve always been interested in the pagan culture and wisdom, the spiritual and musical heritage of our ancestors, the long-forgotten tales of the old, and after writing a few songs for The Moon and the Nightspirit we realized that this was the music we always wanted to play, the path we’ve been searching for all the time, the world where we truly belong. So we decided to quit our former band in order to pull all our efforts and emotions into The Moon and the Nightspirit. In 2004 we recorded a promotional EP, which gave us the record deal with Portuguese Equilibrium Music. In the summer of 2005, after a short song-writing period, we entered hungarian Elysion studio again to record our debut album Of Dreams Forgotten And Fables Untold. After playing several concerts/festivals both in our homecountry and abroad we started to write new songs and around mid 2006 the recording for our second album Regö Rejtem began. This album came out in April 2007 under the wings of Equilibrium Music in a DVD-size Digipack, with a full-colour booklet complete with Agnes’s 19 paintings.

The Moon and the Nightspirit is a pagan-folk band, a band playing music that feeds from the ancient fables/tales from times bygone. The world of The Moon and the Nightspirit is strongly connected to Nature, the Spirits of the Earth and the spiritual side of the world, the realm beyond the Veil of Isis.

As for the bandname we wanted a name full of expression, something that is symbolical. For us “Moon” symbolizes the feminine and “Nightspirit”, the masculine side of nature. Moon is the muse,  the guardian of ancient wisdom, who knows all secrets one alone, the Mother; Nightspirit is, the seeker, the wanderer of dreams, the Child. Moon is the Master, Nightspirit is the Disciple.

G. : In december, The Moon And The Nighspirit has appeared at the Cernunnos Pagan Fest. For me, you concert was magic. Do you agree ? What did you think of this concert ?

Mihaly : Thanks for the compliments. We enjoyed playing at the Cernunnos Fest a lot. It was a very well-organized event with very good bands. And the audience was great as well. It was an honour for us to play there.

G. : Who were the musicians who play with you ?

Mihaly : Gabor Vegh played on percussions, and Gergely Cseh on bass guitar. They are old friends of us and they play with us on all of our live shows.

 

 

G. : For you, do concerts is it important ?

Mihaly : Yes, absolutely. Playing live is a very important part of our music.  Our music belongs to an era whitout cds, vinyls, hi-fi… just human beings playing their insturments for other human beings. Though we enjoy working in studio, It is a music meant to be played live.

G. : Your music is very emotional. What are the feelings that you give with your art ?

Mihaly : We, just like our ancestors believe in the everlasting, light-begotten bond between Nature and Man, between Mother Earth and her seed-children, humanity; between the Sun-antlered Father of All and our fiery-winged soul;  between the spiritual and material world. We believe in the Light eternal, hidden deep inside, the unquenchable, inner flame, the living fire of the soul. This bond, this burning flame drives and guide us on the path. This is what inspire us and this is what the massage of our music is about.

G. : Is the hungarian folklore inspire you ?

Mihaly : Musically our main influences are minstrel songs, shamanistic/ritual music. We donâ019t use concrete melodies/verses from these, but their mood and athmosphere inspire us greatly.

 

 

G. : I love the drawnings of Agnes. What are her influences ?

Mihaly : The illustrations are her reflections to the lyrics and music.  They are, just like our music is inspired  by Nature itself in her form that cannot be perceived by earthly organs of sense, but with the opening of the third and spiritual eye.

 

 

G. : Ösforras, your third album will be early available. What can you tell about it ?

Mihaly : Well, we both think that ?sforrás is a big step forward musically. We worked a lot on this album, and we think the final outcome of our labour is a quite interesting album. This time we  invites the listener to the star-woven realm of the wise elders, the ones who knew the secrets of the nature and walked the path of light eternal. This is an album that feeds from the “?sforrás”, the “Source Pristine”, the primordial womb, from which all have sprung, a sacred place where all is one. ?sforrás is a collection of songs, rituals dedicated to the old and eternal tradition. An offering to the slumbering gods of the old forests, streams and stones. We hope you”ll like it as much as we liked to create it.

Thank you very much for this interview.

GreG : Thanks

 

www.myspace.com/themoonandthenightspirit

 

 

FATUM ELISUM (2007 -

 

 

A l’instar d’Ataraxie, Fatum Elisum démontre que le doom death n’est pas un art propre aux Anglais ou à l’Europe du nord et qu’en France aussi on peut sculpter une musique aussi granitique. Sa première démo est à ce titre une leçon.

S’il ne devait en rester qu’un : Fatum Elisum (2008)


FRANCE ORIGINE
DOOM DEATH METAL GENRE
2007 FORMATION
LINE-UP
ENDE (VOCALS)
 HUGO (GUITARS)
CHRISTOPHE (GUITARS)
ASGEIRR (BASS)
CHRISTOPHE (DRUMS)
PAST MEMBERS
CELINE (KEYBOARDS)
SATOR (DRUMS)
 BANDS
LAST OFFENDER, WARKULT
CONTACT

www.myspace.com/fatumelisum

 

 

 

DISCOGRAPHIE

 

FATUM ELISUM (2008 / DEMO)

 

A LIRE

INTERVIEW

 

 

 

BOSSE

 

 

Bosse est un projet d’un seul homme qui façonne un neofolk squelettique et instrumental. Après trois démos, Echoes Of The Forgotten est son premier album.

S’il ne devait en rester qu’un : Echoes Of The Forgotten (2008)


USA ORIGINE
NEOFOLK GENRE
? FORMATION
LINE-UP
R.A. BOSSE (ALL INSTRUMENTS)
PASTS MEMBER
 BANDS
CONTACT

www.myspace.com/bosseart

 

 

 

DISCOGRAPHIE

 

III (2007 / EP)
ECHOES OF THE FORGOTTEN (2008)

 

 

 

 

 

2009 : L’ANNEE DE PLOMB (SUITE)

 

 

Toujours du doom avec la sortie prochaine du troisième album des Canadiens de Longing For Dawn.

Between Elation And Despair (chez Grau ) comportera quatre complaintes pour plus de 50 minutes d’un funeral doom vertigineux. Voici le tracklisting :

  1. Our Symbolic Burial / 15.19
  2. A Sunrise At Your Feet /  11.01
  3. Reflective / 11.35
  4. The Piscean Dawn / 16. 18

Deux d’entre eux sont en écoute sur la page MySpace du groupe.

 

En outre, vous pouvez également compter sur le solitaire Stijn van Cauter pour vous procurer la corde qui manque pour vous pendre. Days Without Hope (tout un programme !), le nouvel opus de Until Death Overtakes Me, est aussi annoncé pour bientôt. Si vous voulez connaître tous les projets (nombreux) du lascar, une adresse : http://udom.null-void.com.

 

 

 

FATUM ELISUM : FATUM ELISUM (2008)

 Postghost Recordings – 8 /10

 

Sans forcément affirmer comme certains intégristes le font que rien ne vaut les bonnes vieilles premières démos des familles enregistrées au fond d’une cave éclairée à la bougie, il est cependant vrai que parfois, certaines d’entre elles se hissent très largement au niveau d’un véritable album. C’est le cas par exemple de Fatum Elisum, première démo du groupe du même nom.

Fondée en 2007 à Rouen autour des guitaristes Hugo et Christophe, du bassiste Asgeirr et d’une claviériste, la formation arpente les caveaux froids et brumeux d’un doom death massif et granitique. Aujourd’hui, les claviers ont disparu et l’arrivée de EndE au chant a permis au groupe de voir son évolution s’emballer.

Influencé par toute l’école britannique de cette musique de la douleur, Fatum Elisum noue également des liens évidents avec Ataraxie. La proximité tant géographique qu’humaine l’explique. Tous les deux partagent ce goût pour les complaintes en forme de bloc pétrifié qu’aucune lumière ne vient jamais caresser de sa chaleur ; tous les deux maîtrisent cette science de l’accélération subite, du break salvateur qui empêchent ces très longs titres de part trop s’abîmer dans un monolithisme redondant ; tous les deux aiment le chant caverneux et parfois hystérique à la Bethlehem / Deinonychus ; tous les deux bien entendu sculptent dans la pierre un art totalement désespéré.

Pour autant, Fatum Elisum fait déjà preuve d’une réelle personnalité qui repose au moins sur deux caractères : tout d’abord une dimension littéraire intéressante (ses membres citent volontiers Baudelaire, Schopenhauer, Nietzsche, Cioran comme source d’inspiration tandis que le morceau « Dancer Of Spirals » fait référence à “La ballade des pendus” de François Villon) et ensuite sur une aura religieuse inédite. Il y a quelque chose de profondément spirituel dans cette musique. Le chant de EndE, qui d’ailleurs a été capturé dans une église, celle de Saint Romain de Cailly, participe beaucoup de cette empreinte sacrée, notamment lors du douloureux « Dancer Of Spirals » où le chanteur semble prendre parfois les intonations des chants grégoriens.

Encadré par une intro (« Eli Eli ») et une outro (« Lama Sabachthani »), quatre plaintes suffocantes d’un doom minéral architecturent cette essai excellent tout du long, quatre prières pour les morts glaciales comme la roche en pleine hiver, lentes procession funéraire qui progressent peu à peu vers la tombe. Minées par une profonde tristesse, plombées par une faute qui ne peut être pardonnée, elles résonnent comme un cri d’abandon. Sans espoir aucun. Et comme toujours avec cette musique, il y a cette beauté souterraine qui ruisselle de ces excavations dans les tréfonds de l’âme et des sentiments. Immense.

Groupe  au potentiel que l’on devine énorme à suivre de très près, Fatum Elisum a donc enfanté une œuvre inspirée et   impressionnante de maîtrise, aussi réussie que bien des albums du même genre qui bénéficient eux d’une avantageuse signature  chez un label reconnu. Les Normands devraient très vite s’imposer, à l’instar d’Ataraxie, comme un des chefs de file français du doom death. (07.02.09)

 

TRACKLISTING
  1. Eli Eli / 0.49
  2. In Vain / 12.41
  3. Phantom / 16.11
  4. Fatum Elisum / 10.37
  5. Dancer Of Spirals / 12.38
  6. Lama Sabachthani / 1.12
TOTAL PLAYING TIME : 54.08

 

DISCOGRAPHIE

 

 

WARDRUNA (2003 -

 

 

Né en 2003, Wardruna est un projet réunissant deux acteurs essentiels de la scène black metal norvégienne : Kvitrafn et Gaahl. Leur but : honorer le patrimoine national, les légendes, le paganisme et la majesté de la nature nordique.

S’il ne devait en rester qu’un : Runaljod – Gap Var Ginnunga (2009)


NORVEGE ORIGINE
RITUAL / PAGAN BLACK METAL GENRE
2003 FORMATION
LINE-UP
KVITRAFN (VOCALS, SAMPLES, ALL INSTRUMENTS)
GAAHL (VOCALS)
LINDY FAY HELLA (VOCALS)
HALLVARD KLEIVELAND (HARDANGER FIDDLE)
PASTS MEMBER
 BANDS
DEAD TO THIS WORLD, DET HEDENSKE FOLK, GAAHLSKAGG, GORGOROTH, JOTUNSPOR, SAHG, SIGFADER, TRELLDOM
CONTACT

www.myspace.com/wardruna

 

 

 

DISCOGRAPHIE

 

RUNALJOD – GAP VAR GINNUNGA (2009)

 

 

 

 

 

INTERVIEW : FATUM ELISUM

 

 

Entretien avec Asgeirr (guitare, basse) réalisé par mail en février 2009.

 

GreG : Que signifie “Fatum Elisum” et pourquoi avoir baptisé le groupe ainsi ?

Asgeirr :  Fatum Elisum signifie destin brisé en latin. J’ai en partie choisi ce nom pour le groupe à une période où j’avais l’impression que tout ce que j’entreprenais était voué à l’échec. Mais j’ai surtout soumis ce nom à mes acolytes car j’avais trouvé intéressant le concept de Fatum développé dans certaines œuvres de Victor Hugo – Notre Dame de Paris, Les Misérables et La Fin de Satan – et qui se traduisait chez cet auteur par ce côté inexorable de l’existence, sa fatalité, bref, des thématiques souvent inhérentes au doom metal. Il s’avère qu’il existe déjà deux groupes ayant le nom de Fatum, dont un originaire de Russie et faisant du doom death metal, d’où le fait d’utiliser le qualificatif broyé. Enfin, j’ajoute que cela sonne mieux en latin qu’en anglais, ce qui aurait donné Broken Destiny.

G. : Apparemment, à vos débuts, vous utilisiez des claviers. Pourquoi les avoir supprimés ?

Asgeirr : Nous utilisions les claviers à nos débuts, en partie parce que la personne jouant du clavier était la copine de notre ancien batteur. En fait tout vient d’une éphémère formation, en quelque sorte la genèse de Fatum Elisum, dans laquelle Sator, notre ancien batteur, Céline (claviers), Christophe (guitares), Ende (chant) et moi-même avions joué, avec un autre guitariste, Jean Cédric Lazare. Nous pratiquions alors une sorte de black doom metal atmosphérique pas mal inspiré par Empyrium notamment. Mais il s’est avéré que lorsque nous commençâmes à répéter avec Hugo (guitares) en mars 2007 au tout début de Fatum Elisum et que s’ébauchèrent les compositions qui allaient figurer par la suite sur notre démo, le clavier ne convenait plus du tout à notre musique, complètement ancré dans le style doom death metal.

D’une part, nous trouvions qu’il aseptisait considérablement notre propos, donnant un côté presque niais à notre musique ; d’autre part, nous trouvions que les mélodies qu’apportait Hugo à la guitare étaient nettement meilleures et surtout bien plus nobles que des sons synthétiques. Enfin, j’ajouterai que plus les années passent, plus je deviens très exigent voire réticent quant à l’utilisation du clavier dans le metal, d’autant que dans le doom death metal, quasiment tout a été déjà fait dans ce registre, et notamment par des groupes comme My Dying Bride, Esoteric et Saturnus, et que nous ne voulions pas être un de leurs énièmes clones.

 

 

G. : Sur la démo, le travail sur le chant est remarquable. Vous l’avez enregistré dans une église, pour quelle raison ? Est-ce que c’est pour lui conférer une dimension plus religieuse encore ?

Asgeirr : Le choix d’enregistrer dans une église est une suggestion de Romain de Post Ghost Recordings, l’association avec laquelle nous avons enregistré notre démo, lorsque nous l’avions rencontré avant d’enregistrer la démo. Celui-ci avait trouvé une atmosphère religieuse dans notre musique et trouvait que cela apporterait un plus évident dans ce sens. D’ailleurs, les textes d’Ende sont pas mal centrés sur des thématiques religieuses et métaphysiques, de questionnements et remises en cause de la religion.

Autrement, et c’est aussi pour cela que cette idée fut très bienvenue de la part de Romain, Ende utilise de la réverbération pour son chant, et plutôt que d’utiliser un effet synthétique en studio, il nous est apparu que cela rendrait nettement mieux avec une réverbération naturelle et plus particulièrement celle que l’on trouve dans une église. Le résultat est en tout cas au-delà de nos espérances.

G. : Comment est-ce d’enregistrer dans une église ? Est-ce que c’est facile d’obtenir l’autorisation de travailler ainsi dans un tel lieu ? 

Asgeirr : C’est assez impressionnant et enthousiasmant d’enregistrer dans une église. Je pense que tant l’ingénieur du son, Julien, que Ende notre chanteur ont pris un réel plaisir lors de ces sessions. Je sais qu’Ende a trouvé cette expérience particulièrement enrichissante d’un point de vue personnel dans la mesure où il avait quasiment pu instaurer un dialogue mystique entre lui et dieu, dans sa propre maison. Il se trouva d’ailleurs face à un bas relief représentant l’Ascension du Christ lors de cet enregistrement, ce qui lui apporta un supplément de motivation pour chanter.

Dans tous les cas, ce fut par exemple assez énorme d’entendre Ende hurler « there is no god » dans une église. Il ne fut pas très difficile pour obtenir l’autorisation auprès de l’abbé Debosschère. Si ce dernier était sceptique quant à la réussite de cet enregistrement, il a tout de même accepté de nous laisser travailler dans l’église de Cailly. Le fait d’avoir un nom de groupe en latin lui avait plu, par contre, je me suis tout de même gardé de lui dire que nous étions un groupe de metal.

 

 

G. : La littérature est-elle une source d’inspiration pour vous et de quelle manière ?

Asgeirr : La littérature est une source d’inspiration à des degrés divers selon chacun des membres, mais elle fait partie prenante des nos influences. En fait, nous avions trouvé qu’il serait assez intéressant de citer les influences littéraires d’Ende qui sont assez riches, non pas pour paraître pédants, mais pour aussi illustrer que nos influences sont assez diverses. Toutes les thématiques abordées par Ende sur notre démo furent souvent nourries de ses lectures, qu’elles soient philosophiques, poétiques, littéraires ou religieuses.

J’ajouterai par exemple qu’un auteur comme Antonin Artaud, qu’affectionne particulièrement Ende, a pas mal exploré certaines thématiques et même des manières de s’exprimer que l’on retrouve dans le metal extrême de nos jours, il suffit d’entendre ce qu’il fit sur l’enregistrement de Pour En finir avec le jugement de Dieu, qui date de 1947 et qui est incroyablement malsain.

Ensuite, même si cela ne constitue pas un challenge pour nous, nous trouvons qu’il est assez intéressant d’inclure de temps à autres quelques citations de tel ou tel auteur, comme ce fut le cas pour La Ballade des Pendus de François Villon sur “Dancer Of Spirals”. Enfin, il arrive assez souvent que nous discutions de littérature entre nous, sans que cela ne vire à un salon littéraire.

G. : Que représente pour toi le doom ?

Asgeirr : Pour moi le doom metal est sans doute l’un des styles de metal qui est resté le plus fidèle à son éthique originelle et qui exprime le mieux certains sentiments humains comme la mélancolie, la tristesse, la folie et l’abattement. C’est un style que j’écoute depuis une bonne dizaine d’années maintenant et qui me captive toujours autant, notamment dans ce fait d’exprimer pas mal de choses avec souvent des moyens minimalistes.

Qui plus est, c’est un genre bien plus diversifié que ce que tout le monde pourrait le laisser penser, entre ses déclinaisons traditionnelles et ses dérivés extrêmes. Ce qu’il y a de bien c’est que la scène évolue sans cesse et même si certaines formations dominent toujours le haut du pavé, comme Candlemass par exemple, il y en a toujours des nouvelles qui attirent l’attention, comme Hooded Menace ou bien encore Circle Of Hate, que je recommande chaudement.

 

 

G. : Il semble y avoir une scène dynamique en Normandie et plus particulièrement à Rouen. Es-tu d’accord ?

Asgeirr : La scène normande est assez dynamique et si quelques groupes comme Ataraxie, Funeralium, Hyadningar ou bien encore Wormfood sont désormais reconnus, il ne faut pas oublier qu’il y a une myriade de groupes derrières dans différents styles, comme Yuck, Warkult, Ode To Decay, Absynth, Stabwound, D.C.A, Asthénie, A.O.D, et je pourrai continuer à en énumérer pendant longtemps. Il est vrai que la scène rouennaise est assez active, même si les conditions ne sont pas toujours optimales pour jouer, la municipalité ne nous soutenant nullement et ne nous permettant pas d’avoir de réelles salles pour que nous puissions jouer dans des conditions décentes.

Enfin, malgré cela, il y a malgré tout une bonne entente globale entre les différents groupes. Enfin, il ne faudrait pas circonscrire la scène normande à celle de Rouen, car elle est active aussi bien au Havre, qu’à Evreux, et également en Basse- Normandie, je pense notamment aux caennais de Way To End. Cela étant dit, le dynamisme de la scène Haute- Normande est sans doute amplifié par la présence d’un disquaire spécialisé dans le metal à Rouen, Hellion Records, qui aide pas mal pour cela. En effet, outre le fait d’y trouver pas mal de disques de notre genre favori, c’est quasiment un lieu de rencontre entre musiciens et un des meilleurs endroits pour promouvoir la scène locale, son gérant, Franck, apportant énormément dans ce sens.

G. : Vous avez de bons rapports avec les mecs d’Ataraxie ?

Asgeirr : Nous avons de très bons rapports avec les membres d’Ataraxie, ces derniers n’ayant aucunement la grosse tête, malgré le succès mérité qu’ils ont désormais. Nous sommes mêmes très reconnaissants vis-à-vis de ces derniers car ce sont eux qui nous ont permis de faire notre premier concert en novembre 2007 en première partie d’Indesinence et de ces derniers. C’est encore grâce à Fred que nous avions pu jouer à Paris en première partie d’Esoteric et que nous allons participer au Rotomagus Doomicus Metallicus Fest le dix avril prochain.

Qui plus est, Fred nous a régulièrement cité dans des interviews récentes lors de la promotion de leur excellent album Anhédonie, donc que demander de plus ? Ensuite, ils nous ont souvent donné de bons conseils, et de toute manière, ce groupe est tout de même un modèle d’intégrité à suivre. Et puis ce serait tout même très débile de se faire la guerre entre nous, alors que nous venons de la même ville et que nous évoluons peu ou prou dans le même genre musical.

G. : Un dernier mot pour terminer ?

Asgeirr : Tout d’abord merci à toi de nous avoir permis de nous exprimer et de ton soutien. Notre démo est toujours disponible, vous pouvez vous la procurer en allant sur notre page myspace : http://www.myspace.com/fatumelisum. J’ajouterai le 10 avril prochain à Rouen le concert en compagnie de Mournful Congregation, Longing For Dawn et Ataraxie, dans le cadre du Rotomagus Doomicus Metallicus Fest et que nous sommes bien évidemment à la recherche de dates de concerts partout en France et même ailleurs. Doom or be doomed !

GreG : Merci.

 

 

 

 

BOSSE : ECHOES OF THE FORGOTTEN (2008)

 Those Opposed Records – 8 / 10

 

Bien qu’acoustique et émotionnel, le neofolk (attention, rien à voir avec Skyclad et consorts, on en est même à des années-lumière !) noue en réalité plus d’un lien avec le metal, genre pourtant à première vue plutôt éloigné de ses préoccupations artistiques. Les derniers Empyrium, Tenhi ou Orplid témoignent notamment de cette passerelle entre ces deux mondes. C’est qu’ils ont (parfois) en commun ce même désespoir, cette mélancolie sourde qui fait plus qu’affleurer à la surface d’une musique qui vient du cœur.

Le fait que Those Opposed Record, label underground passionnant qui œuvre plutôt dans le black metal (Lyrinx, Austere, Kawir…), ait signé un projet tel que Bosse, prouve aussi cette proximité musicale.

Originaire de Brooklyn, Richard Bosse délivre avec Echoes Of The Forgotten son premier spleen longue durée après trois démos remarquées. En dépit de sa trentaine de minutes (ce n’est pas grave), ce recueil, écrit à l’encre noire de la tristesse, est une pure réussite. Il est bien difficile de ne pas être touché par ces sonorités squelettiques, dépouillées.

Instrumentales et vierges d’atours électriques, ces six compositions invitent à l’introspection tant elles sécrètent un sentiment de regret infini. Elles sont à l’image de la vie : grises, tristes plutôt que suicidaires, déambulations diaphanes qui confinent à une forme de mysticisme. Ceci dit, malgré son caractère profondément mélancolique, Echoes Of The Forgotten se pare d’une beauté solennelle, d’une pureté presque noble.

Alors bien entendu, on ne peut pas parler de metal à proprement dit à l’encontre de Bosse mais tous les naufragés de la vie qui aiment naviguer dans les effluves du rock atmosphériques (Anathema, Antimatter, The Gathering…) seraient bien inspirés de jeter une oreille, voire deux, sur cette œuvre précieuse et douloureuse. Inutile donc de noircir des lignes et des lignes, le plus important est encore d’écouter cet album intimiste. (23.02.09)

 

TRACKLISTING
  1. I / 3.06
  2. II / 6.33
  3. III / 4.35
  4. IV / 5.08
  5. V / 4.37
  6. VI / 9.10
TOTAL PLAYING TIME : 33.09

 

DISCOGRAPHIE

 

 

BLACK METAL IS RISING…

 

 

Bonne soirée en perspective, placée sous le signe de l’Art Noir, le 22 mars au Klub (où sinon ?).

Comme souvent avec les affiches réunies par les Acteurs de l’Ombre, cinq hordes : Cave Growl (folk metal), Cruxifiction (black metal), Fir Bolg (celtic black metal), Funeral Dawn (black épique et pagan) et enfin Embryonic Cells dans une veine plus thrash.

A noter que la (très bonne) démo de Funeral Dawn, Forgotten Landscapes sera (notamment) en vente durant cette soirée.